Quelques réflexions pour une simplification de l'IRPP - article ; n°4 ; vol.110, pg 23-34

De
Publié par

Économie & prévision - Année 1993 - Volume 110 - Numéro 4 - Pages 23-34
Einige Überlegungen zu einer Vereinfachung der Einkommensteuer,
von Réjane Hugounenq, José Sastre Descals.

In dieser Studie werden strukturelle Änderungen bei der Einkommensteuer analysiert, die im Rahmen einer grundlegenden Reform des gesamten Abgabensystems vorgenommen werden. Zur Vereinfachung des Systems, Erweiterung der Besteuerungsgrundlage und Beseitigung der bei der Verteilung der Grenzsteuersätze festgestellten Anomalien werden die Steuerfreibeträge, die teuerermäßigungen und der Erhebungsmindestbetrag parallel zu der Änderung der Steuertabelle abgeschafft. Bei den vorgeschlagenen Reformen werden die Grenzsteuersätze gesenkt und die Umverteilungsmerkmale des Systems (im Sinne von Lorenz) verbesser. Es läßt sich festellen, daß die politischen Entscheidungsträger zur Verwirklichung dieser Verbesserungen über einen recht umfangreichen Spielraum bei der Wahl der Gewinne und Verluste iin den verschiedenen Einkommensklassen verfügen. Kurzfristig ist schliedßlich eine Arbitration zwischen der Erweiterung der Besteuerungsgrundlage und der Umverteilung erforderlich, was nicht überraschen kann.
Quelques réflexions pour une simplification de l'IRPP,
par Réjane Hugounenq, José Sastre Descals.

Cette étude analyse des modifications de la structure de l'impôt sur le revenu des personnes physiques s'inscrivant dans une perspective de réforme de fond de l'ensemble du système de prélèvements. Afin de simplifier le système, d élargir la base d'imposition, et de supprimer les anomalies constatées dans la distribution des taux marginaux, la décote, les minorations et le minimum de recouvrement sont supprimés conjointement avec la modification du barème d'imposition. Les réformes proposées diminuent les taux marginaux et améliorent les propriétés redistributives (au sens de Lorenz) du système. On constate, que pour effectuer ces améliorations, les décideurs politiques ont une marge de manœuvre assez large quant aux choix des gains et pertes relatives des diverses classes de revenus. Enfin, de façon non surprenante, sur le court terme, un arbitrage doit nécessairement s'effectuer entre élargissement de la base imposable et redistribution.
Speculation on Simplifying Personal Income Tax,
by Réjane Hugounenq and José Sastre Descals.

This study analyzes changes in the structure of personal income tax from the point of view of a thorough reform of the entire system of tax and social security contributions. The aim is to simplify the system, broaden the tax base and erase the anomalies observed in the spread of marginal tax rates by eliminating tax relief, reductions and the minimum collection rate as well as altering the tax scale. The proposed reforms reduce the marginal tax rates and improve the system's redistributive properties (as plotted on a Lorenz curve). It is observed that political decision-makers have a fair amount of room for manoeuvre in implementing these improvements as regards the choices of gains and losses relating to the various classes of revenue. Finally and not surprisingly, a choice necessarily needs to be made in the short term between a broadening of the tax base and redistribution.
Algunas reflexiones acerca de una simplificación del Impuesto General sobre la Renta de las Personas Físicas (IGRPF),
por Réjane Hugounenq y José Sastre Descals.

En este estudio se analizan las modifications de la estructura del impuesto general sobre la renta de las personas físicas, situándose en una perspectiva de reforma de fondo del conjunto del sistema de gravamenes tributarios. Con objeto de simplificar el sistema, de ampliar la base imponible y, asimismo, suprimir las anomalías comprobadas en la distribución de las tasas marginales, la deducción fïja, las desgravaciones fiscales y el valor mínimo de cobranzas se suprimen conjuntamente con la modificación del baremo de imposición. Las reformas propuestas disminuyen las tasas marginales y mejoran las propiedades redistributivas (en el sentido dado por Lorenz) el sistema. Se comprueba que, para llevar a cabo taies mejoras, los responsables políticos de las decisiones disponen de un margen de maniobra bastante amplio en cuanto a las opciones de las ganancias y pérdidas relativas a las diversas clases de rentas. Finalmente - de forma nada sorprendente - y en consideración al corto plazo, se deberá efectuar obligatoriamente un arbitraje entre la ampliación de la base imponible y la redistribución.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1993
Lecture(s) : 109
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

Réjane Hugounenq
José Sastre Descals
Quelques réflexions pour une simplification de l'IRPP
In: Économie & prévision. Numéro 110-111, 1993-4-5. Fiscalité et redistribution. pp. 23-34.
Citer ce document / Cite this document :
Hugounenq Réjane, Sastre Descals José. Quelques réflexions pour une simplification de l'IRPP. In: Économie & prévision.
Numéro 110-111, 1993-4-5. Fiscalité et redistribution. pp. 23-34.
doi : 10.3406/ecop.1993.5633
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ecop_0249-4744_1993_num_110_4_5633Zusammenfassung
Einige Überlegungen zu einer Vereinfachung der Einkommensteuer,
von Réjane Hugounenq, José Sastre Descals.
