LES OCCITANS REVIENNENT...

Publié par

LES OCCITANS REVIENNENT... Robèrt LAFONT (juin 2001). Le débat sur une nouvelle phase de la régionalisation en France, celui sur de nouvelles structures ...

Publié le : lundi 16 avril 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
LES OCCITANS REVIENNENT...
Robèrt LAFONT
(juin 2001)
Le débat sur une nouvelle phase de la régionalisation en France, celui sur de nouvelles
structures pour l'Union Européenne, la signature interrompue de la France à la Charte européenne
des langues et cultures régionales et minoritaires, des décisions ministérielles concernant
l'enseignement de ces langues dans le cadre français ont fait émerger dans l'opinion publique
l'emploi d'un mot,
Occitan(s)
, auquel elle n'avait pas été éduquée ni préparée. On ne s'étonnera pas
qu'il ait donné matière à des interprétations erronées, fantaisistes, quelquefois hostiles. Sans tomber
dans des excès de langage ou des vues idéalisantes et tendancieuses, il paraît donc nécessaire
d'établir la vérité sur ce surgissement de grande importance géographique, historique, culturelle et
civique.
UNE LANGUE. Les linguistes sont d'accord sur l'existence depuis environ le IXe siècle,
d'une langue romane (issue du latin) originale, comprise entre les parlers de la Vallée du Pô, ou
gallo-italiques, les parlers proprement français ou d'oïl, les parlers franco-provençaux (Dauphiné,
Savoie, Bourgogne, Suisse romande et Val d'Aoste), le Pays basque, l'Aragon et la Catalogne.
Cette langue dite d'oc, gallo-roman méridional ou plus pratiquement occitan, occupe en
quelque sorte la «plaque tournante» de l'Europe latine occidentale. Ses variétés naturelles se classent
en trois groupes: l'occitan méridional, provençal et languedocien ensemble, le nord-occitan qui va
de la Marche limousine aux vallées occitanes du Piémont, le gascon dont l'originalité tient à des
parentés ibériques. La séparation entre occitan et catalan (proche du languedocien méridional) s'est
faite essentiellement pour des raisons historiques. Le catalan aujourd'hui va du Roussillon au Sud du
Pays valencien.
Cette langue a été écrite dès le XIe siècle dans des formes administratives et littéraires,
locales, régionales ou même communes à tout le domaine (la langue des troubadours) et avec une
graphie propre. Comme telle, elle a servi jusqu'au XVe siècle a de grands pouvoirs politiques en
France et hors de France (Aquitaine anglo-normande, Provence angevine) et à toute une vie
communale. Un coup fatal lui a été porté par l'Édit de Villers-Cotterêts (1539), imposant à tout le
royaume le français du roi. Mais après cette date elle a encore été officielle dans le Royaume de
Navarre.
Dans son usage oral, elle a été la langue de toute la France du Sud jusqu'au milieu du XIXe
siècle, bien que de plus en plus dévaluée socialement sous le nom de
«patois». A partir de cette
date, une campagne scolaire et administrative d'une extrême rigueur l'a fait reculer au bénéfice du
français. Celle-ci a été récemment relayée par la multiplication des moyens de communication et le
monolinguisme francisant de l'audiovisuel, facteurs d'une érosion accélérée. On peut estimer
qu'encore en 1900, 90 % des habitants du territoire occitan avaient l'usage de la langue héritée. Les
enquêtes récentes font tomber ce chiffre à 17 %, soit environ 2.400.000 citoyens français, auxquels
il faut ajouter les usagers potentiels, ayant encore une connaissance partielle de l'occitan, sans en
avoir la pratique.
UNE CULTURE. L'occitan dans sa forme médiévale a été la source principale de l'écriture
littéraire européenne. Langue de cours royales et seigneuriales, il s'est répandu largement hors de
son domaine. La «leçon des troubadours» a été entendue et imitée en Italie, en Allemagne, en
domaine ibérique et en domaine français proprement dit. Dans son territoire d'origine, l'occitan
littéraire a servi de référence à la création poétique jusqu'aux XIVe et XVe siècles.
Le perte de prestige administratif n'a pas signifié une fin de cette création. Sur des bases
régionales, l'expression poétique occitane renaît au XVIe et passe à
travers XVIIe et XVIIIe siècles,
intéressant parfois la Cour de France. Au moment de la Révolution française, le souvenir rétabli de
Les Occitans reviennent...
