Problèmes d'Irak - article ; n°241 ; vol.43, pg 49-75

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1934 - Volume 43 - Numéro 241 - Pages 49-75
27 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1934
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins

Jacques Weulersse
Problèmes d'Irak
In: Annales de Géographie. 1934, t. 43, n°241. pp. 49-75.
Citer ce document / Cite this document :
Weulersse Jacques. Problèmes d'Irak. In: Annales de Géographie. 1934, t. 43, n°241. pp. 49-75.
doi : 10.3406/geo.1934.10386
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1934_num_43_241_1038649
PROBL MES IRAK
PL I-IV.
Le octobre 1932 Genève le Royaume Irak était reconnu
comme tat pleinement souverain et indépendant par unanimité
des 52 pays représentés Assemblée de la était le terme
une rapide évolution dont les origines ne remontent pas au delà de
la Grande guerre Comment et sur quelles bases se constitua le nouvel
tat Quel est son visage actuel et quels grands problèmes se posent
lui Tel est le sujet de cet article
En soi-même cette étude présente le singulier intérêt de permettre
de saisir le phénomène assez rare est la création un nouvel tat
ex nihilo le heurt des conceptions politiques et des réalités géogra
phiques apparaît en pleine lumière ainsi que la part respective de
homme et de la nature dans apparition de cet organisme complexe
est un tat moderne Par ailleurs le résultat de cette création est
loin être indifférent économie mondiale ce dernier-né des
tats actuels ne ressuscite-t-il pas une des plus vieilles terres de
humanité Les noms Our et de Babylone Assour et de Ninive
de Séleucie Ctésiphon et Bagdad ne sauraient laisser indifférent Et
ce grand passé est pas mort tout entier si le jeune nationalisme
irakien ne se réclame point pas encore du moins des empires de
Sumer Akad et Assyrie il se pose ouvertement en héritier des
empires arabes Son drapeau national en synthétise toutes les aspi
rations réunissant côte côte les trois couleurs traditionnelles le
vert du Prophète et des premiers khalifes le blanc des Ommayades
et le noir des Abbassides Pour la première fois depuis des siècles
depuis les triomphes des Mongols et des Turcs un prince arabe règne
sur un pays arabe est un fait dont on ne saurait sous-estimer im
portance au point de vue politique
Au point de vue économique la renaissance des routes terrestres
commence rendre Irak le grand rôle commercial intermédiaire
entre Orient et Occident qui fit longtemps sa fortune La découverte
de la route du Cap avait assuré la prédominance des voies maritimes
prédominance que ouverture du canal de Suez avait transformée
en quasi-monopole Mais dès avant la Guerre les progrès des moyens
de transport terrestres commen aient réveiller la concurrence
le Bagdad Bahn devait rouvrir une des plus antiques routes commer
ciales du globe hui si le rail est pas encore achevé auto
fait déjà la liaison entre les deux tron ons de immense ligne qui doit
unir Stamboul au golfe Persique est auto qui déjà rouvert éga-
ANN DE aZOO XLIIIe ANN 50 ANNALES DE OGRAPHIE
lement les pistes du désert de Damas Bagdad et les vieilles voies
royales qui mènent aux capitales de Iran Pour aviation enfin
Irak est obligatoire carrefour sur la route de océan Indien et de
Extrême Asie que se disputent France et Angleterre Hollande et
Allemagne Placé entre les solitudes de Arabie et le chaos des mon
tagnes iraniennes Irak tend chaque année davantage reprendre
son rôle de porte des Indes
Si on ajoute cet ensemble les ressources intrinsèques du sol et
