Le Parler français

De
' 'À. ' ' : , : il; . ; "'-''-.y ' '.'] > ' ( : LE PARLER FRANÇAIS Bulletin de la Société du Paplep français au Canada COURONNÉ PAR l'aCADÉMIB FRANÇAISE :x:"vi ôf/LLi LE FRANÇAISPARLER français au CanadaSociété du ParlerBulletin de la l'aCADKMIE FRANÇAISECOLRONNÉ l'An Histoire, Arts.Littérature,Langue, — SEPTEMBRE 1918SEPTEMBRE 1917 PUBLIE PAR CANADAFRANÇAIS AUPARLERLA DUSOCIÉTÉ UNIVERSITÉ LAVAL QUÉBEC O DépositaireparImprimé CHAMPIONHONORÉLtéeSOCLVLEL'ACTION ^ Libraire et Éditeur,__ Q RUE SAINTE-ANNE. 103 .103. ^^ MALAQUAIH. 9^^^^ QUÉBEC o p^Rjy ir vAh ALPHABET PHONETIQUE (Signes conventionnels pour la figuration de la prononciation) d'après MM. Giluéron et l'abbé Roi'SSElot Lettres françaises. Les lettres a, e, i, o, u, b, d, /i, k,/,f, l, m, n, r, l, ontu, z, la même valeur qu'en français.p, = dur (gâteau); = dures s (sa); œ=^eii français (he«-g g rcHx) w= oii semi-voyelle (oui); = i semi-voyelle (p/ed); y ; w= ii semi-voyelle (hwile); é= e féminin (je); h marque l'aspi- ration. Lettres =nouvelles. ^1 011 français (coucou); e^ch fran- çais (chez). Signes diacritiques. Un demi-cercle au-dessous d'une con- sonne indique que cette consonne est mouillée: (son voisin de/ -\-l l mouillée italienne), k (son voisin de A:+y). (son voisiny, g de g-\-y)y (gi^ français de agneau).—Un point au-dessous d'une (? consonne indique que cette consonne est prononcée la langue entre les dents : d (sons voisins de c'est le et/, t-\-s, d-\-z; / le d sifflants canadiens de : //, du).
Publié le : dimanche 30 septembre 2012
Lecture(s) : 32
Source : Archive.org
Licence :
Nombre de pages : 496
Voir plus Voir moins

'
'À. ' '
: , : il; . ;
"'-''-.y
' '.'] > ' (
:LE
PARLER FRANÇAIS
Bulletin de la Société du Paplep français au Canada
COURONNÉ PAR l'aCADÉMIB FRANÇAISE
:x:"viôf/LLi
LE
FRANÇAISPARLER
français au CanadaSociété du ParlerBulletin de la
l'aCADKMIE FRANÇAISECOLRONNÉ l'An
Histoire, Arts.Littérature,Langue,
— SEPTEMBRE 1918SEPTEMBRE 1917
PUBLIE PAR
CANADAFRANÇAIS AUPARLERLA DUSOCIÉTÉ
UNIVERSITÉ LAVAL
QUÉBEC
O DépositaireparImprimé
CHAMPIONHONORÉLtéeSOCLVLEL'ACTION ^
Libraire et Éditeur,__ Q
RUE SAINTE-ANNE. 103 .103. ^^
MALAQUAIH. 9^^^^
QUÉBEC o p^Rjyir
vAhALPHABET PHONETIQUE
(Signes conventionnels pour la figuration de la prononciation)
d'après MM. Giluéron et l'abbé Roi'SSElot
Lettres françaises. Les lettres a, e, i, o, u, b, d, /i, k,/,f,
l, m, n, r, l, ontu, z, la même valeur qu'en français.p,
= dur (gâteau); = dures s (sa); œ=^eii français (he«-g g
rcHx) w= oii semi-voyelle (oui); = i semi-voyelle (p/ed); y ;
w= ii semi-voyelle (hwile); é= e féminin (je); h marque l'aspi-
ration.
Lettres =nouvelles. ^1 011 français (coucou); e^ch fran-
çais (chez).
