des projets

De
Publié par

des projets

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 72
Nombre de pages : 74
Voir plus Voir moins
AUDITIONS PUBLIQUES DU15OCTOBRE2003 des projets .ALBERT PALMIER TÉLÉVISION.CARAÏBES TÉLÉVISION.KMTEN VUE DE LAISTINROOTUADE SERVICES DE TÉLÉVISION ASSOCIATIFSÀ VOCATION SOCIALE ET ÉDUCATIVEDANS LEDÉPARTEMENT DE LA MARTINIQUE
OCTOBRE2003
CSA SERVICE DE LINFORMATION ET DE LA DOCUMENTATIONOctobre 2003
Auditionspubliques des projets Albert Palmier Télévision Caraïbes Télévision KMT CSA,15Octobre2003
La séance est ouverte à 9h37, sous la présidence de M. Dominique Baudis. M. LE PRÉSIDENT. - Mesdames, Messieurs, nous ouvrons la séance qui sera consacrée à l'audition publique des candidats à l'appel aux candidatures lancé le 25 mars 2003 par le Conseil supérieur de laudiovisuel pour l'usage dune fréquence en vue de l'exploitation de services de télévision associatifs à vocation sociale et éducative dans le département de la Martinique. Nous auditionnerons trois candidats. Le tirage au sort a déterminé l'ordre dans lequel ces auditions vont avoir lieu. Nous allons commencer par l'audition du projet Albert Palmier Télévision.
CSA- AUDITION PUBLIQUE DES CANDIDATSA LUSAGE DE SERVICES DE TÉLÉVISION ASSOCIATIFS À VOCATION SOCIALE ET ÉDUCATIVE DANS LEDÉPARTEMENT DE LA MARTINIQUE-15OCTOBRE2003
5
Projet
Albert Palmier Télévision Audition de lassociation Église évangélique de la forteresse de Dieu
M. LE PRÉSIDENT. - Je vous propose de présenter votre projet, dans un laps de temps d'un quart d'heure à vingt minutes, en essayant de ne pas dépasser ce temps et, ensuite, les membres du collège vous poseront éventuellement des questions.
Vous avez la parole.
M. PALMIER. - Je vous remercie, je vous salue bien, Messieurs les membres du jury. C'est un grand honneur pour moi d'arriver jusqu'ici pour présenter ce projet qui, dans mon cur gît depuis déjà plus de quatre ans.
Mais avant toute chose, je voudrais attirer l'attention du Conseil sur un premier point. Je fus très étonné de trouver dans la presse locale presque l'intégralité du dossier confidentiel qui a été confié au Conseil supérieur de l'audiovisuel.
En second lieu, ce même dossier a été remis à notre concurrent KMT par la région. La loi est très claire là-dessus et je pense que le Conseil, au fil du temps, verra ce qu'il y a lieu de faire.
Jai aussi été avisé de quelques points que l'on toucherait en comptabilité. J'aimerais demander au Conseil s'il accepte le compte de résultat, parce que j'ai enlevé tous les chiffres et, à chaque ligne, j'ai mis une phrase pour indiquer à quoi cela correspond. Jaimerais savoir si le Conseil l'accepte, en attendant le questionnaire qui suivra dans vingt minutes.
CSA-AUDITION PUBLIQUE DU PROJETALBERTPALMIERTÉLÉVISION9 EN VUE DE LAUTORISATION DUN SERVICE DE TÉLÉVISION ASSOCIATIFÀ VOCATION SOCIALE ET ÉDUCATIVE À LAMARTINIQUE-15OCTOBRE2003
Acceptez-vous que je vous donne cela afin que vous puissiez le regarder en attendant de poser vos questions ?
M. le PRÉSIDENT. - Il ny a pas dobjection.
M. PALMIER. - Parfait.
M. PALMIER remet aux conseillers une copie du compte de résultat.
M. PALMIERAujourd'hui, je suis arrivé devant vous après. - un long voyage, un voyage qui a traversé les océans.
Autre point, chose curieuse : je n'ai pas été averti de l'ouverture de l'appel aux candidatures, comme cela était prévu Mais enfin, tout de même, je suis là !
Monsieur le Président, Messieurs, Mesdames les membres du jury, la Martinique est une histoire. Nous avons besoin d'un guide et ce guide, jusqu'à présent, on ne l'a pas encore vu venir, excepté celui qui gère l'univers
Je veux vous parler des souffrances de mon pays, qui vont vous démontrer pour quelles raisons nous avons besoin d'une bonne chaîne de télévision à la Martinique.
Il est vrai que nous sommes un département français et nous nous battons pour le rester, parce quil déplaît à certains d'être français. Moi, je suis fier de lêtre.
