Introduction à l'étude des firmes multinationales - article ; n°456 ; vol.83, pg 141-172

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1974 - Volume 83 - Numéro 456 - Pages 141-172
Introduction to the study of multinational companies.
The multinational companies, the influence of which is enormous in the modern world, distribute their funds and organize their production at an international scale. This evolution results from the supply of raw materials, the isolation of national markets, and above all from technological progress, the search for secure investments, and the fact concurrence is more and more dependent on producing factors (finance, structures, labour force). The international division of work within a company shows several features. In the fields of production, marketing, capital realization and profit-use, the multinational company has a very original structure. This has important consequences. Does not overseas production substitute itself to exports and thus disturbs the commercial balance. Then the circulation of goods as well as of capital and technical processes must not be looked at any more as trading currents between countries. The internationalization of production does not correspond to a division of work between countries. The relations between states and multinational companies become essential. At this stage, is not the national base of economic analysis transcended? Beyond that point, all the concepts about the location of industrial settlements must be thought over again. Do not the environmental factors fade away in favour of a spatial organization by a kind of companies that can internationally move production factors ?
Les firmes multinationales dont le poids est considérable dans le monde contemporain répartissent leurs moyens et organisent la production dans un espace international. L'accès aux matières premières, le cloisonnement des marchés mais bien plus l'avance technologique, le déplacement de la concurrence sur le marché des facteurs de production (finances, infrastructures, main-d'œuvre) et la recherche de la sécurité des investissements ont été à l'origine d'un tel mouvement. La division internationale du travail au sein d'une entreprise présente plusieurs caractéristiques. Au niveau de la production, de la commercialisation, comme à celui de la mobilisation des capitaux ou de l'affectation des bénéfices, la firme multinationale revêt une structure profondément originale. Les conséquences en sont importantes. La production outre-mer ne se substitue-t-elle pas à l'exportation, et ce faisant ne perturbe-t-elle pas les balances commerciales ? Dès lors, la circulation des marchandises mais aussi celle des capitaux et des techniques ne peuvent plus être envisagées uniquement sous l'angle des courants d'échanges entre nations. L'internationalisation de la production ne correspond pas à une division du travail entre États. Les rapports entre États et firmes multinationales deviennent déterminants. À ce stade, le cadre national d'analyse et de réflexion n'est-il pas dépassé ? Au-delà, ce sont toutes les conceptions sur la localisation des établissements industriels qu'il faut actualiser. Les facteurs tenant à l'environnement ne s'estompent-ils pas au profit d'une organisation de l'espace par un type d'entreprise qui peut déplacer internationalement les facteurs de production ?
32 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1974
Lecture(s) : 82
Nombre de pages : 34
Voir plus Voir moins

Xavier Browaeys
Introduction à l'étude des firmes multinationales
In: Annales de Géographie. 1974, t. 83, n°456. pp. 141-172.
Citer ce document / Cite this document :
Browaeys Xavier. Introduction à l'étude des firmes multinationales. In: Annales de Géographie. 1974, t. 83, n°456. pp. 141-172.
doi : 10.3406/geo.1974.18931
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1974_num_83_456_18931Abstract
Introduction to the study of multinational companies.
The multinational companies, the influence of which is enormous in the modern world, distribute their
funds and organize their production at an international scale. This evolution results from the supply of
raw materials, the isolation of national markets, and above all from technological progress, the search
for secure investments, and the fact concurrence is more and more dependent on producing factors
(finance, structures, labour force). The international division of work within a company shows several
features. In the fields of production, marketing, capital realization and profit-use, the multinational
company has a very original structure. This has important consequences. Does not overseas production
substitute itself to exports and thus disturbs the commercial balance. Then the circulation of goods as
well as of capital and technical processes must not be looked at any more as trading currents between
countries. The internationalization of production does not correspond to a division of work The relations between states and multinational companies become essential. At this stage, is
not the national base of economic analysis transcended? Beyond that point, all the concepts about the
location of industrial settlements must be thought over again. Do not the environmental factors fade
away in favour of a spatial organization by a kind of companies that can internationally move production
factors ?
