Sauvons nos gouttières !

Publié par

Sauvons nos gouttières ! Chaque année, un nombre considérable de chats sont abandonnés, victimes de la cruauté humaine. Au fil du temps, ces chats ont donné naissance à de nombreux chatons livrés à eux-mêmes, lesquels ont été contraints à la survie dans nos villes et nos campagnes, avec tous les dangers qu'ils encourent (accidents, maladies, cruauté, trafics en tous genres...). Cette population féline s'est mise à proliférer sur notre territoire. C'est pourquoi il est indispensable d'informer les propriétaires de « chats d'extérieurs » donc libres de sortir, de la nécessité de les faire tatouer, vacciner et surtout stériliser afin de ne pas participer à la prolifération de chats errants. La stérilisation devient un « devoir » civique Face à ce constat, une urgence, un impératif même : fermer la vanne du flux torrentiel de chats inondant les refuges ou jetés à la rue. Force est de constater qu'un profond changement des mentalités ne pourra avoir lieu dans un climat d'impunité. La sensibilisation des propriétaires est essentielle, mais pas suffisante. D'un chat mâle et d'une femelle peuvent naître jusqu'à 6 petits 2 à 3 fois par ans. Un simple calcul laisse envisager qu'au terme de 4 ans, les générations ainsi mises au monde peuvent totaliser 20 000 félins !
Publié le : mardi 25 octobre 2011
Lecture(s) : 11
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sauvons nos gouttières !

Chaque année, un nombre considérable de chats sont abandonnés, victimes de la cruauté humaine. Au fil du temps, ces chats ont donné naissance à de nombreux chatons livrés à eux-mêmes, lesquels ont été contraints à la survie dans nos villes et nos campagnes, avec tous les dangers qu'ils encourent (accidents, maladies, cruauté, trafics en tous genres...). Cette population féline s'est mise à proliférer sur notre territoire. C'est pourquoi il est indispensable d'informer les propriétaires de « chats d'extérieurs » donc libres de sortir, de la nécessité de les faire tatouer, vacciner et surtout stériliser afin de ne pas participer à la prolifération de chats errants.

La stérilisation devient un « devoir » civique

Face à ce constat, une urgence, un impératif même : fermer la vanne du flux torrentiel de chats inondant les refuges ou jetés à la rue. Force est de constater qu'un profond changement des mentalités ne pourra avoir lieu dans un climat d'impunité. La sensibilisation des propriétaires est essentielle, mais pas suffisante. D'un chat mâle et d'une femelle peuvent naître jusqu'à 6 petits 2 à 3 fois par ans. Un simple calcul laisse envisager qu'au terme de 4 ans, les générations ainsi mises au monde peuvent totaliser 20 000 félins !

Les associations de défense animale ont gagné une première bataille juridique

La loi du 6 Janvier 1999 légalise les actions des associations de protection des chats dits « libres », comme substitut à l'euthanasie. La surpopulation des chats errants (après leur prélèvement sur les communes par le biais des fourrières) peut être résolue grâce à leur stérilisation et leur identification au nom de la SPA ou des refuges.

Le chat de gouttière est souvent confondu avec le chat de race Européen

En Belgique, un chat est euthanasié toutes les 40 minutes, et sur une année, 11 000 chats reçoivent une injection létale...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.