Impo campagnarde

Publié par

La Letra Occitanista. D. IFU. S. IO. N. P. E. R. A. B. O. N. A. M. E. N. T lo u c e b ié. Informacions bilingüas de Provença n°122. Març-Abrieu de 2011. Numerò 122 ...

Publié le : lundi 16 avril 2012
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
n°122 122 La Letra Occitanista Informacions bilingüasde Provença
DE LA DECADÉNCIA UROA bòchis expiatòris e cigalon sus la platana
Lo govèrn es a la pena. Sortent dei cantonadas territorialas dau centralisme istoric (vòli dire “cantonalas”),a descubert que, d’una musica apariada ambé de reformas descabestradas, podiá cabussar au tomple. Tomple, garagalh ò vabre, aitan de mòts per dire qu’es dins lo trauc que sa politica lo menèt darrier lo FN, arapat qu’es coma la cigala sus la platana.. E de l’ideologia de la decadéncia que bandissián sei clergues, començèt son roman. Remenbratz-vos : tre la debuta èra premiera “l’identitat nacionala” ambé lo “Grand Musèu de l’Istòria de França” (Ont a passat ?). L’arri racista s’apreparèt. Entre dos mòts sus l’arabi de servici, vengut subran “bonhats” auvernhats, Botafuec (Heurtefeux) faguèt puei una accion repressiva sus lei Ròms (destruccion deis abitats e personas fòragitadas vès l’Est). La tiera contunhèt ambé lo discors de Grenòble que lo Nicolas aparièt immigracion e insecuritat. Dins l’educacion, lo Chatel amenacèt de refusar ai fremas enforlardadas d’acompanhar seis enfants per lei sortidas escolàrias. E d’assajar puei de remandar lo drech dau sòu . Març marceja. Ara, contunha l’identitat nacionala ambé la laïcitat que se mainava pron pauc la drecha e que semblava subretot un tèma fondator republican de senèstra. (es lo Rad-Soc.Emili Combes qu’impausèt la separacion dei glèisas e de l’Estat). M’enfin, darrier episòdi provisòri, la mesaliança de la drechaes a de faire virar en barigola la sauça ideologica dau cairat elisenc. Lei resultas dei cantonalas n’an fach un pendís ensabonat. Es tot, diriatz? Que nani, Monsur, lo Gueant espepidonèt, fa gaire, que l’immigracion incontrarotlada balha ai francés un sentiment d’èstre pus ges au sieu. E la Marina Le Pen d’apondre qu’es necite d’enebir lo drech dau sòu per lei Maiotencs departementalizats. Cu corre après l’autre ? La pensada « pichòt blanc » e lo racisme islamofòb enfortisson la corsa darrier l’extrèma drecha.
De crisi sociala, de cauma, de lotjaments per lei pus paures, se ne’n parla pas. L’oposicion entre ciutadans s’enauça. La leca dau bòchi expiatòri monta a cima. La drecha extrèma sarkozista es coma la cigala sus la platana : s’arrapa, mai s’arrapa aquí ai tèmas xenofòbs de l’extrèma drecha per ganhar 2012. Lo carcul fa pas qu’aumentar la risca lepenista. Se la senèstra saup pas respondre, serà la cabussada. La descadéncia anonciada perleis ideològs diplomats ò pas, per lei medias estampilhats, es pas que faula. Son que, nautrei, sabiam que la casuda deis Estats autoritaris aviá ja entamenat son procés. Question de temps. Per ara, l’Estat francés mòstra qu’es totjorn lo melhor, luenh davans lo peloton.
Gerard TAUTIL (17/01/11) Traduccion : http://locebier.free.fr Març-Abrieu de 2011
NUCLEARI, BASTA ! De Tricastin à Cadarache en passant par Toulon, Cruas, Marcoule et Pierrelatte,
LA PROVENCE EST EN DANGER !
Comment, en voyant les images d’horreur en provenance du Japon dont nous sommes abreuvés (mais c’est là un autre débat), ne pas se sentir solidaires d’une population dont le martyre n’est hélas pas prêt de prendre fin ? Pourtant si nous sommes, au moins par la pensée, aux côtés de nos frère et sœurs japonais qui souffrent, nous sommes aussi en colère. Comment a-t-on pu, alors que ces catastrophes naturelles de très grandes ampleurs étaient attendues,concentrer autant de réacteurs dans des endroits si dangereux ? Aucune technologie ne viendra jamais contrer une nature qui reprend ses droits.Personne, et l’actualité nippone nous le rappelle cruellement, ne sait gérer une situation qui s’emballe et oblige à sacrifier de trop nombreuse vies humaines. Plus globalement, les risques encourus de très graves pollutions, sur des milliers de km2 rendant des espaces immenses stériles et des millions de personnes en danger et/ou déplacées, sont beaucoup trop grands pour continuer plus avant dans le choix du nucléaire.
