Liens directs : « Faire participer le monde économique au monde social »

Publié par

Liens directs : « Faire participer le monde économique au monde social » Depuis 2003, l'association Liens Directs met en relation les Parlementaires et les acteurs de la vie civile. Elle favorise les échanges afin d'améliorer le fonctionnement entre ceux qui font les lois et ceux qui les appliquent.
Publié le : samedi 4 juin 2011
Lecture(s) : 14
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Liens directs : « Faire participer le monde
économique au monde social »
Depuis 2003, l'association Liens Directs met en relation les Parlementaires et les acteurs de la vie civile. Elle favorise les échanges afin d'améliorer le fonctionnement entre ceux qui font les lois et ceux qui les appliquent.
En 2010, une nouvelle commission a vu le jour : « soutien aux personnes fragilisées ». Dans ce cadre-là, a été organisé en 2010 à l'Assemblée Nationale un petit-déjeuner sur « Comment lever les freins à l'emploi des personnes handicapées », en présence du député vice-président des Affaires Sociales, Pierre Morange.
Rencontre avec Marie-Pierre Simon- Koch, qui anime cette commission.
Rappel juridiqueLa loi du 30 juin 1975 fait état d'une obligation nationale de solidarité des adultes handicapés en donnant la priorité à l'intégration dans le milieu ordinaire. Elle est à l'origine de la COTOREP et de l'AGEFIPH.
La loi du 2 janvier 2002 fait obligation aux établissements médicosociaux de centrer leur mission autour des usagers (construire un projet individuel, favoriser l'autonomie).
La loi du 11 janvier 2005 sur l'égalité des droits encadre l'obligation légale d'embauche de 6% des effectifs de travailleurs handicapés.
Freins à l'embaucheces lois, de nombreux freins à l'embauche des personnes Malgré handicapées sont reconnus.
Il y a notamment : - une méconnaissance de la réalité et de la diversité des handicaps (seulement 2 % des personnes handicapées sont en fauteuil roulant), - des difficultés pour l'entreprise à appliquer un processus d'embauche spécifique, - un accès parfois difficile aux aides et aux services proposés par les pouvoirs publics et le secteur associatif, - une qualification insuffisante (80 % des travailleurs handicapés n'ont pas le bac d'où une réelle problématique sur la formation).
«Les PME disent que c'est une gestion importante et que compte tenu des difficultés actuelles, il n'est as aisé d'embaucher une ersonne handica ée, roté ée ar le code du travail».
Une dimension humaine «Notre société centrée sur les performances économiques a favorisé une image de la personne jeune, dynamique, performante, idéale à recruter. Cela exclut les jeunes débutants de 18-25 ans ou en manque de qualification, les seniors de plus de 55 ans et les personnes handicapées».
Dans un contexte de maitrise de plus en plus affirmée des processus, introduire une personne handicapée équivaut à introduire une dimension de vulnérabilité, qui est le propre de l'humain. La responsabilité sociale de l'entreprise place celle-ci de fait aujourd'hui comme une institution qui au travers de chartes éthiques, de codes de bonne conduite participe de la structure du lien social. Elle doit donc s'engager dans une ouverture pour intégrer tous les publics dans la vie économique.
Pacte républicain «Liberté, égalité, fraternité... aujourd'hui il y a un vrai problème de lien social. L'entreprise va devoir participer à la cohésion sociale et à la solidarité. Cette participation sera un enjeu important dans le maintien de nos valeurs républicaines».
www.liensdirects.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.