Bizerte et sa région - article ; n°188 ; vol.34, pg 133-145

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1925 - Volume 34 - Numéro 188 - Pages 133-145
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1925
Lecture(s) : 54
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

A. Bonniard
Bizerte et sa région
In: Annales de Géographie. 1925, t. 34, n°188. pp. 133-145.
Citer ce document / Cite this document :
Bonniard A. Bizerte et sa région. In: Annales de Géographie. 1925, t. 34, n°188. pp. 133-145.
doi : 10.3406/geo.1925.8167
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1925_num_34_188_8167ET SA GION BIZERTE
Entre les hautes terres pluvieuses du Tell septentrional qui bordent
le bassin occidental de la Méditerranée et les basses plaines du Sahel
qui font face au bassin oriental étend tout autour du golfe de
Tunis une région intermédiaire où se fondent les caractères des deux
fa ades maritimes de la Tunisie1
examen cette région offre des différences assez accusées Au Sud
vers le cap Bon et autour de Tunis la pauvreté des précipitations qui
atteignent pas toujours 400mm. rend la -culture des céréales assez
aléatoire pour que homme ait songé assurer des revenus plus régu
liers en plantant des oliviers millions de pieds et depuis occupa
tion fran aise de la vigne 20500ha. soit les 5/6 du vignoble tunisien
Au Nord de la basse Medjerda les pluies plus abondantes de 480
600 mm. suffisent presque toujours pour faire pousser les céréales dans
les grasses plaines humides les pâturages entretiennent de nombreux
troupeaux de gros bétail Les oliviers 472000 pieds et la vigne
1000 ha. se raréfient cependant les cultures arbustives et maraî
chères sont en honneur est la région de Bizerte la Saflourah des
auteurs arabes
Quand on considère cette pelile région sur une carte de Tunisie on
ne peut manquer être frappé par importance de sa situation Placée
au sommet de angle que la Berberle enfonce comme un coin dans la
Méditerranée elle fait face au détroit de Sicile un.des passages les plus
fréquentés du globe Des lacs véritablea golfes marins la pénètrent
profondément un eux est devenu par la volonté fran aise un port
magnifique le meilleur de notre Afrique du Nord
La région que nous nous proposons étudier étend ainsi entre la
Mogodie et le pays de Tunis Vers Ouest ses limites assez précises
sont marquées par les chaînes gréseuses des Mogods pays de chênes-
lièges et de pâturages et plus au Sud par les plateaux élevés des Hedill
et.du Béjaoua Du côté Sud ladelimitation est moins nette là ouvre
entre la Saftourah et la capitale une large plaine où coule la Medjerda
inférieure Ce bas pays humide terre élection pour les céréales où
olivier et la vigne ne sont que très faiblement représentés rappelle la
Oa pourra suivre cet exposé sur la carte au 200000 publiée par lé SKRVICR
OOHAPHIQUB DR ARMER feuille Bizer(e) dont UQ extrait été donné par les
Annales de Géographie la suite de article du Cap MAUMBN Biserle et on
nouvenuport IV 1894-1S93 464-479 En se reportant cet article écrit au len
demain de achèvemeut des travaux du port ou se rendra compte des progrès
accomplis depuis trente ans dans cette région Note de la Rédaction] ANNALES DE GÉOGRAPHIE 134
plaine de Mateur. La partie située au Nord du fleuve fut rattachée de
tout temps à lajSaftourah. Ce sera d'ailleurs le seul point où les limites
géographiques de notre région coïncideront avec les frontières administ
ratives ; vers l'Ouest, le contrôle de Bizerte s'étend bien au delà de
noire cadre, sur les Hedill, les Mogods et les Neîzas, régions qui diffè
rent profondčment\de la nôtre à[tous les poinls de vue.
La région ainsi] délimitée a une superficie d'environ 1500 km 2. Les
2, 5 de son étendue ont une altitude inférieure à 20 m., les 3/5 ont moins
de 50 m., et les parties qui dépassent 200 m. couvrent à peine 50 km2.
L'altitude moyenne, inférieure à 40 m . , beaucoup plus faible que celle
du Tell septentrional, ne peut être comparée qu'à celle des plaines bor-
dières de la côte orientale.