Robèrt LAFONT (juin 2001)
1/5
l'ancienne gloire rencontre une vigoureuse expression écrite populaire. Ainsi commence une
«Renaissance occitane», qui va produire une nouvelle littérature, capable d'accéder à l'un des
premiers Prix Nobel en la personne de Frédéric Mistral. Ce puissant phénomène intellectuel est
malheureusement incapable d'infléchir la politique scolaire de la France et donc d'atteindre son
public naturel. II ne se décourage pourtant pas. La production littéraire renouvelle son essor dans les
années 30 du XXe siècle, et présente aujourd'hui le tableau d'une création en phase avec l'actualité
internationale. Le patrimoine qui la porte est riche de quelque 40.000 titres.
L'occitan médiéval, mais aussi l'occitan moderne est un objet d'études à ce même niveau
international. L'Association Internationale d'Études Occitanes groupe 400 universitaires du monde
entier.
La littérature est l'aspect le plus évident de la culture occitane. On ne peut pourtant éviter
d'élargir le tableau à d'autres aspects plus sociologiques, de la vie culturelle en cet espace.
Rappelons pourtant que l'occitan a été la langue de grands phénomènes religieux du passé comme le
catharisme et le valdisme.
UNE HISTOIRE. Les Français ont été éduqués à une histoire finaliste de l'unité réalisée qui
efface la cruauté des annexions, l'arbitraire des frontières, la tyrannie du centre et les mouvements
intérieurs. Les choses changent depuis peu. Les historiens d'aujourd'hui ne peuvent plus éviter
d'employer l'adjectif «occitan», quittes à invalider, jouant de la. complexité des faits, les arguments
majeurs qui soutiennent cet usage même (cf. le récent cahier de la revue
l'Histoire
).
Il serait maladroit de répondre à «l'histoire de France» par un montage inverse, mais il est
grand temps d'énoncer ces arguments, qui font de l'histoire en pays occitan une grande aventure à
l'échelle de l'Europe.
Dans les restructurations qui suivent l'occupation de l'espace impérial romain par les
Germains envahisseurs, une contradiction fondamentale apparaît entre une organisation du Sud de
la Gaule et de l'Espagne par le pouvoir wisigothique, arrivé de l'Est méditerranéen, religieusement
arien et globalement respectueux de la sociabilité antique, et un glacis nordique occupé par les
Francs, tribal germanique, allié à partir de Clovis de
l'Église catholique. Se définit là une bipartition
qui, sous la forme de l'opposition entre droit écrit et droit coutumier, va durer des siècles.
L'affrontement entre les deux domaines se fait une
première fois près de Poitiers en 507. Le
royaume wisigothique est refoulé de Gaule, sauf en Septimanie. La terreur franque déferle.
Au début du VIIIe siècle, les Musulmans entreprennent de remonter l'Europe par les deux
entrées de l'Aquitaine et de la Vallée du Rhône. La réaction des pouvoirs établis y est ambiguë.
Devant la menace d'un retour des Francs, en deux lieux, Narbonne et la Provence, on assiste même à
une tentative de pouvoir islamo-chrétien. Mais à Poitiers en 732, Charles
Martel détruit l'armée de
l'Islam. Sa descente couvre le Sud de ruines.
Au début du XIIIème siècle, les pouvoirs d'origine franque ou de tradition wisigothique
(celui d'Aquitaine passé aux Anglo-normands, celui des Catalans et celui de Toulouse
principalement) sont entrés dans une compétition pour le contrôle de l'espace occitan tout entier.
Sous leurs conflits et dans les conflits sociaux, se sont dessinés les cinq traits principaux d'une
avance culturelle où l'on pourrait voir l'émergence d'une "Europe occitane": le républicanisme
consulaire citadin, forme civique de l'essor de la bourgeoisie, la tolérance dont jouissent les Juifs,
qui élaborent alors une très haute culture, le style particulier de "dépense" matérielle et morale de la
noblesse seigneuriale et de la chevalerie, la promotion de la Dame noble par la poésie des
troubadours, la protection générale du droit à l'hérésie dont profitent valdisme et catharisme.
