Réglementation spécifique pour l'hiver

Publié par

Réglementation spécifique pour l'hiver Les conditions hivernales des dernières années ont provoqué des perturbations significatives de la circulation routière et des transports. L'épisode neigeux du 8 décembre 2010 en Île-de-France reste l'un des exemples les plus significatifs. Pour les transporteurs, ces événements créent un fort sentiment de frustration. Comment expliquer une telle situation? Tout d'abord, la politique actuelle de sécurité routière ne prend pas en compte les conditions hivernales. D'autres pays de l'UE ont pourtant mis en place des réglementations, par exemple, l'Allemagne. Par conséquent, en l'absence de cadre réglementaire, l'industrie du pneumatique ne peut que difficilement anticiper les besoins brutaux du marché. De plus, pour des raisons économiques et environnementales, le salage des routes est remis en cause comme solution privilégiée pour assurer la mobilité dans des conditions de roulage hivernales. Propositions Forts de ces constats et afin d'éviter que cela ne se reproduise, les Manufacturiers sont forces de propositions. Les Manufacturiers se proposent, en collaboration avec les Pouvoirs Publics, de communiquer sur la nécessité de s'équiper en fonction des conditions de roulage hivernales identifiables par la présence de neige, neige fondue, verglas, «glace noire» (plaques de verglas), sol froid, brouillard givrant. Rappelons que les manufacturiers parlent de conditions hivernales dès lors que la température ambiante est inférieure à 7° C.
Publié le : jeudi 22 décembre 2011
Lecture(s) : 7
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Réglementation spécifique pour l'hiver

Les conditions hivernales des dernières années ont provoqué des perturbations significatives de la circulation routière et des transports. L'épisode neigeux du 8 décembre 2010 en Île-de-France reste l'un des exemples les plus significatifs. Pour les transporteurs, ces événements créent un fort sentiment de frustration.

Comment expliquer une telle situation? Tout d'abord, la politique actuelle de sécurité routière ne prend pas en compte les conditions hivernales. D'autres pays de l'UE ont pourtant mis en place des réglementations, par exemple, l'Allemagne. Par conséquent, en l'absence de cadre réglementaire, l'industrie du pneumatique ne peut que difficilement anticiper les besoins brutaux du marché. De plus, pour des raisons économiques et environnementales, le salage des routes est remis en cause comme solution privilégiée pour assurer la mobilité dans des conditions de roulage hivernales.

Propositions Forts de ces constats et afin d'éviter que cela ne se reproduise, les Manufacturiers sont forces de propositions.

Les Manufacturiers se proposent, en collaboration avec les Pouvoirs Publics, de communiquer sur la nécessité de s'équiper en fonction des conditions de roulage hivernales identifiables par la présence de neige, neige fondue, verglas, «glace noire» (plaques de verglas), sol froid, brouillard givrant. Rappelons que les manufacturiers parlent de conditions hivernales dès lors que la température ambiante est inférieure à 7° C. Ces conditions étant fréquentes, les Manufacturiers interpellent les autorités réglementaires sur l'opportunité de créer une réglementation spécifique adaptée au contexte français.

Celle-ci concernerait aussi bien l'équipement des véhicules de tourisme que du poids lourd.

Les Manufacturiers préconisent ainsi que : . la réglementation identifie le pneu «hiver» par le logo pneu hiver «3PMSF (1)» comme l'équipement recommandé dans les conditions de roulage hivernales. . la réglementation identifie le pneu «hiver» par le logo pneu hiver «3PMSF (1)» comme équipement spécial pour les pneus C1 (Tourisme) et C2 (Camionnette), (évolution du panneau de signalisation routière B26). . un arrêté interministériel ou un décret améliorant l'existant en profitant des progrès technologiques, qui guide et encadre les pouvoirs de police des maires et préfets en matière de circulation routière. Par exemple, en prévoyant l'adoption d'arrêtés imposant localement (2) les équipements spéciaux dès l'alerte météo (3) (plutôt que des interdictions de circuler après une chute de neige, etc. !) avec obligation de diffuser l'information à distance en utilisant les NTIC (4) (Internet, GPS, etc.) en plus des outils classiques (presse locale, panneaux indicateurs, etc.).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.