Ainsi délimitée, la région de Bizerte comprend deux zones très
basses, lajplaine de la basse Medjerda et la plaine des lacs, séparées
par une chaîne de collines d'une altitude maximum de 415 m., au
Djebel Kechabta, qui se terminent au Nord par les deux promontoires
du Ras Zebid et de Porto Farina. Dans leur partie centrale, ces collines
s'abaissent jusqu'à un seuil qui ne dépasse pas 57 m. C'est là que passe
la route qui va de Bizerte à Tunis. Elles s'interrompent au Sud-Est,
dans la plaine de Mateur, que prolonge la vallée de l'oued Tine et celle
de son affluent l'oued Chair, qu'emprunte la voie ferrée de Bizerte à
Tunis par Mateur. Les communications, de part et d'autre de cette
chaîne de collines, sont donc partout faciles. Ainsi s'explique que la
partie Nord de la plaine de la Medjerda ait toujours été considérée
comme faisant partie de la Saftourah.
La plaine des lacs forme une ellipse de 40 km. de long, étranglée en
son milieu*. Chacune des moitiés de l'ellipse est occupée par une nappe
d'eau : lac de Bizerte au Nord, garaat Achkel au Sud. Le lac de Bizerte
(120 km2), grâce à son goulet, bel estuaire de 7 km. de long sur 1000 à
1500 m. de large, est un véritable golfe marin dont les eaux ont la même
salure, le même niveau, et sont soumises aux mêmes marées que la
mer voisine. La garaat Achkel (80 km2), comme son nom l'indique
(garaat, marais), n'est qu'un marécage dont la profondeur moyenne
ne dépasse pas un mètre. Elle communique avec le lac de Bizerte par
l'oued Tindja, fossé sinueux de pente nulle, dont le courant change de
direction avec le niveau des eaux de la garaat.
Il convient d'ajouter que ces lacs sont un habitat d'élection pour le
poisson, qui y trouve des eaux tranquilles et une nourriture abondanle.
Le lac de Bizerte possède presque toutes les espèces de la mer voisine ;
dans la garaat pullulent certaines espèces qui s'accommodent de la
composition variable de ses eaux. De tout temps, la richesse ichthyolo-
gique des lacs a frappé les voyageurs qui parlent du poisson de Bizerte
comme du blé de Béja et des oliviers du Sahel. A certaines époques de BIZERTE ET SA GION 135
année quand les poissons sortaient pour gagner la haute mer toute la-
population était sur pied pour faire sa moisson
Le lac de Bizerte la fois port et vivier naturel donc toujours-
été pour sa population littorale et en particulier pour celle de Dizerle
une importance considérable Autrefois il était un champ nourricier
hui il est avant tout un grand port Cette transformation capi
tale toute récente profondément inuué comme nous le verrons suy
la physionomie de la région
LA FORMATION DE LA GION LE RELIEF
La dépression des lacs existait déjà la du Miocène Sahélien)-
Elle formait alors un golfe marin communiquant avec un autre golfe-
allongé qui occupait la basse vallée actuelle de la Medjerda Entre ces
deux golfes émergeait une île correspondant au petit massif du Djebel
Kechabta Plus au Nord une autre terre émergée étendait au delà du
rivage actuel probablement au banc des Esquerquis La plaine-
dé Mateur était émergée
Au Pliocène la dépression est exondée Mais au Quaternaire lat
mer pénètre de nouveau Il est possible de déterminer extension
maxima de cette invasion marine tout au moins autour du lac de
Bizerte où elle laissé de larges plates-formes Le lac avait alors deux
entrées de part et autre des petites collines de Menze Djemil et de
Menzel Abd er Rahmanc qui occupent la petite île Est du
goulet actuel En arrière la plaine de Mateur formait une seconde nappe
eau communiquant avec la première par un détroit de km de large
au milieu duquel élevait îlot de Sidi-Yahia Au centre du golfe se