Signes diacritiques. Un demi-cercle au-dessous d'une con-
sonne indique que cette consonne est mouillée: (son voisin de/
-\-l l mouillée italienne), k (son voisin de A:+y). (son voisiny, g
de g-\-y)y (gi^ français de agneau).—Un point au-dessous d'une
(?
consonne indique que cette consonne est prononcée la langue
entre les dents : d (sons voisins de c'est le et/, t-\-s, d-\-z; / le
d sifflants canadiens de : //, du).
Les voyelles sans signes de quantité ou de qualité sont indé-
terminées (tantôt ouvertes, tantôt fermées), ou moyennes : a (a
patte), dee (e péril), o (o de botte), œ (eu de jeune).—Les voyelle
marquées d'un accent aigu sont fermées : d (a de pdte), é (e de
chanté), 6 (o de pot), œ (eu de eux).—Les voyelles marquées d'un
accent grave sont ouvertes : à (a de il part), è (e de père), à (o de
encore), œ (eu de peur).—Les voyelles surmontées d'un tilde sont
nasales
: â (an de sans), ê (in de \in), ô (on de pont), œ (un de
—lundi). Suivies d'un point supérieur, les voyelles sont brèves
;
/•,a", etc.; de deux points, elles sont longues: a:, i:, etc; pré-
cédées d'un accent, elles sont toniques: 'a, ' etc.i,
Deux lettres qui se suivent, et dont la seconde est entre
crochets, représentent un son intermédiaire entre les deux sons
marqués. Ainsi, 6 [o]= o demi-nasal.
Les petits caractères représentent des sons incomplets.
Il n'y a pas de lettres muettes dans la prononciation figurée;
chaque n'est chaqueson représenté que par une lettre, et lettre
ne représente qu'un son.
5ABREVIATIONS
=rpopulaire«cc.=acception fig.=figurément pop.
tivement fr.=frnnçais pron.=prononciationadj.=:adieclif,—
propt=pr()premenladv.=raaverbe,—biale- fr.-can.=:fianco-canadien
gr.=graphie rem.=remarquesment
anc.=ancien gram.=rgrammaire s.:==sub.stanlil"
intr.=::intransitif sign.=signine,—fîcationang.=anglais,anglicisme
arch.=:arcliaïsme lat.=Iatiii sing.=.singu!ier
sol.=:s()lécismebarb.=barbarisine Iitt.=littéralement
loc.^rlocution t.::=termecan.=canadien
tech.=:techniquecf.=comparez m.=masciiliii
dia- m. s.=:même signification tr.=transititdial.=diaIectologie,
lectal néol.=rnéologisnie v.=verbe, voyez
phon.=phonétique var.avarianteez.=exeini)le
f.=téminin pl.=pluriel vx=vieux
SIGNES ABRÉVIATIFS
Devant le mot qui forme la tête d'un article du Lexique,
l'astérisque indique que, si l'on a cru utile de présenter
quelques observations sur ce mot, il ne s'en suit pas néces-
dans le dis-sairement qu'on ne puisse l'employer même
mot peut être un mot reçu dans lacours soigné ; ce
langue française, un néologisme de bon aloi, un archaïsme
qu'on aime à conserver, un mol étranger qui n'a pas en
Devant un mot latin,français d'exact équivalent, etc.
l'astérisque indique une forme hypothétique^ non attestée.
—> Ce signe indique l'élymologie, la filiation, l'origine du mot,
de la locution, de la tournure, de la prononciation, qui
suit ou qui précède, suivant le sens de la flèche.
— Le tiret marque certaines subdivisions dans le texte d'un
article.
:= Le tiret double annonce la signification, la traduction, l'équi-
valent de ce qui précède.
Le tiret acceptions d'un mot, oudouble vertical indique les
Il
le sens attribué, dans le parler français au Canada, au
mot qui fait le sujet d'un article lexicographique. Le terme
substituer à celuipropre français, le mot qu'on propose de
qui forme la tête de l'article, quand il a lieu, suit cey
signe.
Le trait vertical indicjue un emploi spécial du mol dont il
I
s'agit, une locution particulière où il entre.
Dans le Lexique, les noms d'auteurs sont imprimés en petites
CAPITALES et les titres d'ouvrages en italiques.
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.