In dieser Studie werden strukturelle Änderungen bei der Einkommensteuer analysiert, die im Rahmen
einer grundlegenden Reform des gesamten Abgabensystems vorgenommen werden. Zur
Vereinfachung des Systems, Erweiterung der Besteuerungsgrundlage und Beseitigung der bei der
Verteilung der Grenzsteuersätze festgestellten Anomalien werden die Steuerfreibeträge, die
teuerermäßigungen und der Erhebungsmindestbetrag parallel zu der Änderung der Steuertabelle
abgeschafft. Bei den vorgeschlagenen Reformen werden die Grenzsteuersätze gesenkt und die
Umverteilungsmerkmale des Systems (im Sinne von Lorenz) verbesser. Es läßt sich festellen, daß die
politischen Entscheidungsträger zur Verwirklichung dieser Verbesserungen über einen recht
umfangreichen Spielraum bei der Wahl der Gewinne und Verluste iin den verschiedenen
Einkommensklassen verfügen. Kurzfristig ist schliedßlich eine Arbitration zwischen der Erweiterung der
Besteuerungsgrundlage und der Umverteilung erforderlich, was nicht überraschen kann.
Résumé
Quelques réflexions pour une simplification de l'IRPP,
par Réjane Hugounenq, José Sastre Descals.
Cette étude analyse des modifications de la structure de l'impôt sur le revenu des personnes physiques
s'inscrivant dans une perspective de réforme de fond de l'ensemble du système de prélèvements. Afin
de simplifier le système, d élargir la base d'imposition, et de supprimer les anomalies constatées dans
la distribution des taux marginaux, la décote, les minorations et le minimum de recouvrement sont
supprimés conjointement avec la modification du barème d'imposition. Les réformes proposées
diminuent les taux marginaux et améliorent les propriétés redistributives (au sens de Lorenz) du
système. On constate, que pour effectuer ces améliorations, les décideurs politiques ont une marge de
manœuvre assez large quant aux choix des gains et pertes relatives des diverses classes de revenus.
Enfin, de façon non surprenante, sur le court terme, un arbitrage doit nécessairement s'effectuer entre
élargissement de la base imposable et redistribution.
Abstract
Speculation on Simplifying Personal Income Tax,
by Réjane Hugounenq and José Sastre Descals.
This study analyzes changes in the structure of personal income tax from the point of view of a thorough
reform of the entire system of tax and social security contributions. The aim is to simplify the system,
broaden the tax base and erase the anomalies observed in the spread of marginal tax rates by
eliminating tax relief, reductions and the minimum collection rate as well as altering the tax scale. The
proposed reforms reduce the marginal tax rates and improve the system's redistributive properties (as
plotted on a Lorenz curve). It is observed that political decision-makers have a fair amount of room for
manoeuvre in implementing these improvements as regards the choices of gains and losses relating to
the various classes of revenue. Finally and not surprisingly, a choice necessarily needs to be made in
the short term between a broadening of the tax base and redistribution.
Resumen
Algunas reflexiones acerca de una simplificación del Impuesto General sobre la Renta de las Personas
Físicas (IGRPF),
por Réjane Hugounenq y José Sastre Descals.
En este estudio se analizan las modifications de la estructura del impuesto general sobre la renta de las
personas físicas, situándose en una perspectiva de reforma de fondo del conjunto del sistema de
gravamenes tributarios. Con objeto de simplificar el sistema, de ampliar la base imponible y, asimismo,
suprimir las anomalías comprobadas en la distribución de las tasas marginales, la deducción fïja, lasdesgravaciones fiscales y el valor mínimo de cobranzas se suprimen conjuntamente con la
modificación del baremo de imposición. Las reformas propuestas disminuyen las tasas marginales y
mejoran las propiedades redistributivas (en el sentido dado por Lorenz) el sistema. Se comprueba que,
para llevar a cabo taies mejoras, los responsables políticos de las decisiones disponen de un margen
de maniobra bastante amplio en cuanto a las opciones de las ganancias y pérdidas relativas a las
diversas clases de rentas. Finalmente - de forma nada sorprendente - y en consideración al corto plazo,
se deberá efectuar obligatoriamente un arbitraje entre la ampliación de la base imponible y la
redistribución.Le système français de prélèvement est l'un des plus
complexes d'Europe. Cette complexité est en partie Quelques
le fait de l'impôt sur le revenu des personnes
physiques (IRPP). La structure de l'IRPP dont il est réflexions pour une question ici est celle qui était en vigueur avant la
réforme fiscale adoptée par le parlement en octobre
simplification de 1993(1). À l'inévitable barème par tranches de taux
marginaux se superposent de nombreux mécanismes.
Certains ont pour but d'atténuer spécifiquement les PIRPP
effets du barème et d'exonérer certains groupes de
contribuables : c'est le cas des mécanismes
d'exemption que sont la décote, les minorations et le
seuil d'imposition. D'autres visent une
personnalisation de l'impôt (quotient familial, Réjane Hugounenq(*)
abattement aux personnes âgées, diverses déductions
etc.). José Sastre Descals^
Cette structure de l'IRPP ne répond à aucune logique
d'ensemble mais résulte plutôt d'une accumulation
de décisions politiques visant chacune à répondre, au
cours du temps, à des préoccupations particulières,
et ce sans jamais remettre en question les orientations
passées. Le résultat est un système où ces différentes
logiques se chevauchent, voire se contredisent sur
certains intervalles de revenus - ce qui ne va pas sans
conséquence sur la simplicité et la malléabilité de ce
mécanisme, mais aussi sur les principes traditionnels
des finances publiques que sont l'équité et
l'efficience.
