Mitteilungsblatt 07-2011.pub

De
Publié par

derrière la bannière d'Unser Land. Parmi eux, se trouvaient outre David Heckel, De- nis Lieb, ancien conseiller général de Sarre-. Union, Andrée Munchenbach ...

Voir plus Voir moins
Mitteilungsblatt N R . 2 4J U L I2 0 1 1
Un printemps « Historique »
D A N SC E  Deuxévénements majeurs ont mar-derrière la bannière d’Unser Land. Parmi N U M É R O: quee la vie de notre parti en ce printempseux, se trouvaient outre David Heckel, De-2011. Un printemps1nis Lieb, ancien conseiller général de Sarre-« Historique » Interview : David 2 Heckel Am 31. Mai 2011... 3
Courrier des mem-4 bres
AGE N DA:5. November 2011 :Generalversam-mlung
Verantwortlicher Herausgeber / Responsable de Publication : Jean-Georges Trouillet Mitwirkende Auto-ren / Auteurs dans ce numéro : Matthieu Hirn, Jacques Kauffmann, Emmanuel Acker
 Toutd’abord en mars, Unser Land, le Parti Alsacien a participé pour la première fois à des élections en son nom propre et de manière indépendante à l’occasion des élec-tions Cantonales 2011. En présentant 7 candi-dats autonomistes, nous avons réaliséune première depuis plus de 70 ans. Nous espé-rions des résultats corrects, mais force est de constater que nous avons fait mieux. Avec des scores entre 3 et 6%, aucuns de nos can-didats n’a démérité, d’autant que pour la plu-part c’était une première. Mais en étant élu au second tour avec plus de 54% des voix dans le canton de Sarre-Union, David Heckel a écrit une des plus belles pages de la courte Histoire d’Unser Land !
 Puis,fin Mai, nous avons célébré le centenaire de la Constitution place Kléber, où plus de 150 personnes étaient présentes
Union, Andrée Munchenbach, ancienne conseillère municipale de Schiltigheim ou encore Michel Lorentz, maire de Roes-chwoog. Nous avons également pu compter sur le soutien des autres peuples européens, représentés par Eric Defoort et Gunther Dauween (président et secrétaire de l’Al-liance Libre Européenne) et par Peire Costa (Régions et Peuples Solidaires).
 Lamanifestation fut suivie par no-tre 3ème Heimetfescht qui a regroupé une centaine de nos membres à l’étang de Hin-disheim. L’artiste dialectophone Christophe Voltz, nouveau membre d’Unser Land, en assura notamment l’animation.
M. HIRNSecrétaire d’Unser Land
1
2
David Heckel, conseiller général Unser Land
"La défense des intérêts alsaciens dépasse les clivages politiques traditionnels." David peux tu te présenter ?J’ai 33 ans, je suis originaire du Krum-me Elsass (« Alsace Bossue ») et je tra-vaille actuellement en temps que cadre dans une société de traduction. J’ai un Master en Biologie et un diplôme de Management, je parle couramment l’allemand (grâce à l’alsacien) et l’anglais. Je suis marié et papa d’une petite fille. David, tu viens d’être élu Conseiller Général du canton de Sarre-Union. Ca a été une grande sur-prise pour tous. Quelle a été la recette du succès ? Nous avons proposé un programme bâti à la fois sur des aspects propres à l’Alsace Bossue mais également des propositions pour toute l’Alsace, que ce soit en ce qui concerne la fusion ou le bilinguisme. Je crois que les électeurs se sont retrouvés dans ce program-me. Ils ont également probablement rejeté les autres partis « parisiens » et préféré un candidat issu du ter-ritoire et prêt à consacrer du temps pour le défendre. J’ai également mené une campagne de terrain très active. Tu es le seul élu Unser Land au Conseil Général. Comment penses-tu dans ces conditions arriver à naviguer pour faire avancer les projets défendus par Unser Land ?La défense des intérêts alsaciens dépasse les clivages politiques traditionnels. Je vais donc chercher à bâtir des alliances et des groupes de réflexion. Un élu ne suffit pas à changer fondamentalement la politique menée par la majorité actuelle, mais je pense tout de même pouvoir faire avancer les choses en obligeant les autres élus à aller un peu plus loin sur des sujets comme le bilinguisme ou les évolutions institutionnel-les. Maintenant qu’ils ont vu que l’on pouvait gagner une élection sur ces thèmes, il serait bon qu’ils s’en préoccupent un peu plus ! Quels sont les dossiers que tu souhaite suivre en particulier ?En quelques mots clés : Les sujets locaux car un Conseiller Général est avant tout un élu de proximité. La fusion Département/Région et la création d’une collectivité territoriale unique. Le développement du bilinguisme.
