Tract OGM.pmd

De
Publié par

Une offensive généralisée pour imposer les OGM. ●Avril 2004 : l'Europe impose l'étiquetage de tout aliment contenant plus de 0,9% d'OGM mais n'impose ...

Publié le : lundi 16 avril 2012
Lecture(s) : 40
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
APPEL Le 8 novembre à 10 heures, doivent compa-raître devant le Tribunal de grande instance Une offensive généralisée pour imposer les OGM de Toulouse les 9 «faucheurs volontaires» zAvril 2004 : l’Europe impose l’étiquetage de tout aliment contenant poursuivis pour avoir participé, avec près d’un millier de personnes, au fauchage d’un champ plus de 0,9% d’OGM mais n’imposeaucun étiquetagespécifique OGM de maïs le 25 juillet 2004 à Menville pour les produits issus d’animaux nourris aux OGM. (Haute-Garonne). z2004 :levée du moratoire sur les OGM. Les ministres de MaiAlors que la majorité de l’opinion publique, l’agriculture ne parviennent pas à un accord : c’est lacommissionaussi bien en France qu’en Europe, reste op-posée à la présence d’OGM dans les ali-européennequi tranche ments, le gouvernement français poursuit son zJuin 2004 : le gouvernement autorise8 nouveaux essais en plein programme d’expérimentations en plein champde maïs génétiquement modifiés, malgré les réponses très champ. Et ce, au moment où de nouvelles majoritairement défavorables d’une consultation Internetétudes confirment les risques de contamina-tion par ces expérimentations. C’est pourquoi le procès du 8 novembre sera Pourquoi sommes-nous hostiles aux OGM en plein pour nous le procès des trusts agro-alimen-champtaires et des semenciers pour faire valoir le respect de la biodiversité, le droit des paysans Nous ne nous opposons pas à la recherche fondamentale sur les à utiliser leurs semences, et la volonté des OGM. Celle-ci doit suivre des protocoles rigoureux en milieu confiné. citoyens. Ce sera aussi le procès du Par contre nous nous opposons fermement aux cultures en pleingouvernement français. champ parceque, tout en renforçant le modèle dominant deNous appelons à participer nombreux au ras-semblement qui se tiendra devant le Palais l’agriculture intensive, de justice, place du Salin, pour exiger la relaxe zelles menacent labiodiversité des préve-nus. zelles contaminent l’environnement et notamment lescultures Bio zelles présentent des risques en terme desanté publiquePremiers signataires: Collectif toulousain contre les expérimentations 2004 d’OGM en zelles procurent à unepoignée de firmes, grâce aubrevet sur le plein champ,Alternative Midi-Pyrénées, vivant:, des droits sur les principales ressources alimentaires ATTAC, LCR, Les Verts, Partit Occitan, nouvelle dîme d’une nouvelle féodalité Confédération Paysanne, FSU, G10-Solidaires, Les Amis de la Terre, Eau Secours La résistanceet la réponse des pouvoirs publics zLes sondages montrent que70% des européens sont hostiles aux OGM: la commission européenne lève le moratoiresur les OGM zPlusieurs régions, plusieurs départements et 2000 communes se déclarentzones sans OGM: le gouvernementautorise de nouveaux essaisen plein champ zLe maire de Bax dépose unarrêté anti-OGMpour protéger ses agriculteurs bio : la cour administrative d’appel de Bordeauxsuspend cet arrêté zfirmes ne sont pas assurées pour les risques OGM Lespuisqueaucune société d’assurances n’accepte de couvrir les risques OGM: le gouvernement autorise malgré tout des essais et dégage ainsi la responsabilité de ces firmes en cas d’accident. Un telpassage en force sans aucun débat, rend légitime ladésobéissance civique:les Faucheurs Volontaires procèdent à l’arrachage de maïs OGMà Menville (25 juillet), Marsat (14 août) et Greneville en Beauce (14 août). A Solomiac (5 septembre), les gendarmes mobiles (environ 200, suréquipés) assistés par un hélicoptère, tirent sans sommation sur les manifestants des grenades lacrymogènes mais aussides grenades assourdissantes et des grenades à éclats:60 blessés(perte d’audition, tympans perforés, éclats métalliques dans la chair). A Valdivienne (24 septembre), même scénario :une quinzaine de blessés. Ainsi, le gouvernement n’hésite pas à employer la violence pour défendre les intérêts privés de quelques firmes au détriment de l’intérêt général ! Ca suffit ! Avec le soutien d’une majorité de la population, l’action continue
VENEZ NOMBREUX, SURTOUT ENTRE 12 h 30 ET 14 h Collectif anti OGM 31 : 10 bis, rue du Colonel Driant - 31400 Toulouse
En Midi-Pyrénées
„Mardi 26 octobre: dépôt de laplainte commune des blessés de SolomiacMaître M.C. Etelin auprès du par Procureur de la République d’Auch qui décide d’ouvrir une enquête. „Dimanche 7 novembre de 18h30 à 23h: concert de soutien aux Faucheurs Volontaires d’OGM, au Havana Café (Ramonville St Agne)
