La Ruthénie tchécoslovaque. Russie subcarpathique - article ; n°185 ; vol.33, pg 443-456

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1924 - Volume 33 - Numéro 185 - Pages 443-456
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1924
Lecture(s) : 91
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

Cap. Dalmay de la Garenne
La Ruthénie tchécoslovaque. Russie subcarpathique
In: Annales de Géographie. 1924, t. 33, n°185. pp. 443-456.
Citer ce document / Cite this document :
Dalmay de la Garenne . La Ruthénie tchécoslovaque. Russie subcarpathique. In: Annales de Géographie. 1924, t. 33, n°185.
pp. 443-456.
doi : 10.3406/geo.1924.9433
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1924_num_33_185_9433443
LA RUTH NIE TCH COSLOVAQUE
RUSSIE SUBCARPATHIQUE
La partie orientale de tat tchécoslovaque habitée en grande majo
rité par des Ruthènes lui été rattachée par le Statut général du 10 sep
tembre 1919 annexé au traité de Saint-Germain Sa frontière septen
trionale est ancienne frontière de la Hongrie et de la Galicie Elle
correspond la ligne de partage des eaux des Carpathes Sa frontière
méridionale été fixée avec la Hongrie par le traité de Trianon du
juin 1920 avec la Roumanie par le traité de Sèvres du 10 août 1920
Partant du piton de Stoh 1658 m. dans les Carpathes elle suit un
chaînon jalonné par des sommets de 1716 m. 1946 m. 1795 et
atteint la Theiss Visolongy endroit où la rivière change brus
quement de direction et tourne vers Ouest Le tracé partir de ce
point est assez compliqué La vallée de la Theiss élargit et se rétrécit
deux reprises avant aller se perdre dans la grande plaine hongroise
Les deux élargissements correspondent aux deux bassins de Marmaros-
Szigeth et deHuszt La frontière suit le cours de la rivière dans les parties
rétrécies et en écarte au Nord dans la plaine de Marmaros-Szigeth
au Sud dans la plaine de Huszt puis de nouveau au Nord au
voisinage de Cap laissant la Hongrie la grande boucle que décrit la
Theiss au Sud-Ouest de Beregszasz La limite Ouest est pas
encore fixée une fa on définitive elle suit peu près la voie ferrée qui
va de Cap sur la Theiss Uxhorod Ungvar en hongrois et U/.ok*
Cette ligne divise en deux ancien comitat hongrois ungvar et laisse
la Slovaquie la partie occidentale de ce comitat où les Slovaques sont
plus nombreux
Ce pays ruthène porte officiellement le nom de Russie subcarpathique
Podkarptskà Rus) par lequel on le désignait déjà sous la domination
hongroise Sa longueur Ouest en Est est environ 180 km. sa plus
grande largeur Ouest de 80 km Il une superficie de 11000 et
une population de 600000 liabitants
LE PAYS
Il est très inégalement réparti entre la montagne et la plaine La
région montagneuse de beaucoup la plus étendue appartient aux Car-
pathes Elles sont ici presque exclusivement constituées par les grès
en tchèque se prononce se prononce tel cli ts ANNALES DE OGRAPHIE 444
plus ou moins compacts du flysch laissant apparaître par endroits le
Jurassique et le Crétacé et donnant aux sommets des formes arrondies
Vers Ouest dans la région frontière ils ne dépassent pas en général
1200 ou 1300 Ils élèvent beaucoup plus haut vers Est dans la
Cerna Hora où ils atteignent 2025 au Pop Ivan 2057 au mont
Hov erla Là seulement on signalé des traces anciens glaciers Mais
dans intérieur plusieurs massifs dépassent en altitude Ouest la zone
frontière massif de la Polonina Runa 1482 m. entre les vallées de
Ux et de la Latorcza de la Borsova 1598 m. entre la Latorcza
et le Vel Aga Nagy Ag) plus Est de la Kr sna Polonina 1568 m.