La défense du droit local et des spécificités alsaciennes qui sont régulièrement attaqués.. Unser Land est une jeune formation politique. Elle est une transformation de l’UPA. En quoi Unser Land est différent de l’UPA ? Unser Land résulte de la fusion de l’Union du Peuple Alsa-cien (UPA) avec Fer’s Elsass, une association de jeunes. Il y a une continuité et une cohérence des idéaux de l’UPA et d’Unser Land. Ce qui a changé, ce sont les méthodes de fonctionnement, la communication et l’équipe dirigeante. Contrairement à beaucoup de territoires, en Alsace la formation membre de R&PS n’a pas reçu le soutien de EELV. Ta candidature était même concurrente à un EELV. Comment vont selon toi évoluer les relations avec les écologistes en Alsace ?Je pense qu’il faudrait leur poser la question. L’écologie est un thème qui nous tient à cœur et qui a toujours fait partie des revendications du mouvement alsacien. Je milite d’ail-leurs depuis longtemps dans une association de défense de l’environnement. Nous sommes écologistes. Nous avons malheureusement pu constater que certains dirigeants d’EELV en Alsace ont des convictions jacobines affirmées et peu d’affinités avec l’identité alsacienne.
La présence de François Alfonsi au Parlement euro-péen - c’est à dire en partie à Strasbourg – a-t-elle été un plus pour ta campagne ?C’est toujours difficile de quantifier l’importance d’un sou-tien dans le choix des électeurs. Mon concurrent de l’UMP avait le soutien du député de la circonscription, du minis-tre alsacien et président de la Région Alsace, cela ne l’a pas tant aidé ! Cela dit, je pense que pour le candidat peu connu que j’étais, le soutien officiel d’un député européen RPS-Les Verts a rassuré les électeurs sur mon positionne-ment politique et réduit à néant les tentatives de déstabili-sation lancées par mon concurrent. Cela a certainement aidé au report des voix, donc « merci vielmols François ! ».
Am 31. Mai 1911...
Ein Jahrhundert ist vergangen seit diesem historischen Ereig-nis als am31Mai 1911, Elsass- Lothringen eine eigeneVer-fassungund ein eigenesParlament bekamim Rahmen des damaligendeutschen Reiches. Könntenwir das Rad der Geschichte zurückdrehen sowür-den wirsagen: „Elsass- Lothringendu hastes geschafft. Ja wir zählen Lothringen auchdazu,denndasReichsland Elsass-Lothringen war eine Einheit gewordenund hatte seine Vertreter, seineAbgeordneten in Berlin. Es war auchnicht einfach damals. Es müsste auch gekämpft werden um Aner-kennung. Für die Elsässerim Jahr1911 wares aberein Er-folg,ein Fortschritt.Heute, nachhundert Jahren könnteman den Eindruck haben,dassunsere tapferenElsassLothrin-gervondamals umsonstgekämpft haben. Dennwasistjetzt imJahrvon diesen Errungenschaften übriggeblieben? Dererste Weltkrieg,dieFolgen des verlorenen Krieges für Deutschland, waren natürlich auchverheerend für Elsass-Lothringen. Die Franzosen,die neuen Machthaberdie inunserLand kamen, haben,dasmussauchgesagt werden,überhaupt unsereRegierungsformnichtanerkannt. Es wurde richtigimjakobinischenGeistalles abgeschafft, wasandie deutscheVergangenheit unseresLandes erinner-te. Wäre Elsass-Lothringen1871französischgeblieben,so hätte esnieeine eigene VerfassungsowieeinParlament erhalten. Es musstezueinemKriegkommen, vondenFranzosener-klärt(Napoleon