C'est l'heure du thé !

Publié par

C'est l'heure du thé ! Avez-vous déjà été chiner, un dimanche matin, dans une brocante, un videgreniers ou une petite boutique d'antiquités tenue par un passionné, en pleine campagne ? C'est bien dans ces lieux, connus des nostalgiques d'une époque révolue, que l'on trouve des trésors du passé.

Publié le : mercredi 27 avril 2011
Lecture(s) : 16
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
C'est l'heure du thé !

Avez-vous déjà été chiner, un dimanche matin, dans une brocante, un videgreniers ou une petite boutique d'antiquités tenue par un passionné, en pleine campagne ? C'est bien dans ces lieux, connus des nostalgiques d'une époque révolue, que l'on trouve des trésors du passé. Les arts de la table ont certes évolué avec le temps et au fil des modes. La porcelaine et la faïence ont laissé place au plastique ou au verre, même si quelques marques fabriquent aujourd'hui de la très belle vaisselle moderne. Ainsi, certains modèles cumulent l'avantage des matériaux modernes et de l'esthétique ancien. Mais souvenez-vous des assiettes de caractère, disposées comme des trophées sur les étagères d'un vaisselier de grand-mère. Il est temps de donner à ces oeuvres d'art une seconde jeunesse ou tout du moins de retrouver des ensembles qui s'en approchent...

Tout en finesse

Découvert au XIIIème siècle, le grès constitue dès le XVIIème siècle la base de la vaisselle commune. Pas vraiment onéreuse et parfois même un peu grossière, elle est accessible à tous. C'est ce qui en fait une vaisselle de tous les jours. Maintenant, il va de soi que le dimanche ou pour boire le thé entre amis sur les coups de 17 heures pour la faire à l'anglaise, mieux vaut sortir les beaux services de table en porcelaine, voire en faïence. Ces matériaux, bien plus fins et plus nobles que la terre cuite ou le grès, connaissent leur essor pendant la Révolution industrielle au XIXème siècle. La faïence, poterie à pâte opaque, tendre, à la cassure terreuse et recouverte d'émail, est au départ un véritable luxe pour la plupart des foyers. Seules les familles les plus aisées y ont accès sans difficulté et peuvent se permettre de sortir leur service aussi souvent que nécessaire. Parfois décorée avec faste, on reconnaît la faïence non seulement à sa finesse mais également à la blancheur de sa base et à ses La porcelaine quant à elle provient de Chine, où elle fut découverte par le fameux Marco Polo. De la même manière que pour la porcelaine, les manufactures se sont développées pendant la Révolution industrielle. C'est donc là qu'elles ont donné naissance à de grands noms toujours d'actualité telle la porcelaine de Limoges ou de Sèvres. Inspirée des modèles chinois et de l'orfèvrerie, chaque usine a son style et la porcelaine est toujours fabriquée avec minutie. Toutefois, pour un modèle vraiment classique, l'inspiration asiatique est à oublier... Outre le matériau, qui s'est modernisé et diversifié, c'est aujourd'hui surtout l'esthétique, le coloris et les motifs qui importent.

À l'anglaise

En effet, côté décor, c'est plus du côté des Anglais que les Français aiment se retrouver. Très connue pour ses nombreux ensembles à thé, l'Angleterre est une référence en la matière. De l'autre côté de la Manche, les formes et les motifs sont tout en finesse, c'est ce qui leur donne ce petit côté «so british». Dans les Midlands, au coeur de l'Angleterre, se trouvent 6 villages connus sous le nom de «The Potteries», berceau de la vaisselle anglaise. Depuis le XVIIème siècle, c'est d'ici que proviennent les fameux services à thé victoriens en argile blanche crémeuse, aux imprimés fleuris, entourés d'un liseré d'or.

Mais les modèles les plus courants en France sont sans conteste ceux vêtus de blanc et rouge. Qu'il s'agisse de petits fruits, de fleurs ou d'inscriptions, de la tasse au sucrier en passant par la théière, ils font toujours sensation sur la table ou rangés sur l'étagère de cuisine d'une maison de campagne.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.