Aucun projet industriel, aussi rentable soit-il, n'a le droit d'impacter durablement les générations futures qui auront avec le nucléaire, au mieux, des déchets à gérer sinon de lourdes pathologies et des terres interdites.Cette énergie non maîtrisée et les risques qu'elle entraîne exigent un pouvoir centralisé et une société policière.Si les technocrates parisiens ont pu engager,- au début des années 70sans qu’aucun débat démocratique ne valide cette décision-, la France dans le nucléaire, c’est que l’Etat, qui v e n a i td es u r m o n t e rl ac r i s ed e6 8 , fournissait toutes les garanties. La Provence, même si aucun programme officiel ne vient en apprendre l’histoire ou la géographie, est une terre qui tremble. Le séisme de Lambesc (Lo tèrratremòlde 6.2 sur l'échelle de Richter) à fait en 1909 46 morts alors que les bâtis étaient d'une autre qualité que ceux réalisés par une pression foncière sans frein et des constructions pas toujours faites dans les règles de l'art. Un tremblement de terre de cette nature, ce serait aujourd'hui plusieurs centaines de morts et plusieurs milliers de blessés.Il faut donc bien considérer queles nombreux barrages de la Durance, du Rhône, du Verdon s o n ta u t a n td et s u n a m i sp o t e n t i e l s . Comment réagirait des populations qui n'ont, contrairement aux japonais, aucune culture du risque et qui ont été trompées par le mythe d'une énergie sûre et peu chère ? Aucune étude sérieuse ne s’est vraiment penchée sur cette question pourtant vitale. Comment résisteraient nos centrales et nos sites vétustes qui ont déjà connu de très nombreuses alertes (on se souvient des
incidents à répétition de Tricastin, à de tels événements) ? Là aussi les réponses officielles sont, on ne peut plus, floues. L'indépendance énergétique dont les alimentaires du nucléaire et les VRP de l’UMP nous rabattent les oreilles est un mythe malsain: l'uranium est importé depuis longtemps et cet approvisionnement se fait depuis des dictatures sanglantes entretenues par les lobbyistes de l'atome.Le nucléaire à bas coût est là aussi un mensonge éhonté parce que tout, de la décision de construire au démantèlement des sites, n’est pas pris en compte dans les calculs financiers. Face à cette situation, il est urgent de réagir en commençant par diversifier les sources d'énergie. La Provence avec le solaire, l'éolien, la géothermie, la biomasse de sa forêt .., présente de grands potentiels énergétiques. Ils sont tous porteurs d'emploi, mais pas vraiment exploités à ce jour. De plus, avec les barrages, nous avons déjà payé un très lourd tribut à nos besoins en électricité. L'investissement dans les économies d'énergie, la réhabilitation thermique, la performance énergétique est indispensable pour bâtir de nouvelles filières et les emplois de demain. Il nous permettra de construire une société de partage, soucieuse de sobriété énergétique et délivrée de la dépendance aux énergies fossiles. Il faut en finir avec un système qui a décidé du tout nucléaire et imposé, pour rentabiliser cette filière, le tout électrique. Ce choix, à la source des crises, fait aujourd’hui exploser l e sc o û t sd ul o g e m e n te ta u g m e n t e grandement les précarités énergétiques et financières. Il nous conduit dans une impasse. Alors ici, comme ailleurs, il est plus que temps de changer de cap!Nous voulons un débat et un choix démocratique éclairé. Fukushima est venu, même si personne ne s’en réjouit, changer la donne et valider les d i s c o u r sé c o l o g i s t e s: la lo g i q u e technocratique et anti-démocratique qui s’est imposée jusque là relève d'un autre âge. Il est plus que temps d'en sortir !
