100 malles de legende

Publié par

100 malles de legende ©Musée Carnavalet-Paris Le volume d'une malle Louis Vuitton se définit par la nature du contenu, le moyen de transport, la manipulation et le sens d'ouverture. La combinaison de ces éléments aboutit à des familles de bagages. © Louis Vuitton / Patrick Gries Montre-moi tes bagages et je te dirai qui tu es ». Cette invite publicitaire de 1921 traduit parfaitement la relation intime que tout voyageur entretient avec ses malles et bagages, compagnons de route et de voyage. Des trains mythiques aux paquebots transatlantiques, des automobiles aux premiers aéronefs, les malles Louis Vuitton ont traversé le temps et les frontières. Dès 1854, Louis Vuitton, « layetierr,, malletier et emballeur », propose des malles modernes alliant pragmatisme et élégance, parfaitement adaptées aux nouveaux moyens de transport et aux changements de vie qu'ils entraînent. La Maison Louis Vuitton équipe dès lors aussi bien les explorateurs et aventuriers qu'elle accompagne les grands de ce monde, princes, dandys, élégantes, artistes ainsi qu'anonymes en tout genre. Le Maharaja de Baroda, Savorgnan de Brazza, Douglas Fairbanks, Ernest Hemingway, Jeanne Lanvin, mais aussi Damien Hirst et Sharon Stone ont voyagé avec Louis Vuitton.
Publié le : mardi 24 janvier 2012
Lecture(s) : 18
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
100 malles de legende ©Musée Carnavalet-Paris Le volume d'une malle Louis Vuitton se définit par la nature du contenu, le moyen de transport, la manipulation et le sens d'ouverture. La combinaison de ces éléments aboutit à des familles de bagages. © Louis Vuitton / Patrick Gries

Montre-moi tes bagages et je te dirai qui tu es ». Cette invite publicitaire de 1921 traduit parfaitement la relation intime que tout voyageur entretient avec ses malles et bagages, compagnons de route et de voyage. Des trains mythiques aux paquebots transatlantiques, des automobiles aux premiers aéronefs, les malles Louis Vuitton ont traversé le temps et les frontières. Dès 1854, Louis Vuitton, « layetierr,, malletier et emballeur », propose des malles modernes alliant pragmatisme et élégance, parfaitement adaptées aux nouveaux moyens de transport et aux changements de vie qu'ils entraînent. La Maison Louis Vuitton équipe dès lors aussi bien les explorateurs et aventuriers qu'elle accompagne les grands de ce monde, princes, dandys, élégantes, artistes ainsi qu'anonymes en tout genre. Le Maharaja de Baroda, Savorgnan de Brazza, Douglas Fairbanks, Ernest Hemingway, Jeanne Lanvin, mais aussi Damien Hirst et Sharon Stone ont voyagé avec Louis Vuitton.

Histoire parisienne d'une entreprise familiale Après avoir gravi les échelons chez le layetier et emballeur Maréchal, Louis Vuitton décide de créer son propre commerce : en 1854, il installe son magasin rue Neuve-des Capucines, au coeur d'un quartier emblématique de l'effervescence du Second Empire. En 1859, face au succès, il déplace son atelier vers Asnières-surr--Seine. Ce lieu offre des possibilités d'extension et s'avère particulièrement stratégique pour la gestion des flux : liaison directe avec son magasin grâce au chemin de fer reliant la commune à la gare Saint-Lazare ; proximité de la Seine permettant d'acheminer les matières premières. Les ateliers sont successivement agrandis, en particulier en 1880, avec la création encore visible de la grande halle métallique.

Un magasin rue Scribe La débâcle de 1870 est désastreuse pour l'entreprise Louis Vuitton : les ateliers d'Asnières sont dévastés et le magasin parisien a servi de lieu de ravitaillement pendant le siège de l'hiver 1870-1871. Louis Vuitton décide d'ouvrir sa nouvelle boutique rue Scribe, à proximité de gare Saint-Lazare, de la station d'Omnibus Opéra et de nombreux hôtels dans ce quartier en plein développement, toutjuste doté du confort moderne (éclairage public, trottoirs). Les années précédant son installation voient l'érection de l'Opéra Garnier et du Grand Hôtel de la rue Scribe, précisément situé en face du magasin : les travaux de ce dernier commencent dès 1863 sur une commande des frères Péreire, figures incontournables du Second Empire. Banquiers ayant financé une grande partie des travaux haussmanniens, des constructions ferroviaires contemporaines (en particulier vers les lieux de villégiatures tels que le bassin d'Arcachon) ou encore le premier vol d'Ader, ayant participé aux opérations du Trransatlantique, les Péreire fréquentent par ailleurs Louis Vuitton.

Magasin Louis Vuitton 1, rus Scribe à Paris, vers 1871 © Archives Louis Vuitton
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.