L'enseignement agricole en 1987 - article ; n°1 ; vol.180, pg 53-59

De
Publié par

Économie rurale - Année 1987 - Volume 180 - Numéro 1 - Pages 53-59
7 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1987
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

C. Hermelin-Guillou
L'enseignement agricole en 1987
In: Économie rurale. N°180, 1987. pp. 53-59.
Citer ce document / Cite this document :
Hermelin-Guillou C. L'enseignement agricole en 1987. In: Économie rurale. N°180, 1987. pp. 53-59.
doi : 10.3406/ecoru.1987.3841
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ecoru_0013-0559_1987_num_180_1_3841ÉCONOMIE n° 180, Juillet-Août RURALE 1987
NOTE*
L'ENSEIGNEMENT AGRICOLE EN 1987
Christiane HERMELIN-GUILLOU
En 1987 l'enseignement agricole est tout à fait intégré Avant d'aborder l'analyse statistique qui parait être une
au système éducatif français : même cursus scolaire, même des approches susceptibles de rendre compte de la divers
type de diplômes. ité de l'enseignement agricole, il est nécessaire de rappel
er, aussi brièvement que possible, l'organisation de cet Son image de marque reste pourtant celle de l'enseign enseignement. ement des agriculteurs : soit un enseignement réservé aux
filles et fils d'agriculteurs, soit à ceux et celles qui se desti Nous nous bornerons à la description de l'enseignement
nent aux métiers de la production agricole. La prégnance technique agricole : l'appareil de formation continue,
de cette image est forte et fait trop souvent juger de l'ense important en nombre et en influence, relève d'un autre
ignement agricole au travers du crible de la formation des type d'analyse, de même que l'enseignement supérieur
agriculteurs... C'est ignorer qu'après une longue maturat agronomique et vétérinaire.
ion de plus d'un siècle, l'histoire de l'enseignement agri
cole s'est accélérée, sous l'influence des divers courants
ORGANISATION DE L'ENSEIGNEMENT du monde paysan, pour aboutir à la loi du 2 juillet 1960
TECHNIQUE AGRICOLE qui, déjà, prend en compte outre le secteur de la produc
tion agricole, celui de l'environnement de l'agriculture. Les formations offertes
Parallèlement, l'enseignement agricole va subir L'enseignement agricole propose des formations de
l'influence de l'évolution de l'ensemble du système édu cycle court, de cycle long et de cycle supérieur. catif français, qu'il s'agisse du financement de l'enseign
Le cycle court (niveau V) accueille les élèves soit à la ement privé confessionnel, de l'allongement de la durée de sortie de la classe de 5e pour entrer dans la filière CAPA l'obligation scolaire, de la réorganisation du second cycle,
(Certificat d'Aptitude Professionnelle Agricole) qui dure de la mise en place de nouveaux diplômes. 3 ans, soit à la sortie de la classe de 3e d'enseignement géné
Dans les années 1970 l'intégration est pratiquement ral pour préparer en 2 ans un BEPA (Brevet d'Enseigne
faite : les anciens diplômes spécifiques à l'agriculture sont ment Professionnel Agricole). Rappelons que le BEPA est
remplacés par des nationaux — dotés du quali le diplôme agricole « minimum » exigé pour des jeunes
ficatif agricole — l'ensemble des enseignants a un profil agriculteurs souhaitant s'installer en bénéficiant des aides
professionnel identique à celui de leurs collègues de l'ense de l'Etat et en particulier de la DJA (Dotation aux Jeunes
ignement général et de l'enseignement technique à quelques Agriculteurs) (1).
