Ne plus perdre de temps

Publié par

Ne plus perdre de temps Un diesel. Réputé à travers le monde pour ses voitures, et en Formule 1, pour ses moteurs depuis les titres de champion du monde obtenus avec McLaren en 1998, 1999, 2008 et Brawn GP en 2009, Mercedes a néanmoins montré l'aspect négatif de ce type de carburation en 2011. Car si l'équipe de Ross Brawn et Norbert Haug a bel et bien terminé la saison dernière à la quatrième place du classement des constructeurs, comme en 2010 pour son retour dans le grand cirque de la F1, elle a d'abord été longtemps devancée par Lotus Renault. Pendant les huit premiers Grands Prix, Mercedes subissait la loi de la firme franco-anglaise, Petrov et Heidfeld faisant régulièrement mieux que Rosberg et Schumacher en course, que ce soit à Melbourne (Petrov troisième tandis que les deux Mercedes abandonnaient), Sepang (Heidfeld troisième tandis que Schumacher terminait neuvième et Rosberg douzième). Cet écart colossal (28 points !
Publié le : mercredi 19 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Ne plus perdre de temps

Un diesel. Réputé à travers le monde pour ses voitures, et en Formule 1, pour ses moteurs depuis les titres de champion du monde obtenus avec McLaren en 1998, 1999, 2008 et Brawn GP en 2009, Mercedes a néanmoins montré l'aspect négatif de ce type de carburation en 2011. Car si l'équipe de Ross Brawn et Norbert Haug a bel et bien terminé la saison dernière à la quatrième place du classement des constructeurs, comme en 2010 pour son retour dans le grand cirque de la F1, elle a d'abord été longtemps devancée par Lotus Renault. Pendant les huit premiers Grands Prix, Mercedes subissait la loi de la firme franco-anglaise, Petrov et Heidfeld faisant régulièrement mieux que Rosberg et Schumacher en course, que ce soit à Melbourne (Petrov troisième tandis que les deux Mercedes abandonnaient), Sepang (Heidfeld troisième tandis que Schumacher terminait neuvième et Rosberg douzième). Cet écart colossal (28 points !) après deux épreuves était ensuite petit à petit grignoté (16 unités reprises en Chine grâce aux cinquième et huitième places de Rosberg et Schumacher contre une neuvième pour Petrov, puis 10 supplémentaires en Espagne avec les sixième et septième places des Renault alors que Heidfeld était quatrième et Petrov onzième), mais il fallait attendre le Grand Prix de Grande-Bretagne, neuvième épreuve du calendrier, pour que les monoplaces allemandes, sixième (Rosberg) et neuvième (Schumacher) au drapeau à damiers passent définitivement devant les Lotus Renault, grâce à ces trois points de plus (8 et 2) que ceux (4) apportés par Nick Heidfeld. 68 points pour Mercedes, 65 pour Lotus Renault, la firme de Brackley avait pris le dessus sur sa rivale, et allait ensuite profiter de l'effondrement de l'ancienne équipe Renault pour creuser l'écart. Plus douze en Allemagne, quatorze en Hongrie... trente en Belgique ! et ainsi de suite pour se stabiliser de peu en deçà de 90 après la dernière épreuve au Brésil (165 pour Mercedes, 73 pour Lotus Renault). Mercedes égalait ainsi sa performance de 2010, mais avec nettement moins de points et aucun podium (contre deux troisième place pour Rosberg à Sepang et Silverstone, une deuxième à Shanghai en 2010) et n'aura en revanche jamais pu suivre le rythme effréné des trois top teams (Red Bull, McLaren et Ferrari). A part peut-être en qualifications, avec une troisième place pour Rosberg en Turquie, une quatrième en Chine, une cinquième en Belgique, une sixième au Canada, en Allemagne et au Brésil, une cinquième pour Schumacher à Monaco, mais qui n'ont jamais, ou rarement été confirmés en course (5ème place pour Rosberg en Chine et en Turquie, 6ème place à Silverstone, Spa et Abu Dhabi, 4ème, 5ème et 6ème place pour Schumacher au Canada, à Spa, Monza, en Inde, à Barcelone et à Suzuka). Il faudra donc être plus performant en 2012 pour espérer s'incruster dans la lutte pour la gagne, la vraie, et au moins renouer avec les podiums. Un scénario souhaité par les dirigeants de Mercedes, et possible selon l'ancien pilote français Jean-Pierre Beltoise : " Pourquoi pas ? Ross Brawn a prouvé qu'il savait faire une voiture performante, Mercedes ne peut pas se contenter de rester pendant des années sur des troisième ou quatrième places. Et on peut penser qu'ils vont faire le maximum".