dressait dans axe même de la dépression la puissante arête du DjeLel
Achkel masse de calcaire dolomitique âge secondaire qui domine
de ses 508 toute la région basse
Depuis alluvionnement transformé profondément le dessin de
ancien rivage réduisant le golfe de Mateur au quart de son étendue
bordant le lac de Bizerte une ceinture de plaines Cet alluvionnement
se continue de nos jours dans toute la région de la basse Medjerda en
même temps que ensablement du littoral
Mais lagaraat sert de bassin de décantation pour le lac de Bizerle
Pour la partie géologique de cette étude/nous devons beaucoup Mr Soi
ONA ingénieur-géologue la DIHECTION NF.HALK DES TRAVAUX PUBLICS Tunis
chargé sous la direction de TKRMIER de dresser la carte géologique de la
Tunisie al 200000 Il bien voulu nous communiquer la minule non encore
parne de la feuille de Bizerte Cette carte été publiée depuis la rédaction de
cet article
Mr -F GAUTIER dans sa Structure de Algérie Paris 1900 bien montré
le caractère particulier de que présentent le goulet et le lac 11 est intéres
sant de remarquer que est la seule région de la Berberle orientale où la mer
ait ainej pénétré ANNALES DE OGRAPHIE 136
Ce lac qui re oit les eaux un bassin de 2700 km2 le plus vaste de la
Tunisie du Nord après celui de la Medjerda ne recueille directement
que les apports terrigènes une petite surface de 500 km Encore les
tributaires qui les lui apportent en déposent-ils une partie dans les
Sebkhas plaines marécageuses de leurs basses vallées ils inondent
en hiver En admettant que les deux nappes eau se soient étendues
avec la même profondeur sur les parties actuellement recouvertes par
les alluvions la garaat devait avoir une surface et par conséquent un
volume double de ceux du lac hui les eaux de la garaat ont
plus que le 1/10 de la masse des eaux du lac Ce dernier se trouve
ainsi dans des conditions exceptionnelles qui ne se retrouvent nulle
part ailleurs sur les côtes de la Berberle Le golfe marin que sa forme
et sa situation destinaient un comblement rapide en est heureusement
préservé par existence de la garaat Achkel son collecteur alluvions
Le goulet le lac et la garaat constituent donc un système complet dans
lequel chaque élément joue un rôle essentiel
Tous ces apports continuent sous nos veux Dans la plaine de
Mateur ils ont rattaché la terre ferme îlot du Djebel Achkel Ancien
golfe exondé comme la région des lacs la plaine de la basse Medjerda
formait aune époque récente une plate-forme de Quaternaire marin
queleueuve affouillée déblayée en partie puis recouverte alluvions
ne respectant que quelques lambeaux qui sont hui des buttes-
témoins de la dernière invasion marine el Mablouha Koudiat
Touha Toute la partie située Est de la route actuelle de Bizerle
Tunis été colmatée dansles temps historiques depuis les peûtes du
Djebel Ahmar et du Djebel Naheli au Sud la lagune de Porto
Farina au Nord Le déplacement en éventail du lit du fleuve un côté
autre du vaste golfe produit un alluvionnement rapide mais plus
irrégulier moins parfait que celui de la plaine des lacs
Les régions de collines qui encadrent la dépression des lacs corres
pondent des plis dirigés SO-NE comme les lignes générales dû reliei
du haut Tell et du Tell septentrional Ils sont coupés normalement pai
la ligne de rivage mais il est possible de suivre leur prolongement sous
la mer Des hauts-fonds de moins de 25 jalonnent anlicliual Djebel
Nadour-île de Pillau au Nord de Porlo Farina Le pli du cap Lebib se
continue nettement par île Cani île des Chiens de la carte et le banc
des Esquerquis véritable voûte sous-marine dont extrémité NE
100 km de la côte est peine recouverte par les eaux marines écueil
Keith tonds de 7m 13m.)
