Les effets collatéraux de la télé réalité ou la terrible métamorphose de Loana...

De
Publié par

Témoin de trop de chutes d'artistes de mon entourage, galvanisés et jetés sans scrupules aux oubliettes, la triste métamorphose de Loana m'a inspiré ce billet...

Publié le : lundi 3 octobre 2011
Lecture(s) : 229
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Les effets collatéraux de la télé réalité
ou la terrible métamorphose de
Loana...
Comptes d'automne
Loana…Comme une feuille tombée précocement de l’arbre des célébrités, virevoltant à présent dans
le néant artistique, en attendant l’automne, pour rejoindre les milliers d’autres feuilles qui suivront son
triste chemin avant de venir s’écraser mollement sur le sol. Jusqu’à ce que de nouvelles, plus vertes,
plus fermes, viennent prendre leur place sur un trône éjectable.
Comme elles sont douces ces années de petites gloires, ce tourbillon d’éloges et d’invitations, avec
leurs plannings surchargés et leurs belles robes de lumière qui finiront dans des cartons ou dans un
book photos qui n’intéressera bientôt plus personne. Juste quelques fans égarés, qui continueront,
avec peine, à vous maintenir dans une illusion que tout n’est pas encore finit. Pourtant, dès la
première télévision, l’arrêt de mort était déjà signé et planifié par la Prod. Le retour sous les
projecteurs tient du miracle et des centaines de candidats refoulés iront jusqu’à se mettre à nu sur les
unes de magazines pour ressentir, encore une fois, l’adrénaline de l’exposition. La décomposition ne
tardera pas à suivre, jusqu’à pousser certains à se jeter sous des voitures… Et l’on pensera à eux, un
peu mal à l’aise, en zappant sur une nouvelle émission de télé réalité et en découvrant le visage des
ses futures victimes.
Je me souviens de cette parenthèse qui semble dater d’une autre vie, lorsque France 2 m’appelait la
veille d’une émission d’« Entrée d’artistes » pour me dire que j’en ferais partie. La panique, les
palpitations, la sensation de jouer ma vie, à chaque fois. Naïve petite marionnette, fraîchement
débarquée de sa campagne, mettant à terre ses placards pour trouver La tenue qui la sublimerait
devant les caméras. Jamais rien d’assez bien à me mettre. Courir les derniers magasins encore
ouverts, acheter n’importe quoi, dépenser trois fois le maigre cachet que je recevrais le lendemain,
oublier de faire le repas pour mon fils, mes sorties avec mes amis, ma famille, apprendre en un temps
record le morceau imposé par Pascal Sevran et oublier jusqu’à mon nom si la production décidait qu’il
m’en faudrait un autre. Tout ça pour 3 minutes 50 d’apparition au milieu d’une trentaine de mes clones
et le privilège d’être invitée dans des soirées malsaines, entourée de people de dernières zones…
Et puis un jour tout s’arrête, le téléphone, les rendez-vous, les interviews, les photos, le champagne…
Alors on se pose un peu, on regarde nos comptes, vidés par notre éphémère enthousiasme et on
comprend que les années qui ont filées n’ont laissé derrière elles que du vent. Nos amitiés, c’était du
vent, nos contacts, les promesses de contrat, les albums en projets, les concerts en négociation, les
compliments, tout, tout n’était que du vent. C’est lors de cette prise de conscience que trois choix
s’offrent à vous :
- Le premier : s’obstiner, inonder les maisons de prod de nos maquettes, nos photos, nos C.V,
accepter n’importe quelle proposition pour revenir dans la lumière, se brader, s’humilier et finalement
achever l’once de crédibilité qu’il nous restait.
- Le second : oublier. Prendre enfin cette poudre magique à laquelle on avait su résister jusqu’à
maintenant, y plonger tête baissée et ne plus jamais en ressortir.
- Le troisième : se résigner. Accepter que la fête est finit et céder sa place la tête haute, en trouvant,
par exemple, un travail insignifiant derrière un standard. Et faire en sorte de ne pas trop réfléchir…
Pourtant, lorsque je vois les clichés de Loana aujourd’hui, j’avoue que j'ai beaucoup de mal à ne pas
réfléchir.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Alphonse et Marguerite

de _le-courrier-du-livre_

Avancer

de editions-edilivre

L'Autre Monde

de altomezzo