L'intégration spatiale de marchés et échange discontinu : une analyse des marchés spot urbains pour la tomate au Zimbabwe - article ; n°1 ; vol.283, pg 62-71

De
Publié par

Économie rurale - Année 2004 - Volume 283 - Numéro 1 - Pages 62-71
Spatial market integration under discontinuous trade: an analysis of urban spot markets for tomatoes in Zimbabwe - This paper advances a diagnostic understanding of smallholder agricultural markets in Zimbabwe by evaluating market integration between urban spot markets for tomatoes. Utilizing prices series and intermarket transfer cost data, the analysis employs Baulch's Parity Bounds Model which allows for discontinuous trade and thus kinked price relationships between markets. The results show for most market pairs high probabilities of being inside parity bounds between most markets suggesting prohibitive transportation costs (intermarket transfer costs exceed price differentials). Only for three out of the fifteen market pairs are there significant probabilities of violating spatial arbitrage conditions indicating inefficiencies. To improve welfare through agricultural markets, public policy should focus on ways to reduce intermarket transfer costs for arbitragers. Possible ways to lower transportation costs include leasing of underutilize government tracks and back-hauling by private companies.
Cette recherche vise à comprendre le fonctionnement des marchés agricoles où interviennent des petits exploitants au Zimbabwe, en évaluant le degré d'intégration entre les différents marchés spot (au comptant) urbains pour la tomate. Utilisant des séries de prix et de coûts de transfert entre les marchés, cette analyse utilise le modèle avec seuils de parité de Baulch qui permet de prendre en considération le caractère discontinu de l'échange et donc les cassures dans les relations de prix entre marchés. Pour la plupart des couples de marchés considérés, les résultats montrent des probabilités élevées d'être à l'intérieur des seuils de parité pour la plupart des marchés, suggérant des coûts de transport prohibitifs (coûts de transfert entre marchés plus élevés que les différences de prix). Des probabilités significatives de transgresser les conditions d'arbitrage spatial, indiquant des inefficacités, apparaissent pour seulement trois des quinze couples de marchés. Pour améliorer le bien-être des exploitants agricoles par l'intermédiaire les marchés agricoles, la politique publique doit se concentrer sur la façon de réduire les coûts de transfert entre marchés pour qu'un arbitrage puisse exister. Les méthodes possibles pour diminuer les coûts de transport incluent la location des camions gouvernementaux peu ou pas utilisés et le back-hauling par des compagnies privées.
10 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 2004
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

M. Edward Mabaya
L'intégration spatiale de marchés et échange discontinu : une
analyse des marchés spot urbains pour la tomate au Zimbabwe
In: Économie rurale. N°283-284, 2004. pp. 62-71.
Citer ce document / Cite this document :
Mabaya Edward. L'intégration spatiale de marchés et échange discontinu : une analyse des marchés spot urbains pour la
tomate au Zimbabwe. In: Économie rurale. N°283-284, 2004. pp. 62-71.
doi : 10.3406/ecoru.2004.5506
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ecoru_0013-0559_2004_num_283_1_5506Abstract
Spatial market integration under discontinuous trade: an analysis of urban spot markets for tomatoes in
Zimbabwe - This paper advances a diagnostic understanding of smallholder agricultural markets in by evaluating market integration between urban spot markets for tomatoes. Utilizing prices
series and intermarket transfer cost data, the analysis employs Baulch's Parity Bounds Model which
allows for discontinuous trade and thus kinked price relationships between markets. The results show
for most market pairs high probabilities of being inside parity bounds most markets suggesting
prohibitive transportation costs (intermarket transfer costs exceed price differentials). Only for three out
of the fifteen market pairs are there significant probabilities of violating spatial arbitrage conditions
indicating inefficiencies. To improve welfare through agricultural markets, public policy should focus on
ways to reduce intermarket transfer costs for arbitragers. Possible ways to lower transportation costs
include leasing of underutilize government tracks and back-hauling by private companies.
