UE prof de foi.indd

Publié par

Lucien Baltzer. Suppléante : Ginette Godenir. Madame, Monsieur,. J'ai décidé de présenter ma candidature aux prochaines élections cantonales. C'est par ...

Voir plus Voir moins
Lucien
Baltzer
Suppléante :
Ginette
Godenir
Madame, Monsieur,
J’ai décidé de présenter ma candidature aux prochaines
élections cantonales. C’est par conviction mais
également avec détermination que je m’engage aux
côtés de ma suppléante, Ginette Godenir.
Avec vous, je souhaite mettre mes compétences
au service des projets de notre canton. Pour cela, je
bénéficie du soutien d’Unser Land, parti régionaliste
alsacien, indépendant et écologiste.
Fort de votre soutien et de votre confiance, je défendrai
l’intérêt général et celui de notre canton.
Lucien Baltzer
Durant son mandat - raccourci à trois ans - votre nouveau
conseiller général devra se prononcer sur la fusion des collectivités
alsaciennes et la constitution d’un pouvoir régional fort.
Le choix
qui sera fait aura des conséquences majeures sur le plan
économique et social pour les prochaines
décennies.
Aussi,
il est de mon devoir de vous en parler et de vous exposer mes
convictions.
Communes, communautés de communes, syndicats mixtes, SCOT,
départements, région, préfectures...
Qui fait quoi en Alsace ?
Personne ne le sait plus vraiment. Le système actuel est
inefficace et coûteux. Or nos impôts doivent servir l’intérêt
général et non à financer des mandats superflus,
à favoriser
le clientélisme ou à entretenir des rivalités de clocher artificielles.
La majorité des habitants du canton et des Alsaciens veulent la
fusion. Aussi, si je suis élu et fort de votre soutien, je m’engage à
œuvrer :
-
pour la suppression des départements, le renforcement du
pouvoir régional et la création d’une vraie collectivité de
proximité.
Car l’union fait la force,
-
pour la constitution d’un Parlement d’Alsace et d’un
statut particulier pour notre région,
afin que les décisions
qui concernent l’Alsace soient enfin prises en Alsace et non
à Paris. Car notre région a ses particularités - langue, droit
local, Concordat - qui sont autant de richesses à préserver et à
développer.
Notre langue régionale est un héritage précieux, un élément
central de notre culture et un formidable atout pour l’avenir.
C’est également notre fierté et un droit inaliénable. Les années
passent et nous avons entendu beaucoup de promesses de la part
des élus de tout bord.
Mais, ces mêmes élus, qu’ont-ils fait de
notre langue et de notre culture ?
Aujourd’hui, la situation est catastrophique : le nombre de
dialectophones s’effondre et à peine 7% des élèves sont scolarisés
en école bilingue, malgré une forte demande des parents. Ce
n’est pas une politique d’avenir, ce sont des soins palliatifs ! A
ce rythme, dans quelques années, notre langue régionale sera
morte. Notre région est déjà en proie à une grave crise identitaire,
qui se traduit maintenant sur le plan économique : plusieurs
milliers de chômeurs pourraient aujourd’hui trouver du travail s’ils
maitrisaient l’allemand ou l’alsacien.
L’heure est à la reconquête linguistique et aux mesures
efficaces.
Si je suis élu, je m’engage à œuvrer pour :
- officialiser la langue régionale,
au côté du français,
- généraliser le bilinguisme
de la maternelle à l’université,
- régionaliser l’enseignement public.
Les enjeux sont immenses et l’heure des choix importants
approche. Je me propose d’être votre porte-parole pour la défense
de vos intérêts et de notre Alsace.
Lucien Baltzer,
63 ans, technicien de méthodes à la retraite,
est ancien salarié de Zaegel Held à Obernai. Militant culturel
alsacien de longue date, il consacre son quotidien au service
de ses concitoyens et à la promotion de l’identité alsacienne.
Ginette Godenir,
63 ans, est commerçante à la retraite.
’s Elsass, unser Land
*
!
* L’Alsace, notre pays
10 propositions
