La création de croissance au travers des fusions-acquisitions est restreinte par un manque de réflexion commune sur les processus de fusions-acquisitions

Publié par

La création de croissance au travers des fusions- acquisitions est restreinte par un manque de réflexion commune sur les processus de fusions-acquisitions PR Newswire LONDRES, October 15, 2012 LONDRES, October 15, 2012 /PRNewswire/ -- Une nouvelle étude mondiale d'Eversheds révèle que la diligence raisonnable des transactions ne se focalise pas assez sur l'intégration post-transaction Le fait qu'une attention très faible, voire nulle, soit portée sur l'intégration post-transaction compromet les avantages et la valeur des fusions-acquisitions transfrontalières Les processus internes sont tout autant à blâmer que les facteurs externes Les entreprises mondiales ne réalisent pas tout le potentiel des fusions-acquisitions (M&A) transfrontalières en tant que facteur de croissance en raison de faiblesses dans le processus transactionnel. Une nouvelle étude mondiale intitulée The M&A Blueprint: Inception to Integration (Les fusions-acquisitions : de la création à l'intégration), publiée aujourd'hui par le cabinet juridique mondial Eversheds, démontre que les équipes transactionnelles requièrent une approche plus holistique et des liens plus étroits entre les phases de planification, de finalisation et d'intégration post- transaction. Cette étude a impliqué plus de 400 entreprises multinationales* ayant travaillé sur des transactions de fusions- acquisitions transfrontalières au cours des trois dernières années.
Publié le : mardi 1 janvier 2013
Lecture(s) : 8
Source : prnewswire.com
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
La création de croissance au travers des fusions-acquisitions est restreinte par un manque de réflexion commune sur les processus de fusions-acquisitions
PR Newswire LONDRES, October 15, 2012
LONDRES,October 15, 2012/PRNewswire/ --
Une nouvelle étude mondiale d'Eversheds révèle que la diligence raisonnable des transactions ne se focalise pas assez sur l'intégration post-transaction Le fait qu'une attention très faible, voire nulle, soit portée sur l'intégration post-transaction compromet les avantages et la valeur des fusions-acquisitions transfrontalières Les processus internes sont tout autant à blâmer que les facteurs externes
Les entreprises mondiales ne réalisent pas tout le potentiel des fusions-acquisitions (M&A) transfrontalières en tant que facteur de croissance en raison de faiblesses dans le processus transactionnel. Une nouvelle étude mondiale intituléeThe M&A Blueprint: Inception to Integration(Les fusions-acquisitions : de la création à l'intégration), publiée aujourd'hui par le cabinet juridique mondial Eversheds, démontre que les équipes transactionnelles requièrent une approche plus holistique et des liens plus étroits entre les phases de planification, de finalisation et d'intégration post-transaction.
Cette étude a impliqué plus de 400 entreprises multinationales* ayant travaillé sur des transactions de fusions-acquisitions transfrontalières au cours des trois dernières années. Elle indique que près de la moitié (43 %) des entreprises pensent que la cause la plus courante d'échec de leurs transactions est liée au fait qu'elles ne gèrent pas l'intégration post-transaction dès le début de leur diligence raisonnable.
Le rapport montre aussi que les risques juridiques sont une considération de plus en plus importante dans l'évaluation des transactions potentielles. L'avocat général fournit une contribution essentielle à cette étape et plus de la moitié (59 %) de l'ensemble des répondants affirment avoir repéré des problèmes potentiellement dévastateurs assez tôt pour avertir la direction quant à la poursuite de la transaction.
La recherche met en évidence le fait que les acheteurs moins expérimentés trouvent le processus difficile, mais que même ceux disposant de riches connaissances estiment qu'il existe une marge d'amélioration.