Résumé
Cette recherche vise à comprendre le fonctionnement des marchés agricoles où interviennent des petits
exploitants au Zimbabwe, en évaluant le degré d'intégration entre les différents marchés spot (au
comptant) urbains pour la tomate. Utilisant des séries de prix et de coûts de transfert entre les marchés,
cette analyse utilise le modèle avec seuils de parité de Baulch qui permet de prendre en considération
le caractère discontinu de l'échange et donc les cassures dans les relations de prix entre marchés. Pour
la plupart des couples de marchés considérés, les résultats montrent des probabilités élevées d'être à
l'intérieur des seuils de parité pour la plupart des marchés, suggérant des coûts de transport prohibitifs
(coûts de transfert entre marchés plus élevés que les différences de prix). Des probabilités significatives
de transgresser les conditions d'arbitrage spatial, indiquant des inefficacités, apparaissent pour
seulement trois des quinze couples de marchés. Pour améliorer le bien-être des exploitants agricoles
par l'intermédiaire les marchés agricoles, la politique publique doit se concentrer sur la façon de réduire
les coûts de transfert entre marchés pour qu'un arbitrage puisse exister. Les méthodes possibles pour
diminuer les coûts de transport incluent la location des camions gouvernementaux peu ou pas utilisés et
le back-hauling par des compagnies privées.'intégration spatiale de marchés et échange
discontinu : une analyse des marchés
spot urbains pour la tomate au Zimbabwe
Université Edward MABAYA de Cornell, • Département Ithaca, New d'Économie York appliquée et de management,
Traduction par Samer FRANGIE
La production horticole ménages, ce qui a poussé le gouvernement et
des petits exploitants du Zimbabwe les ONG à remplacer leur assistance à la pro
duction de denrées de subsistance par une La plupart des ménages ruraux au assistance à la production de denrées com- possèdent des petits « jardins » de moins
mercialisables. En améliorant l'accès au mard'un demi-acre, dans lesquels ils plantent
ché des petits exploitants, la production hortides fruits et des légumes pour la consom
cole peut augmenter les revenus ruraux et mation familiale et le petit commerce. L'ir
assurer une sécurité alimentaire pour les rigation de ces jardins se base sur l'utilisation
ménages urbains à bas revenus. illégale de cours d'eaux et les terres humides,
L'accès à des marchés lucratifs a toujours sur le transport manuel et légal d'eau des
été limité. Les petits exploitants font face à rivières, sur quelques forages, et sur les pro
des contraintes qui les obligent à utiliser des jets d'irrigation à petite échelle mis en place
chaînes de commercialisation informelles. par le gouvernement et les organisations non
Ces contraintes incluent les pénuries dans le gouvernementales (ONG). Des 8490 hec
transport dues à la mauvaise qualité de l'itares irrigués par ces projets à petite échelle,
nfrastructure routière, à la mauvaise qualité 90% sont utilisés pour les plantations horti
des informations qui concernent le marché et coles (fruits et légumes), le reste étant consa
à des quantités trop faibles pour pouvoir cré à la culture céréalière (Utete, 1990).
satisfaire les quotas minimaux fixés par les Encourager l'horticulture est considéré
acheteurs institutionnels. Les marchés ruraux comme étant une des meilleures stratégies
sont trop petits pour pouvoir absorber le surpour améliorer la qualité de vie des petits
plus produit et les prix sur ces marchés exploitants ; cette amélioration porte les reve locaux sont inférieurs à ceux des nus et les apports nutritionnels sans entraîner
urbains. Par conséquent, la majorité du surune augmentation substantielle de l'inves
plus produit par ces petits exploitants est tissement en capital. Cette stratégie a donc été
commercialisée en passant par des chaînes au centre des politiques de développement
informelles et complexes pour atteindre les rural au Zimbabwe. marchés spot urbains1 les plus proches, pour La production horticole des petits exploitants
être ensuite vendue aux consommateurs a augmenté considérablement durant les deux
dernières décennies, grâce à l'assistance du 1 . Les marchés spot urbains sont les points de contact
gouvernement local et des ONG. Non seul des chaînes de commercialisation informelles. Ces
chaînes permettent aux produits d'arriver dans les ement la surface consacrée à l'horticulture a
régions urbaines à partir des régions agricoles avoisi- augmenté, mais aussi la productivité par unité nantes ou d'autres marchés urbains. Es sont appelés ainsi de surface (Moyo, 1990). Cette augmentation du fait du caractère direct (au comptant) des transactions
de la production et de la a conduit à la différence des marchés à terme où les termes de la
à la commercialisation du surplus de certains transaction sont réglés d'avance par contrat.