pour notre canton
1
Créer à Obernai une technopole
spécialisée dans le secteur agro-
alimentaire
2
Soutenir les demandes des parents
pour l’ouverture de classes bilingues et
d’accueil périscolaire
3
Etendre le bilinguisme scolaire aux
communes voisines d’Obernai
4
Soutenir les troupes de théâtre alsacien
5
Rouvrir la voie ferrée Rosheim - Saint-
Nabor pour l’exploitation touristique
6
Moderniser les gares et parkings de
gares SNCF dans le canton
7
Construire des parkings de covoiturage
aux entrées d’autoroutes du canton
8
Réaliser des pistes cyclables sécurisées
9
Favoriser le maintien des terres
agricoles, vignobles et terres de culture
10
Sauvegarder les milieux naturels et les
espèces protégées
Lucien
Baltzer
Suppléante :
Ginette
Godenir
Vu le candidat - Ne pas jeter sur la voie publique - Imprimé sur papier recyclé - Siret 328 025 861 00027
’s Elsass, unser Land
*
!
* L’Alsace, notre pays
In seinem Amt – das nun auf drei Jahre verkürzt wird - soll Euer neue Regionalrat
wichtige Entscheidungen treffen: Dazu gehört der Zusammenschluss der
beiden elsässischen Départements Gebietskörperschaften und der Aufbau
einer starken regionalen Entscheidungsmacht.
Diese Entscheidungen
werden in den nächsten Jahrzehnten von grosser sozialer und
wirtschaftlicher Bedeutung sein.
Daher ist es meine Pflicht, mit Euch
darüber zu reden und Euch meine Überzeugungen darzulegen.
Gemeinde, «communautés de communes», «syndicats mixtes», «SCOT»,
Départements, Region, Präfektur... Was werden denn da für Entscheidungen
getroffen?
Wie es wirklich läuft weiss keiner!
Das aktuelle System ist
ineffizient und aufwendig. Wir zahlen aber Steuer: Die sollen dem
Gemeinwohl dienen und keine überflüssigen Ämter finanzieren,
«Clientèle» Politik fördern oder sinnlose lokale Streitereien anregen.
Die Mehrheit der Bewohner in unserem Kanton wollen den Zusammenschluss
und die Elsässer wollen ihn auch! Wenn ich gewählt werde, dann werde
ich mich mit Eurer Unterstützung engagieren:
-
für die Abschaffung der Départements, die Stärkung der regionalen
Entscheidungsinstanz und für die Schaffung einer bürgernahen
Körperschaft.
Denn Einigkeit macht stark.
-
für ein elsässisches Parlament (Landtag) und einen Sonderstatus
für das Elsass,
damit die Entscheidungen hier und nicht in Paris getroffen
werden. Denn wir wollen behalten was wir haben: unsere Sprache, unser
Lokalrecht, unser Konkordat: all dies soll bewahrt und gefördert werden.
Unsere Regionalsprache ist ein kostbares Erbe, das Herz unserer
Kultur und ein wunderbarer Trumpf für die Zukunft.
Sie ist auch unser Stolz und ein nicht entziehbares
Recht. Die Zeit vergeht
und die Politiker von allen Seiten haben uns schon manches versprochen.
Doch was haben sie bewirkt, als sie gewählt wurden?
Heute ist die Situation katastrophal:
Immer weniger Leute reden noch
Elsässisch und kaum 7% der Schüller haben zweisprachigen Unterricht,
trotz der hohen Nachfrage der Eltern. Das ist keine Zukunftspolitik,
sondern nur halbherzige Massnahmen! Wenn es so weitergeht, ist unsere
Regionalsprache in wenigen Jahren wohl ausgestorben.
Unser Elsass befindet sich in einer schlimmen Identitätskrise, die jetzt
auch wirtschaftlich schlimme Folgen mit sich zieht: Mehrere Tausende von
Arbeitslosen könnten eine Arbeit finden, wenn sie entweder Deutsch oder
Elsässisch reden würden.
Jetzt geht es darum, unsere Sprache wieder zu erobern und
effiziente Massnahmen zu treffen.
Wenn ich gewählt bin, werde ich
mich dafür einsetzen:
-
die Regionalsprache
neben dem Französischen
anerkennen zu lassen,
-
den zweisprachigen Unterricht
vom Kindergarten bis zur Uni zu
ermöglichen,
-
den staatlichen Unterricht zu regionalisieren.
Es geht um Vieles und die Stunde der Wahrheit rückt immer näher.
Ich will Euer Sprecher sein, um Eure Interessen und unser Elsass zu
verteidigen.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.