Denis Olivennes, un bobo génial ?

Publié par

Denis Olivennes, un bobo génial ? «Il n'a aucune complaisance envers Nicolas Sarkozy ! Il est très critique vis-à-vis de sa politique.» Henri Weber, député européen PS et ami «L'arrivée de Denis Olivennes, professionnel des médias, traduit une nouvelle étape du développement de nos marques phares et de nos grandes lignes éditoriales.» Arnaud Lagardère, gérant de Lagardère SCA Il est à l'image de son physique : costaud », lance d'emblée Inès de la Fressange, l'ambassadrice de L'Oréal et patronne de la maison Roger Vivier, conjointe glamour à la ville de Denis Olivennes depuis trois ans. Le P-DG d'Europe 1 s'est forgé une rude carapace. L'ancien spécialiste du redressement des entreprises en crise déroule une argumentation rodée sur tous les sujets polémiques qui le touchent. « J'ai des défauts et je n'ai pas que des amis dans la vie», rétorque-t-il lorsqu'on lui parle des quelques journalistes du «Nouvel Observateur», qu'il a quitté à la surprise générale pour rejoindre la radio du groupe Lagardère, qui gardent une dent contre lui. Même lorsque l'on évoque une proximité supposée avec Nicolas Sarkozy, les pointes d'agacement sont à peine perceptibles. Denis Olivennes n'a pas le bagou d'un entrepreneur volubile. Il ne se définit d'ailleurs pas ainsi : « Je suis un manager.
Publié le : samedi 7 mai 2011
Lecture(s) : 8
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Denis Olivennes, un bobo génial ?
«Il n'a aucune complaisance envers Nicolas Sarkozy ! Il est très critique vis-à-vis de sa politique.» Henri Weber, député européen PS et ami
«L'arrivée de Denis Olivennes, professionnel des médias, traduit une nouvelle étape du développement de nos marques phares et de nos grandes lignes éditoriales.» Arnaud Lagardère, gérant de Lagardère SCA
Il est à l'image de son physique : costaud », lance d'emblée Inès de la Fressange, l'ambassadrice de L'Oréal et patronne de la maison Roger Vivier, conjointe glamour à la ville de Denis Olivennes depuis trois ans. Le P-DG d'Europe 1 s'est forgé une rude carapace. L'ancien spécialiste du redressement des entreprises en crise déroule une argumentation rodée sur tous les sujets polémiques qui le touchent. «J'ai des défauts et je n'ai pas que des amis dans la vie»,rétorque-t-il lorsqu'on lui parle des quelques journalistes du «Nouvel Observateur», qu'il a quitté à la surprise générale pour rejoindre la radio du groupe Lagardère, qui gardent une dent contre lui. Même lorsque l'on évoque une proximité supposée avec Nicolas Sarkozy, les pointes d'agacement sont à peine perceptibles. Denis Olivennes n'a pas le bagou d'un entrepreneur volubile. Il ne se définit d'ailleurs pas ainsi : «Je suis un manager. Malgré un petit passage par la fonction publique, à partir du moment où je suis rentré à Air France, j'ai gravi des échelons dans ce rôle : directeur général adjoint à Air France, directeur général à Canal+, président à la Fnac... Je suis revenu vers les médias ensuite, au "Nouvel Obs".Quelque part, cela a été... non pas une erreur puisque je ne regrette pas ce que j'y ai fait, mais je me suis aperçu au bout d'un certain temps que cela ne collait pas. Aujourd'hui, je suis au pôle news de Lagardère, dans des fonctions de président comme celles que j'avais à la Fnac mais dans le secteur des médias qui est celui vers lequel je souhaitais aller». Ce parcours souvent qualifié d'atypique, d'autant plus pour un homme passé par l'ENA mais aussi par l'agrégation de lettres ou les cabinets ministériels, il en fait une carrière rationnelle.
«Nouvel Obs» : le divorce
Le seul accroc visible dans cette succession de postes à haute responsabilité reste le «Nouvel Obs». En 2008, lorsqu'il prend la succession de Laurent Joffrin, il croit pourtant s'engager sur un bail
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.