62 Économie Rurale 283-284/Septembre-décembre 2004 urbains ou vendue par arbitrage à d'autres opportunités pour un arbitrage profitable ne
marchés spot urbains. peuvent pas exister à la marge. Donc, pour
Cet article étudie l'efficacité des marchés un équilibre spatial, les différences de prix
agricoles où interviennent des petits exploitants pour des produits identiques entre n'im
au Zimbabwe, en analysant la transmission porte quelle paire de marchés séparés spa
spatiale des prix entre les marchés spot urbains tialement devraient être plus petites ou
pour la tomate. Utilisant des séries de prix et égales au coût de transfert de ce produit
de coûts de transfert entre ces marchés2, cette entre ces deux marchés (elles seront égales
analyse emploie un modèle à régime variable si la transaction a lieu). Cette condition pour
pour étudier l'efficacité entre des couples de un équilibre spatial, développée par Enke,
marché séparés spatialement. Les résultats de Samuelson, Takayama et Judge (ou ESTJ),
cette étude sont utilisés pour proposer des est présentée dans l'équation 1.
politiques permettant d'améliorer l'efficacité Pit - Pjt < Tjit (égal si la transaction a
sociale des transactions et la sécur
lieu) (1) ité alimentaire à travers ces marchés agri
où Pit = Prix du produit dans le marché qui coles au Zimbabwe.
importe (marché i) au temps t
Pjt = Prix du produit dans le marché Intégration spatiale de marché
qui exporte (marché j) au temps t et équilibre compétitif
Tjit = Coût de transfert des produits entre La production agricole est extrêmement
le marché j et le marché i au temps t. spécialisée dans le temps et l'espace et la
marchandise est encombrante et souvent Cette équation suggère qu'une analyse
hautement périssable. Le degré d'interaction complète des efficacités spatiales des mar
entre couples de marché dans l'espace, le chés suppose au moins trois bases de don
temps et la forme de celle-ci - donc l'int nées : les séries de prix des deux marchés
égration de ces marchés - sont ainsi cru (Pit et Pjt), les coûts de transfert entre les
ciaux lorsqu'il s'agit d'évaluer la perfo marchés (Tjit), et l'observation indiquant si
rmance économique des marchés agricoles. la transaction a eu lieu ou non. Néanmoins,
la plupart des recherches empiriques sur Alors que les théories économiques de l'i
l'analyse spatiale des marchés n'utilise ntégration de marché sont bien développées,
les techniques économétriques utilisées que les séries de prix (analyse de
« niveau 1 » selon la nomenclature de Barrpour la mesurer ont évolué rapidement
durant les trois dernières décennies, de la ett (1996). Les coefficients de corrélation
simple mesure de la corrélation bidimen- (Lele, 1972), la loi du Prix unique (Ardeni,
sionnelle au modèle à régimes variables 1989) et le modèle de Ravallion (1986)
récemment introduit dans la littérature. Les sont basés sur l'hypothèse que dans les
outils utilisés pour l'analyse empirique marchés bien intégrés, les chocs dans les
dépendent souvent de la disponibilité des prix sont transmis intégralement entre les
données, des hypothèses sur la structure marchés, soit immédiatement, soit après
du marché et de la compétence du cher plusieurs décalages. Les variations des
cheur en econometric coûts de transfert entre les marchés peuvent
conduire ces modèles à rejeter l'hypothèse Si les marchés sont à l'équilibre, les
d'intégration entre marchés même quand
les conditions d'arbitrage spatial sont satis2. Les coûts de transfert entre marchés consistent
faites. Les tests de causalité de Granger principalement en coûts de chargement et déchar
(1969) et de cointégration (Johansen, 1988) gement, en coûts de transport et en profits normaux
des commerçants (Baulch, 1997). sont plus flexibles, permettant des co-mou-
Économie Rurale 283-284/Septembre-décembre 2004 vements de prix moins que parfaits, des moyens mensuels pour la tomate « niveau
variations saisonnières, et une déterminat A » dans six marchés spot urbains de mars
ion simultanée des prix. Néanmoins, en 1998 à juin 2002 (51 observations). Les
ignorant les coûts de transfert entre les tests de type Dickey-Fuller Augmenté réa
lisés de façon préliminaire indiquent que marchés, ces tests se basent implicitement
sur l'hypothèse de relation linéaire entre les toutes les séries de prix sont intégrées
prix de marché. Ces tests échouent en pré d'ordre un et, donc, non stationnaires. Nous
sence de discontinuité dans les échanges avons donc calculé pour cette étude les dif
férences de prix absolues pour chaque paire commerce, les relations de prix présentant
alors des ruptures. de marchés.