originalités près (ingénieurs d'agronomie, ...). La nécess Le cycle long (niveau IV), auquel on accède normaleité, affirmée, dans les orientations de la loi de 1960, ment après la classe de 3e des collèges, propose une classe d'ouvrir le monde agricole au monde moderne, de facili de seconde indifférenciée, avant le choix soit d'une filière ter l'intégration à un mode de vie urbain de ceux qui sont professionnelle sanctionnée par un Brevet de Technicien condamnés à l'exode rural, a globalement conduit l'ense
Agricole (BTA) soit d'une formation générale à dominante ignement agricole à un dynamisme pédagogique et struc biologique sanctionnée par le baccalauréat D' (sciences et turel qui commence à porter ses fruits et ce en dépit des techniques agricoles). aléas qui font alterner périodes de politique de rigueur et
de redéploiement, et de relative expansion. Le cycle supérieur est composé par les sections de tech
L'enseignement agricole sort du ghetto où on l'ignorait niciens supérieurs agricoles, de niveau III, et quelques clas
et devient attractif pour d'autres catégories socioprofes ses préparatoires à l'enseignement supérieur agronomique
sionnelles que celles des seuls agriculteurs. et vétérinaire, plus particulièrement adaptées aux élèves
ayant suivi les formations de l'enseignement technique Selon Antoine Prost (1985) l'enseignement agricole est agricole (ces classes préparatoires n'existent que dans un des recours qu'ont les élèves face à la rigidité du système
l'enseignement public). d'orientation de l'Education Nationale. « Mais il ne peut
constituer un recours que dans la mesure où il maintient Ce schéma très général, en tout similaire au schéma qui
une certaine différence et où il propose aux élèves des organise l'ensemble de l'enseignement français, masque
tâches scolaires suffisamment différentes de celles dont la très grande souplesse d'adaptation de l'enseignement
ils ont l'habitude pour qu'ils se réinsèrent et fassent une agricole, souplesse qui se caractérise par la possibilité de
scolarité effective ». classes-passerelles :
* NDLR : La présente note apporte des données récentes qui complètent cel 1. Les jeunes ne disposant pas de ce diplôme de formation initiale, peuvent
les utilisées par Hervé Hannin dans l'article « L'enseignement agricole : évolu préparer un BPA (Brevet Professionnel Agricole) par la voie de la formation protion contemporaine et spécificité » P. 37 fessionnelle continue.
- 53 - — classes « d'accueil » destinées aux élèves issus de CAPA Une des originalités de l'enseignement agricole tient à
ou de 4e de collège, et désireux de préparer un BEPA, l'importance de l'enseignement privé : 78 156 élèves. Le
— classes de 4e et de 3e agricoles ou préparatoires qui per Ministère de l'Agriculture accueille dans les établissements
mettent de préparer un BEPA, publics 40,64 % de la population globale, alors que le
— classes de lere d'adaptation destinées aux élèves issus Ministère de l'Education Nationale regroupe dans les éta
du BEPA, qui souhaitent préparer un BTA (parfois pré blissements publics 83 °/o des élèves relevant de sa tutelle.
cédées d'une seconde d'adaptation). Une autre caractéristique tient aux faibles effectifs d'élè
C'est une des originalités de l'enseignement agricole, ves par établissement : 198 en moyenne pour les établi
quoiqu'elle soit le plus souvent difficilement quantifiable. ssements publics, 141 pour les Etablissements Privés à
Temps Plein, 70 pour les Privés à Temps Il faut sans doute y voir un des moyens de lutte contre
l'échec scolaire et, peut-être, un souci d'adaptation à la Plein à Rythme Approprié. Bien évidemment ces moyenn
spécificité de la formation des enfants d'agriculteurs dont es recouvrent des réalités très diverses (tableau 1).
il apparaît qu'ils optent d'abord pour le niveau d'études
qu'ils sont sûrs de pouvoir atteindre sans coup férir : on
Tableau 1. — Situation de l'enseignement vise d'abord le BEPA, que l'on est sûr de pouvoir obtenir
technique agricole en 1985-1986 et le cas échéant on prépare ensuite un BTA, et quelquef
ois un BTSA.