Aces plis correspondent des chaînons dont les couches souvent
très redressées donnent au relief une allure jeune en dépit de son alti
tude médiocre Le démantèlement de la voûte primitive vient encore
parfois compliquer ce relief Ainsi anticlinal de Messlem-Kebir
Ouest de Bizerte correspond en réalité une dépression marneuse BIZERTE ET SA GION 137
entre deux crêtes inégale altitude Le Djebel Nadour qui domine Porto
Farina ne représente que la partie méridionale de anticlinal originel
le versant Nord jalonné par le Tartass et île Pillau étant presque
totalement effondré Les rides rarement continues présentent des
abaissements ou des interruptions brusques déterminées par des failles
Ainsi les chaînons de Est de Mateur Djebel Berna Djebel Chegaga
sont tronqués par une faille Nord-Sud qui donné naissance la
dépression Ces plis ne se retrouvent au Sud-Ouest de Mateur Leur
direction est jalonnée dans la plaine par les deux petits pointements de
Ràs-el-Aïn et de Mateur Les synclinaux apparaissent fragmentés comme
les anticlinaux -Il en est qui oni été morcelés en compartiments par
des chaînons obliques parfois même normaux par rapport la direc
tion générale du plissement Il en résulte que les vallées sont rarement
alignées suivant celte direction Les principaux oueds coupent les chat
nous pour se diriger vers la côte Nord les lacs ou la Medjerda de telle
sorte que leurs vallées se décomposent en petits bassins successifs
Cette architecture compliquée caractérise le paysagedea cantons mon-
tueux Ceùx-cî avec leurs courts chaînons leurs compartiments isolés
leurs contrastes de relief accusés par érosion donnent une impression
de diversité qui oppose uniformité des régions basses vastes
étendues plaies et nues sans autres accidents que les points-blancs
des fermes et quelques bouquets eucalyptus sillonnées par les oneds
dont les tranchées profondes sont invisibles dans le paysage
Le dessin général du relief se retrouve sur la côte Entre le Rasï-el
Koran et le Ras-Sidi-Ali-el-Mekki les caps rocheux alternent avec les
baies en croissant résultat normal de abrasion marine Mais
exception de la rade de Bizerte ceséchancrures encombrées de bancs
rocheux mal protégées contre les vents dû Nord-Ouest ne sont que de
médiocres refuges Et ce littoral est pour les trois quarts bordé de
dunes* Les sables poussés par les vents dominants Ouest et du Nord*
Ouest montent assaut des djebels calcaires envahissant le fond
des baies pénétrant parfois dans intérieur dès terres 10 km
du rivage mena ant toujours de nouveaux cantons Ce sont ces dunes
qui ont empêché eu dehors de Bizerte la formation de petits ports de
cabotage et de pêche et de toute agglomération littorale et qui dans un
pays éminemment maritime ont détourné homme de la mer1
LE CLIMAT
La situation de Bizerte angle NE de la Tunisie entr les deux
bassins méditerranéens et approximativement au centre des aires cycïo-
Les villages de Metline Ras el Djebel Raf-Raf situés km du rivage
vivent exclusivement de agriculture Seuls de toute la région les centres de
Bizerte et de Porto Farina possèdent de barques de pèche Ce dernier eit én
dehors de la région des dune 138 ANNALES DE OGRAPälE
nales formées par le golfe de Gênes la haute Adriatique la mer
Ionienne le golfe de Gabes et le Sahara fait que les courants aériens
sont fréquents et puissants Bizerte la réputation être le pays du
vent la vérité une journée de calme complet est fort rare
Les vents dominants sont ceux du N0 et de ils soufflent en-
moyenne deux jours sur trois et en hiver ils prédominent presque
sans interruption Ce sont eux qui apportent la pluie au Tell apro
avoir franchi dans sa plus grande largeur le bassin occidental de la
Méditerranée Mais les vents du NE et de qui déversent des
pluies torrentielles sur le Sahel arrosent parfois la région de Bizerte
pendant la saison sèche de mai octobre et en novembre Les
vents des secteurs vents desséchants qui régnent sur la steppe et
infiltrent travers la Dorsale tunisienne jusque dans la région de
Tunis où ils soufflent encore 120 jours par an arrivent plus difficile
ment Bizerte protégé par les reliefs au de la Medjerda
La violence du vent influe profondément sur la vie végétale dans
les endroits insuffisamment abrités les arbres fruitiers souffrent
beaucoup les figuiers de Raf-Raf au lieu de élever étalent en
reposant leurs branches sur le sol les oliviers de Bizerte abritent tant
bien que mal sur le versant oriental des chaînons calcaires Ce sont les
vents du N0 nous avons vu qui poussent les sables le long du
