Economie : la tentation de la gauche

Publié par

Economie : la tentation de la gauche Création de 60.000 postes d'enseignants sur cinq ans, revalorisation du Smic, rétablissement de la retraite à soixante ans pour les carrières longues, soit 150 milliards d'euros de dépenses nouvelles sur cinq ans et 50 milliards de déficit supplémentaire selon le think tank libéral iFRAP, un coût de 25 à 29 milliards d'euros par an selon l'Institut de l'entreprise... le projet socialiste porté par François Hollande ne s'est pas encore mû en programme de gouvernement, qu'il est déjà qualifié «ifié«d'imposture financière» par le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé et « d'insoutenable pour la Francesoutenable pour la France par François Bayrou, président du MoDem. Posture classique, sauf que désormais la dette publique culmine à 1.692 milliards d'euros à la fin du » 2ème trimestre 2011, dans une Europe convertie aux plans d'austérité, l'heure ne semble vraiment plus être au keynésianisme. Si les premiers chiffrages s'avèrent corrects, les onéreuses mesures du PS n'ont pas fini d'être montrées du doigt comme autant de nuisances potentielles à un projet économique ambitieux apportant pourtant des solutions concrètes aux PME. Un plan trop optimiste ?
Publié le : samedi 3 décembre 2011
Lecture(s) : 3
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Economie : la tentation de la gauche
Création de 60.000 postes d'enseignants sur cinq ans, revalorisation du Smic, rétablissement de la retraite à soixante ans pour les carrières longues, soit 150 milliards d'euros de dépenses nouvelles sur cinq ans et 50 milliards de déficit supplémentaire selon le think tank libéral iFRAP, un coût de 25 à 29 milliards d'euros par an selon l'Institut de l'entreprise... le projet socialiste porté par François Hollande ne s'est pas encore mû en programme de gouvernement, qu'il est déjà qualifié «ifié«d'imposture financière»le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé et par « d'insoutenable pour la Francesoutenable pour la Francepar François Bayrou, président du MoDem. Posture classique, sauf que désormais la dette publique culmine à 1.692 milliards d'euros à la fin du » 2ème trimestre 2011, dans une Europe convertie aux plans d'austérité, l'heure ne semble vraiment plus être au keynésianisme. Si les premiers chiffrages s'avèrent corrects, les onéreuses mesures du PS n'ont pas fini d'être montrées du doigt comme autant de nuisances potentielles à un projet économique ambitieux apportant pourtant des solutions concrètes aux PME. Un plan trop optimiste ?
Les PME au coeur de la stratégie économique
Créatrices de 2,3 millions de nouveaux emplois sur les 2,8 millions de ces vingt dernières années,
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.