En dehors de Midi-Pyrénnées
ème „à Riom le mardi 14 décembre2004 à 8 heures2 procès 30devant le tribunal correctionnel. 3 inculpés pour destruction de maïs transgénique mais aussi rébellion et violence à militaire qui sont totalement contestées par les faucheurs (Marsat – 14 août 04).
ème „à Orléans le mercredi 19 janvier 2005 à 143 procès heures devantle tribunal correctionnel. 3 inculpés pour destruction de maïs transgénique (Greneville-en-Beauce – 14 août 04). „Deux autres procèslieu certainement dans les auront premiers mois de 2005, il s’agit : zdu procès des mis en examen à Avelinfauchage- Nord -de betterave transgénique à l’automne 2002 -Tribunal de Lille. zdu procès des 9 mis en examen à Guyancourt-Yvelines - fauchage de maïs transgénique en juillet 2003- Tribunal de Versailles.
Déclaration des Faucheurs Volontaires d’OGM (juillet 2004)
uand le gouvernement encourage Q les intérêts privés ou les laisse s’imposer aux dépens de tous et de la terre, Quand la loi privilégie l’intérêt parti-culier au détriment de l’intérêt général, criminalisant ceux qui, en nombre res-treint, ont osé l’enfreindre, Que reste-t-il aux citoyens responsa-bles pour que le droit redevienne la référence de régulation entre les personnes et les biens, pour que l’Etat retrouve son indépendance et soit cette instance de défense et de préservation du bien commun ? Il ne reste plus en conscience aux citoyens que d’affronter cet état de non-droit pour rétablir la justice au risque des amendes et des peines de prison possibles. Plus la conviction sera forte, plus le nombre des volontaires sera important, plus nous changerons le rapport de force. Agir à visage décou-vert et en plein jour, c’est cela notre force et notre expression démocratique pour que ce danger soit pris en compte avant qu’il ne soit trop tard. Dans l’état de nécessité actuelle où nous nous trouvons, nous n’avons plus rien à notre disposition pour que la démocratie reste une réalité. C’est l’impuissance de l’Etat et l’usage inversé de la loi qui nous font entrer en résistance pour refuser la fatalité.
ans son rapport 2004«OGM et alimentation : peut-on identifier et évaluer des bénéfices pour la santé ?», D l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) à propos d’un«riz enrichi en provitamine A par voie biotechnologique»(le riz doré) reconnaît que«l’implantation des variétés de riz contenant de la vitamine A n’est simple ni du point devue technique, agrono-mique,médical et socialni en ce qui concerne les droits de propriétéindustrielle». Dans une phrase, ilexprime la menace sur la biodiversité :de variétés«Des centaines sont exploitées pour leur adaptation aux conditions agronomiques locales ou au goût des consommateurs. Le nombre de variétés qui pourraient être enrichies en vitamine A[par des techniques OGM]ne peut être en pratique que très limité. En cas de succès, la consommation du riz doré pourrait progressivement accélérer l’abandon de variétés locales qui représentent une précieuse biodiversité». Dans une autre, il montre l’imbroglio du à la frénésie de prise de brevets :«Les droits de propriétés industrielles sont un des points clef de l’aventure. Les auteurs du projet ont pu obtenir des licences gratuitement pour les 72 brevets détenus par 30 entreprises. Encore faut-il s’assurer du fait que la liberté d’agir est acquise effectivement et que les agriculteurs auront bien le droit de cultiver le riz doré». Enfin, il montre bien que des solutions alternatives ne sont même pas envisagées tant il est important pour les firmes de disposer de semences brevetables :«Il apparaît également que les autres solutions (utilisation d’autres plantes locales naturellement riches en vitamine A, imprégnation du riz par de la vitamine A de synthèse avant sa mise sur le marché) n’ont fait l’objet ni d’une étude ni d’un financement à la hauteur des espoirs qu’elles soulèvent.» D’autres instances (Conseil d’Analyse Economique, Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques, ...) ont produit des rapports critiques vis à vis des dysfonctionnements apportés par le brevet sur le vivant. Malgré ce constat, certains pays de la communauté européenne (dont la France), subissent la pression de la commission européenne pour n’avoir pas encore traduit en droit national la directive 98/44/CE autorisant le brevetage du vivant. Sans ce vol légalisé à l’échelle planétaire et les droits exorbitants qu’il procure à ceux qui l’exploitent, on ne parlerait même pas d’OGM. Citoyens de tous horizons, nous devons nous emparer de ces évaluations pour faire valoir le droit et la raison, en exigeant que soit renégociée cette directive inique.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.