Dossier de presse (PDF ; 1,0 Mo) - Centre Pompidou

Publié par

Dossier de presse (PDF ; 1,0 Mo) - Centre Pompidou

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 529
Nombre de pages : 38
Voir plus Voir moins
DIRECTION DE LA COMMUNICATION
DOSSIER DE PRESSE
LDEUSPPROÉM,E1S9S5E0S-2010 ASS UNE HISTOIRE DISCONTINUE DE L'ART DANS L'EX-EUROPE DE L'EST 14 AVRIL - 19 JUILLET 2010
LES PROMESSES DU PASSÉ
ESDUMESSSPROSELERPSEREEDSOISDELEDNUTINSDART'ARUE-XE'LE'LEDEPOÉ,19PASS010U50-2TSIOENIHCSNOERIDESD+CEPA531ST14AVRIL-19JUILEL2T10G0LAREEIUS
PAGE 3 PAGE 6 PAGE 8 PAGE 9 PAGE 11 PAGE 12 PAGE 23 PAGE 29 PAGE 34
1. COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2. AUTOUR DE L’EXPOSITION 3. PLAN DE L’EXPOSITION 4. PRÉSENTATION PAR CHRISTINE MACEL ET JOANNA MYTKOWSKA 5. PUBLICATION 6. BIOGRAPHIES DES ARTISTES 7. LISTE DES ŒUVRES EXPOSÉES 8. VISUELS POUR LA PRESSE 9. INFORMATIONS PRATIQUES
SOMMAIRE
Direction de la communication 75191 Paris cedex 04 directrice Françoise Pams téléphone 00 33 (0)1 44 78 49 08 attaché de presse Sébastien Gravier téléphone 00 33 (0)1 44 78 48 56 télécopie 00 33 (0)1 44 78 13 40 mél sebastien.gravier@centrepompidou.fr www.centrepompidou.fr commissaires Christine Macel conservatrice, chef du service création contemporaine et prospective Joanna Mytkowska directrice du musée d’art moderne de Varsovie commissaire associée pour l’Espace 315 Sources, archives, documents, films Nataša Petrešin-Bachelez chargé de mission Micha Schischke
3
25 janvier 2010
Direction de la communication 75191 Paris cedex 04 directrice Françoise Pams téléphone 00 33 (0)1 44 78 49 08 attaché de presse Sébastien Gravier téléphone 00 33 (0)1 44 78 48 56 télécopie 00 33 (0)1 44 78 13 40 mél sebastien.gravier@centrepompidou.fr www.centrepompidou.fr commissaires Christine Macel conservatrice, chef du service création contemporaine et prospective Joanna Mytkowska directrice du musée d’art moderne de Varsovie commissaire associée pour l’Espace 315 Sources, archives, documents, films Nataša Petrešin-Bachelez chargé de mission Micha Schischke Neša Paripovi´ c, Photographie du tournage du film NP77, © Goranka Mati´ c, Courtesy de l’artiste et Musée d’art contemporain de Belgrade. Le film NP77 fait partie de la collection du Centre Pompidou, Paris
COMMUNIQUÉ DE PRESSE LES PROMESSES DU PASSÉ, 1950-2010 UNE HISTOIRE DISCONTINUE DE L'ART DANS L'EX-EUROPE DE L'EST 14 AVRIL - 19 JUILLET 2010 GALERIE SUD + ESPACE 315
D’avril à juillet 2010, le Centre Pompidou présenteLes Promesses du passé, une exposition transnationale et transgénérationnelle qui propose les œuvres de cinquante artistes issus, pour beaucoup d’entre eux, d’Europe centrale et orientale. Le titre de l’exposition reprend l’expression du philosophe allemand Walter Benjamin (1892–1840) analysant l’Histoire comme une suite d’événements discontinus. Ce phénomène est particulièrement flagrant dans l’histoire des pays de l’Est de l’Europe.
Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, cette exposition interroge l’ancienne opposition européenne Est/Ouest en revisitant l’histoire des pays du bloc communiste. D’une part, le Centre Pompidou souhaite révéler au public des artistes peu connus en France, qui ont marqué, par leur travail artistique et leurs thématiques, leur pays d’origine. D’autre part, cette exposition explique l’influence notoire des figures tutélaires d’Europe centrale et orientale sur la jeune génération d’artistes internationaux.
4
En effet, de nombreux artistes contemporains, issus ou non des anciens pays de l’Est, ont repris les pratiques propres aux courants artistiques de cette partie de l’Europe et ont été largement inspirés par les mouvements et les thématiques qui y ont été développés – les performances discrètes de Roman Ondák étant par exemple très proches de celles effectuées par Július Koller et Jiří Kovanda dans les années 1970. De nombreux artistes de la scène artistique contemporaine ont su aussi réinterpréter l’héritage architectural de l’époque communiste tel David Maljkovićqui insuffle une nouvelle vie aux bâtiments de Vojin Bakić, ou encore Cyprien Gaillard qui documente l’état actuel de ces vestiges architecturaux. L’exposition met en exergue le travail d’artistes parmi les plus emblématiques de l’ancienne Europe de l’Est en soulignant leur influence sur la scène artistique internationale.Yfigurent,entreautres,desartistesdéjàconfirméstelsSanjaIvekovic´,DimitrijeBašicˇevic´ Mangelos ou Edward Krasinski, mais aussi des personnalités que le public français découvrira. ´ 160 œuvres d’art, toutes disciplines confondues, sont exposées dans la Galerie Sud du Centre Pompidou dans une scénographie originale de Monika Sosnowska (Pologne). Dans l’Espace 315, une installation exceptionnelle de Tobias Putrih (Slovénie) permet de présenter des documents d’archives relatifs à l’ancienne Europe de l’Est. Y seront également exposées des archives retraçant les échanges artistiques entre Paris et l’Europe de l’Est ainsi que des films d’artistes et des documentaires sur leurs performances. Le parcours de cette exposition s’articule autour de sept thèmes principaux : « Au-delà des utopies modernistes » ; « Fantasmes de totalité » ; « Anti-art » ; « Geste micropolitique – geste poétique » ; « Féminin – féministe » ; « Espace public – espace privé » ; «l’Utopie revisitée». L’exposition s’attache également à remettre en cause la notion même d’histoire de l’art entendue comme linéaire et continue, telle qu’elle a été envisagée à l’époque moderne, en mettant l’accent sur la notion de discontinuité. Le catalogue of the past / PromisesLes Promesses du passé, sous la direction de Christine Macel, Joanna Mytkowska et Nataša Petrešin-Bachelez, est édité aux Éditions du Centre Pompidou. Ànoter:lorsduvernissage,le13avril,JirˇíKovanda,réaliserauneperformanceenlienaveclespace et les thématiques de l’exposition.
