MERCEDES-BENZ Classe GL

Publié par

MERCEDES-BENZ Classe GL Chaque constructeur doit conserver un mastodonte dans sa flotte. Chez Mercedes, c'est l'affaire du GL.

Publié le : lundi 3 octobre 2011
Lecture(s) : 4
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
MERCEDES-BENZ Classe GL

Chaque constructeur doit conserver un mastodonte dans sa flotte. Chez Mercedes, c'est l'affaire du GL. Mais heureusement, avec sa récente refonte, de nombreuses facettes ont été améliorées, notamment son design extérieur plus fluide et moins massif. On s'est également attardé à abaisser sa consommation d'essence de même que ses émissions de CO2. Trois motorisations sont offertes, deux versions diesel, un 350 CDI de 265 chevaux et un GL450 CDI développant 306 chevaux. Côté essence, un V8 de 4,6 litres et un V8 de 5,5 litres sur le modèle GL500.

Depuis l'année modèle 2010, le GL a fait l'objet d'une chirurgie esthétique visant à doter tous les modèles de la gamme de la signature visuelle plus agressive qui était auparavant exclusive au GL500. Ainsi, tous les GL affichent maintenant cette allure plus sportive exprimée par une calandre à deux branches plus typée ainsi qu'un parechocs redessiné, de même que l'ajout de phares de jour avec diodes DEL et d'appliques de chrome au bouclier avant. C'est le même scénario à l'arrière avec des feux de type DEL et l'applique de chrome sur le bouclier arrière qui relie les tubulures d'échappement. L'habitacle a également fait l'objet de subtiles retouches, notamment en ce qui a trait au nouveau design des sièges et du style en 3D du bloc d'instruments. Si le GL à moteur diesel est plus respectueux de l'environnement en vertu de sa plus faible consommation, c'est tout le contraire avec les modèles équipés des habituels moteurs à essence qui livrent de meilleures performances en accélération mais au détriment d'une consommation nettement plus élevée. Déjà, le GL450 et son moteur V8 de 4,6 litres annoncent la couleur avec une moyenne de 16,3 litres aux 100 kilomètres, sans parler du fait que le GL500 s'avère encore plus assoiffé avec son V8 de 5,5 litres et ses 388 chevaux.

En virage, le GL se montre performant au point où l'on a tendance à oublier qu'il s'agit d'un mastodonte de 2,4 tonnes tellement la stabilité est bonne et le comportement routier du GL est un véritable charme. La direction est précise, les suspensions sont bien calibrées et représentent un excellent compromis entre confort et tenue de route à peu près partout sauf sur les routes très dégradées. Outre la consommation excessive des GL à moteurs à essence, il faut également composer avec certains autres défauts, dont un freinage qui est difficile à doser, un gabarit hors normes qui complique les manoeuvres de stationnement, un accès à la troisième banquette qui est plutôt ardu et où le dégagement n'est pas aussi bon qu'aux sièges de la deuxième rangée.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.