Public Privé T.P. Privé TPRA Ensemble
Les institutions de l'enseignement agricole Elèves 53 525 45 865 32 291 131 681
Etablissements 270 324 460 1054 L'enseignement technique agricole est dispensé dans des
établissements publics et des établissements privés dits à
temps plein (EPTP), ou à temps plein à rythme approprié Quoique présent dans tous les départements et Régions
(EPTPRA). Les établissements publics sont soit de type de Programme, l'Enseignement Agricole y connaît des for
lycée d'enseignement professionnel (LEP Agricoles) aux tunes diverses : 3 régions (Bretagne, Pays-de-Loire et
quels s'ajoutent quelques centres de formation profession Rhône-Alpes) totalisent à elles seules plus de 35 °/o de
nel pour jeunes, progressivement transformés en LEPA, l'ensemble des effectifs. L'implantation des institutions
soit de type lycée (lycées agricoles) ayant des sections pro
fessionnelles BTA et BTSA. Tableau 2. — Répartition géographique des élèves
de l'enseignement agricole selon les institutions La plupart des établissements d'enseignement privé sont
regroupés au sein de Fédérations, d'importance numéri
que inégale. Régions Privé TPRA Public Privé T.P. Ensemble
Le CNEAP (Conseil National de l'Enseignement Agri DOM 843 214 751 1 808
cole Privé) rassemble des établissements de l'enseignement TOM 49 56 247 352
catholique. Ce sont des à temps plein. Alsace 1204 123 1327
L'Union Nationale des Maisons Familiales Rurales Aquitaine 3 826 1 981 2 031 7 838
d'Education et d'Orientation regroupe les établissements Auvergne 3 188 1 150 741 5 079 pratiquant une pédagogie de l'alternance. C'est l'enseign Bourgogne 1034 4 632 2 733 865 ement dit à temps plein à rythme approprié. Bretagne 1 061 3 305 17 289 3 293
L'Union Nationale Rurale d'Education et de Promot Centre 3 675 1 825 1 817 7 317 ion (UNREP) assure des formations très spécialisées, et Champagne- scolarise 5 623 élèves. Ardenne 2 342 1 307 875 4 524
La Mutualité Sociale Agricole affilie trois établissements Corse 125 125
(55 élèves). Franche-Comté 1411 1 197 1 137 3 745
Les chiffres concernant ces deux dernières fédérations Ile-de-France 873 1 821 206 2900
sont décomptés dans ceux de l'enseignement à temps plein. Languedoc-
Roussillon 2 421 2 469 426 5 316
QUELQUES CHIFFRES Limousin 2 386 147 2 533
L'approche statistique proposée s'appuie essentiellement Lorraine 1 839 396 612 2 847
sur les informations recueillies par les bureaux concernés Midi-Pyrénées 3 839 2 202 1 017 7 058
de la Direction Générale de l'Enseignement et de la Recher Nord-
che, regroupées dans deux annuaires dis Pas-de-Calais 1456 3 425 707 5 588
tincts, à usage interne, publiés pour l'année scolaire Basse-Normandie 1 949 1 260 2 366 5 575
1985-1986 par le Bureau Planifications et Structures Péda Haute-Normandie 1 038 505 695 2 238 gogiques (statistique de l'enseignement public) et le Bureau Pays-de-Loire 2 823 6 471 6 081 15 375 de l'Enseignement privé. Picardie 1 570 1 596 1 158 4 324 Les effectifs 2 662 Poitou-Charentes 3 330 843 6 835
Les de l'enseignement technique agricole peu Provence- Alpes
vent paraître modestes : 131 681 élèves alors que l'ensem 4 239 Côte d'Azur 2 618 768 853
ble du second cycle de l'Education Nationale en compte Rhône-Alpes 4 694 4 756 3 610 13 120
2 106 635.
- 54 - est très inégale ; elle est caractérisée, comme il se doit, par Taux d'évolution 1975-76 1980-81 1985-86 - sur 10 ans une plus grande régularité pour le service public qui pr
Privé T.P. édomine dans 13 des régions de l'Hexagone, alors que
cycle court 32 868 33 214 33 971 + 3,4 l'enseignement privé à temps plein prédomine dans 7, et
+ 1,1 cycle long 8 801 9 366 8900 à à rythme approprié
BTSA 1020 1 075 2 985 + 192,6 dans 2 régions (tableau 2).
