Peuvent-elles tout réussir à la fois ?

Publié par

Peuvent-elles tout réussir à la fois ? En une génération, les femmes se sont imposées à tous les échelons dans le monde de l'entreprise. Signe de cette participation grandissante à l'économie : le nombre d'entreprises créées par des femmes augmente 2 fois plus vite que celles de leurs homologues masculins, et ces entreprises emploient davantage de personnel que les 500 plus grandes entreprises. Certes, des résistances persistent mais on constate que les femmes ont acquis une place indéniable sur le marché du travail, et plus encore, que leurs talents sont reconnus. D'ailleurs, 60% des diplômes universitaires sont détenus par des femmes, en Europe comme aux USA. Cette révolution trouve ses racines dans la tertiarisation de l'économie, contexte dans lequel la force physique devient secondaire, au profit de l'intelligence. Ce phénomène va de pair avec le mouvement d'émancipation des femmes, et notamment la légalisation de la contraception, qui leur donne le choix de la maternité et de son moment. Vers l'égalité ? Alors, oui, les talents féminins sont de plus en plus utilisés... pour le plus grand bien des entreprises. Une victoire d'autant plus précieuse quand on songe au chemin parcouru, mais qui n'en reste pas moins en demi-teinte. Car si elles sont aujour-d'hui valorisées, il n'en reste pas moins qu'elles ne représentent que 2% des DG des 500 plus grandes entreprises mondiales et moins de 13% des sièges des conseils d'administration sont occupés par des femmes.
Publié le : samedi 5 mars 2011
Lecture(s) : 6
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Peuvent-elles tout réussir à la fois ?
En une génération, les femmes se sont imposées à tous les échelons dans le monde de l'entreprise. Signe de cette participation grandissante à l'économie : le nombre d'entreprises créées par des femmes augmente 2 fois plus vite que celles de leurs homologues masculins, et ces entreprises emploient davantage de personnel que les 500 plus grandes entreprises. Certes, des résistances persistent mais on constate que les femmes ont acquis une place indéniable sur le marché du travail, et plus encore, que leurs talents sont reconnus. D'ailleurs, 60% des diplômes universitaires sont détenus par des femmes, en Europe comme aux USA.
Cette révolution trouve ses racines dans la tertiarisation de l'économie, contexte dans lequel la force physique devient secondaire, au profit de l'intelligence. Ce phénomène va de pair avec le mouvement d'émancipation des femmes, et notamment la légalisation de la contraception, qui leur donne le choix de la maternité et de son moment.
Vers l'égalité ?Alors, oui, les talents féminins sont de plus en plus utilisés... pour le plus grand bien des entreprises. Une victoire d'autant plus précieuse quand on songe au chemin parcouru, mais qui n'en reste pas moins en demi-teinte. Car si elles sont aujour-d'hui valorisées, il n'en reste pas moins qu'elles ne représentent que 2% des DG des 500 plus grandes entreprises mondiales et moins de 13% des sièges des conseils d'administration sont occupés par des femmes. L'entrée de ces dernières sur le marché du travail n'a pas pour autant entraîné de véritable révolution dans l'organisation du travail. La conciliation entre vie privée et vie professionnelle demeure un enjeu incontournable pour celles qui désirent faire carrière : trop souvent, un choix s'impose. Ainsi, en Suisse, près de 40% de celles qui travaillent n'ont pas d'enfants.
En France, 1 créateur d'entreprise sur 3 serait une femme, un des taux les plus faibles au monde. Source : SINE
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.