Hervé GUERRERA Numerò 122
n°122 D’AICÍ E DE PERTOT 12 Brevas LIBERTEde dire n’importe quoi « Borloo, « grand écolo », alors que sans aucune concertation, il nous a lancé dans les mésaventures des Gaz de Schistes. Quant à Estrosi, il se revendique « gaulliste social » :Se crèi somiar ! EGALITE toute relative Les grands vainqueurs de ces élections cantonales sont incontestablement les femmes. Alors qu’elles représentent près de 52% de la population, leur représentativité dans les conseils généraux passe de 10.9% de femmes en 2004 à 13.8% en 2011. Allez, encore un effort et à ce rythme, en sachant que l’élection des prochains délégués territoriaux se fera au suffrage uninominal à 2 tours, c’est l’égalité ème assurée pour le 22siècle ! Es de bòn saupre :Dans les conseilsrégionaux où l’élection se fait à la proportionnelle, il y a 48% de LEI GAS DE SISTRE, ONTE NE’N SIAM ? femmes alors quedans les conseils généraux, l’élection au suffrage uninominal à 2 tours favorise les hommes. résistance contreles permis d’exploitation demanifestants dont beaucoup d’ardéchois et IDENTITEgaz de schiste accordéspar Gazman Borloo,une forte représentation d’habitants de Gargas. nationale, bien entendu Avec 40.73% des voix, Donzère (26) est la communemême si elle est encore très inégale selon les de la Drôme et de l’Ardèche qui a le plus voté pour leterritoires, n’a cessé de gagner du terrain. LaE ara ? FN. Un petit rappel, le maire de Donzère est un mobilisation de la population et de ses élus aLa flambée des prix des hydrocarbures, les certain Eric Besson, ancien «ministre del’Identité obligé Nathalie Kosciusko-Morizet,la ministredédommagements à verser aux compagnies nationale ». Ingratitud : l’an mandat dins l’industria ! en charge de ce dossier, à décréter un moratoirepétrolières et gazières en cas d’arrêt définitif Gilbert Brawanski de 6 mois sur les permis d’exploitation des gazdes forages, tout cela ne plaide pas pour de schistes et un débat a même eu lieu àl’abandon de la recherche et de l’exploitation Les médias nous abreuvent en ce moment l’Assemblée nationale sur le sujet.des gaz de schistes. Cependant, suite à la d’informations sur le nucléaire. Le problème est que levée de boucliers, deux propositions de loi ont cette information est souvent incomplète ou inexacte. Par exemple, la France serait le deuxième EtatEn Ardecha, mobilisacion generala.été déposées par le PS d’abord, l’UMP ensuite nucléaire après les USA ! Or, un rapide calcul montrepour interdire l’exploration et l’exploitation desDepuis le début de l’année 2011, les réunions que nous sommes les premiers si l’on rapporte le« au c u n es c h i s t e s ,c a rd’information au public continuent de faired eg a z nombre de réacteurs à la superficie ou encore à latechnique n’existequi permettrait d’exploitersalles combles dans les villages et villes du 2 population USA : 104 réacteurs, 9629048Km, Vivarais. Les différents collectifs, regroupésces hydrocarbures sans causer de dégâts 3 0 5M .d ’ h a b i t a n t s.Fra n c e: 58 ré a c t e u r s, dans le Collectif 07, s’activent, distribuent desirrémédiables pour l’environnement ». 2 547 030 Km, 65 M.hab ; La France est donc 10 fois tracts, parsèment leurs communes deLes journées de mobilisation à Brignoles plus nucléarisée selon la superficie ou encore 4,7 fois panneaux hostiles à la fracturation hydraulique(83) le 15 avril, et à Donzère (26) le 16 avril, par rapport à la population que les USA !! Si mes et à ses méfaits (voir articles Cebier N°121 etseront décisives. Il faut que tous les calculs sont bons. On peut ajouter que 80% de Occitania N°174). Un grand nombre decitoyens se mobilisent et que drapeaux l’énergie électrique vient du nucléaire en France conseils municipaux se sont prononcés contreoccitans et panneaux en lenga nòstra soient contre 20% aux USA ! Mettre tous ses œufs dans le l’exploitation des gaz de schistes. La grandeencore plus nombreux qu’à Villeneuve de même panier ! Pour une fois nous sommes les manifestation de Villeneuve de Berg du 26o u s t e l l e tà Ca f f i r m e rp o u re tB e r g premiers !Gérard Bourgeat février a rassemblé entre 15 et 20 000l’occitanité de ces territoires et pour L’eurodéputée Michèle Rivasipersonnes. Celle de Doué, en Seine et Marne,contribuer à la socialisation de la langue. fustige l’attitude d’AREVA dans la crise nippone:2 à 3 000 personnes et le rassemblement deGilbert Brawanski « Alorsque les écologistes ont été accus d’indécence pour relancer le débat sur la pertinen du nucléaire dans notre mix