42 689 44 295 45 856 + 7,4 Total Cette hétérogénéité dans l'implantation des diverses ins
titutions semble avoir peu de liens avec l'importance de
la population agricole et tenir davantage à des facteurs
externes : taux de scolarisation, offre scolaire, poids tra
ditionnel de l'enseignement confessionnel ou de l'ense
ignement laïc. Il faut noter que l'enseignement agricole n'a
1980-81 Taux d'évolution 1975-76 1985-86 - jamais donné lieu à l'établissement d'une carte scolaire. sur 10 ans
Privé TPRA Diversité géographique, mais aussi diversité des struc
cycle court 30 679 29 368 30 761 + 0,03 tures. Les élèves se distribuent différemment entre les 3
cycle long 53 208 1452 + 2 639,6 cycles de formation selon les institutions. Prédominance
BTSA 67 des cycles long et supérieur dans l'enseignement public
(53,38 °7o) (avec toutefois une forte minorité dans le cycle Total 30 737 29 576 32 280 + 5,1
court), écrasante prépondérance du cycle court (95,29 °/o)
dans les établissements Privés à Temps Plein à Rythme
Approprié, large majorité de ce cycle dans les établiss
ements Privés à Temps Plein (74 °ïo) (tableau 3). Une scolarité différenciée pour les filles et les garçons
Les jeunes filles représentent près de 40 % des effectifs Tableau 3. — Répartition des élèves de l'enseignement technique de l'enseignement agricole. Elles sont très nombreuses dans agricole par cycle et selon l'appartenance institutionnelle
le cycle court (80 °7o d'entre elles y sont scolarisées). Tout(effectifs et %) 1985-86
efois la réalité varie selon les types d'établissements.
Les filles sont tout à fait minoritaires (27,80 % des Public Privé TP, Privé TPRA Ensemble
effectifs) dans l'enseignement public, elles sont légèrement cycle court • 23 156 45,61 33 971 74,08 30 761 95,29 87 888 68,18 majoritaires dans privé à temps plein
cycle long 21 644 42,63 8900 19,40 1452 4,29 31 996 24,82 (52,66 %), et minoritaires encore dans l'enseignement
cycle sup. •* 5 969 11,75 2 985 6,50 67 0,20 9 021 6,99 privé à temps plein à rythme approprié (39,5 %). Elles sont
peu nombreuses à fréquenter le cycle long et les classes ensemble 50 769 100,00 45 856 100,00 32 280 100,00 128 905 100,00
supérieures, et dans ce cas il s'agit d'abord de l'enseigne
sans les classes préparatoires à l'apprentissage ment public. A l'inverse 47 % des jeunes filles scolarisées • BTSA uniquement, sans les classes préparatoires dans l'enseignement agricole sont inscrites dans les éta
blissements d'enseignement privé à temps plein et 41 %
en cycle court (tableau 5).
Depuis 1971 l'enseignement agricole poursuit une évo
lution positive, quoique discontinue et surtout inégale Tableau 5. — Répartition des filles entre les différents cycles
et les différentes institutions (en effectifs et en %) selon les institutions et selon les cycles. L'enseignement
public croît plus rapidement que l'enseignement privé ; le
cycle court voit ses effectifs augmenter de façon modeste Public Privé TP Privé TPRA Ensemble (5 %) et parfois stagner (temps plein à rythme approprié) ;
si le cycle long ne se développe guère dans l'enseignement 7 427 87,84 court 52,61 21217 12 640 97,99 41 279 80,68
privé à temps plein il commence à s'implanter dans l'ense 5 290 37,47 2 280 9,44 long 250 1,93 7 820 15,28
ignement privé à temps plein à rythme approprié, et con- 1400 BTSA 9,91 656 2,71 8 2064 4,03
nait une bonne progression dans l'enseignement public. ensemble 14 117 100 24 148 100 12 898 100 51 163 100 Par contre, les effectifs des classes de BTSA croissent de
% 27,59 47,19 25,20 100 façon très sensible à la fois dans le privé à temps plein et
dans l'enseignement public (tableau 4).