Cette exposition a bénéficié du soutien de
En partenariat média avec
AMBASSADE DE SLOV NIE EN FRANCE
5
LISTE DES ARTISTES EXPOSITION GALERIE SUD Monika Sosnowska Marina AbramovićCyprien Gaillard Koller Július Paweł Althamer Liam Gillick Jiří Kovanda Vojin BakićDominique Gonzalez- Edward Krasiński Yael Bartana Foerster David Maljković Mária Bartuszová Gorgona Mangelos Cezary Bodzianowski Tomislav Gotovac Ciprian Mureşan Mircea Cantor Ion Grigorescu Roman Ondák Attila CsörgőTibor Hajas Neša Paripović Tacita Dean Alban Hajdinaj Ewa Partum Thea Djordjadze Carsten Höller Dan Perjovschi Braco DimitrijevićSanja IvekovićMarjetica Potrč Olafur Eliasson Julije Knifer Dimitri Prigov Miklós Erdély Daniel Knorr Edi Rama
SOURCES, ARCHIVES, DOCUMENTS, FILMS ESPACE 315 Tobias Putrih Irwin, Deimantas Narkevičius
Anri Sala Kateřina Šedá Gentian Shkurti Bálint Szombathy Mladen Stilinović Alina Szapocznikow Tamás Szentjóby Rirkrit Tiravanija Endre Tót Goran Trbuljak Alexander Ugay
ARCHIVES Biennale de Paris, Pierre Restany, Galerie des Locataires (Daniel Buren, André Cadere), Galerie 39
PROGRAMMES FILMS ET VIDÉO Marina Abramović Tót Endre Paci Adrian KwiekIrwin Paweł Lutz Becker Šelja Kamerić ParipoviJan Wojciechowski NešaćGoran Trbuljak Tomislav Gotovac Julije Knifer Laibach Ewa Partum Želimir Žilnik Ion Grigorescu Milan Knížák Dalibor Martinis Renata Poljak Tibor Hajas Zofia Kulik Dóra Maurer Tamás Szentjóby Sanja Iveković OHOPrzemysław Kwiek Todosijevi Rašać
6
2. AUTOUR DE L’EXPOSITION DISCUSSIONS ET CONFÉRENCES EDI RAMAetANRI SALA: TIRANA-TRANSFORMER LA VILLE PAR L’ART 14 avril à 19h30petite salle BRANKA STIPANČIĆ:ANTI-ART 22 avril à 19h30auditorium de l’espace 315 GROUPE WHWetANA JANEVSKI: L’AVENIR DE L’INSTITUTION ARTISTIQUE DANS L’ANCIENNE EUROPE DE L’EST 28 avril à 19h30auditorium de l’espace 315 BOJANA PEJIĆetSANJA IVEKOVIĆ: LE FÉMINISME DE L’AVANT-GARDE EST-EUROPÉENNE 12 mai à 19h30auditorium de l’es 315 pace VÍT HAVRANEK: ESPACE PUBLIC – ESPACE PRIVÉ EN EUROPE DE L’EST ET AU-DELÀ 20 mai à 19h30auditorium de l’espace 315 ANKA PTASZKOWSKA,MICHEL CLAURAetDANIEL BUREN: LA GALERIE 1-36 26 mai à 19h30auditorium de l’espace 315 SVETLANA BOYM: UNE MISE EN SCÈNE DE L’HISTOIRE SUR UN SCÉNARIO SEMI-MODERNE 3 juin à 19h30petite salle IDA BIARD, GORAN TRBULJAKetGUY TORTOSA: LA GALERIE DES LOCATAIRES 10 juin à 19h30auditorium de l’espace 315 PIOTR PIOTROWSKI: DU TOURNANT SPATIAL – OU UNE HISTOIRE HORIZONTALE DE L’ART 17 juin à 19h30petite salle ALINAŞERBANetTOMÁŠ POSPISZYL: AU-DELÀ DU RÉEL, UNE CERTAINE TENDANCE TRANSCENDANTALE DANS L’ART DE L’ANCIENNE EUROPE DE L’EST 1erjuillet à 19h30auditorium de l’espace 315 ZDENKA BADOVINACetNATAŠA PETREŠIN-BACHELEZLES ARCHIVES ET LE DOCUMENTS DANS L’EXPOSITION: 7 juillet à 19h30auditorium de l’espace 315
