Bic : une multinationale créée avec une bille

Publié par

Bic : une multinationale créée avec une bille CA 2010 Secteur Idée : 1,83 milliard d'euros : papeterie : un stylo à bille jetable Un corps transparent, une pointe en laiton, 2 km d'écriture...

Publié le : samedi 5 novembre 2011
Lecture(s) : 28
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Bic : une multinationale créée avec une bille
CA 2010 Secteur Idée : 1,83 milliard d'euros : papeterie : un stylo à bille jetable Un corps transparent, une pointe en laiton, 2 km d'écriture... le Bic Cristal glisse sur les cahiers de plus de 160 pays et souffle cette année ses 60 bougies.
«En 1948, Marcel Bich, propriétaire d'une petite fabrique à Clichy, produit en sous-traitance des pièces détachées de stylos plumes et de porte-mines. Depuis plusieurs mois, le marché frémit sous l'apparition d'une nouveauté : le stylo à bille. Mais le gadget est cher et fuit par ses 2 bouts. En poussant une brouette, il a une illumination : la bille, c'est l'invention de la roue appliquée
Avec son associé à l'écriture Édouard Buffard, Marcel Bich se consacre alors à la mise au point d'un stylo à bille, faisant venir de Suisse des tours d'horlogerie capables de travailler au micron près », raconte Mario Guevara, DG de Bic. Deux ans plus tard, en 1951, son stylo est lancé.
Avec les années 70, vient la diversification. Comme le stylo à bille dans les années 50, les rasoirs et les briquets restent chers. Le baron Bich imagine des versions simplifiées et jetables. Succès immédiat. La même logique a, en 2008, inspiré ses successeurs dans le lancement d'un Bic Phone. «Chaque jour dans le monde, les consommateurs choisissent d'acheter 24 millions d'articles d'écriture Bic, 5 millions de briquets et 10 millions de rasoirs. L'ensemble de nos nouveaux produits a représenté 21% des ventes en 2010 », se réjouit Mario Guevara. Le défi du fabricant, très lié aux articles «jetables», est celui du développement durable. « Lorsque nous concevons un produit, nous cherchons à (...) utiliser le moins de matière première tout en garantissant l'usage du produit le plus long possible. Seize de nos articles d'écriture ont reçu l'écolabel NF Environnement et nous lançons actuellement dans plusieurs pays d'Europe, en partenariat avec Terracycle, un programme de collecte d'instruments d'écriture usagés afin qu'ils soient recyclés », indique Mario Guevara. Le groupe peut trouver des solutions. En 2010, il a vu son bénéfice net, porté par les marchés émergents, bondir de 36,7%, à 207,5 millions d'euros, et son CA progresser de 17,2%.
Bruno Bich, président du conseil d'administration, et Mario Guevara, DG de Bic
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.