Le modèle avec seuils de parité de Baulch Les coûts de transfert entre les marchés
(1997), qui inclut les coûts de transfert entre considérés dans cette étude proviennent de
les marchés dans un modèle à régimes deux sources d'information : des données pr
variables, prend en compte la possibilité que imaires et des extrapolations. Les données
pour la période débutant en janvier 2001 les marchés soient intégrés dans certaines
ont été réunies au cours d'une enquête s'éta- périodes et segmentés dans d'autres et donc
que l'échange soit discontinu (relations de lant sur un an, supervisée par l'auteur de
prix avec ruptures). Ce modèle permet aux l'étude. Les coûts de transfert entre les mar
prix de changer d'une façon indépendante chés comprennent les coûts de chargement et
tant que les coûts de transfert entre les mar déchargement, les patentes de commerce
chés sont supérieurs aux différences de prix. des municipalités et les coûts de transport.
Les coûts de transport se calculent sur l'hy
pothèse que les arbitragistes transportent le
Base de données : maximum de caisses de tomates permises
les différences de prix et les coûts pour un seul passager sur les bus publics
de transfert entre les marchés (la méthode de transport entre les marchés
spot urbains la plus utilisée par les arbitraAvant d'analyser plus en détail le modèle de
gistes spatiaux au Zimbabwe). Toutes les Baulch, nous allons d'abord présenter les deux
principales bases de données (les différences de composantes des coûts de transfert entre les
prix et les coûts de transport entre les mar marchés sont symétriques. Il n'y a pas de
chés) qui vont être utilisées par la suite. variations saisonnières reliées au temps dans
les coûts de transfert entre les marchés car Les bases de données sur les prix moyens
toutes les routes reliant les spot de gros de la tomate sont celles qui ont été
collectées dans les six plus grands marchés urbains sont pavées.
spot urbains au Zimbabwe : Harare (HRE), Les coûts de transfert entre les marchés
pour la période qui précède janvier 2001 Chitungwiza (CTZ), Chinhoyi (CNY),
sont calculés en extrapolant vers l'arrière la Gweru (GWR), Bulawayo (B YO) et Mutare
première observation des coûts de transfert (MTR). Ces séries de prix sont issues d'un
provenant des données primaires, sur la projet de collecte de données, coordonné
par le département de ï Agricultural Exten base de l'évolution de l'indice des prix à la
sion Services (Agritex) du ministère de consommation (ou CPI). La variation dans
les données primaires n'est pas suffisante l'Agriculture, ayant pour objectif de réduire
les inefficacités dues à la mauvaise qualité pour prévoir les coûts de transfert pour la
des informations concernant les marchés. période entière en utilisant un modèle de
Des moyennes mensuelles sont utilisées car régression. Par conséquent, la fiabilité des
données des coûts de transfert dépend certaines observations sont absentes dans
en partie de la fiabilité du CPI comme les séries hebdomadaires. Les séries de prix
finales sont calculées sur la base des prix déflateur. Pour évaluer celle-ci, nous
64 Économie Rurale 283-284/Septembre-décembre 2004 avons analysé la relation existant entre le urbains et les statistiques descriptives des
CPI et les coûts de transfert actuels entre les données utilisées sont présentées dans le
marchés pour la période d'une année pour tableau 1. La moyenne et l'écart-type pré
laquelle les données primaires sont dispo sentés dans le tableau 1 sont basés sur des
nibles. Pour la plupart des couples de mar prix nominaux ce qui fait qu'ils sont biaises
chés, les résultats montrent une tendance vers les dernières observations par la pré
similaire pour le CPI et les coûts de trans sence d'une tendance inflationniste. Néan
fert entre les marchés. Néanmoins, à la dif moins, pour des statistiques similaires basées
férence du CPI qui présente une tendance sur des prix réels ajustés par le CPI, la plu
