lus ancienne mine # onnue^Tce

Publié par

lus ancienne mine # onnue^Tce Comment obtient-on du sel ? Les deux techniques les plus répandues reposent sur l'extraction du sel gemme, c'est-à-dire un dépôt sédimentaire contenant une grosse concentration de sel comestible, et la récolte du sel solaire asséché dans les marais salants par exemple.

Publié le : vendredi 1 avril 2011
Lecture(s) : 6
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
lus ancienne mine # onnue^Tce

Comment obtient-on du sel ? Les deux techniques les plus répandues reposent sur l'extraction du sel gemme, c'est-à-dire un dépôt sédimentaire contenant une grosse concentration de sel comestible, et la récolte du sel solaire asséché dans les marais salants par exemple. Connaître les techniques d'exploitation anciennes des matières premières, comme le sel, l'obsidienne ou le cuivre, permet aux archéologues d'en déduire des informations essentielles sur les besoins et le niveau de complexité des sociétés du passé. Dans le Caucase, les pres traces d'exploitation intensive du sel gemme aissent précisément au moment où ces sociétés pretohistoriques connaissent de profondes mutations à Màsmmomiques et technologiques, notamment en relation "avec Jedéveloppement de la première métallurgie du cuivre.

Pour comprendre ces interactions, Catherine Marro, chargée de recherche au CNRS, et son équipe explorent depuis une dizaine d'années le bassin de l'Araxe CTurquie, Iran, Azerbaïdjan). Les archéologues se sont notamment intéressés à la mine de sel Duzdagi située en Azerbaïdjan, plus précisément en bordure de l'ancienne route de la soie médiévale menant de Tabriz (au nord-ouest del'Iran)àConstantinople.Jusqu'àprésent,lesplus anciennes traces d'exploitation de ce gisement toujours en activité remontaient au 2ème millénaire avant notre ère. Cette datation reposait sur la découverte fortuite, dans les années 70, d'une ancienne galerie effondrée contenant les ossements de quatre individus ensevelis avec leurs outils.

En 2008, une équipe franco-azerbaïdjanaise dirigée par Catherine Marro et son collègue ' Bakhshaliyev a initié une prospection systématique de la mine de Duzdagi. Elle &j un grand nombre de vestiges (outils, céramiques. ..), dontje^plafânciens datent de 4 500 -ava Btflotreên TC'est la première fois que des restes de cette époque sont découverts en si grand nombre sur une mine de sel. Les chercheurs ont ainsi mis en évidence l'ancienneté de cette exploitation, qui remonte au moins à la deuxième moitié du 5ème millénaire avant notre ère : Duzdagi est ainsi la plus ancienne exploitation de sel gemme connue à ce jour.

Autre fait remarquable, Duzdagi a connu une exploitation intensive dèsile 4ème millénaire avant notre ère, comme le suggère l'abondance des vestiges datés du Bronze Ancien.

Des centaines de pics et qe marteaux en pierre ont en effet été dénombrés àp roximité d'entrées de galeries effondrées. La dat ition de ces vestiges est assurée par la présence lécurrente aux alentours de tessons de céramique propres à la culture dite « Kuro-Araxe ». Leur distribution spatiale et chronologique a été analyste par un système d'inforassociant des photos prises au cerfdes artefacts par DGPS, Cette extraction intensive suggère que le se]/de Duzdagi n'âait pas réservé à ites communautés vivant en autarcie. Il étaitians doute distribué, dans un cadre économique qui reste pour l'instant inconnu, vers des destinations plus lointaines. Enfin, il apparaît que ce^el n'était pas accessible à toutes les comde la vallée de l'Araxe. Son exploitation le avoir été la prérogative de certains groupes dominants dès le 5ème millénaire avant notre ère mation géograph satellites (Spot 5), des volant, et l'enreg sorte de GPS a Ces travaux suscitent beaucoup d'interrogations : à qui et à quoi était destiné le sel aux 5ème et 4ème millénaires avant notre ère ; comment étaient organisées les communautés qui exploitaient ces gisements ; quels étaient les liens politiques et économiques entre les différentes sites régionaux (villages, ateliers, mines) ; etc...

Pour trouver des éléments de réponses, les arleries effondrées de ce gisement qui occupe plus de6km2.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.