Du « mirage bactrien » aux réalités archéologiques : nouvelles fouilles de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) à Bactres (2004-2005) - article ; n°2 ; vol.150, pg 1175-1248

De
Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres - Année 2006 - Volume 150 - Numéro 2 - Pages 1175-1248
74 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 2006
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 74
Voir plus Voir moins
COMMUNICATION
DU « MIRAGE BACTRIEN » AUX RÉALITÉS ARCHÉOLOGIQUES : NOUVELLES FOUILLES DE LA DÉLÉGATION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE EN AFGHANISTAN (DAFA) À BACTRES (2004-2005)*, PAR MM. PAUL BERNARD, MEMBRE DE L’ACADÉMIE, ROLAND BESENVAL ET PHILIPPE MARQUIS
I. Historique des recherches à Bactres, par Roland Besenval 1. BACTRES ET LA CRÉATION DE LADAFA Balkh, « Mère des villes »… La fascination des milieux savants occidentaux à l’évocation de Bactres avait suscité de grands espoirs lors de l’ouverture de l’Afghanistan aux archéologues français. La création de la DAFA en 1922 devait enfin permettre les recherches sur le site mythique de Bactres (fig. 1). L’Avesta, les textes achéménides, grecs, romains, chinois, arabes, persans, tous se référaient à Bactres et à la Bactriane, « Balkh la Belle, Balkh Mère des villes » comme l’appelaient les géographes arabes et persans. La ville devait encore receler, pensait-on, les vestiges de la présence grecque, de la capitale bactrienne d’Alexandre le Grand. Une mission archéologique à Bactres, restée inaccessible aux chercheurs, ne pouvait pas décevoir le monde scientifique.
* Nous remercions très vivement le ministère des Affaires étrangères et la Commission consultative des Fouilles qui ont financé ces travaux ainsi que les donateurs du mécénat privé (Fondation S. et C. del Duca, Musée Guimet-Fondation Bugshen) et l’ONG ACTED, qui ont très généreusement contribué à la réussite des différentes opérations conduites par la DAFA. Nous avons toujours pu compter sur la compréhension et l’aide des autorités afghanes, tant à Caboul où l’Institut afghan d’Archéologie est notre interlocateur direct, que dans les provinces où nous travaillons, notamment celle de Mazar-i Sharif. Plusieurs col-laborateurs de l’Institut afghan d’Archéologie nous ont efficacement assistés sur les diffé-rents chantiers de fouilles. On verra, tout au long de l’exposé, la part prise par les différents membres de l’équipe française : sans leurs compétences et leur dévouement, les résultats que nous présentons n’auraient pas été aussi satisfaisants. Enfin à Paris, au Centre d’Ar -chéologie de l’École normale supérieure, Fr. Ory, de l’UMR 8645 C.N.R.S.-École normale supérieure, s’est chargé de la mise au point du dossier des illustrations : nous lui sommes reconnaissants de sa précieuse collaboration.
1176COMPTES RENDUS DE L’ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS 2. LES PROGRAMMES DE LADAFAÀBACTRES Premier programme : les travaux d’A. Foucher Sous la forte pression de Paris, le premier directeur de la DAFA, Alfred Foucher, plus concerné par le monde bouddhique du Gandhara et la région de Caboul, reçoit l’ordre de concentrer les travaux de la DAFA sur le site de Bactres. Il y fait un séjour de 18 mois, de janvier 1924 à juillet 1925, dans des conditions par-ticulièrement éprouvantes. Sa grande déception devant le résultat des recherches conduites se retrouve tout au long de la corres-pondance qu’il fait parvenir à Paris1. Sur les trois grands chantiers que Foucher avait prévus, seuls les deux premiers furent réalisés, en 1924, austupade Top-e Rostam et, en 1925, à la citadelle du Bala Hissar. Le troisième, prévu à Tepe Zargaran, et qui aurait eu plus de chances de mettre au jour les vestiges tant recherchés par lui de l’occupation de la Bactriane par les colons grecs, fut annulé par manque de temps. L’immense désarroi d’A. Foucher devant les résultats négatifs de son exténuante campagne, dus en partie à son manque d’expé-rience