III) undvondiesen verloren,um nacheiner langen Übergangszeitzu dieser Verwaltungsautonomieführ-te. Natürlichistdie Verfassungvon1911nichtmehr zeitgemäss und müsste einigeVeränderungenerfahren, umsieder heu-tigen Zeitanzupassen. Dies nurnebenbei. Jetzt sindwiraberimJahr2011 und müssen leiderdietrau-rige Feststellungmachendasshundert Jahre nach 1911,un-sereMuttersprache, der elsässerdeutsche Dialekt auf ein erbärmliches Niveau herunter gefallenist. Trotz aller Bemü-hungenundInitiativen zahlreicher kultureller Vereinigungen. Eine aufgeschlosseneMinderheit Elsässerist sich bewusst dassunsereSprachedauerndbedrohtist unddassder kultu-relle Verlustunermesslichist. Währenddie grosseMasse der manipulierten Elsässer,sei es unbewusst oder gedanken-los,sichanschicktden Ast abzusägenaufdemsie sitzen. MitanderenWorten ihreSpracheundKulturleichtsinnig überBordwerfen,Wirfragen uns,woistderStolzgeblie-ben? Alltäglich sindwiralsaufmerksameBeobachter Zeugen ver-schiedenerMachenschaftenundEreignisse die in unserem Land vorkommen. Überallspürtman, bemerktmanden Druck derausgeübt wird umunsereLandsleutezuzwingendie importierte fran-zösischeSprachezu benutzen. Dies beginnt schon imKindergarten, inder Schule, inden Geschäften, Warenhäusern,und auf allenDienststellenund Behörden, sowie an den Arbeitsstellen überhaupt. Wir dür-fennicht vergessen zu erwähnen dass immermehr Franzo-
senaus Frankreich sich hier ansässigmachenund ihren Bei-tragleistenzur Kolonisation unsererBevölkerung. Dieser Tatsachemussman objektivindieAugenschauen. Woman hinschaut istalles auffranzösischgeschriebenund wir fragen uns, was wirddennausdervielgepriesenenaber kaum angewandten Zweisprachigkeit?
Fehltesnichtam DruckderPolitiker, dieMut aufbringen müssen um unseregerechtenForderungendurchzuführen? Vergessen wir nicht, esgehtum sein oder nicht sein unserer EigenartSpracheundKultur. Bedenke Elsässerund Elsässe-rin welchen Verlust das bedeutet für die heutige Jugend. UnsereLandsleute wurden mit allenerdenklichenMetho-den, Schlichen undLügenkolonisiert. Auchdas muss gesagt werdenweil es derWahrheit entspricht. Viele haben sich wiewillenlose Geschöpfe kolonisieren las-sen, manchmal ausInteresse. Etlichesind Papageienund Affengeworden, die jedenBlödsinnnachahmen. Esist höchste Zeit, hundert Jahre nach 1911dass dieheuti-geGeneration zubegreifenbeginnt dassunser Volk seit 1918, undbesondersseit 1945 von den Franzosen koloni-siertwordenist, mit der Absicht unsere Sprache und Kultur auszurotten, damit wir ja 100% tige Franzosen werden. Geholfen haben Ihnen zahlreiche charakterlose Mitläufer die dann mit einem Bändele belohnt wurden. Elsässerinnen und Elsässer, die Zeit ist gekommen euren Kindern und Grosskindern den elsässischen Dialekt, die Muttersprache eurer Eltern beizubringen. Sie werden euch dankbar sein. Das ist ein Dienst den Sie Ihren Kindern er-weisen damit Sie im Leben und in Europa besser vorwärts kommen. Vergessen Sie nicht: Sprachen können Türen öff-nen. Aber das Wichtigste ist, dass der Elsässer nicht vor der Ge-schichte kapituliert und so viel Charakterstärke und Wille bewahrt um unsere Sprache und Kultur zu retten. Ich wünsche nur in diesem Jahr 2011, dass viele unserer Landsleute sich an ihre elsässischen Wurzeln erinnern und den Weg zu unserer Sprache wieder finden.