Tableau 4. — Évolution des effectifs de l'enseignement technique
agricole par cycle et par institution Globalement plus nombreux les garçons sont davantage
scolarisés dans l'enseignement public (47,14 % des gar
— 1980-81 Taux évolution 1975-76 1985-86 çons de agricole) où on les retrouve sursur 10 ans tout dans les formations longues et supérieures (57 °7o
Public d'entre eux). L'enseignement privé à temps plein, quant
cycle court 22 490 20 769 23 156 + 3,0 à lui, recrute 41 °7o de ses élèves masculins pour des for
cycle long 19 305 21 507 21644 + 12,1 mations longues et supérieures. Cependant, 23 % des gar
BTSA 2 264 3668 5 969 + 163,6 çons scolarisés dans l'enseignement agricole le sont en cycle
court, dans un établissement à temps plein à rythme approTotal 44 059 45 944 50 769 + 15,2 prié (tableau 6).
- 55 - 6. — Répartition des garçons entre les différents cycles Tableau Les enfants d'agriculteurs
et les institutions (en effectifs et en %) Très nombreux encore dans l'enseignement agricole, ils
n'y sont plus majoritaires : 40 % soit 51 602 pour une Public Privé TP Privé TPRA Ensemble population scolaire de 128 925 élèves. On sait que leur part
relative diminue au fil des années : elle était, semble-t-il, court 15 729 42,91 12 759 58,77 18 121 93,49 46 609 59,95 de plus de 60 % pour l'enseignement privé et de 50 °/o pour 16 354 44,61 6 620 30,49 1 202 6,20 24 176 31,09 long l'enseignement public dans les années 1973/74. Toutefois 10,72 59 0,30 6 957 8,94 BTSA 4 569 12,46 2 329
les informations sur l'origine sociale des élèves étaient 19 382 100 77 742 ensemble 36 652 100 21 708 100 100 jusqu'en 1985-86, les sous-produits d'enquêtes administ
ratives, et leur fiabilité est incertaine. 47,14 27,9 24,93 100
Durant l'année 1985-86 la collecte des données s'est faite
selon une procédure homogène pour les 3 types d'institu
tions. Cette différence de traitement explique sans doute Le choix des options vient accentuer ces divergences : l'écart entre les résultats obtenus et ceux de 1983-84 (qui filles et garçons ne se retrouvent pas dans les mêmes spé ne sont cités ici que pour comparaison avec des chiffres cialisations. C'est ainsi qu'au niveau CAPA l'option repris dans divers travaux) (tableaux 7 et 8). « employée d'entreprise agricole » recrute surtout des fil
les, l'option « employé horticole » est par contre fort Tableau 7. — Effectifs et répartition des enfants d'agriculteurs ement masculinisée, ainsi que l'option « employé d'expoi- (par âge et par institution - 1985-1986)
tation agricole de polyculture-élevage ».
En ce qui concerne le BEPA, l'option « économie famil Public Privé TP Privé TPRA Ensemble
iale et rurale » avec ses 3 sous-options « organismes agri
court 9 575 48,12 9 947 60,75 14 177 92,74 33 729 65,35 coles et para-agricoles », « entreprise agricole et accueil
8 698 43,71 4 875 long 29,68 1056 6,90 14 629 28,34 en milieu rural », « auxiliaire social en milieu rural », est
BTSA 1 623 8,15 1 568 9,54 53 0,34 3 244 6,28 essentiellement un choix féminin :
ensemble 19 896 100 16 420 100 15 286 100 51 602 100 — 3 299 filles pour 164 garçons dans le public,
— 8 306 filles 300 dans le privé à temps
plein,
— 4 881 filles pour 72 garçons dans le privé à temps plein Tableau 8. — Effectifs des enfants d'agriculteurs
à rythme approprié. (par institution en 1983-1984)
Cette seule option regroupe 40 % des filles du cycle court.
A l'inverse, au niveau BEPA, l'option « agriculture él Temps plein Public Temps plein RA evage » est essentiellement masculine :
169 998 15 703 16 824 — 5 504 garçons pour 872 filles dans le public,
— 3 013 226 filles dans l'enseignement privé Sources :
— annuaire statistique de l'enseignement technique agricole public, année scolaire à temps plein, 1985-86 (données définitives). — 6 022 garçons et 268 filles dans privé — annuaire de technique agricole privé, sous contrat
et reconnu, année scolaire 1985-86. à temps plein à rythme approprié.