entre la Tereblija Talabor et la Teresva Tarac du Svidovec 1883 m. la Teresva et la haute Theiss
En avant sur la bordure de la plaine des cassures suivies effon
drements ont donné passage aux roches eruptives Cette région volca
nique dont axe est jalonné parUzhorod MunkacevoIrsava se prolonge
au Sud de la Theiss en territoire roumain et forme des massifs moins
élevés ne dépassant pas en général 1000 Elle se termine par des
pitons isolés émergeant de la plaine buttes escarpées souvent cou
ronnées par les restes plus ou moins ruinés anciennes forteresses
comme Huszt Kiralihaza Munkacevo
Toute la région montagneuse est profondément découpée par les
rivières qui descendent la Theiss dans des vallées encaissées et
étroites ayant entre elles dans le sens Est-Ouest que des communi
cations peu nombreuses et difficiles Elles évasent cependant parfois
dans les parties hautes entre la zone frontière et la ligne intérieure des
hauts massifs qui forme en avant comme une seconde chaîne parallèle
la première Il là sur la haute Latorcza sur la Repinka affluent
supérieur du Vel Aga sur la Teresva de véritable bassins qui
ont pu être mis en culture Le voyageur venant du Sud est tout étonné
de trouver sur la haute Latorcza une plaine de parcours facile presque
partout cultivée où élèvent les gros bourgs Aï Verecke et de Volo
Partout ailleurs la région montagneuse est couverte par la forêt et
on comprend le nom de Carpathes boisées donné cette partie de la
chaîne Seuls les sommets au-dessus de 1200 environ restent
dénudés Forêt compacte où dominent les arbres feuilles caduques
les hêtres 50 100) les chênes 10 100) mais où on trouve aussi
des conifères 23 100 Toute la montagne est en effet bien arrosée
Les chutes annuelles élèvent au moins et la neige couvre
pendant plusieurs mois les sommets sur plusieurs mètres épaisseur
De toutes ces rivières la plus importante est la Theiss Véri
table torrent de montagne la Theiss noire naît près de 900
altitude au pied du Mont Bratkovska non loin de la frontière
polonaise Après avoir coulé vers Est pendant une quinzaine de kilo
mètres et re Jasina Korosmezo son premier affluent venu de Est LA TH NIE TCH COSLOVAQUE 448
elle se dirige vers le Sud Cette haute vallée encaissée boisée est extrê
mement pittoresque Dans ce long défilé en période de crue les eaux
roulent tumultueuses emportant comme fétus de paille les lourds trains
de bois que dirigent de hardis pilotes serrés dans de hautes ceintures
de cuir artistement brodées Sur ce tralet la Theiss re oit gauche la
Theiss blanche venue de la Cerna Hora et différents ruisseaux dont
un le Bieli roule dit-on des paillettes or Visolongy elle par
couru 75 km. descendant de 900 343 Mais son cours reste encore
encaissé et torrentueux Boékov sur une douzaine de kilomètres
irrégularité de son débit rendu nécessaire aménagement de lacs
de montagne qui en été lorsque la profondeur est trop faible pour le
flottage quand les radeaux restent échoués sur le fond rocailleux
permettent une ou deux fois par semaine de créer une crue artificielle
et entraîner les trains de bois vers aval est Boôkov elle entre
dans la plaine de Marmaros-Szigeth Sa pente est déjà beaucoup moins
forte Marmaros-Szigeth elle est plus 233 Elle descendra
cependant encore de 130 sur les 70 ou 80 km qui la séparent de
Huszt Sa profondeur atteint un mètre partir du confluent de la
Teresva la rivière est plus calme Sa vallée est déjà large de plusieurs
kilomètres De nombreux et riches villages élèvent près de ses rives et
de celles de ses affluents Ouest de Huszt après avoir traversé le
défilé qui ouvre entre le bord méridional des Carpathes et le petit
massif roumain des monts Guttin la Theiss entre définitivement en
plaine Sa profondeur est de 50 sa pente ne diminuera plus
Cap sur plus de 120 km. que de 43 Cap 107 m.) soit
035 par km Elle désormais les caractères elle va garder dans
toute la traversée de la plaine hongroise se répandant en faux bras
modifiant son cours il fallu endiguer pour se défendre contre les
inondations
est par la haute vallée de la Theiss que passe une des principales
voies ferrées qui unissent la Russie subcarpathique la Galicie elle
traverse la frontière la passe de Jablonica appelée aussi passe de
Delalyn 931 m. Deux autres voies internationales remontent la vallée
de la Latorcza et celle de son affluent la Vicza pour aboutir par Mun-
kaéevo etVolovec la passe de Vysok Fin 1017 m. et plus Ouest
la vallée du Ung ou pour aboutir au col Uzok 890 m. Indépen
damment de ces voies ferrées doublées ailleurs par des routes deux
autres routes traversent la frontière par les passes AlVerecke(840m.
