Zonegran® (zonisamide) chez les enfants souffrant de crises d'epilepsie partielles : données cliniques et tolérance favorable confirmées à long terme

Publié par

Zonegran® (zonisamide) chez les enfantsZonegran® (zonisamide) chez les enfants souffrant de crises d'epilepsie partielles : données cliniques et tolérance favorable confirmées à long terme PR Newswire HATFIELD, Angleterre, April 22, 2014 Selon les résultats d'une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans Epilepsia, ®Zonegran (zonisamide) présente un profil de tolérance favorable lorsqu'il est utilisé en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles (avec ou sans généralisation secondaire) sur une durée d'un an minimum, chez les enfants âgés de 6 à 17 ans. Par ailleurs les résultats de cette étude ont été rassurants en termes de sécurité d'emploi, ainsi que sur la [1]croissance et le développement des enfants. Enfin, dans cette étude, les données cliniques d’efficacité ont été confirmées. Le zonisamide est un médicament antiépileptique (MAE) de deuxième génération présentant une structure chimique différente de celle de tout [2]autre médicament antiépileptique et un mécanisme d'action multiple . Selon les estimations actuelles, environ 900 000 enfants et adolescents [3]seraient atteints d'épilepsie en Europe. Chez l'enfant, l'épilepsie est souvent source d'épreuves importantes, telles que des problèmes de développement et de comportement affectant les résultats scolaires et l'estime de soi.
Publié le : lundi 21 avril 2014
Lecture(s) : 3
Source : prnewswire.com
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Zonegran® (zonisamide) chez les enfants souffrant de crises d'epilepsie partielles : données cliniques et tolérance favorable confirmées à long terme

PR Newswire

Selon les résultats d'une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans Epilepsia, Zonegran® (zonisamide) présente un profil de tolérance favorable lorsqu'il est utilisé en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles (avec ou sans généralisation secondaire) sur une durée d'un an minimum, chez les enfants âgés de 6 à 17 ans. Par ailleurs les résultats de cette étude ont été rassurants en termes de sécurité d'emploi, ainsi que sur la croissance et le développement des enfants.[1] Enfin, dans cette étude, les données cliniques d’efficacité ont été confirmées.

Le zonisamide est un médicament antiépileptique (MAE) de deuxième génération présentant une structure chimique différente de celle de tout autre médicament antiépileptique et un mécanisme d'action multiple .[2]

Selon les estimations actuelles, environ 900 000 enfants et adolescents seraient atteints d'épilepsie en Europe.[3] Chez l'enfant, l'épilepsie est souvent source d'épreuves importantes, telles que des problèmes de développement et de comportement affectant les résultats scolaires et l'estime de soi. Ces problèmes, qui se manifestent souvent par un trouble déficitaire de l'attention, un repli sur soi, un état d'anxiété ou de dépression, ont un effet délétère sur l'enfant et sa famille.[4]

« Malheureusement, plus d'un quart des enfants souffrant d'épilepsie restent non contrôlés malgré un traitement bien conduit», a souligné Professor Renzo Guerrini. « Il existe aujourd'hui encore un besoin pour de nouveaux traitements ayant fait la preuve de leur absence d' effets délétères à long terme sur la croissance et le développement de l'enfant. Réalisée sur une période d'un an, cette étude de suivi en ouvert d'un essai clinique randomisé et contrôlé du zonisamide fournit des résultats particulièrement satisfaisants. Le zonisamide pourra devenir une option thérapeutique précieuse pour les enfants souffrant de crises d'épilepsie partielle. »

Cette étude était une extension en ouvert d'un essai clinique de phase III, multicentrique, en double aveugle, randomisé, contrôlé contre placebo. Elle visait à évaluer le maintien à long terme de l'efficacité du zonisamide en association chez 144 enfants âgés de 6 à 18 ans vivants dans 10 pays européens. Les patients ont commencé par une période de transition en double aveugle (durée: 2-11 semaines), durant laquelle ceux qui avaient reçu du zonisamide continuaient à la même dose, alors que ceux qui avaient reçu un placebo passaient au zonisamide, avec une posologie initiale de 1 mg/kg/jour, puis une augmentation de la posologie à 8 mg/kg/jour jusqu'à un maximum de 500 mg/jour. Au cours de la période ultérieure (45-57 semaines), la posologie du zonisamide a été ajustée en fonction de la tolérance et de la réponse clinique au traitement. Les évaluations relatives aux données d'efficacité clinique, de tolérance,  ainsi que les effets sur la croissance et le développement ont été menées tout au long de l'étude.[1]

