Affaire privée Gérard Bertrand a relancé le Château de l'Hospitalet La passion du vin

Publié par

Affaire privée Gérard Bertrand a relancé le Château de l'Hospitalet La passion du vin Né en 1965 à Narbonne, Gérard Bertrand a suivi les traces de son père pionnier en matière de vinification et d'élevage et qui dans les années 1970, avait réussi à fédérer les vignerons de la région. C'est au décès de celui-ci que Gérard, alors âgé de 22 ans, décide de reprendre le flambeau. À corps perdu, il se lance alors dans ses deux passions : le rugby qu'il pratiquera pendant 10 ans à un très haut niveau jusqu'à devenir en 93 et 94 capitaine du stade français ; et la vigne pour perpétuer la tradition viticole paternelle. « J'ai été très inspiré par mon père. Lui aussi était fou de rugby. Il a acheté le domaine familial de Villemajou en 1970 qui ne faisait alors que 20 ha, alors qu'aujourd'hui il en fait 130. Lorsqu'il est décédé dans un accident de voiture en 1987, je venais de commencer à travailler avec lui. Il m'a légué tout son savoirfaire. Mais c'est aussi le rugby qui m'a aidé à pouvoir donner le meilleur de moi-même car je suis dans la compétition tous les jours et avec le même état d'esprit. Mon objectif est de révéler cette région du Languedoc et de porter dans le monde entier la parole de ma région, un peu comme un missionnaire ».
Publié le : samedi 2 avril 2011
Lecture(s) : 23
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Affaire privée Gérard Bertrand a relancé le
Château de l'Hospitalet La passion du vin
Né en 1965 à Narbonne, Gérard Bertrand a suivi les traces de son père pionnier en matière de vinification et d'élevage et qui dans les années 1970, avait réussi à fédérer les vignerons de la région.
C'est au décès de celui-ci que Gérard, alors âgé de 22 ans, décide de reprendre le flambeau. À corps perdu, il se lance alors dans ses deux passions : le rugby qu'il pratiquera pendant 10 ans à un très haut niveau jusqu'à devenir en 93 et 94 capitaine du stade français ; et la vigne pour perpétuer la tradition viticole paternelle.
«J'ai été très inspiré par mon père. Lui aussi était fou de rugby. Il a acheté le domaine familial de Villemajou en 1970 qui ne faisait alors que 20 ha, alors qu'aujourd'hui il en fait 130. Lorsqu'il est décédé dans un accident de voiture en 1987, je venais de commencer à travailler avec lui. Il m'a légué tout son savoirfaire. Mais c'est aussi le rugby qui m'a aidé à pouvoir donner le meilleur de moi-même car je suis dans la compétition tous les jours et avec le même état d'esprit. Mon objectif est de révéler cette région du Languedoc et de porter dans le monde entier la parole de ma région, un peu comme un missionnaire».
Des millions de bouteilles vendues dans le monde entier
C'est ainsi qu'en 1992, Gérard Bertrand crée la société des vinsGérard Bertrand avec pour ambition de révéler le potentiel du terroir languedocien et de devenir la référence « numéro un » des vins de qualité de la région. Aujourd'hui, entouré de 170 collaborateurs, Gérard Bertrand se positionne en tant que spécialiste des vins premium du sud de la France. Il distribue en France et dans 65 pays à l'export 13 millions de bouteilles qui se vendent entre 5 € et 200 € pour le vieux Rivesaltes. Cela représente un chiffre d'affaire très important de 30 millions d'euros.
De nombreuses médailles récompensent les vinsGérard Bertrandqui sont servis
en business class à bord de plusieurs compagnies aériennes. Au dernier concours mondial du Pinot Noir 2009, le Pinot Gérard Bertrand a emporté une médaille d'or et deux médailles d'argent pour deux autres de ses Pinot. Il a été également récompensé d'une
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.