littoral et parfois vers intérieur Enfin les vents du et du NE
heureusement rares mais très violents rendent intenable le mouillage
en rade
En Tunisie la tranche de pluie re ue par les régions littorales
décroît de la frontière algérienne au golfe de Gabes La moyenne
annuelle de Bizerle 586 mm. vient loin derrière celle de Khroumirie
Aïn-Draham 1500 mm Tabarka 1050 mm. elle est inférieure
la moyenne du Tell septentrional Mogods 800mm.) maiselle est
franchement supérieure celle de Tunis 410 mm. et du cap Bon 420mm
En tout cas la tranche eau qui tombe Bizerte est toujours suffisante
pour faire pousser les récoltes
ailleurs ce qui importe est moins la quantité totale annuelle que
la distribution de la pluie pendant les neuf premiers mois de année
agricole de septembre mai En dépit des irrégularités que présente
cette les quantités saisonnales de pluie re ues en moyenne
par Bizerte sont celles qui conviennent le mieux aux différentes époques
de la végétation Un automne trop sec empêche la réserve humidité
du sol de se reconstituer retardant ainsi les travaux préparatoires et
les semailles Un hiver trop pluvieux provoque des inondations ou
détrempe les terres cultivées 1905-1906 Au printemps insuffisance
des pluies ne permet pas aux récoltes de se développer 1922 et 1924
En définitive ce sont les précipitations du printemps qui louent un ET SA GION 139 BIZERTE
essentiel les bonnes et les très bonnes récolles correspondent toujours
un printemps humide Un printemps trop sec est heureusement rare
dans la région de Bizerte trois fois de 1901 1924) et peut
compter trois bonnes années sur quatre
La moyenne de la température hiver Bizerte est de 12 Pour
avoir une aussi forte en Tunisie il faut descendre
Sfax 13 et Djerba 13 Le thermomètre atteint rarement le zéro
il ne dépasse pas La neige est un phénomène exceptionnel quine se
produit de très longs intervalles1
été une durée variable il commence après les dernières pluies
de printemps qui parfois se prolongent la mi-juin et se ter
mine avec les premières pluies automne qui peuvent retarder
la un octobre une fa on générale été est de mois juin juillet
août septembre pendant lesquels la moyenne mensuelle varie entre
22 et 26 Si le mois de juin est presque toujours modéré les trois autres
comportent des températures élevées moyenne des maxima 30 32
Des coups de sirocco peuvent faire monter le thermomètre 42 mais
cette température extrême est en core éloignée de celles qui affectent tous
les autres points de la Tunisie maxima absolus Tunis 48 Plaines
de la Medjerda 48 Tabarka 47
En résumé dans un pays où la variabilité est le caractère esseni iel
du climat la région de Bizerle est celle où les variations sont le moins
accusées Les quantités eau re ues sont moyennes les ondées fré
quentes au printemps les vents chauds sont moins déprimants les
écarts moyens de température entre le mois le plus froid et le mois le
plus chaud moins considérables que partout ailleurs en Tunisie
Un tel climat est éminemment favorable ta vie humaine et au
développement de la valeur agricole de la région Non seulement les
céréales trouvent presque toujours des conditions convenables mais
encore dans les jardins on lutte efficacement contre la sécheresse de
été malgré les procédés irrigation primitifs Une meilleure utilisation
des sources et des oueds permanents de la région ferait de Bizerte le
potager de la Tunisie dans les mois où toute végétation est arrêtée dans
le pays
III LES INDIG NES
Les fractions et sous-fractions de tribus semées dans la région au
hasard des guerres des migrations ou de administration capricieuse
En décembre 1923 il neigé dans tout le Nord de la Tunisie moine
Tabarka et Tùni Bixerte pas vu de neige
Differences de températures moyennes entre le mois le plus froid et le mois
plus chaud quelques points du littoral Tabarka 15 Bizerte If
Tunis 16 Sousse 15 Sfax 15.l 140 ANNALES DE OGRAPHIE
des beys provienneat des régions les plus diverses de la Tunisie et des
pays voisins Tripolitaine et Algérie Cet émiettement ethnographique
plus un intérêt géographique médiocre car anciens sédentaires
ou anciens nomades tous les habitants de la région sont hui
des sédentaires Par contre il est un fait historique qui profondément
influé sur le milieu humain et la toise ea valeur de la contrée est
immigration des Maures Espagne connus dans le pays sous le nom
Andalous Andiess)
Le type berbère grand brun la tête allongée on rencontre
communément dans les plaines et dans les cantons Ouest de Bizerte
est beaucoup plus rareSur le littoral où les apports étrangers Andalous