Pour une victoire puissance 6

Souvent à la pointe de la technologie mise en avant en Formule 1, notamment au sein de Ferrari puis de son écurie éponyme en 2009, Ross Brawn semble avoir encore des idées plein sa besace. Et si la W03 alignée en 2012 ne devrait, malgré quelques rumeurs, présenter de nouveautés techniques révolutionnaires, Mercedes devrait être à la pointe dans les années à venir. Car alors que la législation de la FIA va changer la puissance des moteurs de F1 à partir de 2014, c'est dès 2012 que Mercedes pourrait tester son futur bloc V6 turbo. Celui-ci était en effet prêt début décembre 2011 et les premiers essais, sur un banc de puissance, ne devaient pas tarder à suivre. Ce serait le meilleur moyen pour Mercedes de prendre quelques tours d'avance sur ses concurrents, alors que la nouvelle réglementation réintroduisant le turbo dans la catégorie reine devrait inciter des constructeurs à revenir ou découvrir la F1 (Porsche, Audi, Honda...).

SES PLUS

- Malgré un mauvais début de saison, l'équipe a réussi à combler son retard sur Lotus Renault et à terminer quatrième du championnat des constructeurs, juste derrière les trois top team (Red Bull, McLaren et Ferrari). - Rosberg et Schumacher ont réussi plusieurs fois à se qualifier parmi les six premiers et donc à bouleverser la hiérarchie en s'insérant entre deux Red Bull, deux McLaren, deux Ferrari, ou entre les premières et les deuxièmes ... - L'expertise de Norbert Haug et Ross Brawn en termes de stratégie sportive ou de conception des monoplaces sont un atout non négligeable pour que l'équipe devienne performante.

SES MOINS

- La quatrième place au classement des constructeurs a été obtenue avec un total de points inférieur à celui de 2010 et aucun podium, contre trois pour Rosberg la saison précédente. - Malgré de bonnes prestations en qualifications permettant aux monoplaces de participer pratiquement à toutes les Q3, Rosberg et Schumacher n'ont pas réussi à accrocher une pole position, ni même une présence sur la première ligne et n'ont pu faire mieux que troisième en Turquie pour le premier. - Nico Rosberg a encore supplanté Michael Schumacher, qui peine à retrouver son lustre d'antan. Le septuple champion du monde n'a plus de temps à perdre et devra accrocher au moins un podium en 2012 pour ne pas être définitivement considéré comme dépassé.

"Mercedes ne peut pas se contenter de rester pendant des années sur des troisième ou quatrième places"

Il faudra pour cela être performant dès l'ouverture de la saison, mais le timing ne semble néanmoins pas forcément la force de l'équipe allemande, qui a décidé, contrairement à ses concurrentes d'attendre les essais de Barcelone (21-24 février) pour tester la W03, utilisant encore la mouture 2011 (W02) de sa monoplace à Jerez. Nico Rosberg, dans un bel exercice de langue de bois ou sincèrement a confié à Autosport qu'il n'était pas inquiet : " C'est un choix que l'équipe a fait, et ça me va très bien. Il faut toujours trouver un compromis entre débuter les essais assez tôt et avoir assez de temps pour développer la voiture. Il faut trouver une voie et ils ont décidé que c'était la meilleure à emprunter". Pour ça, il faudra le confirmer en piste à Barcelone, puis à Melbourne quand le vert sera mis sur la saison 2012. Nico Rosberg sera évidemment en lice pour le faire, avec à ses côtés Michael Schumacher, les deux pilotes allemands ayant été confirmés au volant des deux Mercedes pour cette saison. Le poste de troisième pilote était en revanche vacant début février, mais l'ancien pilote Toro Rosso Jaime Alguersuari était sur les rangs pour l'occuper. Ce serait une belle opportunité pour le jeune Espagnol de piloter une telle voiture, nettement meilleure que la Toro Rosso, même si ça n'était que pendant la séance d'essais libre du vendredi. Et son travail devrait permettre à Mercedes de ne pas se laisser distancer par les Red Bull, dont Alguersuari connaît forcément quelques éléments techniques pour avoir été lié à la firme autrichienne, McLaren et Ferrari.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.