L'année où ce faisceau paraît se lier est 1204, année du pacte de Millau entre Catalans et Occitans et
de la Grande Charte de Montpellier. Mais dès 1209, une alliance inverse de l'Église romaine et du
pouvoir capétien lance une croisade sur les terres de Toulouse, cependant qu'en 1212 l'Auvergne est
conquise militairement. Au bout de quarante ans de guerre et de répression, le pays a été ravagé et
soumis. L'Inquisition créée pour l'occasion, a réussi à extirper les hérésies et à inverser les tendances
libérales de la société. La dynastie française a pris pied en Provence catalane et en domaine
Les Occitans reviennent...
Robèrt LAFONT (juin 2001)
2/5
toulousain. En 1271, sous le nom de Langue d'oc ou Occitanie, celui-ci sera annexé directement à la
couronne.
Aquitaine et Provence angevine échappent encore à la mainmise capétienne directe. Cela
sera fait au terme de la guerre dite de Cent Ans par la bataille de Castillon (1453) et la prise de
Bordeaux, d'un côté, par l'union dynastique de la Provence et de la France (1482), vite interprétée
comme une annexion, de l'autre.
II a fallu ainsi plus de deux
cents ans à
la France royale pour se rendre maîtresse de
l'essentiel de l'Occitanie. Un morceau de celle-ci, le royaume de Basse Navarre (Foix et Béarn),
vivra encore indépendant jusqu'à ce que son roi Henri devienne roi de France (1596).
La vie des terres occitanes sous le pouvoir français lointain est un complexe de fidélité
globale à la Couronne elle-même, de pulsions autonomistes provinciales ou républicaines citadines,
de mouvements politico-religieux européens qui les traversent et les soulèvent, comme le
protestantisme. I1 y a de grands moments de révolte massive "interclassiste", populaire,
parlementaire, nobiliaire a la fois, comme celle que Richelieu doit mater militairement en
Languedoc et Provence, et bien des tentatives d'un «autre pouvoir» habitent la Réforme. De cette
façon, l'Occitanie reste un lieu d'histoire active.
Elle ne cesse pas tout à fait de l'être avec la Révolution Française. Les Occitans adhèrent
alors à la Nation de type contractuel qui vient de naître. Ils vont en être des artisans principaux.
Mais dans cette adhésion même, on ne peut manquer de remarquer des différences majeures,
comme les soutiens de la cause girondine, des formes «fédéralistes» du jacobinisme, la résistance à
la conscription sous l' Empire, la Terreur blanche, suivie paradoxalement de deux soulèvements
«rouges», contre le Coup d' État de 1851 et dans la vague communaliste de 1871.
À distance des temps, des mouvements
protestataires apparaissent encore en 1907
(soulèvement du Languedoc viticole) et dans les années l960-1980 (réponse paysanne et ouvrière
des périphéries économiquement condamnées à l'entrée dans le Marché Commun européen). À
chaque fois, le thème linguistico-culturel est présent.
Il semble bien que la survie d'un sentiment occitan et les sursauts de la société méridionale
française mettent en cause une interprétation officielle du contrat national continuée jusqu'à ce jour.
On peut attester que celui-ci ne comporte pas de clause linguistique: une nation civique n'est pas une
nation ethnique, l'unitarisme linguistique y est introduit par perversion historique. Il est aussi
évident que la Nation et la République ont eu leur sens inversé par la Constitution bonapartiste,
centraliste autoritaire, de l'An VIII, modèle de toutes les Constitutions françaises jusqu'à la présente.
Les Occitans, dans la mesure où ils ont contribué à la vie de la France moderne autant que
les autres Français et où ils considèrent l'histoire de France moderne comme la leur propre,
jacobinisme et girondinisme ensemble, sont fondés à dénoncer une falsification du contrat civique et
une usurpation de la Nation dont se sont rendus et se rendent encore coupables pensée centraliste
hégémonique et impérialisme du Centre.
UN ESPACE. La naissance en un espace européen d'une forme originale du latin n'est pas un
phénomène fortuit. Elle s'explique par des raisons socio-historiques qui elles-mêmes obéissent aux
structures géographiques.
Les pays occitans, bornés par deux seuils: la Vallée du Rhône sous Lyon et le seuil du
Poitou, font communiquer Europe du Nord et Europe méridionale. Ils forment un ensemble
relationnel double d'échelle continentale dont la connexion est assurée par le couloir côtier
septimanien. Plus largement, sont ainsi mises en relation avec la Méditerranée le monde atlantique
et le monde rhénan. La côte entre Nice et l'Albère et l'estuaire de la Gironde sont clairement deux
«poumons» européens, le premier utilisé pour la conquête du Nouveau Monde et l'exploitation des
Caraïbes, le second par le mouvement d'expansion que signifièrent les Croisades et par l'expansion
coloniale française des XIXe-XXe siècles.