énergétique, il faudr Partit Occitana participé aux manifestations rappeler aux bonnes consciences que l’indécen avec panneaux en OC et drapeaux même c’est la stratégie commerciale et industriel d’AREVA, à qui le Japon rachète ce fameux MO r,Villeneuve de Berg (07) :à la manifestation contre les gaz de schiste S e l o nG r e e n p e a c e,l el e a d e rf r a n ç a i sd u nucléaire civiln’a pas jugé utile de suspendre le08 mars,Toulon :à la manifestation des femmes devant le Conseil général réapprovisionnementdes réacteurs japonais en MOX :Manifestation deCoustellet (84) 12 mars 2011 prévu début avril. Alors que l’on nous disait qu’il était 13 mars,le matinToulon :soutien aux Olivades (AMAPd’Ollioules) nécessaire d’attendre la résolution définitive de la crise japonaise pour enfin tirer des conclusions, on 13ire devantCadarache mars,l’après-midi: à la manifestation antinucléa se demande qui pousse le bouchon trop loin ! (…) Et 14 mars :à la manifestation contre les pesticides au barrage deCarcès (83) de rappeler : »Derrière le discours angélique du recyclage de combustibles irradiés se cache une19 mars :à la manifestation antinucléaire et de soutien au peuple japonais, àMarseille vérité préoccupante. Cette stratégie démontre encore une fois notre incapacité à gérer nos déchets radioactifs puisque cette prétendue solution ne faitAUVERGNE/ REGIONPANEUS DE COMUNAS (8) finalement qu’accroître les risques». (...) Il n’y a Le collectage des panneaux des communes de l’espace occitan pour savoir quelles sont les actuellement aucune solution au stockage définitif des communes qui ont un panneau en occitan et quelles sont celles qui n’en ont pas se poursuit. déchets radioactifs ».A l’heure actuelle, nous avons recensé plus de 5 900 communes. Voici l’état de nos recherches pour la Région Auvergne. Nous remercions particulièrement Alan PUECH pour l’aide précieuse qu’il nous a 800 000. Es la soma obtenguda per l’occitan apportée dans cette collecte. e lei lengas regionalasdau temps de la sesilha 43 - HAUTE-LOIRE :260 communes - 260 communes recensées. pleniera (28/02) dau Consèu Regionau, sus 1 lieu-dit de la commune de Brioude (Veïa-Bride) a un panneau en occitan. proposicion dau grop EE-LV-POc. La mocion èra presentada per Arvèi Guerrera. Reorientacion de la 63 - PUY DE DOME :470 communes - 451 ont été recensées. politica regionala ? La question es de saupre coma1 commune a un panneau d’entrée en occitan. 2 autres communes ont des panneaux en graphie serà utilisada.patoisante. Nous reviendrons dans le prochain numéro du Cebier sur la spécificité de ce département. Març-Abrieu de 2011Numerò 122
Les rares électeurs de Provence, de Nice à Arles en passant par Briançon et Marseille, qui ont bien voulu se rendre aux urnes ont, une fois de plus et plus qu’une fois de trop, placé le Front National en excellente position. Même là où on pensait l’électorat vacciné après la gestion calamiteuse des villes de Toulon ou Vitrolles, l’extrême droite se retrouve à passer allègrement la barre des 25%. Certes 20, 25, 30% des électeurs ne font jamais que le quart des 30, 35, 40 de celles et ceux qui se sont déplacés. Autrement dit ce ne sont qu’entre 1 et 2 électeurs sur 10 qui se positionnent en faveur des amisdu rejeton LE PEN. Un des enseignementsà tirer de ce scrutin est donc la confirmation du fait qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura sans doute jamais une majorité d’électeurs pour voter extrême droite. Par contre, Le FN rassemblera t-il un jour une majorité de celles et ceux qui votent ? La question est hélas toute différente !
Quelle analyse faire de ce scrutin cantonal ? L’électorat FN est, nous l’avons constaté, mobilisé. Le rappel de leur gestion des affaires publiques dans notre région ne portent pas. A cela plusieurs explications : Marine LE PEN balaye tout cela d’un revers de main en disant, arrêtez de parler de choses qui se sont passées il y a 25ans. Cet « argument », qui fait mouche, cadre avec le modernisme dont elle veut se parer et envoie aussi au passage de relais avec la génération passée. Les électrices et les électeurs des quartiers populaires, et tout particulièrement la population âgée, v o i e n td a n sl eF Nu nr e c o u r sq u a s i miraculeux. Ces populations qui souffrent avec de trop petites retraites, des logements souvent vétustes et dont les charges, crise énergétique oblige, s’envolent, dumanque de services publics, des déremboursements de la sécu, expriment parfois leur colère, mais surtout leurs peurs, dans le vote extrémiste.