part des classements relatifs observés ci- régulière vers le haut, les coûts de transfert
entre les marchés sont stables dans le court dessus sont préservés. Il existe une forte
terme : ils restent au même niveau pen tendance saisonnière dans les séries de prix
dant une période donnée avant de passer à reflétant le caractère saisonnier de l'offre. La
un niveau plus élevé la période suivante. comparaison entre la moyenne des coûts
Plusieurs parties des coûts de transfert, de transfert entre les marchés et la moyenne
comme les coûts de transport, les coûts de entre les différences de prix donne comme
chargement et déchargement et les patentes première indication le fait que les coûts de
de commerce des municipalités, restent au transfert entre les marchés sont trop élevés
même niveau durant plusieurs mois avant pour permettre un arbitrage profitable la
d'augmenter de façon substantielle du jour plupart du temps, surtout pour les marchés
au lendemain. En raison de cette caracté les plus distants. Mais les différences de
ristique, l'extrapolation des coûts de trans prix augmentent souvent de façon considé
fert en utilisant le CPI est plus appropriée rable durant les périodes de faible offre,
pour les données où la périodicité est faible. présentant donc des opportunités pour le
Les distances entre les marchés spot commerce et la transmission des prix.
Tableau 1. Statistiques descriptives pour les différences de prix et les coûts de transfert
Différences de prix {2) Coûts de transfert « : Couple Distance
l de marchés entre (Km) Moyenne Ecart-type Moyenne Ecart-type ï
HRE-CTZ(1) 20 35,52 48,79 45,77 25,29
HRE-CNY 115 138,25 142,35 66,73 34,24
HRE-GWR 275 11,67 119,89 88,14 44,05
HRE-BYO 439 104,05 141,84 142,03 84,73
HRE-MTR 363 118,61 137,11 113,55 56,67
CTZ-CNY 135 116,40 123,83 176,50 101,79
CTZ-GWR 155 90,74 89,48 150,94 115,52
CTZ-BYO 459 87,54 103,06 289,04 138,42
CTZ-MTR 383 93,11 105,22 193,66 94,42
CNY-GWR 391 82,47 90,96 198,47 96,15
CNY-BYO 555 106,07 105,61 281,92 149,92
CNY-MTR 381 87,75 102,23 232,40 112,21
GWR-BYO 164 68,92 69,11 73,46 39,85
GWR-MTR 480 59,68 67,15 109,43 59,26
BYO-MTR 577 83,13 74,52 306,95 138,73
Notes : (1) Sigles des marchés : HRE = Harare, CTZ = Chitungwiza, CNY= Chinhoyi, GWR = Gweru, BYO = Bulawayo,
MTR = Mutare.
(2) Basé sur les prix mensuels moyens pour les tomates de « niveau A » dans six marchés spot urbains de mars
1998 à 'juin 2002 (51 observations). Source . : Calculs r . . de , I ., auteur „
Économie Rurale 283-284/Septembre-décembre 2004 marchés), seul le régime 1 est consistant Modèle de limite de parité (MLP)
avec l'intégration des marchés, alors que
L'importance des coûts de transfert entre quand la production et la consommation
marchés dans l'analyse spatiale des ces ne sont pas spécialisées (aucun flux
derniers a conduit à l'élaboration des d'échange entre les marchés), les deux
méthodes d'analyse dites de «niveau 2» régimes 1 et 2 peuvent être consistants avec
qui englobent à la fois des séries de prix et l'intégration des marchés. Quel que soit le
des données sur les coûts de transfert. cas considéré, le régime 3 n'est pas consis
Spiller et Huang (1986) furent les pion tant avec l'intégration des marchés. En pre
niers dans l'analyse de « niveau 2 » en nant comme hypothèse que les coûts de
introduisant les modèles à régimes transfert entre les marchés (Tt) sont symét
variables. Ce modèle fut rapidement adopté riques, les trois régimes du modèle de
et amélioré par d'autres chercheurs au vu de Baulch peuvent être définis comme suit :
ses potentialités (Spiller et Wood (1988) ; -Régime 1 : In | Pit - Pjt | = In Tt + et
Sexton, King et Carman (1991)). L'anal avec une probabilité Xlf
yse de « niveau 2 » la plus avancée est due
-Régime 2 : In | Pit - Pjt | = In Tt + et + ut
à Blauch (1997). Elle est résumée ci-des avec une A^,
sous. Il faut reconnaître qu'une grande part -Régime 3 : In | Pit - Pjt | = In Tt + et + vt
ie de la spécification de ce modèle s'appuie avec une probabilité À,3.