La cohérence interne de cet ensemble est assurée traditionnellement par une relation de
hautes terres à plaines côtières et bassins fluviaux dite
tombada
en occitan. Le Massif dit central par
Les Occitans reviennent...
Robèrt LAFONT (juin 2001)
3/5
la géographie nationale française et les Alpes du Sud trouvent ainsi leur fonction d'arrière-pays
vivants aquitain, rhodanien et méditerranéen.
Au sud-ouest les Pyrénées, pas plus que les Alpes à l'est, ne jouent à haute date le rôle de
barrières, mais plutôt de réservoirs de population.
Les mouvements des peuples, des échanges, de la culture ont utilisé cette structure, depuis la
préhistoire jusqu'à l'intervention française, dans un sens très majoritairement Sud-Nord.
La troisième descente franque, identifiable à la croisade albigeoise, va inverser cette
direction et donc la logique des espaces européens. Au XIIIe siècle, non seulement une «Europe
française», du royaume centralisé et de la réduction culturelle, se substitue à une «Europe occitane»
ouverte à l'espace et aux temps, mais commandement est pris sur la Méditerranée, en attendant les
Pyrénées, par un pouvoir installé dans une cuvette terminale de la grande plaine de l'Europe du
Nord, entre Vosges et Flandres. Paris capitale du Sud comme du Nord signifie une extrapolation
territoriale majeure. En profil d'histoire longue, l'Occitanie devient sa "marche" et perd sa fonction
propre.
Cependant, jusqu'à l'époque moderne, ce décentrement n'intéresse que peu les circuits
économiques et la vie des gens. On peut situer au XVIIIe siècle un ensemble de chances (industrie
lainière, mais aussi du coton et de la soie, découverte du charbon, première métallurgie, cultures
céréalières., apparition du maïs, constructions de grands vignobles, commerce transmaritime,
batellerie fluviale et sur le Canal des Deux Mers, développement urbain) qui font entrer les pays
d'oc dans la modernité au même rythme par exemple que le Bassin de la Tamise.
Tout va changer avec la rencontre, dans la constitution du marché national français, de la
révolution industrielle du XIXe siècle, de la classe capitaliste et de l'État centralisé. L'accrochage
européen de la France à l'époque du charbon et de l'acier se fait par 1'Est et le Nord, l'aventure
coloniale transforme les
ports méridionaux en ports militaires d'embarquement ou en quais de
transit pour le centre parisien. La construction des chemins de fer détruit systématiquement les
relations intra-occitanes au bénéfice de la seule relation Paris-périphérie. La centralisation
administrative et politique ne permet à aucune vue non hexagonale d'émerger . Dans le mouvement,
la classe capitaliste méridionale s'exporte et exporte ses capitaux. Le grossissement de
l'agglomération parisienne absorbe la substance humaine de l'Auvergne et du Limousin.
Tous ces faits ensemble ont été décrits dans les années l960 comme un «colonialisme
intérieur», de même fonctionnement global que le colonialisme transcontinental sauf qu'il se
recouvre de l'égalité civique et de l'idéologie nationaliste centraliste uniformément répandue, qui le
rendent invisible. Il était alors au terme de son parcours, ajoutant à la mise en exploitation antérieure
l'expropriation des ressources agricoles et l'exploitation touristique. Il devait s'accélérer en phase
ultime, mettant les régions françaises en compétition de survie ( Lorraine et Nord contre Midi
charbonnier) avant le sacrifice global de tout l'appareil industriel français hérité, dans les années 80
sous la. pression du Marché Commun, puis de la globalisation. L' Occitanie paraissait ainsi se vider
de sa substance humaine.
UN FUTUR. La date précoce de ce laminage socio-économique explique que sur cette
même ligne de butée des années 80, les pays occitans aient pu jouer la carte d'une mutation
économique, utilisant leur haut niveau de scolarisation pour prendre place dans les industries
nouvelles, utilisant certaines chances amenées par l'État (l'aérospatiale toulousaine), s'appropriant
des ressources touristiques, développant la croissance du tertiaire. Il ne faut sans doute pas exagérer
ce que la presse parisienne a appelé le «boom du Midi», mais il est vrai que le Sud français ne
présente plus aujourd'hui le visage d'un pays en retard de développement. Il peut même arriver (dans
les régions montagnardes) qu'une fois atteint un certain degré de dépeuplement, un équilibre se fasse
et qu'une
prospérité relative s'établisse pour une population permanente. La régionalisation de
1981, toute exiguë qu'elle soit, et encore dominée d'appareil central, a certainement joué aussi un
rôle positif en donnant aux échelons communal, départemental et régional quelques moyens et
surtout le goût de l'initiative.