Messieurs, Mesdames les membres du Conseil, je veux vous montrer ceci : dans notre presse locale -c'est notre quotidien- le 7 octobre dans un lycée, un jeune homme de 15 ans poignarde un autre de 17 ans. CSA-AUDITION PUBLIQUE DU PROJETALBERTPALMIERTÉLÉVISION10 EN VUE DE LAUTORISATION DUN SERVICE DE TÉLÉVISION ASSOCIATIFÀ VOCATION SOCIALE ET ÉDUCATIVE À LAMARTINIQUE-15OCTOBRE003 2
Dans la même semaine, le 9 octobre, Monsieur le Préfet, en accord avec les autorités territoriales, organise une descente dans les écoles. Ils y ont trouvé ceci : des coutelas, des poignards, une arme automatique de 9 mm Cela se passe entre des enfants de 13 à 19 ans. Le pire est que lon pourrait se demander comment il est possible que l'on arrive à entrer dans une école avec une arme de samouraï !
Voilà notre quotidien.
Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? C'est parce que nos chères braves télévisions ne cherchent quà faire de l'audience, en montrant ce qui arrange.
Voilà encore, dans la même semaine -terrible semaine dans le milieu scolaire- ce qui sest passé. Vous êtes loin, mais peut-être savez-vous en partie ce qui se passe. Nous voyons et nous entendons que des milliers d'euros sont dépensés chaque année pour la formation. Dans un pays de 380 000 habitants, la région Martinique dit que lon a 46 000 chômeurs. La réalité démontre qu'il y a en a plus de 60 000. On a plus de 120 000 personnes inactives. La délinquance ne fait que grimper chaque jour.
Il est vrai que je suis pasteur, mais avant tout je suis un père de famille et je n'ai jamais voulu vivre de la religion parce que j'estime que la religion permet à l'homme de s'émanciper quelque part ; mais si Dieu nous a donné deux mains, c'est pour travailler. Lorsque nous nous levons le matin, on se pose la question de comment sera la journée demain.
Vous avez aussi pu voir dans le dossier, et cest courant chez nous, quune jeune fille de 17 ans, l'année dernière, s'est pendue. A 17 ans ! CSA-AUDITION PUBLIQUE DU PROJETALBERTPALMIERTÉLÉVISION11 EN VUE DE LAUTORISATION DUN SERVICE DE TÉLÉVISION ASSOCIATIFÀ VOCATION SOCIALE ET ÉDUCATIVE À LAMARTINIQUE-15OCTOBRE2003
Simplement, cette demoiselle est venue au monde lorsque sa mère avait 17 ans. Donc, 17 ans plus tard, elle met fin à ses jours ! Moi qui ai des enfants de 25 ans, 21, 18, 15, 14, et 10 ans, qu'est-ce que je réserve à ces enfants demain ?
Nous avons des télévisions qui passent leur temps à montrer des films d'action. Y a-t-il quelqu'un qui dise à ces jeunes : « Attention, lorsque vous voyez dans le film que l'on a tué quelqu'un, il faut savoir que c'est une arme à blanc » ?! Y a-t-il une télévision qui dise : « Lorsque vous avez vu que l'on a poignardé quelqu'un ou coupé la tête avec une arme de samouraï, il s'agit d'une arme factice » ?!
De plus en plus, nous nous enfonçons dans le ridicule et « ridicule » est un bien mince mot à côté de la réalité. Nous nous enfonçons dans une situation qui est voulue, parce que souvent nous entendons dire à la Martinique que cette situation est due au gouvernement français.
Moi, je dis que ce n'est pas l'indépendance de la Martinique qui arrangera la situation, mais nous les parents, que devons-nous faire pour empêcher cela ?
J'ai, à un moment donné, quitté mon pays parce que je ne voulais plus y vivre et je me suis rendu aux États-Unis. On me disait alors : « Je ne comprends pas comment vous pouvez quitter une si belle île pour vous rendre dans un pays de fous comme les États-Unis ! »
Au bout de trois mois, j'ai compris. Lorsque je suis revenu à la Martinique, j'ai compris que pour y vivre il fallait écraser du monde. Malheureusement, on ne peut pas vivre comme ça.
CSA-AUDITION PUBLIQUE DU PROJETALBERTPALMIERTÉLÉVISION12 EN VUE DE LAUTORISATION DUN SERVICE DE TÉLÉVISION ASSOCIATIFÀ VOCATION SOCIALE ET ÉDUCATIVE À LAMARTINIQUE-15OCTOBRE2003
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.