En premier lieu, du fait de cette superposition de
mécanismes, un grand nombre de ménages échappent
à l'impôt, ce dernier est fortement concentré et son
produit est faible. En conséquence, la seule
composante progressive du système français,
PIRPP(2) représente une part des ressources
budgétaires mineure (12 % de l'ensemble des
prélèvements obligatoires) comparativement à celle
des impôts indirects et des cotisations sociales (près
de 70 %). Si les mécanismes d'exemption ont une
fonction redistributive à l'intérieur du seul système
de l'IRPP, ils contribuent finalement à la réduction
de la progressivité globale lorsque l'on considère
l'ensemble du système de prélèvements^.
En second lieu, cette faible importance des
prélèvements progressifs ne découle pas d'un choix
délibéré de compromis entre des considérations de
redistribution et d'efficacité, compromis qui
supposent une structure régulière et un niveau
relativement bas des taux marginaux. La distribution
des taux marginaux générée par l'IRPP est, au
contraire, complexe, non monotone et, en tout état de
cause, assez éloignée de ce que l'examen du seul
barème d'imposition pourrait laisser paraître ; en
particulier et contrairement à toute attente, on trouve
(*) Delta (Unité mixte de recherche CNRS-ENS-EHESS). des taux marginaux élevés pour un ensemble de
(*•) EHESS, Delta. ménages à revenus moyens ou faibles.
Les auteurs remercient F. Bourguignon et P.A. Chiappori pour En ce qui concerne le premier point, la fiscalisation l'aide qu'ils leur ont apportée et pour les remarques qui ont
des cotisations sociales, dont on parle par permis l'aboutissement de ce travail.
intermittence, permettrait d'améliorer, entre autres,
la progressivité du système de prélèvements. Il Économie et Prévision n°110-lll 1993 4/5
23 s'agirait réformes globalement redistributives (CSG, etc.). de remplacer des cotisations sociales, qui
pèsent de façon régressive sur les seuls revenus du Étant donné l'orientation de long terme de
travail, par des cotisations d'impôt prélevées l'élargissement de la base imposable et de la baisse
progressivement sur l'assiette de l'IRPP. Autrement des taux marginaux, le choix du mode de
dit, il s'agit, à recette fiscale constante, d'augmenter compensation a porté sur le barème d'imposition.
Nous en présenterons deux. le poids relatif de l'IRPP par rapport aux cotisations
sociales. Mais étant donné l'extrême concentration
et la faiblesse du rendement de l'impôt, Le premier barème {barème 1) est un barème quasi
l'augmentation de son poids sans modification de sa linéaire avec un seuil d'imposition (41 500 F) et un
structure et, plus précisément, sans élargissement de seul taux marginal (44 %).
la base imposable au préalable, ne peut aboutir qu'à
des inégalités dans la répartition de la charge Le second barème {barème 2) comprend trois seuils
supplémentaire et à plus d'inefficacité ; la faiblesse (33 000, 40 000 et 48 000) et trois taux (5 %, 25 %
du rendement de l'impôt nécessiterait en effet une et 45 %).
augmentation des taux marginaux relativement
importante. Pour permettre une telle réforme, dans
une perspective de long terme, l'IRPP devrait être
simplifié et modifié dans le sens de l'élargissement
de la base imposable et d'une réduction des taux Méthodologie
marginaux. C'est dans cette direction que seisitue
notre étude.
Les réformes fiscales que nous présentons sont
Plus précisément, elle envisage la suppression des simulées sur un échantillon de 2 500 ménages
représentatif de la population française^ à l'aide mécanismes d'exemption que sont la décote, les
minorations et le minimum de recouvrement ; ceci a d'un logiciel qui modélise le mécanisme de
prélèvement des cotisations sociales, le système pour effet d'éliminer les anomalies ponctuelles dans
la distribution des taux marginaux et d'élargir la base fiscal et certains éléments du système redistributif.
Les résultats (cf. tableau 1) sont présentés par déciles imposable. Naturellement, cette réforme génère un
excès de recette et défavorise les revenus les plus de revenu net (coût du travail moins cotisations
faibles, ce qui est politiquement inacceptable. Il patronales et salariales). On détermine pour chaque
s'agit alors de trouver un mode de compensation qui décile, le pourcentage d'individus qui s'y trouvent et
permette de conserver les avantages de la suppression leur revenu disponible moyen (le revenu disponible
de ces trois mécanismes tout en redistribuant l'excès étant défini comme le revenu net après impôts). Par
de recette. Au total, la réforme globale (suppression contre, dans cette présentation, la répartition des
des mécanismes d'exemptions et compensation), tout individus à l'intérieur de chaque tranche n'est pas
en respectant les orientations de long terme définies
plus haut, devra être redistributive et minimiser les Tableau 1 : deciles de revenu net
désincitations, le tout à rendement quasi inchangé de
REF SDMS BAR1 BAR2 l'IR. Décile
RNet VarRD VarRD VarRD Les mesures de l'effet redistributif des réformes RDisp
(critères d'inégalité) et les mesures des effets 0 - 10 % 21007 24 568 -183 0 0
désincitatifs seront présentées dans une première 10 - 20 % 46 060 47 439 -1 155 148 15 partie conjointement avec la méthodologie.