du sous-sol et en particulier les prodigieux gisements de pétrole de la
bordure du Zagros on aper oit que le nouvel tat irakien peut déjà
ouer son jeu sur échiquier du monde
FORMATION DE IRAK
Comme la plupart des nouveaux pays nés de la Guerre Irak
dut sa résurrection une renaissance culturelle la renaissance
arabe dirigée abord contre la domination ottomane En pareille
matière il est difficile de remonter aux origines qui passent
souvent inaper ues des contemporains eux-mêmes Le mouvement
émancipation du inonde arabe est un cas très particulier il
est vrai du vaste mouvement de nationalisme qui caractérise le
xixe et le début du xx siècle Aussi bien anti-occidental dans ses
manifestations actuelles il est origines et de principes européens
Ce fut donc dans les pays arabes les plus occidentalisés il prit
naissance est-à-dire Syrie Liban et Egypte La politique de
turquification et le Pantouranisme Abdul-Hamid les mala
dresses brutales des Jeunes Turcs expliquent sa rapide extension
mais rien la Guerre ne préparait Irak jouer un rôle de pre
mier plan ni même renaître comme tat individualisé La Guerre
fut sa grande chance du jour au lendemain la Basse-Mésopotamie
devenait un des points stratégiques vitaux dans immense conflit
était la fois la porte des pétroles de Anglo-Persian et la porte
des Indes De là son occupation immédiate par les Anglais prise de
Bassorah novembre 1914 Au même moment la défense du canal de
Suez et de Egypte passait au premier plan des préoccupations bri
tanniques Ainsi aux deux extrémités du démesuré champ de ba
taille de Afrique au golfe Persigue les deux points vitaux Suez et
la Basse-Mésopotamie étaient sous influence arabe il fallait avant
tout la tourner contre les Turcs de là la politique anglaise qui allait
faire de la révolte arabe une réalité accords de 1916 avec le
chérif Hussein de la Mecque La domination arabe refoulée jus
alors par les Turcs jusque dans les parages les plus sauvages de
Arabie va connaître une soudaine extension travers plaines et
steppes aux grandes montagnes de Asie Mineure Iran toutes i
i
ч.
-
4-0 4-4- Djoulamerk 4-a
jfrjEBCLSINOJAR
*
v
irkou
bou Ke m
aq marra I
Hiť DJEBELT
DJEBEL AN
32
/914 m 5 -~ 1
6 HI II Koweït
7 - — 3 >i • ш
100 200 1 Km.
E.Gr. 52 ANNALES DE GÉOGRAPHIE
les premières « colonies militaires » fondées en territoires conquis,
rappelaient les plus glorieux souvenirs de la conquête, et Bagdad
symbolisait l'âge d'or de la civilisation arabe. Mais sous quelle forme
le passé allait-il renaître ? Les premiers accords interalliés, loin de
prévoir un État irakien, divisaient son actuel territoire en trois
zones (accord Sykes-Picot, 16 mai 1916) : le Sud, la Basse-Mésopot
amie, c'est-à-dire le réel Irak, était accordé à l'Angleterre; tout le
Nord, comprenant une partie de la Djeziré et du Kurdistan, était
réservé pour être le domaine d'un ou de plusieurs États arabes, la
partie méridionale sous l'influence britannique (zone B), la septen
trionale avec Mossoul sous française A) (fig. 1).
Les événements en allaient décider autrement ; la chute de Damas
(1er octobre 1918) entraînait l'effondrement de Tannée turque de
Mésopotamie ; Kirkouk, puis Mossoul étaient occupés par les troupes
anglaises, dont l'occupation s'étendait jusqu'au Sindjar et aux monts
du Kurdistan. Peu à peu et comme inconsciemment le nouvel État
prenait forme ; la renonciation de la France au vilayet de Mossoul
(1920), la remise du mandat sur l'Irak à l'Angleterre (1920) lui don
naient une première consécration internationale.