En revanche, lorsque le niveau s'élève, la répartition
filles-garçons entre les différentes options est plus équi Les enfants d'agriculteurs sont 39,84 % des élèves de librée, et au niveau BTSA les choix scolaires des jeunes l'enseignement public, 35,8 % dans l'enseignement privé à femmes sont très proches de ceux des jeunes gens. temps plein, 47,33 % dans l'enseignement privé à temps
La compréhension de l'enseignement agricole, de son plein à rythme approprié. Mais 38,55 % des enfants
impact, de son utilité sociale passe par la prise en compte d'agriculteurs qui fréquentent agricole ont
de l'existence d'un enseignement agricole à trois visages : choisi l'enseignement public, 31,82 % l'enseignement privé
à temps plein, 29,6 % d'entre eux préférant l'enseignement — un enseignement agricole pour les métiers de la pro
privé à temps plein à rythme approprié. duction agricole,
— un agricole pour les métiers techniques
du secteur agricole et du secteur agro-alimentaire, La répartition entre les 3 cycles de formation n'offre
— un enseignement pour les métiers du tertiaire agricole. pas de différence notable avec la répartition générale sauf
dans l'enseignement privé à temps plein où les enfants Le premier type d'enseignement est fortement masculin
d'agriculteurs sont plus nombreux dans le cycle court. isé, il est présent dans les 3 cycles. Par contre, le 3e type
Mais ceci est à mettre en relation avec la forte féminisaessentiellement féminisé est implanté surtout dans le cycle tion de ce secteur. court.
L'analyse d'Antoine Prost attribuant à l'enseignement Le choix des divers niveaux de formation par les fils
agricole un rôle d'enseignement de recours prend alors tout d'agriculteurs semble suivre la même logique que celle sui
son sens, à moins qu'on accepte d'y voir le poids de l'héri vie par l'ensemble de la population de l'enseignement agri
tage du passé scolaire (les anciens cours ménagers agricol cole (tableau 9). En revanche, quand elles fréquentent
es), en particulier en ce qui concerne les formations l'enseignement agricole, les filles d'agriculteurs se retrou
tertiaires. vent dans des proportions plus importantes que leurs frè-
- 56 - Tableau 10 — Répartition des filles d'agriculteurs dans les niveaux élevés de formation. On retrouve, ici, res
une des caractéristiques des cursus scolaires féminins
(tableau 9). Public .' Privé TPRA Ensemble Privé TP
Les informations dont nous disposons ne permettent pas
court 1680 42,48 4 622 76,51 3 214 96,08 9 516 71,33 de croiser la répartition entre les différentes options et ori
1705 43,12 1067 124 17,66 3,7 2 896 21,70 long gine sociale : ce devrait être l'objet d'une étude plus lon — BTSA 569 14,39 352 5,82 7 928 6,95 gue qui serait sans doute fort instructive.
ensemble 3 954 100 6 041 100 3 345 100 13 340 100
Tableau 9 — Répartition des fils d'agriculteurs % 24,64 45,28 25,07 100 (par cycle et selon l'appartenance institutionnelle)
Sources :
— annuaire statistique de l'enseignement technique agricole public, année scolaire Public Privé TPRA Ensemble Privé TP 1985-86 (données définitives).
— annuaire de technique agricole privé, sous contrat 7 895 49,52 5 355 51,59 10 963 91,80 24 213 63,28 court ou reconnu, année scolaire 1985-86.
6 993 43,86 3 808 36,68 932 7,80 11733 30,66 long
1054 0,38 BTSA 6,61 1216 11,71 46 2 316 6,05 l'importance de l'enseignement agricole dans la format
15 942 100 10 379 100 11941 100 38 262 100 ensemble ion des jeunes agriculteurs : exemple le plus significatif,
80 % des chefs d'exploitation de moins de 25 ans ont fr41,66 27,12 31,20 100 équenté l'enseignement agricole technique ou supérieur, à
des niveaux divers. Vingt-cinq ans après la loi d'orienta
Cette rapide description n'est guère qu'une introduc tion agricole c'est un résultat que ses promoteurs consi
tion à des études plus précises et plus fines. La richesse déreraient sans doute comme excellent.
et la qualité des informations chiffrées actuellement di Reste à savoir si l'enseignement agricole répond aussi sponibles doivent permettre de bâtir des hypothèses de tra bien à ses autres missions, rappelées par les lois de juillet
vail sur le rôle et la fonction de l'enseignement agricole. et décembre 1984 portant rénovation de l'enseignement
La récente étude publiée par le Service Central des Etu agricole : participation au développement des formations
des et Enquêtes Statistiques (SCEES) sur la formation des de la filière agro-alimentaire, participation au développe
actifs familiaux (S. Rattin, 1987), a mis en évidence ment et à l'animation du milieu rural.