20 - 30 % 65 571 69 032 -978 410 426
L'étude utilise le logiciel "Sysiff"(4) qui permet de 30 - 40 % 79 667 83 156 -1097 -8 118
simuler les effets de réformes fiscales à la fois sur 40 - 50 % 95 000 98 978 -1157 461 401 des ménages-types construits par l'utilisateur et sur
50 - 60 % 115 624 116 986 -1325 1974 1703 un échantillon de ménages représentatifs de la
60 - 70 % population française. À partir de cas types, nous 137 478 135 385 -1294 2 647 2 627
étudierons les effets de la suppression des 70 - 80 % 162 258 156 309 -1418 2 687 2 693
mécanismes d'exemption sur les taux marginaux et 80 - 90 % 201 247 186 950 -2 025 -692 -200 sur la logique du quotient familial. Nous présenterons
90 - 95 % également une simulation préliminaire (SDMS), sur 260 593 231 023 -2 322 -5 645 -5 250
échantillon représentatif, des conséquences d'une 95 - 99 % 357 189 305 803 -2 319 -9 661 -9 638
suppression non compensée de ces trois mécanismes. 99 - 100 % 607 738 470 014 -3 216 -7 329 -9113
- - -1367 Moyenne 131 673 125 746 Les modes de compensation pouvant accompagner la
suppression des mécanismes d'exemption sont REF : système d'imposition de référence en vigueur en 1991
(cf. encradé 1) ; nombreux. Nous ne souhaitons pas modifier, dans le SDMS : réforme de REF, qui supprime la décote, les minorations et le cadre de cette étude, la logique du quotient familial seuil d'imposition ;
BAR1 : SDMS + barème d'imposition 1 (voir note 23) ; et nous avons éliminé les mécanismes qui, à BAR2 : SDMS + barème d'imposition 2 (voir note 23). l'évidence, ne permettraient pas d'obtenir des
24 Tableau 2 : classement par taux marginaux réels Les effets des réformes sont des effets directs,
mécaniques, de court terme. À partir du système de
REF référence (REF), le logiciel simule les réformes SDMS
fiscales et calcule après chaque réforme la Taux
distribution des gains et des pertes de revenu RNet % POP RNet % POP
disponible (VarRD) (cf. tableau 1) que subissent les (1) (2) (3) (4) ménages ainsi que la nouvelle répartition des taux
marginaux (cf. tableau 2). Les considérations de bien
50,15n 88 619(*} 0 - 10 % 88 928 44,23 être ne sont cependant pas absentes de cette étude
dans la mesure où nous évaluerons les effets
10 - 20 % 154 017 24,12 133 565 37,47 redistributifs des réformes avec des critères
d'inégalité. D'autre part, nous utiliserons une mesure
20 - 30 % 180 732 21,17 210 203 16,60 des effets incitatifs comme première approximation
des éventuelles modifications comportementales.
30 - 35 % 231 372 0,59 2,53 360 083
Mesures des effets redistributifs 36 - 40 % 375 769 0,76 377 934 0,51
La notion d'égalité qui sous-tend cette étude est celle 40 - 45 % 331 559 0,76 556 474 0,55 généralement utilisée par les économistes, à savoir
l'égalité mathématique des revenus. Une réforme 46 - 50 % 672 680 0,04 262 440 0,13
sera dite redistributive ou dominante si l'inégalité
mathématique de la distribution de revenus >50% 67 575 0,38
disponibles après réforme est inférieure à celle qui
(*) : Le tableau se lit comme suit pour la simulation REF, 50,15 % des prévalait dans la distribution de revenus disponibles ménages de l'échantillon ont un taux marginal compris entre 0 % et avant la réforme. Nous nous limiterons donc, suivant 10 %, le revenu net moyen de l'ensemble de ces ménages est de 88 619 F.
la méthodologie traditionnelle, à comparer le degré
d'inégalité de deux distributions de revenus, sachant
que l'on peut toujours passer de l'une à l'autre par BAR1 BAR2
une série de transferts et que l'on raisonne à revenu Taux moyen constant. Les indices utilisés sont des indices RNet %POP RNet %POP d'inégalité synthétiques (Gini et Theil(8)), deux (5) (7) (8) (6) critères d'ordre partiel (le critère de dominance de
Lorenz et le critère de Lorenz limité) et le critère
bi-dimensionnel d'Atkinson-Bourguignon. Ce 0 - 10 % 100 440 66,58 98 985 64,42
dernier est présenté techniquement dans l'encadré 1.
10 - 20 % 156 341 0,38 145 035 8,53
Les caractéristiques et le domaine de validité des
20 - 30 % 119 512 0,16 109 936 0,84 critères d'inégalité synthétiques et des critères
d'ordre partiel sont bien connues. Les premiers
30 - 35 % 194 238 207 594 25,94 32,52 permettent d'obtenir un ordre complet sur l'ensemble
des distributions mais au prix d'une moindre
36 - 40 % 186 957 0,29 217 846 0,21 généralité en termes de bien-être si l'on se place dans
un cadre utilitariste. Les seconds ne permettent pas 40 - 45 % 672 680 0,04 672 680 0,04 d'ordonner toutes les distributions, mais autorisent
en revanche, toujours dans un cadre utilitariste, une
>45% plus grande généralité de jugements de valeurs^.