PROGRAMME PROSPECTIF CINÉMA RENATA POLJAK: cette vidéaste et photographe croate construit son travail autour des notions de mémoire et d’identité, de l’influence que ces notions peuvent avoir sur les actions humaines et sur les conséquences de leur perte. 29 avril à 20hcinéma 1 ŠEJLA KAMERIĆ: jeune artiste bosniaque, Šejla Kamerićdénonce les préjugés larvés et la violence sous-jacente dans les rapports sociaux, dans ses travaux vidéos et photographiques. 27 mai à 20hcinéma 1 ADRIAN PACI: ce jeune artiste albanais vivant en Italie appréhende notamment l’exil et le déracinement dans ses travaux vidéos, fortement empreints de l’esthétique qu’il a héritée de sa formation de peintre 24 juin à 20hcinéma 1
7
PROGRAMME FILM 9 JUIN Ion Grigorescu:Mimer,1976, 8 mm 1’08’’, n/b, sans son,Masculin et Féminin,1976, 8 mm 12’51’’, n/b, sans son,Dialogue avec Ceauşescu,1980, 8 mm, 7’53’’, n/b, sans son,Pustiul [Désert],1982, 8 mm, 9 55’’, couleur son,Pamantul [Enfants],1976, 8 mm, 14’50’’, n/b, sans son Ewa Partum:Active Poetry (Poésie active), 1971-1973, 8 mm, 5’45’’, n/b, sans son 16 JUIN avec l’artiste et Jan Verwoert Tamás Szentjóby:Az Ebéd (in memoriam Batu Kán) – [Le Déjeuner (in memoriam, Bathu Khan)],1966, 8 mm, 8’, n/b, sans son, 3 X 8 ≠ 24, 1973, 8 mm, 3’, n/b, sans son,Kentaur [Centaure]1974, 16 mm, 39’, n/b, son 23 JUIN OHO (Naško Križnar),Nadstavba [Superstructure], 1963, 8 mm, 1’55’’, n/b, sans son,Triglav,1968, 8 mm, 4’12’’, n/b, sans son,Novi Sad II,1969, 8 mm, 5’11’’, n/b, sans son,Beli ljudje [Gens blancs],1970, 35 mm, 10’40’’, n/b, son Dóra Maurer,Mouvements Spontanés Appris,1973, 16 mm, 11’, n/b, son,Idömérés [Timin],1973-1980, 16 mm, 10’, n/b, sans son Tomislav Gotovac,Pravac (Stevens Duke) [Ligne Droite (Stevens Duke)],1964, 16 mm, 7’21 , n/b, son, ’’ Kružnica (JutkevićCount) [Cercle (Jutkevi Count)], 1964, 16 mm, 9’11’’, n/b, son,Prije Podne jednog fauna [L’avant-midi d’un faune],1963, 16 mm, 8’19’’, n/b, son Želimir Žilnik,Crni film [Film noir],1971, 16 mm, 14’, n/b, son 30 JUIN Neša Paripović,NP75,1975, 8 mm, 24’40’’, couleur, sans son Zofia Kulik, Przemysław Kwiek, Paweł Kwiek, Jan Wojciechowski,Gra na twarzy aktorki [Jeu sur le visage de l’actrice],1971, 35 mm, 2’40’’, couleur, sans son Raša TodosijeviĆ,Was ist Kunst, Marinela Koželj ? [Qu’est-ce que l’art, Marinela Koželj ?],1978, vidéo, 16’19’’, couleur, son Milan Knížák,Material Events [Évènements matériels], 1977, 16 mm, 6’05’’, couleur, son
8
3.
PLA
N
DE
L’E
XP
OSI
TION
9
4. PRÉSENTATION PAR CHRISTINE MACEL ET JOANNA MYTKOWSKA En 2005, Joanna Mytkowska a répondu à mon invitation à venir collaborer avec elle à l’exposition «Au Centre Pompidou» dédiée à Paweł Althamer dans l’Espace 315. Ce travail en commun a activé notre désir de poursuivre notre dialogue autour d’une recherche et d’une action commune. «Au Centre Pompidou» dépassait déjà les frontières en invitant divers jeunes artistes d’horizons différents à réaliser une œuvre collective fondée sur l’enseignement dont Althamer avait hérité de son professeur Grzegorz Kowalski à Varsovie, «père spirituel» peu connu des Européens. Ainsi germa l’idée de remonter un peu plus loin dans le temps, jusqu’à l’émergence de nombreux jeunes artistes après la chute du mur de Berlin.