et de Kalinovce 940m. Mais les chemins de montagne sont nombreux
aussi dans la région Aï Verecke et de Vdovec Par ces passages plus
ou moins faciles les deux versants des Carpathes ont toujours été en
relations suivies Ainsi explique on trouve au Nord et au Sud les
mêmes populations rutbènes
Bien elle occupe une superficie restreinte comparativement ANNALES DE OGRAPHIE 446
la montagne la plaine est la partie vitale du pays est là que la
population est le plus dense est sur sa bordure que sont les deux
agglomérations les importantes horod la capitale et le siège du
gouvernement 20551 b.) Munkaèevo 20886 b. Plus au Sud
Beregszasz vient au troisième rang pour la population 14 782 b.
Garantie par les Carpathes des vents dominants du Nord et de Est
exposée aux vents du Sud-Ouest qui lui apportent la pluie elle pas
malgré le caractère continental de son climat écarts excessifs de tem
pérature Les moyennes extrêmes sont de 35 et de 22 horod
de 34 et de 19 Munka evo Les hauteurs annuelles de pluie
sont de 772 mm Uzhorod de 854 mm Munkaéevo Les agriculteurs
disposent de 240 jours susceptibles être employés aux travaux des
champs est le pays des céréales et de la vigne
Pénétrant dans la montagne par les basses vallées qui peu peu
élargissent son voisinage la plaine étend perte de vue vers le Sud
couverte en été de moissons dorées au milieu desquelles les villages
mettent de larges taches vertes et les bois des taches plus sombres
Ouest seulement la vue arrête au loin sur les monts Hegyalja les
monts du vin qui se terminent au Sud par les coteaux aux vins célèbres
de Nove Mesto pod Satorem et de Tokaj est le commencement de la
grande plaine On trouve déjà quelques détails près les tableaux
de la vie hongroise ont si ûdèlement décrite les frères Tharaud vie
concentrée en énormes villages véritables cités rustiques de plu
sieurs milliers habitants qui se ressemblent toutes petites maisons
basses badigeonnées la chaux avec un long toit de roseaux qui
descend en forme auvent alignées par Hles régulières perpendiculai
rement la route comme les tentes un camp avec ses travées pro
fondes Basse et marécageuse au Sud au voisinage de la Theiss elle se
relève peu peu vers le Nord pour atteindre 160-190 au Sud-Est de
Munkacevo où elle vient se souder la montagne
Est de Huszt la vallée de la Theiss plus élevée plus étroite
présente encore les mêmes caractères mais avec des nuances qui en
font une région de transition Si on cultive encore des céréales elles
sont moins riches et plus rustiques est le pays des fruits notamment
des prunes servant la fabrication de alcool
Mais la région basse est toujours menacée inondations La largeur
des rivières varie avec la saison si part la Theiss et la Latorcza
dans son cours inférieur elles sont guéables en toutes saisons leur
profondeur reste toujours faible En période de pluie ou de fonte des
neiges tout le pays se transforme en un immense marécage où vivent
des milliers oiseaux sauvages En été dans les périodes sèches il
reste dans toutes les cuvettes des étangs plus ou moins profonds
De grands travaux ont été entrepris il déjà plus de soixante-
dix ans pour régulariser ces rivières incertaines Des études ont été LA RUTH NIE TCH COSLOVAQUE 447
faites en vue de construire dans les hautes vallées des barrages destinés
retenir momentanément les eaux Des centaines de kilomètres de
digues ont déjà été construits le long de la Theiss et de ses affluents
Mais ce travail est encore loin être terminé En cela comme en autres
domaines attribution deux tats entre lesquels est loin de régner
harmonie un territoire où les efforts sous peine de demeurer stériles
doivent être coordonnés fait surgir des difficultés constantes qui ne
sont pas faites pour accélérer le travail
II LES RESSOURCES ET LA VIE
La surface ensemencée ne couvre que 20 100 de la province tout
entière Les cultures étendent sur la presque totalité de la plaine
mais dans la montagne elles ne écartent pas des vallées et comprennent
seulement des céréales pauvres La proportion de ces cultures est peu
près la suivante maïs 20 100 avoine 16 100 froment 15 100
pommes de terre 12 100 seigle 100 trèfle 100
chanvre 100 On cultive également le tabac orge les fèves et les