Techniquement, appliquer le critère de Lorenz à deux indiquée, ce qui suppose que tous les individus d'une distributions de revenus, revient à examiner la tranche donnée ont le même revenu. Enfin le logiciel distribution des gains et des pertes (cf. tableau 1). En calcule la répartition des taux marginaux(6) dans la effet, si X domine F selon le critère de Lorenz, alors population (cf. tableau 2). X peut être obtenu à partir de Y à l'aide d'une
séquence de transferts progressifs. Autrement dit, à
recette fiscale constante, si lors du passage de X à Généralement, les théoriciens de l'économie
Y , les pertes du décile de rang N sont pour tout N publique mesurent les effets des réformes fiscales en
compensées par les gains de déciles de rang inférieur, termes de bien-être. Ce type d'étude s'appuie sur les
alors la réforme est dominante au sens de Lorenz. résultats théoriques de l'incidence des impôts et de
la redistribution pour estimer les modifications
comportementales des agents et calculer les pertes ou Une des faiblesses du critère de Lorenz est qu'il ne
gains en utilité. Notre étude s'appuie sur une prend en compte ni le rang ni même l'amplitude du
transfert dans la distribution. Supposons( ) que l'on méthodologie différente, plus fruste, mais aussi plus
robuste, dans laquelle les réactions se trouve dans une société dans laquelle il y a de
comportementales ne sont pas prises en compte(7). nombreux pauvres, un riche et un milliardaire et que
25 1 : le critère cF Atkinson- Bourguignon Encadré
Les indices unidimensionnels d'inégalité ne différencient les ménages que par leur revenu. L'utilisation de l'indice
d'Atkinson-Bourguignon correspond à la volonté de différencier les simultanément par leur revenu et leur taille familiale
pour évaluer les effets des réformes fiscales. Naturellement, cette double dimension de la redistribution suppose que l'on ne raisonne
plus en termes d'égalité des revenus mais en termes d'égalité de bien-être^. Le problème est de savoir comment comparer deux
ménages dont les revenus et la taille familiale diffèrent. Les échelles d'équivalence permettent de répondre à cette question.
Cependant, si leur utilisation permet bien de comparer en termes de bien-être des ménages de composition différente, cette
comparaison reste arbitraire^ C'est précisément ce qu'essaie d'éviter le critère d'Atkinson-Bourguignon. Ce dernier ne spécifie
aucune relation d'équivalence entre les ménages de tailles et de revenus différents. Il suppose simplement que les ménages ont
d'autant plus de besoins que leur taille est élevée et que leur revenu est faibleH Ce critère permet alors de répondre à la question
suivante : dans la mesure où l'on considère que les familles les plus nombreuses sont celles qui ont le plus de besoins, les réformes
considérées réalisent-elles simultanément une redistribution des plus riches vers les plus pauvres et des familles de petite taille vers
les familles nombreuses ?
Le critère d'Atkinson-Bourguignon, qui peut être vu comme une généralisation à deux dimensions du critère de Lorenz, a pour
particularité d'englober l'ensemble des échelles d'équivalence. Plus précisément, si une distribution X domine une distribution Y au
sens alors cette distribution est aussi dominante quelle que soit l'échelle d'équivalence utilisée.
Inversement, siX ne domine pas Y (sans que la réciproque soit vraie), alors on peut toujours trouver une échelle telle
queZ ne domine pas Y, mais cela n'exclut pas que l'on trouve aussi une échelle pour laquelle X domine Y.
La généralité en termes de consensus qu'autorise ce critère implique une plus grande difficulté empirique à conclure à la dominance
comparativement à l'utilisation des échelles et d'un d'inégalité unidimensionel. Cette dernière remarque est importante, car
nous avons choisi, dans le cadre de cette étude, de ne pas utiliser les critères d'inégalité unidimensionnels à partir des distributions
de revenus par tête, mais uniquement à partir des distributions de revenus disponibles et ce conjointement avec le critère
d'Atkinson-Bourguignon. Nos critères sont donc volontairement restrictifs, les conditions de dominance sont difficiles à obtenir, mais
plus robustes lorsqu'elles sont atteintes. Une réforme non dominante selon nos critères, peut très bien l'être pour une échelle
d'équivalence particulière. Techniquement, le critère de Lorenz se fonde sur un classement de la population par ordre croissant de
revenu, les revenus étant ensuite cumulés. De la même façon, le critère d'Atkinson-Bourguignon consiste à classer la population par
ordre décroissant de taille familiale et à intégrer successivement ces différentes tailles pour plusieurs niveaux de revenus. Ces
différents niveaux de revenus s'interprètent comme des seuils de pauvreté ; ils sont, en pratique, fixés arbitrairement (comme les
intervalles séparant les différents points de la courbe de Lorenz).
Après avoir testé chaque système de prélèvement, on calcule, pour plusieurs seuils et pour chaque ménage dont le revenu est inférieur
à ce seuil (en commençant par les familles les plus nombreuses et en intégrant successivement les familles de rang inférieur), la
dépense qu 'il serait nécessaire d'effectuer si l'on souhaitait ramener tous ces ménages au seuil de revenu choisi. Il suffit ensuite
de comparer ces niveaux de dépenses pour le système actuel et le système réformé. La réforme est dominante si, à n'importe quelle
étape du cumul, elle permet de réaliser une économie par rapport à la dépense qui serait nécessaire dans le système de référence.
Par exemple, considérons le tableau 4. L'intersection de la ligne 231 500 F et de la colonne C + 5 — soit 0,00114 - s'interprète comme
suit : ramener toutes les familles de cinq enfants et plus de notre échantillon à un revenu minimum de 231 500 F coûterait 0,00114
millions de francs de moins après application de la réforme que dans le système actuel. Cette différence de coût passe à 0,18212 de moins si on intègre également les familles de trois et quatre enfants. Les valeurs du tableau doivent être toutes négatives
pour que la réforme soit dominante.