Les résultats ont montré une faible incidence des effets indésirables sévères liés au traitement (EIAT) et des EIAT conduisant à une sortie d'essai (2,8 %). Au cours de la période en ouvert, 56,3 % des patients ont été classés comme répondeurs au traitement et 11,1 % sont parvenus être libres de crises. L'échelle de Tanner (qui évalue le développement physique chez les enfants, les adolescents et les adultes) et le développement du squelette étaient conformes pour les tranches d'âge des enfants de l'étude. Les changements sur la Child Behavior Checklist (une méthode largement utilisée permettant d'identifier les problèmes de comportement chez les enfants) ainsi que sur les scores de performance scolaire ont été minimes. Sur les échelles d'impressions globales de changement des médecins (73,8 %) et des parents / tuteurs (75,4 %), la plupart des enfants participant à l'étude se sont « beaucoup améliorés » et « vraiment beaucoup améliorés». Les résultats du Controlled Oral Word Association Test (COWAT), qui mesure l'aisance verbale d'un individu ainsi que les scores d'aisance écrite, n'ont pas apporté la preuve d'une déficience due au traitement par zonisamide.[1]

Le zonisamide a été autorisé en Europe en 2005, chez le patient adulte, en association dans le traitement des crises partielles d'épilepsie avec ou sans généralisation secondaire. En juillet 2012, l'UE a donné son autorisation pour l'utilisation du zonisamide en monothérapie dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les adultes récemment diagnostiqués.[2] Enfin, l'extension d'indication dans le traitement, en association, des crises d'épilepsie partielles (avec ou sans généralisation secondaire) chez les enfants âgés de 6 ans et plus a été octroyée par la Commission européenne en octobre 2013.

L'indication du zonisamide en pédiatrie a été obtenue sur la base de l'Étude 312 (CATZ) publiée dans Epilepsia en juillet 2013.[5] Ces données issues d'une étude de phase III, contrôlée contre placebo, multicentrique, en double aveugle et randomisée ont montré qu'un nombre significativement plus important de patients âgés de 6 à 17 ans répondaient positivement au traitement par zonisamide (50 %) par rapport au placebo (31 %), p=0,0044.[7] Les évaluations relatives à la tolérance et à la sécurité d'emploi ont montré que l'incidence globale des EIAT était similaire pour le zonisamide par rapport au placebo et que les taux d'EIAT sévères étaient faibles au sein des deux groupes.[7]

Le développement continu du zonisamide souligne la mission hhc(human health care) d'Eisai dans le domaine de la santé humaine, ainsi que l'engagement du laboratoire à mettre au point des solutions innovantes en matière de prévention, de traitement et de guérison des maladies, avec pour objectif la santé et le bien-être des personnes dans le monde entier. Eisai œuvre dans le domaine thérapeutique de l'épilepsie et cherche à répondre aux besoins non satisfaits des patients épileptiques et de leurs familles. Eisai est fière de commercialiser plus d'antiépileptiques que toute autre laboratoire dans la région EMEA.

Notes aux rédacteurs 

À propos de Zonegran (zonisamide)  

Le zonisamide est autorisé en Europe en monothérapie dans le traitement des crises d'épilepsie partielles avec ou sans généralisation secondaire, chez les adultes nouvellement diagnostiqués. Le zonisamide est aussi indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielles avec ou sans généralisation secondaire chez l'adulte, et désormais chez l'adolescent et l'enfant à partir de six ans.[2] C'est un médicament antiépileptique, à large spectre, n'ayant pas d'effet sur les concentrations plasmatiques à l'état d'équilibre d'autres médicaments antiépileptiques, tels que la phénytoïne, la carbamazépine et le valproate.[2] Zonegran® est l'un des seuls médicaments antiépileptiques parmi quatre, présentant, en monothérapie d'initiation chez les adultes atteints de crises épileptiques partielles, un niveau de preuve d'efficacité de grade A.[6]