pois le lin le tournesol la courge le pavot et la vigne Mais une
fa on générale la production agricole ne suffit pas assurer la nourriture
de la population Le rendement hectare est en effet très faible ce qui
tient au mode de culture encore primitif charrues grattant simplement
le sol peu ou pas engrais Une statistique de 1914 donne comparati
vement pour la Bohême et la Ruthénie les rendements suivants
hectare maïs 179 et froment 157 et seigle 164 et
avoine 15 et pommes de terre 98 et 60 En 1919-1920 la production
du pays fourni par tête et par semaine que kg de maïs
025 avoine 025 de froment 025 de légumes 35 de pommes de
terre Aussi malgré la sobriété des habitants le problème du ravitaille
ment est un des plus importants ait résoudre le gouvernement
Le vignoble qui couvre 3500 ha. étend tout spécialement
sur les hauteurs qui bordent la plaine dans la région U/horod-
Munkacevo et sur celles qui vont de Beregszasz Veiki Sevlju au
voisinage de la frontière méridionale La production est de 15 20 hl
hectare et les vins sont en général excellents vins de dessert pour
la plupart qui se rapprochent du Tokaj Le phylloxéra avait ici comme
ailleurs exercé ses ravages mais le vignoble été reconstitué avec des
plans porte-greffe importés de Roumanie Le commerce de ces vins est
presque monopolisé par les Juifs Les vergers nombreux dans la région
du vignoble étendent aussi plus Est Ils produisent surtout des
prunes dont on fabrique eau-de-vie appelée siévovitaé et des pommes
particulièrement utilisé surtout pour les statistiques la brochure
Pod Karpatsk Rus publiée en 1921 Prague par le Minietère de Agriculture
en tchèque) 448 ANNALES DE OGRAPHIE
dont on fait du cidre exportation de ces fruits qui pourrait être une
ressource est paralysée par les prix de transport et voisinage de la
frontière
Plus de 300000 ha. soit 28 100 du sol sont couverts de
prairies de landes ou de pâturages de montagne On élève des ufs
des chevaux des porcs des moutons et des chèvres Chaque village
ses communaux où on mène paître le troupeau commun Mais ces
pâturages ne sont objet aucun soin et leur pauvreté est lamentable
estun désolant spectacle que de voir dans la plaine côté des champs
de maïs de blé ou de pommes de terre qui bordent la route énormes
espaces où les bêtes cherchent en vain une herbe rare On comptait
avant la guerre pour 1000 habitants 324 ufs 63 chevaux
283 moutons 146 porcs 32 chèvres Ces proportions ont été largement
modifiées depuis Le paysan excédé par les réquisitions de blé demais
de pommes de terre eu que trop de tendance diminuer les cultures
au bénéfice de élevage On prétendu que de ce fait le troupeau
bovin aurait doublé Le résultat en pas moins été désastreux caria
mévente causée par cet accroissement de bétail aggravée en 1921 por la
sécheresse fait baisseries prix Achetés en 1920 pour 1000 couronnes
les ufs ne se vendaient en 19 que 800 la valeur de deux paires de
bottes Ces ufs appartiennent plusieurs races ufs blancs
hongrois aux cornes immenses employés surtout la traction des
véhicules auxquels ils sont attelés par un collier de bois carré ufs
de taille moyenne au poil roux élevés pour la boucherie et la produc
tion du lait On trouve aussi dans Est quelques buffles
exploitation des forêts laisse beaucoup désirer les coupes se font
sans aucun souci de avenir Il semble bien si on prend garde
que le déboisement ira vite Une partie de ces forêts appartient de
grands propriétaires que touchera la réforme agraire Il ne peut être
question de les partager entre les paysans ce serait en rendre exploi
tation impossible Le problème est encore étude Des sociétés étran
gères se sont proposées Il paraît préférable que tat se charge
lui-même de exploitation ou il la con des sociétés tchécoslova
ques
Cette question du partage des forêts est ailleurs une des faces
de la question agraire qui est posée dès la fin de la guerre en Ruthénie
comme dans tous les pays de Europe centrale où existe la très grande
propriété 60 100 des terres étaient en effet entre les mains de
très grands- propriétaires compris tat qui possède 15 100 des
forêts Un seul le comte Schönborn Allemand origine) détenait
232182 arpents environ 130000 ha.)