Robin Johnson, partenaire de fusions-acquisition chez Eversheds, a déclaré :
« Le climat économique actuel a rendu la réalisation de transactions bien plus difficile, la recherche soulignant une connaissance aigüe des risques liés au processus. C ependant, les conseils d'administration des sociétés sont sous la pression de devoir sécuriser leur croissance et les fusions-acquisitions constituent un outil essentiel à cette fin, notamment pour les organisations réfléchissant au m oyen de tirer parti ou d'accroître leur pénétration de nouveaux marchés internationaux. »
« Notre recherche démontre que le facteur déterminant qui contribue à la réussite d'une transaction transfrontalière est la présence d'une équipe centrale servant de "fil conducteur" reliant l'ensemble des phases, en prenant en charge la transaction depuis le début jusqu'à son intégration post-réalisation. Les entreprises doivent commencer à relier les points entre les différentes étapes du cycle transactionnel afin de passer de la simple réalisation de la transaction à la réflexion sur tout ce qui l'entoure. »
« Plus de trois quarts des activités transactionnelles d'Eversheds sont transfrontalières et nous conseillons toujours à nos clients d'adopter une approche de gestion de projet sur la totalité du cycle de vie de la transaction. Cela les aide à se focaliser sur l'intégration post-transaction - et à tirer le maximum de la transaction - dès le départ. »
« Nos conclusions montrent aussi que de nombreuses entreprises savent qu'elles peuvent mieux faire et veulent voir une meilleure pratique en action dans chaque transaction. Avec la publication de ce rapport, nous avons donc tracé les principaux éléments identifiés par les entreprises comme étant des meilleures pratiques dans le processus de réalisation de transactions internationales. »
Le rapportThe M&A Blueprint: Inception to Integrationdresse le plan de réussite des transactions transfrontalières comme le voient les responsables des transactions eux-mêmes :
1. Création
- Dès le départ - 38 % des transactions pour lesquelles l'équipe interne est arrivée de manière trop tardive ont rencontré des problèmes pendant leur intégration.
- Avertissement précoce - 59 % de l'ensemble des répondants déclarent avoir repéré des problèmes potentiellement dévastateurs assez tôt pour indiquer qu'une transaction ne devait pas se poursuivre.
2. Planification et diligence raisonnable
- La phase cruciale - 43 % estiment que la cause la plus courante d'échec de réalisation de valeur des transactions repose sur des erreurs évitables se produisant pendant la phase de diligence raisonnable et de planification.
- Réflexion commune - 70 % estiment que lier la planification de l'intégration et la diligence raisonnable aiderait à améliorer le processus transactionnel.
3. Exécution des transactions
- Ce qui compte le plus - Les raisons pour lesquelles un avocat général conseillerait de ne pas poursuivre une transaction sont l'illégalité/d'ordre règlementaire (45 %), (ex. : corruption, concurrence et antitrust) et les préoccupations commerciales (45 %) (ex. : prix et évaluation, risques de litige, coûts d'intégration).
4. Intégration
- Une fausse économie ? - 83 % n'emploient pas d'avocat externe dans une large mesure durant l'intégration, bien que cela soit reconnu comme ajoutant de la valeur, citant le coût comme raison principale.
- Éviter les non-correspondances - 26 % pensent que l'échec de la réalisation de valeur de récentes transactions de fusions-acquisitions transfrontalières est dû à un désalignement entre les responsables juridiques des transactions et l'équipe commerciale quotidienne.
Le rapport a également révélé que les sociétés sont 2,5 fois plus susceptibles de rencontrer des problèmes d'intégration si les équipes juridiques internes sont impliquées dans le processus de manière tardive. Cela est particulièrement vrai pour les personnes moins expérimentées dans le processus transactionnel, le rapport indiquant que les entreprises dont les équipes juridiques internes ont travaillé sur moins de dix transactions transfrontalières au cours des deux dernières années sont plus susceptibles de rencontrer des problèmes au cours de la phase d'intégration.
En outre, le rapport révèle que les conseils juridiques, qu'ils soient internes ou externes, arrivent actuellement trop tard et pas à un niveau stratégique. Des conseils juridiques appropriés à chaque étape du cycle transactionnel sont essentiels à la réussite des transactions de fusions-acquisitions.
Notes à l'intention des rédacteurs
* La recherche a été menée entre mai et juillet 2012. L'échantillon inclut les réponses de 400 responsables de transactions internes, provenant de 41 pays, étant responsables des aspects juridiques des fusions-acquisitions transfrontalières et ayant réalisé au moins une transaction de fusion-acquisition transfrontalière d'une valeur de plus de100 millions USDau cours des trois dernières années.
À propos d'Eversheds LLP
Eversheds LLP et ses bureaux internationaux comptent plus de 4 500 personnes fournissant des services juridiques de haute qualité aux entreprises du secteur privé et du secteur public ainsi qu'à la communauté financière. L'accès à tous ces services est fourni au travers des opérations mondiales du cabinet. Eversheds associe une connaissance des marchés locaux avec un accès aux spécialisations, aux ressources et aux capacités de l'un des plus grands cabinets juridiques au monde.
http://www.eversheds.com
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.