Une fois notre équipe constituée au Centre Pompidou, grâce à l’engagement d’Alfred Pacquement, directeur du musée, nous avons contribué à développer les acquisitions. D’une part, nous avons acquis des œuvres d’artistes émergents après la chute du mur comme Paweł Althamer, Monika Sosnowska, Anri Sala, Dan Perjovschi, Wilhelm Sasnal, Maja Bajevićou encore Roman Ondák et d’autre part, avec ; les conservateurs du musée, des figures majeures de l’ancienne Europe de l’Est qui étaient absentes descollectionscommeAlinaSzapocznikow,JiˇriKovanda,RašaTodosijevic´,NešaParipovi´c,JúliusKoller, SanjaIvekovic´,etc.
Parallèlement à cette démarche muséale, nous avons pensé développer un projet d’exposition axé autour de plusieurs désirs. Le premier était celui, à la suite de l’exposition «Au Centre Pompidou» dans l’Espace 315, d’explorer l’héritage transmis à certains jeunes artistes par des figures tutélaires comme Július Koller, Gorgona, ou Edward Krasiński et d’en écrire une histoire. Le titre de l’exposition a été inspiré parlederniertextedeWalterBenjaminSurleconceptdhistoire,écritauprintemps1940,alorsque le philosophe se trouve profondément déçu par la signature du pacte germano-soviétique de 1939. Remettant en cause le concept de continuum culturel, Benjamin affirme que le passé «réclame une rédemption » et qu’il faut « brosser à contresens le poil trop luisant de l’histoire ». Elle n’apparaît plus comme un enchaînement de cause à effet linéaire, mais formée d’arabesques et d’entrelacs. Il s’agit d’actualiser l’oublié. Cette démarche d’actualisation visible chez les jeunes artistes incombe également à l’historien de l’art. La notion même d’histoire de l’art se trouve aujourd’hui profondément remise en cause par l’émergence d’une vision discontinue de l’histoire, ainsi que l’a conceptualisé Manuel deLandadansAThousandYearsofNonlinearHistory.Cettephilosophiedelhistoire,àlasuitedelÉcole desannalesetdestravauxdeDeleuzeetGuattari,postulequetouteslesstructures,delanatureàlart en passant par les institutions, sont le résultat de processus historiques, non pas linéaires le long d’une échelle du progrès mais plutôt sur le mode de la bifurcation et de la discontinuité – selon des principes proches des sciences physiques.
Le second désir était de poser la question: qu’est-ce qu’un art de l’Europe de l’Est, à l’heure où ce concept tombe en désuétude, à l’aube d’un nouveau monde commun où ces divisions européennes Est/Ouest ont cessé d’exister, presque vingt ans après la chute du mur de Berlin, et alors que se construit une nouvelle Europe, dite aujourd’hui occidentale et orientale ? Il nous paraissait clair que la notion d’État-Nation impliquant une approche géographique de l’art était dépassée par l’émergence d’un «empire » mondial postcolonial qui devait donc envisager, surtout pour les plus jeunes artistes, diverses origines au-delà des pays de l’ancien bloc de l’Est. C’est la raison pour laquelle nous avons invité des artistes héritiers de pratiques des années 1950 à 1970 qui ne sont pas originaires de l’ancienne Europe de l’Est comme Cyprien Gaillard, Tacita Dean ou encore Yael Bartana.
Ce projet d’exposition a été possible grâce à la mise en place d’un réseau des différents acteurs indispensables de chacun des pays visités. Certains artistes, comme Anri Sala et Mircea Cantor, ont été
10
de précieuses sources d’informations, et nous leur adressons notre vive reconnaissance. Nous ne pourrons également assez remercier tous les commissaires d’exposition et historiens d’art qui nous ont aidés dansnosrecherchesetnosvisites:BrankaStipancˇic´,AnaDevic´dugroupeWHW,ZdenkaBadovinac, Ana Janevski, Piotr Piotrowski, Tomáš Pospiszyl, Vít Havránek, Boris Ondreička, Vlad Beskid, Lívia Páldi, JuliaKlaniczay,BarnabásBencsik,DejanSretenovi´c,ZoranErić, Zoran Pantelić, Suzana Milevska, Hristina Ivanoska, Edi Muka, Edi Hila, Erzen Shkololli, Anka Ptaszkowska, AlinaŞerban, Attila Tordai-S, et Walter Seidl.