Pourquoi se sentent-elles exclues ?Pour ne parler que des migrations à l’intérieur de l’hexagone, il est notable, même si ce phénomène a tendance à décélérer, que le renouvellement de la population en « PACA », comme ils disent, continue à se faire à grande vitesse. Chaque année ce sont, en moyenne, 64 000 nouveaux habitants qui arrivent quand 5 10 0 0q u i t t e n tn o t r er é g i o n .Ve n u s essentiellement du Nord de la France ces personnes ont de 30 à 44 ans et de 55 à 69 ans. Ce sont plutôt des actifs avec emploi ou des retraités. Ils ont toujours un certain niveau de revenu. Ce chassé-croisé engendre des tensions insupportables sur le marché de l’immobilier et sur l’emploi. La pression
POLITICA ZOU MAI-ZO MAI ! immobilière est accrue par le fait que les prévisions INSEE ont, dans notre région, 10 ans de retard. Nous sommes 5 millions d’habitants. Chiffre qui ne devait être atteint que dans 4 ou 5 ans.. Les migrations internes relèvent le niveau des diplômes. Et le marché du travail se ferme de plus en plus à ceux dont les diplômes sont jugés insuffisants. Toute une partie de la population voit ainsi son avenir bouché. Le vivre ensemble qui était la force de nos quartiers, nos villes et villages se délite peu à peu sous les réalités de l’économie libérale. Le droit à un logement digne et qui ne vampirise pas totalement les revenus comme le droit à un travail stable deviennent, pour beaucoup trop d’entre nous, totalement chimériques. Ces phénomènes sont connus et analysés depuis long-temps. Comme réponse la démagogique dénonciation de boucs émissaires, qui fonctionne toujours très bien en période de crises, fait le lit des extrêmes droites.
Notre monde est en crise,et nombre de nos concitoyens qui souffrent n’ont aucune envie, ou possibilité ou volonté, de réfléchir plus avant. Dans un tel contexte l’analyse d’une situation historique, locale ou globale, ne pèsera guère dans les choix. Que le FN ait rendu exsangues des villes de notre région ne v i e n ts t r i c t e m e n tr i e nc h a n g e ra u x comportements d’une population souvent en grand danger de paupérisation. Ceci n’excuse pourtant rien. Voter FN reste un acte lourd et nuisible qu’il faut dénoncer comme tel. Historiquement on sait comment commence et où mène le fascisme : à la haine et à la guerre. Il ne faut jamais l’oublier, même si l’argument ne pèse hélas plus auprès de l’électorat frontiste.
Quelles solutions ?En rassemblant la gauche et les écologistes pour faire barrage à la droite et l’extrême droite, qui s’est nourrie des discours d’un président et de ses acolytes Ministres ou Chefaillons de l’UMP, Cécile Duflot, Pierre Laurent et Martine Aubry ont donné un signal fort. Il nous faudra être unis sur un vrai projet de gestion tourné vers ceux de nos concitoyens qui ont le plus besoin des services publics et de l’intervention de l’Etat comme des collectivités territoriales. Les élus et responsables des exécutifs où la gauche est e ng e s t i o no n tp l u sq u ej a m a i sd e s responsabilités. Demandons-nous dans quelle mesure les investissements que nous produisons, participent vraiment du combat pour l’égalité sociale et territoriale et sont vraiment aptes à réduire les crises économiques, sociales, écologiques et culturelles.
Une grande crise culturelleest aussi là devant nous. Comment re-produire une culture du vivre ensemble est un vrai thème de réflexion urgent à traiter. Si nous ne le faisons pas, si la gauche et les écologistes ne font pas leur cette question, si les alter régionalistes que nous sommes continuent de ne pas être écoutés, alors s’imposera sous la poussée de déclarations néo-frontistes d’une UMP déboussolée ou avec les originaux eux-mêmes, une culture d’exclusion, de séparation de ghettoïsation. Pour preuve la présence de la Ligue du Sud ou des identitaires qui renouent avec les thèses Maurassiennes d’une Provence qu’ils voudraient… plus blanche que blanche. Dans une région de cette nature ni notre langue qui a été et reste un élément fort d’intégration des nouveaux arrivants, ni la culture millénaire de l’agora, du forum et de la place où se fait la politique, au sens grec du terme, n’ont de sens. Le vivre ensemble provençal s’est toujours appuyé sur des noyaux villageois et des quartiers vivants. L’avancée du pavillonnaire, de l’habitat diffus, les déplacements individuels, la consommation télévisuelle ont mis à mal un modèle qui avait su faire tenir ensemble des populations venus des quatre coins de la Méditerranée comme de l’Europe et même au-delà. Depuis toujours la Provence qui connaît un déficit démographique chronique a fait appel à des vagues d’émigration. L’intégration de ces travailleurs venus d’ailleurs a pourtant, sans être réellement idyllique, toujours fonctionné.