Des terres dont le partage été étudié présent une partie
doit être remise aux habitants actuels une autre des colons amenés
des autres provinces de la République 76 000 arpents étaient déjà loués LA TH NIE TCH COSLOVAQUE 449
aux paysans en juillet 1921 pour le prix moyen de 33 couronnes ou
vendus aux prix avant-guerre De ces terres ainsi cédées aux paysans
78 lOOétaient des pâturages lereste secomposaitde prairies 10 100)
et de terres cultivées 12 100 Il été ailleurs interdit aux locataires
de transformer en les terres de cultures comme ils en
auraient la tendance par intérêt peut-être par paresse aussi et par
une apathie atavique Et est là un des arguments que font valoir les
grands propriétaires contre la remise des terres aux paysans Il est
certain -en effet que la servitude millénaire dans laquelle été tenu le
paysan ruthène ne guère prédisposé initiative expérience lui
trop longtemps appris que ses efforts étaient vains et avaient jamais
amélioré sa situation
De industrie il peu dire Elle occupe guère que
12000 ouvriers travaillant dans 36 usines Les trois plus importantes
sont des distillations de bois une elles celle de Svaijava sur la
Latorcza avait eu 19202583 ouvriers une autre celle de Perecsin sur
Uz au Nord uzhorod en occupait 2000 avec ses annexes Une
troisième Boékov surla Theiss joignait la distillation la fabrication
de produits chimiques par traitement du sel gemme avec peu près le
même nombre ouvriers Venaient ensuite des scieries appartenant
soit tat soit des particuliers une fabrique allumettes qui
avant la guerre préparait les tiges expédiées Buda-Pest et qui
maintenant acbève la fabrication De trois usines métallurgiques une
seule celle de Dolha traite le minerai de fer Elle occupe que
160 ouvriers Les autres ont renoncé et transforment simplement la
fonte expédiée de Krompach en Slovaquie ou de Moravsk Ostrava Il
faut citer encore les distilleries la meunerie les briqueteries des
verreries une fabrique detabac et surtout une importante exploitation
de sel gemme Akna Slatina Ouest de Bookov entreprise tat
occupant SOO ouvriers et produisant 40 wagons par jour
La prospérité de ces industries qui pourront se développer est
encore paralysée par absence de relations normales avec les tats
voisins Et cela résulte de la position même de laRuthénie qui avance
en coin entre la Pologne la Hongrie et la Roumanie
Elle ne manque pourtant pas de voies ferrées Elle 400 km
environ de voies normales et plus de 200 km de voies étroites partant
du Sud pour pénétrer dans les vallées Mais les grandes lignes qui
reliaient la Hongrie la Galicie travers les Carpathes sont hui
des lignes secondaires La frontière gêne leur trafic les trains
arrêtent la dernière gare le matériel roulant ne passe pas étranger
Et est la ligne de rocade autrefois celle qui parallèlement la
Theiss relie entre elles ces voies transversales qui est devenue la ligne
principale Mais par suite du tracé de la frontière elle est au voisinage
r* 450 ANNALES DE OGRAPHIE
deMarmaros-Szigeth en territoire roumain Une convention été conclue
avec la Roumanie pour permettre le libre trafic sur ce tron on convention
aussi indispensable la Roumanie la Tchécoslovaquie puisque
Marmaros-Szigeth ne communique avec le reste du territoire que par
le réseau ierre tchécoslovaque Mais cette convention qui réglemente
la circulation des trains ne rend pas pour cela les voyages plus faciles
car les voyageurs tchécoslovaques ne peuvent descendre en terri
toire roumain et réciproquement Pour remédier cet inconvénient
un raccordement est étude sur la rive droite de la Theiss autres
lignes doivent aussi relier plus directement les villes de la plaine avec
la capitale Uzhorod Un tron on de ce réseau est déjà achevé adap
tation de ses voies ferrées aux nécessités politiques et économiques
est un des problèmes les plus urgents pour la Tchécoslovaquie
III LES POPULATIONS
Le recensement de la population fait en 1921 donné pour la
Russie subcarpathique 602421 b. chiffre qui doit être diminué
environ 8000 par suite de la cession ultérieure la Roumanie un