Aujourd’hui, ce projet occupe la Galerie sud et l’Espace 315, reliés en une seule exposition présentant deux volets, dont la muséographie a été confiée à deux artistes. C’est d’abord l’œuvre éminemment utopique duSlovaqueStanoFilkoBreathing-Celebrationofair(1970)quiaccueillelevisiteurdansleforumcomme un souvenir du moment utopique de la fin des années 1960. D’une part, Monika Sosnowska a réalisé une sculpture architecture pour accueillir l exposition que nous avons conçue en Galerie sud et d’autre part nous avons choisi Tobias Putrih comme auteur d’un espace dévolu aux sources, documents, films et conférences dans l’Espace 315. Nataša Petrešin-Bachelez a été invitée à concevoir le contenu curatorial de l’Espace 315, à travers des sources et des programmations de films. En effet, les pratiques documentaires, liées aux archives et à des activités comme le Mail Art, sont particulièrement riches dans les années 1960 et 1970 dans de nombreux pays d’Europe de l’Est, de même que la pratique d’un cinéma souvent qualifié d’anti-film. Les programmes du Prospectif cinéma et de Film enrichiront ces programmations avec des projections spéciales en salle de Renata Poljak,Šejla Kamerić, Adrian Paci ainsi que d’artistes fondateurs comme Tomislav Gotovac, OHO et Raša Todosijević. Nous avons également conçu avec les Revues parlées du Centre un programme de conférences invitant un certain nombre de personnalités dont les recherches et le discours nous ont constamment inspirés parmi lesquels de nombreux commissaires rencontrés au cours de nos recherches, ainsi que Slavoj Žižek, EdiRama,TamásSzentjóby,DanielBuren,BojanaPeji´c,SanjaIvekovi´c,SvetlanaBoym,IdaBiardet Bálint Szombathy.
Nos plus vifs remerciements s’adressent aux artistes qui nous ont passionnés autant par la qualité de leur œuvre que par leur profond engagement envers leur pratique. En particulier ceux avec lesquels se sont développé des commandes ou des projets de performances spécifiques, comme Monika Sosnowska, Tobias Putrih, Daniel Knorr et Jiří Kovanda. C’est à eux tous, des disparus aux contemporains, telle une promesse que nous voulions tenir envers le passé, que cette exposition est dédiée.
11
Direction des Éditions press contact Évelyne Poret telephone + 33 (0)1 44 78 15 98 e-mail evelyne.poret@ centrepompidou.fr
5. PUBLICATION
Le catalogue de l’exposition:
Direction d’ouvrage :Christine Macel, Nataša Petrešin-Bachelez Nombre de pages:256 Broché Format:22 x 28 cm Images:environ 200, couleur Prix de vente:44,90 euros bilingue (français-anglais)
Vingt ans après la chute du mur de Berlin, à l’heure où la notion d’état nation impliquant une approche géographique de l’art s’avère périmée, «Les Promesses du passé » souhaite interroger l’ancienne opposition européenne Est/Ouest en revisitant ce qui a été l’histoire des pays du bloc communiste. Le catalogue s’ouvre sur des essais approfondis d’historiens de l’art rendant compte de ce regard neuf porté sur l’art de ces périodes et sur ses résonances actuelles. Les 40 artistes historiques et contemporains sont ensuite présentés par une notice originale augmentée de reprises de textes sur leur travail et d’une riche iconographie. L’Espace 315, réunissant les sources, les archives et les documents contextualisant les œuvres exposées, est également développé dans cet ouvrage. Le catalogue contient pour finir une anthologie exigeante de textes d’historiens contemporains. Ce catalogue a été conçu comme un reflet de ces diverses démarches avec notamment pour la première fois traduits en français de nombreux textes de référence dont beaucoup d’auteurs déjà cités ainsi que Jan Verwoert, Elena Filipovic, le regretté Igor Zabel, Dieter Roelstrate et Luiza Nader.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.