Le cumul vertical permet d'effectuer des compensations entre ménages de même taille. Il revient à appliquer le critère de Lorenz
pour une taille familiale. Si on se contentait d'un cumul vertical par taille de famille, la réforme ne pourrait être dominante que si,
pour chaque taille, la distribution après réforme dominait celle avant réforme. Le cumul horizontal, qui reflète les compensations
entre ménages de tailles différentes, permet d'assouplir les conditions de dominance. Pour que la réforme soit dominante, les familles
de cinq enfants devront nécessairement bénéficier de la réforme. Leurs gains doivent compenser les éventuelles pertes des familles
de quatre ; plus généralement, la réforme reste dominante tant que le groupe ayant au moins N enfants compense
les pertes des groupes ayant au plus N - 1 enfants.
(a) Le bien-être étant défini au sens micro-économique du terme, c'est-à-dire l'utilité du ménage.
(b) Plus techniquement : les échelles d'équivalence sont obtenues à partir d'estimations d'un modèle de comportement du consommateur . Des travaux
théoriques récents ont montré que si des données de comportement "en coupe tranversale" (les mêmes qui servent en général à estimer les échelles
d'équivalence) sont compatibles avec la théorie pour une valeur donnée des échelles, elles le sont pour n'importe quelles autres valeurs. Autrement
dit, une échelle d'équivalence ne reflète pas le véritable coût de l'enfant, elle reflète la conception du coût de l'enfant de l'auteur de l'estimation.
(c) Dans un cadre utilitariste, l'axiomatique sur laquelle repose le critère est formalisée commme suit : l'utilité marginale sociale du revenu d'une
famille doit augmenter avec sa taille et diminuer avec son revenu, cette diminution étant plus lente pour les familles nombreuses (et ce, quel que soit
le niveau de revenu).
le riche fasse un transfert substantiel aux pauvres sans développé(11) le critère de dominance limitée. Ce
que le classement soit modifié, et qu'il fasse un dernier limite les conditions du critère de Lorenz en
transfert modeste vers le milliardaire. Dans la mesure ce sens qu'il laisse l'utilisateur libre de choisir le
où l'on se trouve en présence d'un transfert progressif pourcentage de la population qui doit recevoir des
et d'un transfert régressif, on ne peut conclure à la transferts positifs. En d'autres termes, l'utilisateur ne
dominance. Or, on peut penser qu'il est beaucoup se préoccupe plus que des X premiers pour cent de
plus important pour une société de diminuer la la population. Une réforme sera alors dite dominante
pauvreté plutôt que de réduire l'extrême richesse. si les courbes de Lorenz ne se croisent pas avant le
C'est en suivant ce raisonnement qu'a été point critique X choisi par l'utilisateur.
26 la détermination de ce point peut être Qu'en est-il de la relation entre imposition et Naturellement,
sujette à discussion. Doit-on se préoccuper des cinq efficacité ? Dans l'analyse théorique, l'efficacité
premiers déciles ou bien des neufs premiers ? économique, entendue comme efficacité
Cependant, malgré cette composante arbitraire, ce parétienne(13), est affectée par l'imposition dans la
critère est particulièrement intéressant dans le cas des mesure où celle-ci introduit des distorsions sur les réformes fiscales, notamment parce qu'il évite prix, et fausse en conséquence le libre jeu des d'imposer a priori des contraintes trop restrictives décisions individuelles. Là encore, ce sont les valeurs sur l'arbitrage entre le niveau des taux marginaux
marginales qui importent. Dans ce cadre, les résultats d'imposition et l'ampleur de la redistribution.
de l'analyse positive n'ont finalement que peu
d'importance. En effet, ce n'est pas l'incitation ou la Dans cette étude, nous suivrons le principe de
désincitation au travail en tant que telle qui affecte Shorrocks, selon lequel la réduction de la pauvreté
l'efficacité économique, mais plutôt les pertes de importe plus que la diminution de la richesse. Dans
certains cas limites pour lesquels la dominance de bien-être qui résultent de la distorsion des prix. Une
Lorenz n'est pas respectée, nous ne nous réforme fiscale peut parfaitement accroître l'offre de
préoccuperons que des premiers 99 % de la travail mais diminuer le bien-être des agents ;
population. inversement, une réforme désincitative peut accroître
le bien-être, auquel cas on ne peut conclure à son
Mesure des effets incitatifs inefficacité. Diminuer les taux marginaux, c'est
réduire la distorsion sur les prix , mais rien n'assure
Selon "trop" la élevés vision constituent la plus répandue, un facteur des d'inefficacité, taux marginaux car que cette réduction permette à l'économie de se
rapprocher de l'efficacité(14). ils ont des effets désincitatifs vis-à-vis de l'offre de
travail et, dans une moindre mesure, de l'épargne. Si
Au total, l'analyse théorique suggère une relation les taux marginaux élevés sont vus comme
inefficaces, c'est parce qu'en dissuadant certains négative entre l'offre de travail et les taux marginaux,
individus de travailler plus, ils empêchent une ces derniers étant générateurs d'inefficacités (et ce
éventuelle production supplémentaire, et de fait un quelque soit leur niveau). Les analyses empiriques
surplus de recette fiscale. Ce type d'argument est à quant à elles ne peuvent conclure à l'effet désincitatif
l'origine des réformes fiscales des années des taux marginaux, mais elles ne concluent quatre-vingt : la plupart des économies occidentales cependant pas à son inexistence. ont à cette période diminué les taux marginaux et
resserré les barèmes d'imposition. En
Dans cette étude, nous poserons comme hypothèse Grande-Bretagne le taux maximal est ainsi passé de
83 % à 40 % ; les États-Unis, quant à eux, ont réduit de travail, que la distribution des taux marginaux
leur nombre de taux de quatorze à deux, le taux d'imposition fournit une indication tant sur les
maximal passant de 70 % à 28 %. éventuelles réactions en termes d'offre de travail que
sur les effets en termes de bien-être. Nous calculons
L'analyse théorique des effets désincitatifs de après chaque réforme la distribution des taux
l'imposition repose sur le modèle néoclassique marginaux d'imposition dans la population. Cette
d'offre de travail dans lequel l'individu rationnel distribution de taux est également résumée par la répartit son temps entre travail et loisir en fonction moyenne arithmétique de ces taux (TX1) et par leur de ses préférences. La fiscalité a dans ce cadre deux pondérée par le revenu net (TX2)(15) effets : l'effet de substitution et l'effet de revenu. Un
(cf. tableau 3). Mais comme nous le verrons dans la alourdissement du taux d'imposition du revenu réduit
présentation des résultats, l'utilisation de moyennes la valeur réelle de l'heure de travail par rapport aux
n'étant qu'un instrument très sommaire, notre autres affectations possibles du temps ; d'où une
incitation à travailler moins (effet substitution). Par analyse s'appuiera essentiellement sur un examen
ailleurs, cette augmentation de la pression fiscale détaillé de la distribution des taux.
