L'OM fort de Margarita

Publié par

L'OM fort de Margarita Atout juste 40 ans (il les a fêté le 27 mars dernier), Vincent Labrune est le plus jeune président de club de Ligue 1. Quelque part, il a un point commun avec Jean-Claude Dassier: comme lui, il a assidument fréquenté les arcanes de la télévision. Pas comme journaliste, mais comme responsable en communication.
Publié le : samedi 2 juillet 2011
Lecture(s) : 8
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
L'OM fort de Margarita
Atout juste 40 ans (il les a fêté le 27 mars dernier), Vincent Labrune est le plus jeune président de club de Ligue 1. Quelque part, il a un point commun avec Jean-Claude Dassier: comme lui, il a assidument fréquenté les arcanes de la télévision. Pas comme journaliste, mais comme responsable en communication. D'abord au service de presse du service des sports de France Télévisions, puis au sein de la société de production de Jean-Luc Delarue, Réservoir Prod, avant de créer sa propre société de communication en 2003 (c'est à la même époque qu'il rencontrera Robert Louis-Dreyfus, autour d'un ring de boxe, une passion commune) puis de devenir président de la holding Eric Soccer (société mère de l'OM) et enfin président du conseil de surveillance de l'Olympique de Marseille le 11 janvier 2008. Entre temps, Le jeune titulaire d'un DEA en économie internationale et finance du développement a croisé Dassier dans les bureaux de TF1, puisqu'il fut quelques temps conseiller de Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte. En fait, Vincent Labrune n'a pas attendu le 9 juin dernier pour devenir le patron du club phocéen. Très proche de RLD qui l'a donc nommé président du conseil de surveillance de l'OM un an et demi avant son décès, Labrune avait déjà orchestré le départ de Pape Diouf en juin 2009, pour faire venir Jean-Claude Dassier. "Homme de main" ou "éminence grise" de Margarita Louis-Dreyus, selon ses références littéraires, Labrune déclarait d'ailleurs à l'époque que le poste de président ne l'intéressait pas. Deux ans plus tard, les circonstances ont donc changé. Et celui qui s'était vu confier par "MLD" l'entière gestion financière du club, a été de bon coeur dans le sens de l'actionnaire principal en éliminant un intermédiaire entre le couple et le club.
En montant en première ligne Vincent Labrune prend des risques. Il sera très attendu par les supporters et sa proximité avec Didier Deschamps ne lui le sauvera peut-être pas s'il venait à ne pas répondre à leurs attentes. C'est pour cela d'ailleurs qu'il a conservé José Anigo, très bien vu par les supporters, au près de lui.
Considérant Deschamps indispensable, Vincent Labrune a rapidement tout tenté pour le convaincre de rester et s'est vite aperçu qu'il ne s'agissait pas que d'une affaire d'argent et de potentiel financier pour recruter.
En passant d'une structure juridique à Directoire et à Conseil de Surveillance à une société à Conseil d'Administration, Margarita a offert plus de souplesse à Deschamps dans ses prérogatives tout en allant vers davantage de transparence dans la gestion globale d'une entité qui avait des
allures d'armée mexicaine au moment de valider les grandes décisions stratégiques. Désormais au contact direct de Vincent Labrune (la pierre angulaire du projet), Deschamps pourra avoir des réponses rapides à ses questions. A charge pour le nouveau président de lui fournir des réponses satisfaisantes. A bien des égards, dans cette période délicate qui s'annonce en marge des travaux effectués au Vélodrome et de la baisse probable des droits télés, ce challenge là apparaît le plus difficile. En se mettant ainsi en pleine lumière, celui qui semblait si à l'aise à tirer les ficelles dans l'ombre, va devoir se dévoiler. Mais surtout, Vincent Labrune représente directement Margarita, beaucoup plus gestionnaire que passionnée.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.