sur les recherches mentionnées ci-dessus. À n'importe quelle date t, la déviation
Le modèle à seuils de parité de Baulch entre les différences de prix entre les mar
(ou MLP) mesure le degré d'intégration de chés et les coûts de transfert extrapolés peut
marché en faisant une distinction entre les être décomposée en trois termes d'erreurs.
trois régimes d'échange possibles suivants : -et est un terme d'erreur symétrique avec
-Régime 1 : aux seuils de parité, c'est-à- une moyenne de zéro qui mesure les varia
dire le régime où les différences de prix tions aléatoires dans les coûts de transfert
sont égales aux coûts estimés de trans et les différences de prix (par exemple, les
fert entre marchés. erreurs d'échantillon).
-Régime 2 : à l'intérieur des seuils de -ut < 0 est un terme d'erreur tronqué par le
parité, où les différences de prix sont infé haut à zéro (demi-normal) qui mesure de
rieures aux coûts estimés de transfert entre combien les différences de prix se restre
marchés. ignent par rapport aux seuils de parité dans
—Régime 3 : à l'extérieur des limites de le régime 2.
parité, où les différences de prix sont - vt > 0 est un terme d'erreur tronqué par le
supérieures aux coûts estimés de transfert haut à zéro (demi normal) qui mesure de
entre marchés. combien les différences de prix dépassent
Le MLP de Baulch est présenté dans le les coûts de transfert dans le régime 3.
graphique 1. Remarquons que lorsque la Donc, la correspondance entre les
production et la consommation sont spé régimes et les valeurs des termes d'erreurs
cialisées3 (avec des flux d'échange entre
sont :
-Régime 1 : ut = vt = 0 2: ut<0etvt = 0
3. Les productions et consommations spécialisées -Régime 3 : ut = 0 et vt > 0
font référence aux cas où la production et la consom En utilisant la méthode de maximum de
mation alimentaires ont lieu dans des régions dif vraisemblance, il est possible de dériver les
férentes. Ces cas sont plus probables dans les pays probabilités d'être dans chacun des trois développés. Les productions et consommations
régimes d'échange pour les séries de prix et dans les pays en voie de développement sont d'ha
les coûts de transfert entre les marchés. La bitude non spécialisées.
66 Économie Rurale 283-284/Septembre-décembre 2004 L'algorithme de Davidon-Fletcher-Powell fonction de vraisemblance du modèle à seuils
de parité dérivée par Baulch (op. cit.) est est utilisé en vue maximiser le logarithme de
présentée ci-dessous dans l'équation 2. l'équation 2 en fonction des paramètres Xlt
%i, ae, au et av. Il est alors possible d'obte
nir des estimations des probabilités d'être
1=1 (2) dans chacun des trois régimes. En utilisant
les simulations de Monte-Carlo, Baulch où le régime 1 (sur les limites de parité) est
montre que le modèle MLP peut détecter les présenté dans l'équation 3,
violations des conditions d'arbitrage spat
ial avec un haut niveau de précision. De f,=~
plus, en utilisant ce modèle sur des mar
(3) chés de gros du riz aux Philippines, Baulch
montre que ce modèle peut détecter la préle régime 2 (à l'intérieur des limites de
sence d'arbitrage spatial efficient même parité) est présenté dans l'équation 4,
quand les tests de « niveau 1 » échouent à
2_ (Yt-Kt) cause de la présence de discontinuité dans
les échanges. Au lieu des résultats binaires
de Ravallion et des modèles de cointégra-
tion, le MLP permet donc au chercheur de
se concentrer sur l'amplitude des probabil
ités d'être dans chaque régime et donc de
pouvoir comparer et analyser les degrés et le régime 3 (à l'extérieur des limites de
d'intégration. parité) est présenté dans l'équation 5.