réduit le revenu réel de l'individu, qui travaillera plus
(effet revenu) pour compenser cette perte de revenu.
Les deux effets ont des signes opposés. L'effet global Tableau 3 : tableau indices
est indéterminé, il dépendra des préférences des
agents. Si cette analyse ne permet pas de conclure Gini TX1 Theil TX2 quant à l'effet de l'imposition sur l'offre de travail,
elle met toutefois en relation l'effet désincitatif et le REF 32,2 17,3 13,12 16,49 taux marginal d'imposition. Les analyses
empiriques, quant à elles ne permettent pas de SDMS 32,4 12,61 15,98 17,5 répondre de façon très précise (voir par exemple
Bourguignon et Magnac, 1990). Cette BAR1 31,2 16,2 14,13 18,49
méconnaissance de l'ampleur des effets incitatifs
n'implique cependant pas leur inexistence, elle BAR2 13,2 16,2 13,24 17,52
reflète plutôt l'inadéquation du modèle théorique(12).
27 ■




Encadré 2 : le logiciel Sysiff Effets de la décote, des minorations et du
minimum de recouvrement
Sysiff modélise les cotisations sociales et l'impôt sur le
revenu. Nous n'avons pas utilisé pour cette étude la
modélisation des prestations familiales. Sysiff modélise les
Les mécanismes de la décote, du minimum de principales caractéristiques de l'impôt français sur le revenu.
recouvrement et des minorations ont pour objectif En premier lieu, il faut appliquer les déductions au revenu net
d'atténuer les effets du barème d'imposition. La afin d'obtenir le revenu imposable.
décote et le minimum de recouvrement permettent - Déduction de 10 % pour frais professionnels sur les
d'exonérer les bas revenus. Les minorations revenus salariaux.
constituent, quant à elles, un crédit d'impôt d'autant - Déduction de 10 % pour les retraités.
plus faible que le revenu est élevé. Ces mécanismes - Abattement de 20 % pour les revenus salariaux et les sont décrits dans l'encadré 2. retraites.
La déduction totale est donc de 28 % (sauf si le plafonnement
Les graphiques 1 et 2 représentent les gains en impôts s'applique)
pour un célibataire et un couple avec deux enfants, En second lieu, on divise le revenu imposable par le nombre
procurés par ces mécanismes par rapport à de parts, calculé suivant le quotient familial (avec un
l'application du seul barème d'imposition. Du fait du coefficient de 1 pour une personne seule, 2 pour un couple,
2,5 pour un couple avec -un enfant, et 0,5 par enfant quotient familial, les effets décrits pour un célibataire
supplémentaire sauf pour le troisième enfant qui rapporte une se reproduisent à un niveau de revenu supérieur pour part entière). La déduction due au quotient est plafonnée. toutes les tailles familiales.
L'impôt est ensuite calculé à partir du barème d'imposition
pour les revenus de 1990, sur la base du revenu par part, et le Graphique 1 : gains d'impôt pour les célibataires montant résultant est ensuite multiplié par le nombre de parts. Milliers de francs
4,0
Barème d'imposition pour les revenus de 1990
Taux marginal Tranches Taux marginal Tranches
0,0 18 140 33,59 80 030
5,0 18 960 38,4 133 340
9,6 22 470 43,2 183 400
14,39 35 520 49,0 216 940
19,2 45 660 53,9 246 770
24,0 57 320 56,79
28,79 69 370
Enfin, une série d'abattements s'appliquent à l'impôt,
certains sont liés aux revenus du patrimoine, d'autres tendent
à réduire la pression sur les petits contribuables. Il s'agit de la
décote, des minorations et du seuil d'imposition. 40 40-3 45 10 15 20 25 30 35
Salaire brut par mois (milliers de francs)
La décote
Elle consiste à déduire, pour tout montant d'impôt/ inférieur Graphique 2 : gains d'impôt pour un couple avec 2 enfants à 4 820 F (pour 1991), une décote de (4 820 - /).