Les Occitans reviennent...
Robèrt LAFONT (juin 2001)
4/5
Un grand basculement en cours permet de voir l'avenir dans un cadre européen et sous un
angle tout nouveau. Des années 50 aux années 80, les dysfonctions territoriales de la France étaient
devenues perceptibles («Paris et le Désert français»), mais on ne songeait officiellement qu'à les
palier par des opérations d'entraînement pensées en bureaucratie centraliste. Elles se sont révélées
inefficaces, quand elles n'ont pas occupé le lit des évolutions déstructurantes, faisant quelquefois
parler de «Déménagement du Territoire». Concurremment, les crédits apportés par l'Europe au
développement régional étaient arbitrés et contrôlés par le Pouvoir central.
La conscience que les régions ont prise récemment de leur environnement naturel, des
possibilités qui leur étaient offertes de se situer sur des marchés internationaux, l'exemple de la
progression des autres régions européennes, jouissant de moyens et de pouvoirs auxquels on ne peut
en France que rêver, l'ouverture de programmes européens comme le FEDER, interrégionaux et
transnationaux, non étranglés par les États, tout cela crée une aération générale où les pays occitans
se retrouvent là où la centralisation française et l'inversion de destin leur avait fait oublier qu'ils
étaient: au noeud des relations de l'Europe sud-occidentale, entre les deux régions d'Europe de
pointe économiquement, Catalogne et Piémont-Lombardie, face au Maghreb, sur la ligne où va se
jouer au troisième millénaire la grande négociation Nord-Sud de rééquilibrage d'une partie du
monde. Ainsi l'Europe nouvelle accouche nécessairement d'Occitanie.
Devant cette échéance, les Occitans ont trois problèmes à résoudre. Comme citoyens
français, il leur revient de réactiver et redresser le destin national, sur le seuil de l'intégration
européenne, ce qui ne peut qu'amener à retrouver, à travers l'émancipation régionale par l'autonomie
et la restructuration territoriale par l'interrégional, ce principe perdu de la démocratie, cette «essence
de la Nation», qu'est le pacte fédéral.
Comme citoyens européens, ils ont à faire face à cette énorme mystification historique qu'a
été l'abandon par les États du «marché national» jusqu'à l'abandon de leur monnaie propre, sans
qu'ils consentent pour autant à l'établissement des pouvoirs démocratiques européens
correspondants. Ils doivent donc contribuer à la mise en place d'une constitution démocratique,
c'est-à-dire fédérale, européenne, comportant son exécutif, son législatif, son droit communautaire,
et naturellement inscrire dans cette nouvelle Nation à son avènement le pacte des autonomies
régionales.
Comme eux-mêmes, comme Occitans, ils doivent renouer le fil coupé de leur culture et
reprendre avec elle leur place dans 1e monde. Pendant tout le temps ou l'appareil d'État et le préjugé
pseudo-national partaient à l'assaut de leurs usages linguistiques, il est vrai qu'ils ont été les alliés de
cette dépersonnalisation collective, et qu'ils n'ont plus voulu «parler patois». Cela n'est que banal:
les socio-linguistes ont bien analysé cette «haine de soi» des consciences aliénées. Les temps ont
changé: on peut mesurer aujourd'hui la gravité d'une opération qui a consisté à priver quatorze ou
quinze millions de personnes de leur héritage culturel, au demeurant illustre, et de l'auto-
connaissance. I1 convient désormais d'inscrire dans la nostalgie de langue perdue que les enquêtes
révèlent, ce qui est possible d'une reconquête, sans oublier que la tradition occitane n'est pas
d'intégration autoritaire, mais de coexistence.
Les Occitans sortent des oubliettes et rentrent dans l'histoire. Comme autrefois, en
témoignage d'ouverture.
§§§§§§§§§
Les Occitans reviennent...
Robèrt LAFONT (juin 2001)
5/5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

De Bonaparte à Balfour

de cnrs-editions-via-openedition