Mais ce modèle n'est pas sans limites.
Baulch remarque que l'utilisation de prix (Yt-K,)
contemporains ne permet pas de prendre
en compte de possibles réponses de prix
décalées, qui peuvent être prises en compte
par lors des tests causalité au sens de Gran
ger ou par les modèles de Ravallion. Il s'agit
là d'une limite du modèle lorsque des donLa notation utilisée ci-dessus est définie
nées de faible périodicité sont utilisées. De comme suit :
plus, la précision et l'utilité de ce modèle - Xlt X2 et ^3 sont les probabilités d'être dans
dépendent de la qualité de l'estimation des les régimes 1, 2 et 3 respectivement, où
coûts de transfert entre les marchés. Baulch A3 = 1-Ài-À,2»
attire l'attention sur la difficulté de baser des - Y, - In (Pit - Pjt), le logarithme naturel des
politiques seulement sur les résultats des différences de prix absolues,
MLP, proposant que ce modèle soit utilisé
-Ge, ou et ov sont respectivement les écarts- comme un « complément, et non un substit
types des termes d'erreurs et, ut et vt re ut, à la compréhension du fonctionnement
spectivement (défini ci-dessus), des marchés réels sur le terrain ». Mais la
-K, est le logarithme naturel des coûts de limite la plus importante de ce modèle reste
transfert entre les marchés (Ty,), le fait qu'en ne prenant pas en compte les
-ç (.) est la fonction de densité de la loi données sur les flux d'échange entre mar
normale standard, chés, ce modèle échoue à démêler les
-0 (.) est la fonction de distribution cumul concepts d'intégration de marché et d'équi
ative de la loi normale standard. libre concurrentiel (Barrett et Li, 2002).
i
Économie Rurale 283-284/Septembre-décembre 2004 Graphique 1. Modèle de limite de parité de Baulch
i $/kg
R3
Régime 1
R3
> Régime 2
R2
Time ^
Différentiel de prix Coup de transfert (en moyenne)
Seuil de parité inférieur Seuil de parité supérieur
Les résultats tomate au Zimbabwe sont présentés dans le
Pour l'analyse empirique, le logiciel TSP tableau 2. Six des quinze paires de marchés
4.5 a été utilisé pour obtenir les estimations donnent des probabilités statistiquement
des paramètres présents dans la fonction de significatives d'être sur les seuils de parité,
vraisemblance donnée par l'équation 2. Le soit où les coûts de transfert entre les mar
critère de convergence a été réglé à 0.01 et chés sont égaux aux différences des prix
l'algorithme de Davidon-Fletcher-Powell a (régime 1). Quatre de ces six paires sont
été utilisé pour remédier au problème d'un associées au marché de la capitale Harare.
mauvais choix des valeurs initiales. Plu Ceci pourrait suggérer une structure de mar
sieurs valeurs initiales ont été utilisés pour ché radiale comme le propose Ravallion.