Milliers de francs /' = 2/-4 820
6
Les minorations 5
Elles s'appliquent à l'impôt calculé après décote :
4 Réduction Impôt après des taux Impôt après décote Début de l'imposition (1 1 000 F) minorations marginaux 3
7" = /'(0.89) 11% /'s 25 480 F
2 7" = /'(l,14)-6 370 de 11 % à 6 % 25 480 </' s 31 831 F
7" = 7' 31 830 </' s 38 201 F 6% (0.94) 1
7" = 7'(0,97)(*) 8 200 </' s 44 911 F de 6 % à 3 %
44 910</' 20 30 40 50 60 70 3%
Salaire brut par mois (milliers de francs) (*) si le revenu par part n'excède pas 322 670 F.
Les trois mécanismes manifestent pleinement leurs Le minimum d'imposition
effets jusqu'au début de l'imposition, c'est-à-dire Lorsque le montant de l'impôt après décote et minoration est lorsque le seuil d'imposition (420 F) ne s'applique inférieur à 420 F l'impôt n'est pas mis en recouvrement.
plus ; à partir d'un revenu de 5 300 F brut par mois
pour un célibataire(16) et 11 000 F pour un couple plus
28 I

I

I
I
I
1
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
I
doubler les taux marginaux dans l'intervalle de deux enfants. Ces mécanismes procurent pour ces
niveaux de revenus une économie d'impôt de près de revenus sur lequel elle fonctionne(19), jusqu'à 6 810 F
pour un célibataire et 14 670 F pour un couple plus 2 600 F par rapport à l'application du seul barème
deux. Enfin les taux marginaux subissent une légère brut. Les gains d'impôts sont ensuite décroissants
jusqu'à la fin de la décote (6 810 F brut mensuel(17) hausse pour des tranches de revenus générant un
impôt après décote se situant dans les intervalles pour un célibataire) et les variations de gains qui
[25 480 - 31 831] et [38 200 - 44 911]. En revanche, suivent sont entièrement expliquées par les
cette hausse est beaucoup plus brutale pour la minorations.
suppression de la minoration de 3 %.
S'ils permettent d'exonérer les bas revenus, et de
Naturellement, ces discontinuités ne sont diminuer pour les autres la charge d'impôt, ces
importantes que dans la mesure où des ménages se mécanismes perturbent considérablement la
situent dans les intervalles de revenus concernés. distribution des taux marginaux qui découlerait de la
seule application du barème d'imposition. En
Le tableau 2 (colonnes 1 et 2) présente la distribution particulier, le taux marginal du barème (ou taux de
des taux marginaux dans la population lorsque l'on tranche) d'un ménage qui se trouve à la limite
applique à notre échantillon de ménages le système inférieure de l'imposition n'est pas de 5 % comme
pourrait le laisser croire l'observation du barème, d'impôt en vigueur en 1991.
mais de 19,2 % pour un célibataire (voir note 17) et
On constate en premier lieu que ce ne sont pas les de 14 % pour un coupleplus deux. Les taux
marginaux réels atteignent, quant à eux, 33 % pour ménages les plus riches qui ont les taux marginaux
les plus élevés. Ceux qui ont en moyenne le revenu les célibataires, 38 % pour les couples avec deux
enfants. net le plus élevé (1,5 % de l'ensemble) ont un taux
marginal qui se situe dans l'intervalle 36 à 45 %(20).
Ils font en effet face au taux marginal maximal du Les graphiques 3 et 4 donnent le profil des taux
marginaux pour les célibataires et les couples plus barème d'imposition qui est de 56,8 %, auquel il faut
appliquer la déduction de 28 % et, éventuellement, la deux enfants, lorsque l'on fait varier le salaire brut.
Les courbes représentent ces profils des taux avec le minoration de 3 %.
système (REF) et avec un système dans lequel ces
En revanche, 0,5 % des ménages avec des revenus trois mécanismes auraient été supprimés (SDMS). Il
moyens relativement faibles ont un taux marginal est clair que les discontinuités observées sur la
supérieur à 45 %. Ces derniers subissent les première courbe (avant réforme) disparaissent
totalement lorsque l'on supprime ces mécanismes. incohérences, décrites plus haut, du système
d'imposition^21*. La suppression des trois On obtient alors un graphe en escalier qui représente
bien le barème d'imposition par tranche. Le saut de mécanismes (cf. tableau 2, SDMS) annule sans
ambiguïté ces incohérences. Les ménages qui se taux de 0 à près de 33 % sur la première courbe est
trouvaient dans les intervalles de revenus concernés dû à une combinaison de la décote et du minimum de
par les discontinuités ont vu leur taux diminuer. Seul, recouvrement. Au voisinage du niveau de revenu qui
le ménage le plus riche de la distribution, qui ne génère un impôt de 420 F, le taux marginal devrait
bénéficie plus des déductions et des minorations, (ces être infini. Cependant, du fait de la décote, pour le
mécanismes ne s 'appliquant plus au-delà d'un seuil même niveau de revenu, ce taux reste élevé mais
fini(18). La décote a, par ailleurs, la particularité de de revenu), est soumis à un taux supérieur à 45 %.
Graphique 4 : taux marginaux d'imposition Graphique 3 : taux marginaux d'imposition (sans prestations familiales) célibataires couple avec 2 enfants
60
— Taux marginal après avant réforme 50
Seuil d'imposition
40 ■■ \
30
20
Minorations
10 — Taux marginal avant la réforme (Système de référence) —après la
0 -M-I — — M — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — — I-
6,8 10 15 20 25 30 50 72,9 2,5 5 10 15 20 30 60 échelle semi-logarithmique échelle semi-logarithmique Salaire brut par mois (milliers de francs) Salaire brut par mois (milliers de francs)
29

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.