C’est ce vivre ensemble, cette intégration de proximité, premier maillon de l’entrée dans la citoyenneté qu’il nous faut aujourd’hui réinventer. Les maîtres mots doivent être : réhabilitation, participation, solidarité, service à la personne, fête populaire, animations de qualité, liens intergénérationnels…Il nous faut c a s s e rl e sl o g i q u e si n d i v i d u e l l e s ,l e s gaspillages de terre, les toujours plus de consommation d’une société qui broie les plus fragiles. Ces objectifs doivent s’inscrire durablement dans les orientations de la gauche et des écologistes. Aujourd’hui nous devons, face aux réalités d’un terrain miné, préparer une alternance qui soit une réponse aux difficultés du quotidien. L’écologie politique qui, après ses cantonales, a réussi son examen de passage est maintenant également en charge de laresponsabilité d’une vraie alternance, d’un réel changement de politique.
Hervé GUERRERA Le 21 Mars 2011
n°122 12
MAC AREL contre MAC DONALD : Entrepan còntra « hamburger » ! Lo pan banhat a despareissut a Tolon dempuei deintelligente à la malbouffe des vendeurs du Temple« Notrebut, certes, est de vendre notre production temps de la plaça de l’Arsenau. Sabèm pas se acapitaliste. Ses entre pans faits d'un steak haché issuselon des circuits courts, puisque les bénéfices Marselha o as Ais, se fa encara. Mai a Carcassona, lade vaches de race rustique élevées sur sa propriété, etrebondissent directement dans la bourse des ciutat de Trencavel resistis totjorn ai vendèires ded'un pain complet réalisé par le boulanger de sonéleveurs. Mais notre démarche est aussi militante. bostifalha.Circuits corts assegurats, sensa parladísvillage ont le goût naturel retrouvé des aliments deNous voulons des campagnes avec des agriculteurs, bofarèus.Una idèad’agantar sensa trantalhar!base.Le résultat est au-dessus de toute attente.Enfindes chasseurs, des randonneurs, des pêcheurs et des Devant le Mac Donald de Carcassonne, un agriculteurde la viande qui a du goût, avec du pain de farinepostes. Faute de quoi elles mourront. »Une autre de l'Ariège a vendu ses propres « hamburgers » souscomplète, réalisé de façon traditionnelle ! Les passantsvision du pays « rural » et de son équilibre. Ajoutez à le nom de Mac Arel . "En face c'est l'Amérique. Ici c’estse l'arrachent, achetant même des steaks à l'unité,cela un petit corbières ou minervois à consommer avec la vie de nos territoires" dit Philippe Lacube, éleveur depour les servir sur leur table, le soir venu. On demandemodération etc'est toute une région qui dévoile ses vaches de race gasconne aux Cabannes, sur leles références de l'éleveur pour passer commande.fantastiques produits pas chers et de qualité plateau de Beille en Ariège qui a trouvé une riposte(prix de vente 1.503.20 contre prixoccitane !Mc Do!).(d’après le journal l’Indépendant) Març-Abrieu de 2011Numerò 122
n°122 12
CANTONALES MARS 2011 Impressions et analyses de candidats ORANGE. Bernard VATON (EELV-POc) :candidat dau partit democrat crestian), unaJoèu BOUC (EELV-POc), Manòsca.A la « Dimanche 20 mars 2010, c’est 575 électeursimplantacion mai fòrta que ieu (es a Ierasquestion que m'es estada pausada per una soit6.66 %qui ont fait le choix de l’écologie etjornalista de la Provencedempuèi d'annadas). - 3/ maugrat la feblasus mei motivacions, du Partit Occitan. Sur un canton comme Orangeimplantacion la resulta es inesperada: siáu susa ieu que me siau jamai presentat, ai respondut et dans un contexte difficile cela représente unTolon dempuèi 1 an e mieg e resti en defòra dauper un mòt : « urgéncia » ! Aquela d'aquí dins réel espoir. Vivre cette campagne pour lescanton 9- 4/ resson de la premsa tras que bòn :d o sd o m e n i s: l' e c o l ó g i ae la cantonales a été pour nous un moment fort.franchimanda coma occitana - 5/ dinamicacultura.