Résumé
Les firmes multinationales dont le poids est considérable dans le monde contemporain répartissent
leurs moyens et organisent la production dans un espace international. L'accès aux matières premières,
le cloisonnement des marchés mais bien plus l'avance technologique, le déplacement de la
concurrence sur le marché des facteurs de production (finances, infrastructures, main-d'œuvre) et la
recherche de la sécurité des investissements ont été à l'origine d'un tel mouvement. La division
internationale du travail au sein d'une entreprise présente plusieurs caractéristiques. Au niveau de la
production, de la commercialisation, comme à celui de la mobilisation des capitaux ou de l'affectation
des bénéfices, la firme multinationale revêt une structure profondément originale. Les conséquences en
sont importantes. La production outre-mer ne se substitue-t-elle pas à l'exportation, et ce faisant ne
perturbe-t-elle pas les balances commerciales ? Dès lors, la circulation des marchandises mais aussi
celle des capitaux et des techniques ne peuvent plus être envisagées uniquement sous l'angle des
courants d'échanges entre nations. L'internationalisation de la production ne correspond pas à une
division du travail entre États. Les rapports entre États et firmes multinationales deviennent
déterminants. À ce stade, le cadre national d'analyse et de réflexion n'est-il pas dépassé ? Au-delà, ce
sont toutes les conceptions sur la localisation des établissements industriels qu'il faut actualiser. Les
facteurs tenant à l'environnement ne s'estompent-ils pas au profit d'une organisation de l'espace par un
type d'entreprise qui peut déplacer internationalement les facteurs de production ?Introduction étude
des firmes multinationales
par Xavier Browaeys
On habitude apprécier et de mesurer évolution économique du
monde contemporain travers des phénomènes tels que la croissance rapide
des échanges de marchandises et des investissements internationaux le
développement de toutes les formes de coopération et entente économiques
entre nations ou encore la place toujours plus grande des problèmes moné
taires internationaux du marché financier dans la politique des tats et
dans la stratégie des entreprises
Or ces indicateurs commerciaux politiques ou monétaires aussi nombreux
et précis soient-ils ne font que traduire les effets de modifications structurelles
intervenues depuis une quinzaine années dans organisation de la produc
tion et des échanges Ils ne rendent pas compte du poids et du rôle grandissants
des firmes multinationales dans économie mondiale Diverses études ont
tenté de manière plus ou moins empirique de mettre en valeur cette dimension
fondamentale
Selon la Deutsche Bank des évaluations de la valeur comptable des
investissements étranger permettent de penser elle dépassé sans
aucun doute et de beaucoup 100 milliards de dollars en 1969 Si on admet
que la valeur effective dépasse de 50 100 100 leur valeur comptable si
on admet aussi que ces installations ont en moyenne une production
annuelle qui atteint le double des investissements on aboutit cette consta
tation déconcertante que la production internationale dès maintenant
surpassé le commerce international la fin de 1968 la valeur du commerce
mondial il agit des exportations était supérieure 230 milliards de dol
lars
Dans la même optique un auteur américain classé pour année 1966
les nations selon leur produit national brut et les entreprises après le
Bulletin économique de la Deutsche Bank no 1969 ANNALES DE OGRAPHIE 142
volume de leurs ventes1 Parmi les cent plus grandes entités économiques
on trouve cinquante et une entreprises General Motors vient au 13e rang
presque égalité avec la Suède I.B.M et Chrysler avec la Corée du Sud ou
les Philippines Volkswagen avec Irlande et Goodyear avec le Maroc
On peut certes critiquer les termes mêmes de cette comparaison Elle se
réfère une notion le produit national brut dont ambiguïté est plus
démontrer et surtout elle tend sous-estimer importance des entreprises
1938 1940 1950 i960 1963 1968
Fig Les tendances du commerce et de la production
dans le monde depuis 1938
Les courbes sont établies partir indices calculés en fonction de ïï 1963 choisie
comme base 100 1963 -= indice 100)
Source Yearbook ol International Trade Statistic O.N.U. 1969
en ne mentionnant pas que contrairement aux nations elles possèdent une
unité de gestion économique Cependant malgré leurs imperfections ces
évaluations soulignent un processus intéressant analyser
Quelles sont les causes de expansion des groupes internationaux
Ont-ils des caractéristiques spécifiques En quoi organisation de la produc
tion emprise sur les marchés et les moyens techniques ou financiers mis en
Lester BROWN Thé Nation State the multinational corporation and the changing
order publié dans Government U.S.A in the Year 000 New York 1970 LES FIRMES MULTINATIONALES 143
uvre présentent-ils une originalité par rapport aux structures économiques et
sociales en place entreprises marchés tats syndicats...