certain nombre de communes de population roumaine dans la région au
Sud de Huszt
La densité moyenne est environ 52 par km2 mais le upa
de Marinaros bien il étende Est sur près de la moitié du
pays compte seulement 116000 b. soit une densité de 30 au km2
tandis que celui de Beregszasz qui ne comprend guère que 1/6 de la
superficie en compte 209000 plus du tiers de la population tolale
soit une densité déplus de 120 Par là se marque nettement opposition
entre la montagne et la plaine
En ce qui concerne les nationalités le recensement donné les
résultais suivani par upan
Uzhorod Munkacevo Beregszasz Marinaros Total
Russes .... 368 42189 10958 53515
Ruthcnes ... 62123 86393 98915 73217 320648
Tchécoslovaques 11248 2979 950 19289
Magyars 383 12884 64819 7913 102999
Juifs ..... 9487 25187 2-7233 20427 82334
Allemands .. 722 5716 1233 3050 10721
Houmains ... 1000 3000 4000
Divers .... 588 400 215 1211
101 919 176881 207 3;>2 108565 594 71
Cette statistique été faile après les déclarations des habitants
En réalité parmi ceuxquise sont déclarés Magyars il ya dea Ruthènes
La différence entre ce total et celui qui est donné plus haut provient en
partie de ce que le étranger non citoyen tchécoslovaques ne sont pa compri
dane ce tableau RUTH NIE TCH COSLOVAQUE 451 LA
et surtout des Juifs Il est remarquer en effet que la statistique des
religions indique 100000 Juifs alors que celle des nationalités en
donne que 80000 Les Slovaques on pas distingués des
Tchèques dans le recensement ne sont guère une dizaine de mille
Ce sont des agriculteurs fixés surtout dans la partie Sud-Ouest du
pays
Les Magyars sont les propriétaires mais ils comptent aussi de
nombreux agriculteurs groupés en villages exclusivement hongrois
dans la plaine au Sud de la ligne horod Munkaèevo Huszt Dans
les villes ils sont industriels artisans ouvriers domestiques
Les Allemands sont les descendants des colons venus au xviii siècle
Eux aussi sont groupés dans des villages exclusivement allemands
dans la région de Munkaoevo
Les Ruthènes et les Russes agriculteurs pasteurs bûcherons ou
journaliers sont les plus nombreux surtout dans la montagne Dans les
vieux textes les deux termes sont synonymes On appelle Ruthènes les
habitants des gouvernements de Kiev et de Novgorod aussi bien que
ceux des Carpathes.Enfait actuellement encore la question Quelle
est votre nationalité les paysans de la Podcarpatho-Russie
répondent Roussine Russe est le gouvernement autrichien qui
répandu et popularisé ce terme Ruthène pour détruire chez les Gali
ciens russes la conscience de leur parenté avec leurs frères qui vivaient
sous la domination des tsars Le fait que ces Ruthènes se sont en
grande partie rattachés la religion catholique sont devenus des
Uniates légitimé cette distinction Pour la plupart de ces paysans
est la religion qui fait la nationalité De même que pour certains
Russes de Kiev tout catholique est Polonais et tout étranger Allemand
il est normal en Podcarpatho-Russie entendre les paysans Ruthènes
se qualifier de Slovaques parce ils sont catholiques ou de Russes
ils sont orthodoxes
On peut ailleurs parmi ces Ruthènes distinguer plusieurs groupes
Les Zuculs vivent Est de la Tereblija zupa de Marinaros et parlent
un dialecte voisin de celui de la Rukovine Ce sont les plus cultivés
Les jki habitent au Nord et Ouest On en trouve aussi au delà
de la vallée du Ui dans Est de la Slovaquie Par leur idiome ils se
rapprochent des Galiciens Au milieu dansla montagne les Vrochin
montagnards sont les plus pauvres et les plus misérables Ils habitent
des maisons primitives en bois huttes plutôt que maisons souvent
sans cheminées sans plancher avec des fenêtres qui sont de véritables
meurtrières partageant ces abris avec leurs bêtes Dans la plaine les
Ruthènes sont souvent désignés sous le nom de Dolnane de dole en
bas Ces noms montrent il ne agit là que de distinctions factices
les différences de dialectes sont normales pour une langue qui est pas
fixée qui est en grande partie un patois

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.