de l’archéologie de terrain qu’il n’avait jamais pratiquée auparavant, fut exacerbé par les espérances dont il était le porteur : l’image du « mirage bactrien » dont il pensait avoir été victime à son corps défendant s’installait pour une quarantaine d’années. Deuxième programme : les travaux de D. Schlumberger Après la réouverture de la DAFA en 1945 par D. Schlum-berger, deux campagnes de sondages furent conduites à Bactres en 1947. Cinquante-neuf puits carrés de 1,50 m de côté sont alors creusés dans 4 secteurs de la ville. À Tepe Zargaran, parallèlement à la conduite du creusement de puits carrés, deux sondages stratigraphiques, E 1 et E 2 furent pla-nifiés. Le sondage E 1 est mené à son terme et le sondage E 2, com-mencé, n’est pas poursuivi en raison de problèmes de santé qui affectent le fouilleur, MmeGeneviève Casal, ainsi que de l’arrivée des rigueurs de l’hiver. De plus, une partie de la documentation scientifique a été perdue en 1948 à Karachi et à Paris en 19522.
1. FOUCHERrenvoyons à l’Appendice situé en fin de communication pour1942. Nous les références bibliographiques. 2. SCHLUMBERGERdans GARDIN1957, p. 11.
FOUILLES DE LA DAFA À BACTRES (AFGHANISTAN)
1177
FIG. 1. général de Bactres avec l’emplacement des chantiers 2002-2005. – Plan
La publication des trouvailles faites à Bactres durant la mission de 1947 fut assurée par J.-C. Gardin en 19573. L’étude du modeste matériel, essentiellement céramique, collecté dans les sondages-puits, en dehors de tout contexte stratigraphique, a fourni les premiers indices, certes discrets, de l’occupation pré-kouchane à Bactres (période Balkh I de J.-C. Gardin).
Troisième programme : Marc Le Berre et André Maricq Enfin, en 1955-1956, une étude des remparts, accompagnée de quelques sondages limités par le manque de moyens, est réalisée
3. GARDIN1957.
1178COMPTES RENDUS DE L’ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS par Marc Le Berre et André Maricq4. Mais aucune opération ne fut prévue pour la reconnaissance de l’occupation ancienne de Bactres lors de cette mission. Il faut noter la conduite d’un sondage par R. Young, de l’Université de Pennsylvanie, sur le rempart sud-ouest de Bactres en 19535. L’espoir Au début des années 1960, la découverte de la ville grecque d’Aï Khanoum6, en Bactriane orientale, commence de révéler l’inanité de la notion de « mirage bactrien » construite par Foucher pour justifier l’absence de trouvailles grecques dans sa fouille de Bactres et montre que ce « mirage bactrien » cache en fait des réalités archéologiques de grande ampleur. Mais cette ville, irremplaçable par la conservation à fleur de sol du site urbain dans toute son extension, qui rendait possibles des études d’ensemble, était, malgré tout, une fondation grecque excentrée et ne pouvait apporter les informations que l’on était en droit d’attendre d’une capitale comme Bactres. 3. LES DÉCOUVERTES DE MAI2002 En mai 2002, suite à des informations plus qu’imprécises, et après plusieurs jours de prospection à la périphérie de la ville médiévale, nous trouvions dans la cour d’un bâtiment jouxtant le site de Tepe Zargaran des éléments architecturaux typiquement grecs (bases de colonnes [voir fig. 18], bases de pilastre, chapi-teaux corinthiens [voir fig. 16], ioniques [voir fig. 17], tambour, etc.)7. La maison était celle du commandant local avec lequel nous entamâmes de longues négociations pour en savoir plus sur le lieu de provenance de ces éléments architecturaux. Il nous fallut un certain temps pour apprendre qu’ils provenaient d’un pillage mené près de dix ans auparavant dans la partie nord du site. Des tunnels et des puits avaient été creusés jusqu’à une pro-fondeur que nous estimions à 4-5 m sous le niveau de la plaine actuelle (fig. 2 et 3).
4. DAGENS-LEBERRE-SCHLUMBERGER1964. 5. YOUNG1955. 6. Aï Khanoum avait été visité en 1926 par Jules Barthoux lors d’une prospection en Bactriane. Il avait envisagé alors de conduire des fouilles sur cette ville qu’il interprétait comme « persépolitaine » : TARZI1998. 7. BERNARD-JARRIGE-BESENVAL2002.
