Moody Blues

Publié par

Moody Blues Le « triple A »... Allons-nous le garder ? « Ah ! Ah ! Ah ! », La question prête à rire, car il est évident que faute de restrictions drastiques promises à nos concitoyens, le « triple A » nous quittera comme, jadis, les passagers du Titanic pour essayer d'échapper sur les dernières chaloupes au naufrage annoncé du navire de croisière le plus luxueux et le plus impressionnant de l'époque. Ils étaient 2200 à bord valsant sous les lustres aux accents viennois d'un orchestre quand la rencontre avec l'iceberg tragique changea brutalement leur destin. Les 700 rescapés se retrouvèrent, en fin de compte, sur le radeau de la méduse en cet hiver 1912 quand parut enfin avec 6 heures de retard le paquebot salvateur. 700 seulement, gelés jusqu'aux os, avaient survécu. Mais dans quel état ! Difficile de diriger une seule monnaie avec 17 chefs de gouvernement différents Sans vouloir imaginer l'avenir de l'Union européenne comme un possible naufrage, il nous paraît légitime de dire que la barque européenne est trop chargée. Au début, ils étaient 6 et les voici 27. D'un cercle réduit et fermé, nous avons généreusement voulu faire un club qui est aujourd'hui le moins fermé de la planète. Et si l'Union européenne faisait tourner les aiguilles en sens inverse pour se retrouver à 6 comme au début autour de la table européenne ? Mais peut-on faire reculer les aiguilles de l'histoire quand on a rêvé de réinventer les États-Unis sur notre continent européen ?
Publié le : samedi 3 décembre 2011
Lecture(s) : 2
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Moody Blues
Le « triple A »... Allons-nous le garder ? « Ah ! Ah ! Ah ! », La question prête à rire, car il est évident que faute de restrictions drastiques promises à nos concitoyens, le « triple A » nous quittera comme, jadis, les passagers du Titanic pour essayer d'échapper sur les dernières chaloupes au naufrage annoncé du navire de croisière le plus luxueux et le plus impressionnant de l'époque. Ils étaient 2200 à bord valsant sous les lustres aux accents viennois d'un orchestre quand la rencontre avec l'iceberg tragique changea brutalement leur destin. Les 700 rescapés se retrouvèrent, en fin de compte, sur le radeau de la méduse en cet hiver 1912 quand parut enfin avec 6 heures de retard le paquebot salvateur. 700 seulement, gelés jusqu'aux os, avaient survécu. Mais dans quel état !
Difficile de diriger une seule monnaie avec 17 chefs de gouvernement différents
Sans vouloir imaginer l'avenir de l'Union européenne comme un possible naufrage, il nous paraît légitime de dire que la barque européenne est trop chargée. Au début, ils étaient 6 et les voici 27. D'un cercle réduit et fermé, nous avons généreusement voulu faire un club qui est aujourd'hui le moins fermé de la planète. Et si l'Union européenne faisait tourner les aiguilles en sens inverse pour se retrouver à 6 comme au début autour de la table européenne ? Mais peut-on faire reculer les aiguilles de l'histoire quand on a rêvé de réinventer les États-Unis sur notre continent européen ?
Il fallait être optimiste ou résolument allergique au fonctionnement de la machine économique pour imaginer que la Grèce allait payer ses dettes et que l'Italie, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande et les autres allaient lui emboîter le pas. Ces pays-là s'accrocheront à l'Euro coûte que coûte. Mais comment imaginer qu'après quelques simagrées pour faire croire à leurs bonnes résolutions, ils allaient se serrer la ceinture pour conserver leur droit à la monnaie de Maastricht. L'Allemagne, elle-même souriante et un peu fanée comme Angela Merkel, qui fait semblant de « collaborer » - après tout c'est bien son tour ! - va t-elle mettre en péril ce qui la distingue : les performances de sa balance commerciale liées notamment aux chiffres de ses exportations qui ne cessent de distancer ceux de ses partenaires de l'Union ? Quelle Union ? Notre raisonnable Ministre de l'Économie, François Baroin, essaie poliment comme ses collègues européens de parler le langage désormais à la mode de l'austérité, et même de la rigueur. Le mot « rigueur », allez savoir pourquoi, semble être
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.