remédier à la possibilité d'avoir plusieurs Les probabilités significatives d'être dans le
optimums locaux. Les estimations rappor régime 1 capturent les activités d'arbitrage
tées correspondent au maximum obtenu du plus particulièrement pendant les périodes
logarithme de la vraisemblance. L'option où l'offre. La probabilité élevée d'être à
ANALYZ a été utilisée pour calculer les l'intérieur des seuils de parité (régime 2)
erreurs-types des probabilités d'être dans pour la plupart des marchés indique des
chaque régime et tester leur signifîance en coûts de transport élevés. Ceci est particu
lièrement vrai pour les marchés qui ne posutilisant les tests t de Wald. Cependant, les
tests des hypothèses réalisés à partir des sèdent pas un système de transport public
valeurs estimées des seuils n'ont pas été direct. Les coûts de transfert entre ces mar
faits car les écarts-types correspondants chés sont extrêmement élevés car ils incluent
peuvent être biaises. Au lieu de tester l'hy de multiples « frais de bagage », coûts de
pothèse d'intégration de marché pour chaque chargement et déchargement et patentes de
paire de marchés, c'est-à-dire, tester l'hy commerce. Ceci explique pourquoi les mar
pothèse nulle Ho : A,1+X2=l, l'analyse se chés de Chitungwiza et Chinhoyi, qui ne
concentre sur l'amplitude des probabilités sont connectés aux autres marchés que par
d'être dans chaque régime. le marché de Harare, affichent toujours des
Les résultats des tests du MLP pour les probabilités d'être dans le régime 2 avec
paires de marchés spot urbains pour la tous les autres marchés excepté celui de
68 Économie Rurale 283-284/Septembre-décembre 2004 Tableau 2. Résultats des tests du Modèle de limite de parité (MLP) pour les marchés de tomate
Probabilités estimées i
l Paire de marché
X2( Régime 2) X] ( Régime 1) \i{ Régime 3) j
0,296* 0,676* HRE-CTZ 0,341* 0,027 0,284* 0,375* HRE-CNY 0,285* 0,347* 0,368* HRE-GWR 0,282* 0,717* HRE-BYO 0,001 0,395* HRE-MTR 0,010 0,584 0,787* CTZ-CNY 0,208 0,005 0,688* CTZ-GWR 0,117 0,194
0.0013 0,999a CTZ-BYO 0,000 0,984* 0,001a CTZ-MTR 0,015
a 0,999a CNY-GWR 0,001 0,000 0,937* CNY-BYO 0,062 0,001 0,853* CNY-MTR 0,004 0,141 0,634* 0,281* GWR-BYO 0,167* 0,115 0,193* 0,642* GWR-MTR
0,001a 0,999a BYO-MTR 0,000
Sigles des marchés : Cf. tableau 1
Notes : (*) Indique que les estimations de l'intérieur sont statistiquement significatives au seuil de 5 %.
(a) que la solution de limite a été rencontrée et donc il n'y a pas eu d'hypothèse testée.
La somme pour un couple de marchés des probabilités estimées n'est pas toujours égale à un du fait d'erreurs
d'arrondis. Source r : Calculs _ , . de , I „ auteur .
Harare. En présence de production et Les implications pour la politique
consommation non-spécialisées, présence économique
indiquée par l'addition des probabilités
Une des conclusions de cette analyse est d'être dans les régimes 1 et 2, l'intégration
que les coûts de transfert entre les marchés
de marché est quasi-parfaite pour toutes les spot urbains sont élevés. Par conséquent,
paires de marchés, excepté trois : Harare- la plupart de ces marchés sont en situation
Chinhoyi, Harare-Gweru et Gweru-Mutare. d'équilibre segmenté. La diminution des
Selon la définition de Baulch, les probabil coûts de transfert entre les marchés devrait
ités significatives d'être à l'extérieur des stabiliser les prix des marchandises, ce qui
seuils de parité (régime 3) entre les marchés serait bénéfique pour les petits exploitants et
indiquent une violation des conditions d'ar les consommateurs urbains.
bitrage spatial, qui peuvent être interpré Les bus publics ne sont pas efficaces
tées comme un indice d'inefficacité. Mais il en termes de coût pour le transport des
faut noter que ce modèle est biaisé car il tend produits agricoles encombrants entre mar
à détecter une intégration de marché en pré chés ; ils ne sont utilisés qu'en dernier
sence de données à périodicité faible, recours. Des camions pourraient trans
comme les séries mensuelles utilisées dans porter ces produits à un moindre coût en
cette recherche. Du fait de la volatilité éle capitalisant sur les économies d'échelle.
vée des prix de la tomate et de la vitesse éle Malgré le large potentiel pour réaliser des
vée de la transmission des prix entre les profits de court-terme que pourrait engen
marchés spot urbains au Zimbabwe, des drer l'arbitrage entre marchés, très peu de
séries journalières ou hebdomadaires semb camions privés sont disponibles pour ces
leraient être plus indiquées pour détecter les services. Néanmoins, le gouvernement
possède un grand nombre de camions dont inefficacités là où elles existent.
Économie Rurale 283-284/Septembre-décembre 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.