OFIULLSE DE LA ADFA À BACTRES A(GFAHINTSAN)
1179
FIG. 2 – Surface du Tépé Zargaran bouleversée par les fouilles clandestines.
FIG – Tépé. 3 Zargaran. Chantier 6. Tunnel creusé par les fouilleurs clandestins.
1180COMPTES RENDUS DE L’ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
FIGde Tépé Zargaran construite par la DAFA. du village  – L’école. 4
Une seconde mission en juin 2002 permettait la découverte, toujours au Tepe Zargaran, d’une grande section de mur apparte-nant à un important bâtiment de la période kouchane ancienne et qui s’est avéré, après les travaux de 2004, être unstupadaté de la fin duIersiècle de notre ère (cf. ci-après p. 1217-1229). Les négociations avec le commandant pour assurer la protec-tion du site et la possibilité d’y travailler ont commencé dès 2002. Les travaux archéologiques débutèrent donc en 2004 à Tepe Zar-garan avec un financement de la commission des fouilles, de la DAFA et de notre mécénat. Les villageois de Baq-e Oraq, où se trouve la maison du commandant, et des villages environnants souhaitaient, pour sceller cette « collaboration » concernant la protection du site, la construction d’une école de 600 places pour garçons et filles (fig. 4). Notre accord fut annoncé par le mollah de la mosquée de Baq-e Oraq qui demanda l’arrêt des pillages lors du prêche du vendredi. Grâce à la générosité de notre mécénat (Musée Guimet-Fondation Bugshen) et après avoir surmonté de nom-breuses difficultés administratives propres à l’Afghanistan, l’école fut inaugurée en avril 2006.
FOUILLES DE LA DAFA À BACTRES (AFGHANISTAN)1181 II. Le programme de la mission Bactriane et les résultats des opérations 2004-2005, par Roland Besenval et Philippe Marquis INTRODUCTION(R. Besenval) Avant de présenter les premiers résultats de notre programme pour l’étude de Bactres et de sa région, il nous semble indispen-sable de rappeler quelques considérations énoncées en mars 1955 par D. Schlumberger dans son introduction à la publication du matériel céramique par J.-C. Gardin : « L’exploration de Bactres n’est jamais sortie du stade des recherches préliminaires. Ce grand site attend encore ses fouilleurs. C’est que les difficultés sont extrêmes. Elles ne tiennent pas seule-ment à l’extraordinaire étendue du champ de décombres et à la pré-sence de l’eau dans les couches de base, mais bien plus encore à l’épaisseur considérable des couches tardives. (…) Or, bien des sites de l’Afghanistan sont exempts de ces inconvénients. (…) Il est donc naturel que les fouilleurs soient enclins à considérer de tels sites comme des objectifs plus propices. (…) Faut-il en conclure de là qu’une grande fouille soit impraticable à Bactres, qu’elle n’offre pas d’espoirs raisonnables d’aboutir, que le pessimisme de Foucher soit justifié ? Je ne le pense en aucune façon. Bien au contraire je crois qu’une telle fouille donnerait presque nécessairement des résultats très importants. Il y faudrait assurément une installation suffisante, un matériel considérable, un personnel spécialisé nombreux, bref des moyens financiers exceptionnels. Mais elle me paraît si indispensable qu’un jour ou l’autre, je pense, les fonds se trouveront pour cette grande entreprise. »8 Constat d’une étonnante justesse, annonce prémonitoire du potentiel archéologique de Bactres ! Il est effectivement absolument indispensable de prévoir un programme de grande envergure pour l’étude de Bactres et de son arrière-pays, et de s’y tenir, un programme à long terme embrassant largement le site et sa région, sous tous ses aspects et avec une patience à la hauteur de son immensité. Bactres, sans conteste, est un site particulièrement difficile à exploiter, Foucher
8. SCHLUMBERGERdans GARDIN1957, p. 13. La notice de Fr. Grenet dansEncyclo-paedia IranicaIII/6s. v.« Balk/VI ». Monuments of Balk(1999), résume utilement ce que l’on sait des monuments de Bactres avant la reprise des fouilles de la DAFA.