Mais, à cette date, l'État irakien était encore une pure virtualité ;
qu'on se représente un pays déjà lamentablement pauvre auparavant,
ruiné encore par la famine et la guerre ; toute autorité abolie, la
révolte et le banditisme régnant en maîtres ; dans le Sud, les tribus de
l'Eupbrate tenant ouvertement la campagne, coupant les routes et
démolissant la voie ferrée ; dans le Nord, les Kurdes, éternels révoltés,
maîtres de toute la région montagneuse ; dans les villes, et surtout à
Bagdad, cœur politique du pays, une agitation violente contre l'occu
pation militaire anglaise. Dans ce débordement d'anarchie, un seul
point solide, « le nationalisme arabe », c'est-à-dire une infime minor
ité urbaine. C'est sur elle, pourtant, que les Anglais allaient s'a
ppuyer pour construire le nouvel État ; dès novembre 1920, un gou
vernement provisoire était proclamé, sous la présidence du Naqib de
Bagdad, gouvernement qui cédait bientôt la place à l'émir Fayçal,
proclamé roi d'Irak le 23 août 1921. Dès l'année suivante le statut du
pays était réglé par un traité d'alliance entre Angleterre et Irak,
traité qui ouvrait la série des accords menant à la pleine indépen
dance (traité d'octobre 1922; protocole de 1923; nouveaux traités
de 1926 et 1927 ; traité final de 1930).
L'Irak présentait alors la singulière image d'un pays qui avait un
centre, mais pas de limites. A l'Est seulement subsistait la frontière
persane, le nouvel État succédant simplement à l'Empire ottoman.
Mais partout ailleurs on ne pouvait se baser sur aucun précédent. Les
contrées elles-mêmes, désert d'Arabie, steppes de Djeziré, montagnes
du Kurdistan, n'offraient aucun accident topographique majeur, ANNALES DE OGRAPHIE 241 TOME XLIII PL
LE ICrRE CTESIPIION AU MILIEU AVRIL
Lu ve est fin crue rnîiis ;i pas atl.fint sun maximum PIatiludc absolue dc la plaine
didiciilt le irria adon loin l<iin ardiny-oasis alinicntos par pompage mécanique
ROUTE DE KIRKOUK SOULEYMANI
Premiers chaînons du Zagros plis réguliers affleurant en longues murailles parallèles
Paysage âpre hostile et désolé
Clichés êè1 MES IRAK 53 PROBL
capable de imposer comme limite politique par sa seule valeur
état des populations semblait devoir opposer également toute
démarcation rigide Bédouins des plaines ou Kurdes des montagnes
également étrangers toute notion tat ne demandaient pro
fiter de anarchie et leur nomadisme apparaissait réfractaire la con
ception même une frontière Aussi les nouvelles délimitations
établirent-elles sans tenir compte de la géographie physique ou
humaine ce furent de simples lignes politiques résultant de la puis
sance expansion respective diplomatique ou militaire de cha
cun des nouveaux tats issus du partage de Empire ottoman nés
chacun un centre lointain Bagdad pour Irak Damas pour la
Syrie Jérusalem pour la Palestine-Transjordanie Riyad pour le
royaume Wahabite tous essayent de se gonfler le plus possible de
étendre travers les étendues du désert de Syrie ou des steppes de
Djeziré leur contact des lignes égale pression vraies isobares
politiques établirent que les diplomates transformèrent en fron
tières souvent au plus grand dam des populations nomades dont on
brisait les traditionnels cadres existence
Vers le Sud le problème était particulièrement difficile le jeune
tat arabe Irak se heurtait là en effet un tat plus nettement
arabe encore et plus nationaliste que lui-même le royaume wahabite
Ibn Séoud appuyant sur un puissant et profond mouvement de
réforme religieuse le wahabisme et sur orgueil de race ce
prince tendait refaire ce que on avait pas vu depuis Mahomet
Arabie unifiée sous un chef arabe La situation politique générale
rappelait ailleurs par certains côtés celle du temps de Hégire la
Grande guerre avait ruiné et appauvri les grands empires du Nord
comme la lutte entre Perse et Byzance avait épuisé ces deux empires
tandis que dans les deux cas les princes arabes au service des puis
sances rivales étaient enrichis or et armes Dès 1921 Ibn Séoud
en emparant du Djebel Chemmar entre en contact direct et en con
flit avec Irak qui accueille sur son territoire les tribus vaincues
au même moment les tribus irakiennes du Sud de Euphrate et jus