Références Bibliographiques
A. PROST (1985). — L'émergence du système de formation français. S. RATTIN (1987). — Soixante pour cent des jeunes actifs ont reçu
une formation agricole. In Cahiers de Statistiques Agricoles, n° 1/6, In Enseignements agricoles et formation des ruraux. Bulletin DGER,
n° 5, n° spécial, sept. 1985. janv.-fév. 1987, SCEES, Ministère de l'Agriculture.
- 57 - Enseignement technique agricole enseignement supérieur
agricole, agronomique parcours de formation et vétérinaire
t t
mars 1987
fclasses prépara toii es jj On peut entrer dans l'enseignement technique agricole
— après la 5e
—la 3e
— après la seconde
—la terminale
classes préparatoires
L'enseignement agricole prépare au :
CAPA : Certificat d'Aptitude Professionnelle Agricole
BEPA : Brevet d'Etudes Professionnelles Agricoles
BTA : de Technicien Agricole
Bac D' : Baccalauréat sciences agronomiques
BTSA : Brevet de Supérieur Agricole
T BTA TD'
I
BEPA 2 1ère BTA
CAPA
CAPA BEPA 1 seconde de détermination I )
I
3ème
I
CPA 4ème 4ème
préparât.
I
Sème
enseignement agricole
éducation nationale
enseignement agricole
et éducation nationale
- 58 - LES OPTIONS
CAPA BTA
□ Secteur Production D Secteur Production Agricole
— Employé Horticole — Technicien généraliste
—d'exploitation agricole de polyculture-élevage — Conduite de l'exploitation polyculture-élevage
— Conducteur des machines de l'exploitation agricole — Elevage
— Employé viti-vinicole —laitier ou viande
— Employé d'élevage. — Horticulture
— Production florale □ Secteur Services — Cultures légumières — Palefrenier-soigneur
— Pépinières — Employé d'entreprise agricole et para-agricole — Jardins - Espaces verts —de vannerie.
— Arboriculture fruitière
BEPA —- viticulture
— Viticulture □ Secteur Production
—- œnologie — Agriculture-élevage et activités annexes
— Grandes cultures —
— Mécanisation agricole — Arboriculture fruitière
— Protection des cultures — Horticulture
— Aquaculture — Conduite et entretien des machines agricoles
— Production forestière — Vigne et vin
— Pisciculture □ Secteur Transformation des produits agricoles — Sylviculture et travaux forestiers — Laiterie
— Laboratoire d'analyse □ Secteur Transformation des produits agricoles
— Industries agro-alimentaires — Agent de laboratoire
— Laiterie □ Secteur Distribution, Commercialisation des produits — Ostériculture-vannerie agricoles et Services
— Commercialisation des produits agricoles □ Secteur Commercialisation des produits agricoles - Ser
—des horticoles vices en milieu rural
—des vins et spiritueux — Animalier de laboratoire
—des fruits et légumes — Cynégétique
— Services en milieu rural — Distribution et commercialisation des produits agricoles
— Gestion-comptabilité — Economie familiale rurale.
BTSA
□ Secteur Production
— Techniques agricoles et gestion de l'entreprise
— Productions animales
— Production forestière
—végétales
—horticole
— Machinisme agricole
□ Secteur Transformation
— Industries agro-alimentaires et biotechnologies
— Transformation, distribution, commercialisation des
produits agricoles
— Analyses agricoles, biologiques et biotechnologies.
□ Secteur Commercialisation et Service
— Elaboration, commercialisation des vins et spiritueux
— Formation hippique
— Protection de la nature
—des cultures
— Agronomie tropicale
— Semences
— Maîtrise de l'eau
— Viticulture-œnologie.
- 59 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.