1182COMPTES RENDUS DE L’ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS en avait fait la cruelle expérience. Mais les temps ont changé et les moyens d’approche se sont diversifiés. Tout d’abord il faut établir la chronologie de son peuplement ancien, non seulement hellénistique, qui n’est en fait qu’un excel-lent prétexte pour y revenir, mais également celui de toutes les autres périodes : pré-achéménide, achéménide, grecque, kou-chane, sassanide kouchano-sassanide et hephtalite, islamique ancienne. Puis comprendre l’organisation de la ville et de sa périphérie, comprendre ses fortifications qui narguent encore les exigences chronologiques de l’historien et de l’archéologue. Enfin comprendre comment a fonctionné et a évolué le poumon extérieur de la ville c’est-à-dire l’exploitation de l’eau du Balkhab et de son arrière-pays nourricier. C’est un programme ambitieux, certes, mais le seul envisa-geable pour l’immense Bactres. Ce sera à la DAFA et la Mission française de Bactriane de trouver les moyens de ses ambitions. La mission de Bactres est financée par la Commission des Fouilles du M.A.E. (par le biais de la Mission archéologique fran-çaise en Bactriane d’Afghanistan), par les crédits propres de la DAFA et de son fonds de mécénat (Musée Guimet-Fondation Bugshen). Le prix de la Fondation Del Duca attribué à la DAFA en 2006 contribuera également au développement de nos opéra-tions. Enfin, la DAFA, durant toutes ces années, a reçu le support inconditionnel de l’O.N.G. française ACTED et notre pro-gramme Bactres n’y fait pas exception. La priorité de nos travaux conduits en 2004, 2005 et 2006 est bien évidemment allée tout d’abord vers le site de Tepe Zargaran afin d’enregistrer les découvertes faites lors des pillages et d’étu-dier leur contexte archéologique (cf. ci-après p. 1184-1206). La responsabilité de ce programme a été confiée à Philippe Marquis. Mais il était également indispensable de ne pas se cantonner au Tepe Zargaran pour se tourner vers « l’extraordinaire étendue du champ de décombres » dont parlait D. Schlumberger. Une explo-ration du Bala Hissar nous a conduits, en 2004, à la découverte de l’occupation de Bactres à la période achéménide et donc à y ouvrir un chantier en 2005-2006 (cf. ci-après p. 1184). Régler le problème historique des extraordinaires fortifications de Balkh était également un programme prioritaire qui fut amorcé en 2005 sous la responsabilité de Pascal Mongne (cf. ci-après p. 1207-
FOUILLES DE LA DAFA À BACTRES (AFGHANISTAN)1183 1216). Les études de Bactres à la période islamique ancienne profite de la participation soutenue de Chahryar Adle à notre programme. La mission de Bactres a le privilège de bénéficier, à Bactres et à Paris, de la collaboration de Paul Bernard, membre de l’Institut, ancien directeur de la DAFA et des fouilles archéologiques à Aï Khanoum ; son expérience du terrain et sa connaissance exceptionnelle de la Bactriane antique sont un soutien unique dans cette entreprise. La restitution du paysage de l’ancienne Bactres représentera le deuxième volet de notre programme. L’étude de l’évolution géo-morphologique et de l’hydrologie de la plaine de Bactres sera conduite par Eric Fouache (Université de Paris XII) et son équipe ; l’établissement d’un S.I.G. (Système d’information géo-graphique) sera piloté par Gourguen Davtian (C.N.R.S.). Ces deux opérations, fondamentales pour la compréhension de l’évo-lution du peuplement ancien de la région, commenceront au prin-temps 2007. Enfin il faut rappeler la prise en charge par la DAFA de l’étude et du sauvetage de la mosquée d’Hadji Piada, ou Noh Gombad, qui se trouve au sud de Bactres. Daté par son décor de la première moitié duIXesiècle, ce bâtiment exceptionnel est non seulement la plus ancienne mosquée d’Afghanistan mais égale-ment l’un des plus anciens bâtiments du monde islamique conservé dans son aspect d’origine. 1. LES DÉCOUVERTES AUBALAHISSAR(ACROPOLE)DEBACTRES: LOCCUPATION ACHÉMÉNIDE(R. Besenval) (fig. 5 à 7) La Bactriane, conquise par Cyrus Le Grand, figure dans la liste des satrapies achéménides citées par Darius dans les inscriptions de Bisutun. De nombreux sites datant de cette période parsèment la plaine au nord de Balkh9mais aucune attestation d’une occu-pation de cette période n’avait été trouvée sur le site même. En 2004, l’étude des coupes du secteur sud du Bala Hissar, secteur entamé par la progression de la ville, nous a conduits à l’identification de niveaux archéologiques qui ont fourni un matériel céramique typique de cette période en Asie Centrale