au Muntafiq penchaient vers le Nejd ouvrant Irak tous les
rezzous wahabites 1922 Le tout jeune royaume de Fay al peine
constitué semblait menacé du sort funeste qui allait accabler celui de
son frère aîné Ali chute du royaume Hachemite du Hedjaz et con
quête des villes saintes par Ibn Séoud 1924-1925 Les autos blindées
et les avions des Anglais ne furent pas indifférents son maintien
Finalement la frontière fut délimitée du Djebel Tenf au Djebel Anézé
et de là au territoire du Koweit principauté arabe sous la tutelle an
glaise les droits de chaque tat furent affirmés non pas abord sur
tel ou tel territoire mais sur telle ou telle tribu le principe de allé
geance personnelle rempla ait celui de la possession territoriale En 54 ANNALES DE OGRAPHIE
même temps pour éviter les querelles venir deux zones neutres
vrais no landff étaient créées au Sud et Ouest du Koweit
1922-1923)
Ouest la situation fut abord réglée entre les deux gouver
nements arabes de Bagdad et de Damas cette dernière ville était
encore sous autorité de Fay al 1920 La France après son occu
pation de intérieur ratifia en principe la frontière qui allait du Djebel
Tenf au Tigre par Abou Kemal sur Euphrate Mais il fallut plusieurs
années pour transformer cette ligne qui sauf Abou Kemal ne
touche aucun point de vie sédentaire en autre chose un pur
tracé sur la carte de nombreuses conférences franco-anglaises et
syro-irakiennes furent nécessaires pour régler les questions de
pâturage et de migration sans parler de toutes les affaires de rez-
zous et contre-rezzous qui constituaient depuis deux siècles essen
tiel de la vie des tribus du Hämad et de la Djeziré Seule au Nord
attribution du Sindjar provoqua une longue controverse qui ne fut
réglée que ces derniers mois après enquête et décision de la
novembre 1932 Premier chaînon avancé des plissements du Kur
distan le Djebel Sindjar qui élève près de 500 au-
dessus des mornes solitudes de la Djeziré constitue grâce ses
sources le premier foyer de vie sédentaire de toute la région de là
son importance stratégique qui lui fait commander toute la plaine
fertile de Haute-Djeziré la région du Bec de Canard de Kamechlié-
Nisibin au Tigre Le fait il était habité presque exclusivement par
une population minoritaire la secte des Yezidis ou adorateurs du
diable lui prêtait en outre un certain attrait sentimental et poli
tique sans parler des possibilités de gisements pétrolifères affirmés
par certains accord actuel et définitif laisse entièrement Irak
le massif montagneux contre certaines modifications de la frontière
au Nord et au Sud accord de novembre 1932)
Restait le problème essentiel celui des frontières septentrio
nales était pour Irak une question de vie ou de mort Le réveil
national turc le pla ait là en effet dans la même dangereuse situation
que expansion wahabite au Sud les tribus montagnardes du Zagros
et du Kurdistan étaient revendiquées par le nouvel tat Angora
de même que les tribus bédouines du Sud risquaient être attirées
par le nouvel tat bédouin Ibn Séoud Pris entre deux nationa
lismes agressifs le royaume Irak était menacé de disparaître peine
né privé du vilayet de Mossoul au Nord des tribus du bas Euphrate
au Sud le royaume de Bagdad ne pouvait plus être une caricature
tat
Si on se place au point de vue du droit des populations les deux
tats Irak et Turquie avaient sur le vilayet de Mossoul les mêmes
droits ou plus exactement la même inexistence de droits la majeure DE OGRAPHIE 241 TOME XLIII PL IL ANNALES
MAR YAKOUB PRES DE DOHOK
Les premières chaînes lornbant pic sur l;i plaine Ln liaut auche au piud du couvent
villa chrétien presque invisible parmi les roches Rôle de joué par Ici mont
VILLAGE CHR TIEN DE MAR YAKOUB PRES DE DOHOK
Type des villages du Kurdistan Maisons très rroupées par suite de exig uïté du terrain
disponible et pour des raisons de défense pais murs de pierre toits en terrasses débordantes
formés un épais matelas de broussailles recouvert de terre mêlée de paille hachée que on
dame et roule après chaque pluie pour la rendre imperméable
Clichés

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.