captifs chrétiens Kouloughiis ont été si nombreux Là les blonds ne
sont pas rares non plus que les physionomies européennes Porto
Farina dés descendants de chréliens convertis se distinguent encore
hui parleurs noms peine déformés Kriston Zeïiouize Blan-
cou el Maiti For adon étc.)-
La population digenedelaTegioQetaiten-192i;de70QOOhab.La
densité kilométrique moyenne est de 47 cbffîre bien supérieur ceux
des régions voisines qui sont de 22 pour ensemble du Tell septen
trional 33 pour la région de Tunis saos la ville) 35 pour le Cap Bon
Le mode de répartition du peuplement et habitat diffèrent très sen
siblement de Ouest Est de Bizerte dans les cheikhats andalous
les hommes vivent dans des maisons de pierre groupées en gros villages
de deux trois mille habitants Porto Farina Raf-Raf Ras el Djebel
Melline El Alia Meuzel Djemil Menzel Abderrhaman partout
ailleurs ils habitent des gourbis formant des douars très nombreux
Lors de occupation en 1881 nous avons trouvé une partie de la
région la moins étendue et la moins fertile peuplée el relativement
aisée autre au contraire formée de terres riches était aux trois quarts
inculte Ce non-sens géographique conséquence de la colonisatipû
andalouse était en partie justifié par les différences capitales existant
Est et Ouest de Bizerte dans le régime de la propriété foncière et
les aptitudes des populations
Dans les régions littorales de Porto Farina Bizerte où domine la
pelile propriété étendent des jardins irrigués des vergers et des
olivettes partout où les hommes ont pu tirer parti du sol La terre est
extrêmement morcelée les 250 ha/de Porto Farina appartiennent
300 propriétaires et iont vivre 500 familles) les cultures infiniment
variées la fois maraîcher agriculteur arboriculteur oléiculteur
vigneron le paysan andalouest apte tout travail delà terre Ailleurs
les henchir ou grands domaines couvrent les grandes plaines allu
viales les cuvettes marneuses les canions montueux ils sont par
excellence les terres coréales et pâturages mais le détestable
régime foncier du Kbamessat ou métayage au 1/5 outillage primitif et BIZERTE ET SA GION 141
le travail médiocre du fellah sur une terre généralement forte font
que la triche étendencore sur des régions riches et que par ailleurs
les rendements ne répondent pas la ferlilité du sol
Ainsi la région de Bizerte offre deux types totalement différents
exploitation par les indigènes Celle différence pas été sans
influer sur le genre de vie Ouest le paysan habitant du gourbi
pas un intérieur plus confortable que celui du nomade comme le
nomade il se nourrit orge et de maïs avec un peu huile ou de
laitage Est les hommes habitant des maisons blanchies la chaux
consomment de la viande et des légumes ce qui leur permeide fournir
un travail continu La condition des uns est encore misérable tandis
que les autres depuis longtemps jouissent un certain bien-être
fV LES EUROP ENS
En 1881 la région de Bizerte ne contenait pour ainsi dire pas Eu
ropéens en 19 elle en comptait 16762 soit 19 100 de la popula
tion totale 75 100 pour la Tunisie) proportion considérable si on
la compare aux régions les plus riches de la Régence et les plus favo
rables la colonisation vallée de la Medjerda 100 Cap Bon
42p 100;Sakhel35p 100
Cette richesse en Européens est due la proapérité de la colonisation
agricole installation du port de Bizerte surtout existence de
Arsenal maritime qui assure élément fran ais la prépondérance
numérique dans la région fait unique en Tunisie où les régions qui
conliennent le plus Européens ont toujours beaucoup plus Italiens
que de Fran ais
De 1911 1921 le contingent fran ais de toutes les professions
augmenté mais tandis que industrie fourni la plus grosse part de
excédent 1100) la population agricole ne est accrue que une cen
taine individus Le fait inverse se remarque dans la colonie italienne
elle perdu dans industrie les places gagnées par les Fran ais par
contre elle presque doublé son effectif agricole et commercial
Bizerte même les Italiens sont un peu moins nombreux que les
Fran ais 3217 contre 3484 autour de Arsenal ils sont nettement en
minorité 1750 3724) mais dans les campagnes ils sont la
majorité partout dans la plaine de Maleur ils sont 1913 contre
719 Fran ais Il est vrai que cette infériorité numérique de nos colons
esten partie compensée par étendue et la valeur de leurs propriétés
1911 1081
Fran ais ...... 4216 6380 8490
Italiens 9169 7938 446
M&lta 507 481 638
Autres Européen 200 ISS 191
Totaux 14 092 14930 16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.