(…).Membre dau Partit Occitan, me siáu Nous avions fait le choix d’une campagne deregionalo-ecologista sus Tolon: lo POc es estatpresentat ai cantonalas ambé lei sòcis d'EELV-lo terrain de quatre semaines. Présents tout auau centre d'aquela dinamica - 6/ respèct dePÒc. Per çò qu'es de l'ecológia, ges de long de la campagne sur les marchés, nousl'adversari de drecha - 7/ respect dei partenarisproblèmas, sabon de qué se tracta. Au còntra remercions les marchands, les commerçants quide EELV e dau PS - 8/ mobilizacion totala deper la cultura, coma, per la màger part, son nous ont accueillis avec patience devant leursnòstrei Conseilhèrs Regionaus: Ana Mariavenguts au nòstre per lo cadre de vida -étals. Nous remercions aussi les chalands quiHautant e Arvèi Guerrera son venguts totei doseliotropisme... -siáu obligat de presentar ont été nombreux à engager des discussionsau mens un còp a una dei manifestacionsnòstrei justei revindicacions. Pasmens, es de autours de la tragédie du Japon mais aussi deorganizada pendent la campanha. »notar que dins la « Carta dei Valors e Principis leurs préoccupations quotidiennes.Présents Fondamentaus» que lei candidats EELV-PÒc an au cœurs des villages, des cités, des quartiers,Pascale TOURRENC (EELV-POc)signada, es marcat, entre autrei :était la les après-midi, les dimenjadas, les soirées, noussuppléante P.Oc du candidat Erik BONNAUD la reconnaisséncia de la diversitat coma avons croisé des jeunes et moins jeunes, quiEE/les Verts sur le canton de Pelissanne dans les element de riquesa de nòstra societat, après un temps d’interrogation – ces cantonalesBouches-du-Rhône: « Ces cantonales se sont la promocion de la diversitat linguistica e la n’étant pas du tout médiatisées, ils apprenaientdéroulées dans un vrai partenariat avec Erik defensa dei culturas regionalas. le plus souvent par notre passage leurBonnaud. Nous étions une équipe EE/les Verts / Pensatz ben qu'èra un dever per ieu e lei existence- retrouvaient dans nos propositionsP.Oc et nous avons toujours fonctionné en collègas de completar lo nòstre programma des réponses à leurs préoccupations, nousparité. Erik Bonnaud est un militant vert de politica dins lo domeni culturau. Ansin : confortant dans notre approche de la politiquelongue date et nous avons souvent partagé des °Prendre en charge une vraie politique et nous donnant courage. Nous avons étémoments militants. Il a compris depuis linguistique structurée différente de la politique heureux de leur montrer qu’il n’y a pas delongtemps la démarche régionaliste. D’ailleurs, culturelle. °Assurer la présence, la visibilité de la fatalité mais qued’autres alternatives sontil ne souhaitait partir à ces élections que si je langue d'oc dans la société. Aider une possibles pour sortir des crises actuelles.partais avec lui. Pourquoi ? Parce que nos association de danses provençales, c'est bien, Christine et moi-même remercions égalementactions et notre implantation géographique et mais cela ne sauvera pas le malade.° Examiner toute l’équipe d’Europe Ecologie Les Verts, lepolitique dans ce canton sont complémentaires. l'utilisation de chaque euro investi quant à son Partit Occitan et le Parti Fédéraliste qui nous ontTout au long de cette campagne nous avons efficacité. ° Participer à la mise en place d'un fait confiance pour les représenter.sillonné les marchés, fait une conférence de Office public de la langue occitane/d'oc en Nous mesuronsau travers des événementsPresse et des interviews dans la presse locale relation avec les régions occitanes. °Rappeler actuels, et notamment ceux que rencontrent lequi pour la première fois a bien couvert notre aux chefs d'établissements scolaires qu'ils sont peuple japonais et les peuples qui luttent pour laaction, ce qui est un progrès intéressant. Nous t e n u sd ' a p p l i q u e rl ed i s p o s i t i fd e démocratie qu’il est urgent de mettre en placeavons assuré deux réunions publiques où nous l'enseignement sur les langues régionales en des politiques plus responsables et plusavons abordé les thématiques locales liées à la rapport avec le rectorat.° Ouvrir un cours respectueuses. Alors, à tous, un grand merci,réforme territoriale, à la gestion de la décharge optionnel dans les collèges.°Assurer une pour nous avoir donné la chance de porter dede la Vautubière dont l’exploitant est Mr sensibilisation dans le primaire et l'ouverture de telles valeurs ! Amitiés à tous. »Alexandre GUERRINI, à l’implantation d’une sites bilingues.