Sublimer la mesure du temps

Publié par

Sublimer la mesure du temps Cartel Louis XV en marqueterie Boulle. "Autrefois, l'horloger était un maître d'oeuvre" Pendule portique d'époque Louis XVI. Atelier de Dominique Flon. Antiquités Pratique : Pourquoi le métier de pendulier est-il si rare ? Dominique Flon : C'est mon père qui m'a transmis, il y a 27 ans, la passion des pendules. Difficile d'apprendre ce métier à l'école, le CAP de pendulier n'étant plus enseigné. C'est pourquoi, nous représentons en France, une niche de trente professionnels. Nous reproduisons les mêmes gestes Stand du salon du patrimoine à Paris. et réparons les mêmes pièces qu'à l'époque de Louis XIV ou Louis XV. Tout est sur-mesure et fait entièrement à la main, car il n'existe pas de pièces de rechange. Les modules interchangeables n'existeront qu'à partir de 1930. A. P. : Que regroupe la pendulerie ancienne ? 1-Dominique Flon à l'oeuvre à son établi. D. F. : La pendulerie regroupe les cartels (que l'on accroche au mur), les pendules à poser et les horloges avec les horloges de parquet, appelées les Comtoises. Ces dernières sont françaises, mais seul le mécanisme est fabriqué en Franche Comté. A. P. : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur l'historique des horloges... ce qu'il faut retenir. D. F. : La première « vraie » horloge a été présentée à Louis XIV par le physicien Huygens, le maître horloger Thuret et l'ébéniste Boulle, spécialisé dans la marqueterie.
Publié le : mercredi 19 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Source : Lafont presse
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sublimer la mesure du temps
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.