9. BALL1982 p. 374 et carte 60 p. 476.
1184COMPTES RENDUS DE L’ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS (fig. 5)10. Lors des campagnes de l’automne 2005 et 2006, un sondage a été ouvert et a permis d’atteindre ces niveaux (fig. 6). Un important assemblage céramique très caractéristique de cette période en Asie Centrale a été collecté dans la stratigraphie étudiée (fig. 7). Les vestiges d’architecture, dégagés, pour l’instant, sur une petite surface, ont permis d’identifier les briques rectangulaires caractéristiques de l’architecture achéménide. La surface de ce sondage devra être élargie pour appréhender d’une manière plus cohérente les vestiges architecturaux. 2. LES TRAVAUX AUTEPEZARGARAN(Ph. Marquis) (fig. 8 à 35) Le Tepe Zargaran est situé à environ 1 km à l’est du centre de la ville de Bactres (fig. 1). Il est coupé par l’ancienne piste condui-sant de Bactres à Mazar-i Sharif. La partie du site implantée au sud de cette route est la plus importante et la mieux conservée. C’est elle qui avait fait l’objet de la campagne 2004. Elle a une longueur d’environ 590 m, une largeur maximale de 330 m, sa partie la plus élevée se trouvant à 7 m au dessus du niveau moyen de la plaine. À son extrémité ouest elle est limitée par la piste reliant l’an-cienne route de Mazar-i Sharif à la route actuelle et cela jusqu’au village de Bagh-e Oraq dont les premières maisons marquent l’angle sud-ouest de la zone archéologique. Ailleurs le Tepe Zargaran est limité par des zones de cultures qui entament petit à petit letepelui-même. Un canal d’irrigation et un bief alimentant un moulin le coupent en deux parties d’in-égale importance11. Letepeest intégré au système de fortifications entourant le site et dont des parties encore bien conservées sont visibles à une cen-taine de mètres plus au nord. La partie est dutepecorrespondant elle-même à une portion de la muraille.
10. Ce chantier a été dirigé par notre regretté camarade Rémi Marichal, décédé depuis, terrassé par une maladie foudroyante. lant1i1q.ueC eB caactnraol,s cqoumi mpoer ttoeus les autrne s Âdaen sl el an polami npee,ressat na ltirmèse nétvéo cpaatre lau rr idvie èrDeadhe-BĀasersts«eL,c au Moye g dix moulins » :Hudūd ‘Āl-Alam, paragraphe 6/24 (p. 73) ;Encyclopaedia IranicaIII/6,s.v. « Balkab » etinfran. 18.
FOUILLES DE LA DAFA À BACTRES (AFGHANISTAN)
1185
FIG Hissar. Vue générale du bord sud de l’acropole. La flèche indique. 5 – Bala l’emplacement du chantier sur les couches achéménides.
FIG. 6 Hissar. Sondage. Couches d’occupations de l’époque achéménide – Bala avec cendres et, plus bas, briques.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Philippes - article ; n°2 ; vol.103, pg 619-631

de BULLETIN_DE_CORRESPONDANCE_HELLENIQUE

Thasos - article ; n°2 ; vol.118, pg 447-464

de BULLETIN_DE_CORRESPONDANCE_HELLENIQUE

Thasos - article ; n°2 ; vol.106, pg 653-677

de BULLETIN_DE_CORRESPONDANCE_HELLENIQUE

Les Heures du Maréchal de Boucicaut - article ; n°2 ; vol.137, pg 505-517

de COMPTES-RENDUS_DES_SEANCES_DE_L-ACADEMIE_DES_INSCRIPTIONS_ET_BELLES-LETTRES

Les fouilles sous-marines du phare d'Alexandrie

de COMPTES-RENDUS_DES_SEANCES_DE_L-ACADEMIE_DES_INSCRIPTIONS_ET_BELLES-LETTRES

Thot, le dieu qui vole des offrandes et qui trouble le cours du temps - article ; n°3 ; vol.114, pg 547-556

de COMPTES-RENDUS_DES_SEANCES_DE_L-ACADEMIE_DES_INSCRIPTIONS_ET_BELLES-LETTRES

suivant