Quelles sont les conséquences commerciales financières et politiques de
cette nouvelle division internationale du travail Comment cela se traduit-
il concrètement dans espace travers quels types de flux peut-on déceler
le fonctionnement du nouveau système de relations internationales
LES CAUSES DU VELOPPEMENT
DES FIRMES MULTINATIONALES
II est évident que extension hors un espace national pas modifié
la raison être de presque toutes les entreprises la recherche du plus grand
profit possible Mais élargissement de leurs espaces intervention relève
de trois facteurs inégale importance qui ont pu jouer conjointement ou
successivement accès aux matières premières état du marché impératif
de la sécurité des investissements
Les besoins de la production et la concurrence obligent les grandes entre
prises rechercher hors du cadre national de nouvelles sources énergie ou
de nouveaux gisements de matières premières bon marché Ce type inves
tissement direct est qualifié de colonial ou de classique selon les auteurs
Les matières premières brutes ou ayant déjà subi quelques transformations
approvisionnent le marché propre de la société mère La localisation géogra
phique des gisements impose comme facteur déterminant pour inter
nationalisation de entreprise La majeure partie des investissements directs
en Afrique en Amérique latine ou en Asie ainsi que de nombreuses implan
tations en pays neufs procèdent de ce type Héritières des empires colo
niaux ou fruits de décisions récentes ces filiales bénéficient hui de la
baisse du fret et de amélioration des transports longue distance
Mais côté de ces améliorations techniques évolution des conditions
économiques et politiques régissant ou influen ant les marchés également
facilité la mise en place de liaisons entre les établissements dispersés une
même firme
Paradoxalement est le compartimentage des marchés qui donné
impulsion initiale une des formes de activité internationale des entre
prises En pénalisant les entrées de marchandises par la mise en place de
barrières douanières de systèmes de contrôle des changes ou de quotas
importation les gouvernements ont provoqué implantation unités
de production relevant de firmes étrangères Les attitudes protectionnistes
ont été la base du développement des sociétés holdings internationales
Elles se singularisent par la création de filiales de production et de commer
cialisation destinées alimenter un marché national ou local sans prêter une
grande attention au marché mondial intégration des activités de la filiale
celles de entreprise mère demeure donc très faible voire inexistante Les
sociétés effor ant même pour de multiples raisons qui ne sont pas seulement 144 ANNALES DE OGRAPHIE
économiques adapter et de limiter le marché de leurs filiales aux pays ac
cueil Néanmoins le siège social de entreprise conserve son pouvoir de
décision en matière orientation de la production et des investissements
alors que le problème du rapatriement des bénéfices reste entier La plupart
des grandes entreprises existant dans le monde pratiquent ou ont pratiqué
ce type investissement direct au point que certaines filiales étrangères se
sont fondues complètement dans économie nationale Singer Simca...)
Le mouvement récent qui vise une véritable répartition géographique
de la production une firme entre les usines elle contrôle dans le monde
tend remettre en cause existence des sociétés holdings internationales
Il pour origine le développement des relations multilatérales entre tats
C.E.E. A.E.L.E. G.A.T.T. Kennedy Round...)