J. KAUFFMANN3
Courrier des membres
France future ou bien : pourquoi soutenir le Parti alsacien ? Pour l’Alsace bien sûr. Mais il n’est pas nécessaire de par-ler de l’Alsace pour l’expliquer. Imaginons la France entiè-re à la place de l’Alsace. Imaginons une France future, simple région, intégrée dans un ensemble politique soixante huit fois plus vaste, le Cen-tre, ayant pour langue officielle, scolaire, administrative, comme langue de travail et de culture l’anglais. Une France laissant le Centre collecter la presque totalité de ses impôts. Une France qui, par manque de moyens, voit ses routes se détériorer, ses créations d’emplois locaux se raréfier. Une France obligée, pour financer le moindre projet d’en-vergure, de mendier des subsides, de courtiser le parti politique dominant le Centre. Une France où "ça fait" arriéré, ringard non seulement de parler français, mais encore de n’en avoir ne serait-ce que l’accent, au lieu d’un très chic accent anglophone de mâ-cheur de chewing-gum. Une France où le français n’est plus qu’un patois de moins en moins parlé, mêlé d’anglicismes, sans presse, sans films et sans sites internet. Une France où existent certes quelques classes bilingues dispersées, mais où la plupart n’enseignent que l’idiome franco-germanique dominant.
Une France où le simple intérêt pour l’histoire, la moindre revendication de langue et d’identité françaises, ou simple-ment d’une gestion locale mieux dotée et plus autonome, attire les soupçons au mieux de passéisme, au pire de ra-cisme ou d’extrémisme. Sans nier les avantages d’une union forte et d’une langue à grande diffusion, en tant que Français moyennement pa-triotes, même "ouverts au monde", ne ressentiriez-vous pas au moins un brin d’indignation ? Fiction que tout cela ? Actualité pour notre région, en pas-se de devenir réalité, à plus long terme, pour le pays tout entier. Voilà une bonne raison de soutenir Unser Land ! Il n’y va pas que de l’Alsace, mais de tout terroir avec ses habitants, le terroir étant la dimension la plus proche, la plus attachante, la plus réelle au quotidien ; pour un monde non pas centralisé, mais convivial et fédéral !
E. ACKER
C’est toujours avec plaisir, et souvent avec émotion, que nous lisons puis publions vos lettres, courriers et impressions. Alors n’hésitez pas à prendre votre plus belle plume, et, en alsacien, en Hochdeutsch ou en français, en-voyez-nous ce que vous souhaitez voir publié dans Vo-tre Mitteilungsblatt ! LE COMITE DE REDACTION
Soutenez l’action d’Unser Land :adhérez en 2011 ! Nouveau membre: 1an10Section (pour les renouvellements seulement) :Adhésion Chômeur /étudiant1an :20Renouvellement _____________________________________Cotisation simple1an :40Cotisation couple1an :60(joindre un bulletin pour le conjoint) Mme Mlle M.Nom : _____________________________________________________ DonateursJe verse ……… €  Prénom : ________________________________Né(e) le : _______________________________  Prélèvementautomatique Adresse : _________________________________________________________________________ Chèque à l’ordre de Unser Land Ville : ___________________________________Code Postal : ____________________________  Espèces Mail : __________________________________Portable : _______________________________ Seul un paiement par chèque à l’ordre de Unser Land donne droit  Tél : _______________Fax : _______________Profession : ____________________________à la déduction fiscale de 66%  Mandat(s) électif(s) : _______________________Lieu : _________________________________ Date et signature : Dirigeant ou ancien dirigeant d’entreprise A retourner à :Unser Land, BP 1004068190 ENSISHEIMDirigeant ou ancien dirigeant d’association ou à votre responsable de section Elu ou ancien éluwww.unserland.org
4
Conformément à laLoi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données personnelles qui vous concernent. Seul Unser Land est destinataire des informations que vous lui communiquez.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.