°Intégrer la langue d'oc dans les ferme photovoltaïque de plusieurs hectares en disciplines artistiques au collèges.°Nommer un Pèire COSTA. (EELV-POc-PS) Una candidaturazone agricole, et à l’implantation d’un espace de vice-président en charge de la langue et de la dinamica que lei chifras son d’entre leiloisirs de luxe sur une zone protégée… culture d'oc. °Création d'un budget spécifique melhors :« La campanha dei cantonalas s'esetc…Nous avons développé les solutions pour la politique linguistique : 1 parhabitant. acabada dimenge passat en demorant a la 3enaadaptées que peut mettre en place un Conseiller °Mettre en place une signalisation bilingue sur marcha dau podium darrièr l'UMP (44,55%) e loGénéral ou un département dans un esprit de nos routes, etc…. Ai rescontrat fòrça gènts dins FN (26,57%). Faguèri21,20%.Leis impressionstransparence.60 personnes étaient présentes à lei carrieras, ai poscut escambiar, aprendre, son mescladas : d'un costat l'objectiu que m'èrila 1ère et une vingtaine à la deuxième. escotar.Lo resultat : 7,36 %,segur qu'es pas fisat es pas capitat (anar au 2nd torn) e d'unFinalement, nous avons fait 10,77%, le PS 31%, pron, pas per ieu mai per leis « urgéncias ». autre me dieu que çò qu'ai fach es bòn. Perque?LE FN 24%, L’UMP 22% et nous avions Cambia ren, i a totjorn d'obras de complir e, 1/ sus lei 3 candidats "socialistas" de Tolon faulamalheureusement un Génération écologie qui a coma o disiá un alchimista : « es pas necite 2nda resulta melhora: Tolon 2:23% -Tolon 9 :fait 4% et qui a semé la confusion. L’accueil d'esperar per entreprendre, nimai de capitar per 21,30%partout a été bon, ce qui est une évolution- Tolon 5 : 15,50% - 2/ dei candidats perseverar. » Contunharai donc ! » "EELV", siáu ieu que fau la resulta melhora de totpositive ; mais on se rend compte que la lo Var davant J. Taillefer a StRafèu (17,24%) e JCdésinformation est immense. Voilà des élections Alberigo a Ieras (16,58%). Pasmens, JC Alberigocomme toujours difficiles avec nos petits benificava d'un contèxte dei mai favorables: 3moyens mais bénéfiques pour l’esprit qu’ellesJ’adhère au Partit Occitan c a n d i d a t sa dr e c h a( c a n d i d a tm a j o r i t a tpermettent de transmettre.Osca ! Un autre departamentala, candidat majoritat municipala,camin per faire avans ! » Nom :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1èra session oficiala dau DCL occitan :Lo DCL (Diplòme de Competéncia en Lenga) es un diplòme d'Estat desliurat pel Ministèri francés de l'ensenhament. La primièra session oficiala se farà lo dissabte 21 de mai dins las acadèmias de Tolosa, Montpelhièr, Bordèu e Niça. Aqueste diplòme es dubèrt a totei aquelei que que siagan lo nivèl d'estudi e la competéncia de basa. A per tòca d'avalorar lei competéncias d'utilizacion e de produccion de l'occitan dins un quadre professional. Leis inscripcions son dubèrtas tre ara e fins au 27 de març 2011 sul siteHYPERLINK "http://www.d-c-l.net/" \t "_blank" www.d-c-l.net
Lo Cebier n°122 La letra occitanista
Directeur de publication : Gérard Tautil ISSN.1150-6075 - CPPAP : 72720 N° 122 - Dépôt legal : Abriu-Avril 2011 Imprimerie Marim -Toulon Ont participé à ce n°122 : Joèu Bouc, Gerard Bourgeat, Gilbèrt Brawanski, Pèire Costa, Robèrt Gago, Arvèi Guerrera, Gerard Tautil, Pascale Tourrenc, Bernat Vaton. Photos, dessins : Lo Cebier, Jòan Loís Racouchòt. Març-Abrieu de 2011
vPour vous abonner et adhérer au P.OC une même adresse : Région Provence / Lo Cebier BP2 - 84400 GARGAS cedex 6N°/15- Soutien : 20- 3 abon. groupés : 40Tout chèque à l’ordre de « Région Provence » vPour la librairie : Commandes : Lo Cebier (librariá) BP 37 - 83870 SIGNES cedex http://locebier.free.fr (rubrique« botica » (chèque à l’ordre de « Région Provence »)
Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adhésion selon revenus : Moins du Smic : 15Moins de 1500: 30Plus de 1500: 50
Chèque à l’ordre de « Partit Occitan » Adresser à « Région Provence » BP2 84400 Gargas Numerò 122
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.