Le zonisamide est présenté en gélules dosées à 25, 50 et 100 mg. La posologie quotidienne recommandée pour une utilisation en monothérapie est de 100 mg en une prise par jour. Au bout de la troisième et quatrième semaine, la posologie peut être augmentée à 200 mg par jour, puis à 300 mg par jour au bout de deux autres semaines.La posologie quotidienne recommandée en association à un autre traitement antiépileptique est de 50 mg à repartir sur deux doses. Au bout d'une semaine, la dose peut être augmentée à 100 mg par jour et ensuite, par palier pouvant atteindre jusqu'à 100 mg par intervalles d'une semaine.[2]

Pour plus d'informations, veuillez consulter : http://www.zonegran.eu

À propos de l'épilepsie  

L'épilepsie est l'une des maladies neurologiques les plus fréquentes dans le monde. En Europe, elle touche environ une personne sur 100,et on estime à 50 millions le nombre de personnes souffrant d'épilepsie dans le monde.[7] L'épilepsie est une maladie chronique qui touche des personnes de tous âges. L'épilepsie se caractérise par des décharges électriques cérébrales anormales produites par les neurones et provoquant les crises épileptiques. Les crises sont variables en termes de gravité: de simples moments d'absence ou d'instabilité musculaire à des convulsions graves et prolongées. Suivant leur type, les crises d'épilepsie peuvent se limiter à une partie du cerveau (épilepsie partielle) ou peuvent être généralisées à l'ensemble du cerveau. Les crises peuvent également varier en termes de fréquence; de moins d'une par an à plusieurs par jour. L'épilepsie est une maladie dont les causes possibles sont nombreuses et souvent inconnues.

EISAI et l'épilepsie dans la zone EMEA 

EISAI se consacre au développement et à la mise à disposition de nouveaux traitements hautement bénéfiques pour améliorer la qualité de vie des patients épileptiques. C'est pourquoi le développement de médicaments antiépileptiques représente un défi de première importance pour EISAI en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique (EMEA).

Dans la région EMEA, EISAI a déjà mis à disposition les quatre médicaments suivants :

  • Zonegran® (zonisamide) indiqué en monothérapie et en association chez les adultes présentant des crises d'épilepsie partielle, avec ou sans généralisation secondaire (sous licence Dainippon Sumitomo Pharma). En Suisse, Zonegran n'est approuvé qu'en tant que traitement adjuvant.
  • Zebinix® (acétate d'eslicarbazépine) indiqué chez l'adulte en association dans le traitement des crises d'épilepsie partielle, avec ou sans généralisation secondaire (Zebinix est commercialisé sous licence BIAL). Zebinix n'est pas approuvé par Swissmedic.
  • Inovelon® (rufinamide) indiqué en association dans le traitement des crises d'épilepsie associées au syndrome de Lennox-Gastaut chez les patients âgés de 4 ans et plus (Le rufinamide a été développé à l'origine par Novartis).
  • Fycompa® (perampanel) indiqué en association, dans le traitement des crises d'épilepsie partielles, avec ou sans généralisation secondaire, chez les patients épileptiques âgés de 12 ans et plus.

À propos d'EISAI 

Eisai est l'un des plus grands groupes pharmaceutiques mondiaux se consacrant à la recherche et au développement et notre mission est de « penser en premier aux patients et à leur famille et d'améliorer les bienfaits des soins de santé », ce que nous appelons les soins en santé humaine (hhc).

Eisai concentre son activité de recherche sur trois secteurs clés :

  • les neurosciences, domaine comprenant la maladie d'Alzheimer, l'épilepsie, la douleur et la perte de poids;
  • l'oncologie, domaine comprenant le traitement des cancers, par des traitements anticancéreux, de régression et suppression tumorales, anticorps, etc.
  • les pathologies vasculaires/immunologiques, domaine comprenant la thrombocytopénie, la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis et la maladie intestinale inflammatoire.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.