Cependant dans quelques cas le processus était déjà engagé étroitesse
absolue ou relative du marché national importance des capitaux disponibles
ou avance technologique de firmes dynamiques Nestlé Philips Brown-
Boveri...) les entraves imposées par les législations anti-trusts comme aux
tats-Unis ont conduit certaines entreprises déborder les frontières ori
ginelles aux dimensions trop restreintes pour intéresser au marché mondial
Mais le plus souvent dans un espace national donné ce sont les conditions
de la concurrence qui ont déterminé internationalisation de la production
Dans la plupart des secteurs ou des branches les concentrations conduisent
des situations oligopoles concurrentiels Un équilibre de puissance
établit entre grandes entreprises de telle sorte aucune intérêt pour des
raisons de coût modifier les parts respectives du marché contrôlé En
particulier si une diminution de prix peut assurer une entreprise élar
gissement de sa clientèle aux dépens des concurrents elle entraîne terme
une baisse des bénéfices et évidemment des représailles Dès lors la croissance
du profit dépend en grande partie des orientations adoptées par la firme en
treprise peut rechercher extension autres branches sans rapport avec
activité origine en constituant un conglomérat I.T.T... Il agit alors
une direction plus financière industrielle Elle peut au contraire définir stratégie commerciale visant ouverture de nouveaux débouchés soit
en appuyant sur innovation ou en stimulant la consommation par la
publicité soit en pénétrant les marchés extérieurs
Dans tous les cas entreprise efforce de produire au moindre coût La
concurrence se déplace et se porte sur le marché des facteurs de production
Le prix de la main-d uvre constitue ainsi une des motivations essentielles
de implantation étranger La recherche du profit et la lutte contre les
concurrents passent donc par utilisation des inégalités de salaires Ceci est
particulièrement vrai dans les secteurs où le coût de la main-d uvre inter
vient pour beaucoup la valeur finale des produits fabriqués
Ce comportement rencontre cependant de plus en plus objections de la
part des gouvernants des tats concernés mais aussi des investisseurs eux-
mêmes Les uns affirment il là une entrave au véritable progrès estimant
il est plus coûteux et plus long de former les hommes que de faire tourner LES FIRMES MULTINATIONALES 145
des machines est peut-être aussi moins dangereux long terme Les autres
interrogent sur le risque employer une main-d uvre dont on ne connaît
ni les aspirations ni les habitudes et qui une productivité bien moindre La
qualité du produit destiné aux marchés de consommation des pays développés
exige emploi un matériel et une technique modernes Le coût de la
main-d uvre devient négligeable eu égard au prix des machines avantage
initial disparaissant il est inutile de déplacer la production En ce domaine
il faut éviter toute simplification ou schématisation excessive Les problèmes
diffèrent suivant les branches concernées les formes de la concurrence et les
pays intéressés
Quoi il en soit les premières entreprises qui ont développé leurs opéra
tions de production étranger sont rapidement devenues compétitives et
efficaces élargissement des débouchés leur assurant de substantielles éco
nomies échelle La logique de la concurrence conduit celles qui tra
vaillaient jusque-là dans un cadre purement national viser aussi le marché
mondial1 exportation est la première forme de ce changement échelle la
société holding internationale la phase intermédiaire émergence opé
rations authentiquement multinationales correspond actuellement au terme
le plus achevé Ces trois types entreprises coexistent hui La plus
originale est la firme multinationale
La recherche de la sécurité des investissements constitue un des aspects
non négligeables du développement multinational En effet dans un seul
pays les incertitudes politiques nationalisations) les réglementations
financières impôts sur les sociétés) les troubles sociaux ou même les diffi
cultés commerciales peuvent compromettre existence de entreprise Ces
dangers imposent aux grandes entreprises la conception et la réalisation
une politique de dispersion de appareil de production Au fur et mesure
de la croissance de la firme la volonté obtenir un profit ajoute le souci
de assurer Les bénéfices dépendent tout autant de organisation une
production sans à-coups que de essor des débouchés Les risques de inves
tissement deviennent plus acceptables ils sont répartis dans le monde entier
La diversification géographique en est le moyen
Le problème de la main-d uvre ne se pose donc pas uniquement en terme
de prix Même dans les branches activité où la part des salaires compte
peu dans le prix de revient final entreprise se doit de réduire les risques
interruption de la production par les salariés La constitution un double
circuit de production cf I.B.M pour les calculateurs) la possibilité effectuer
Par exemple on trouve ce commentaire dans Usine nouvelle no 27 janvier 1972
Faiblesse des investissements étranger On considère de plus en plus que sans accroissement
des investissements directs industrie électrique et électronique allemande ne pourra
pas la longue maintenir ses positions sur le marché international
Elle est encore maintenue au 2e rang des exportateurs mondiaux en 1970 mais par rapport
industrie des tats-Unis elle se caractérise par la faiblesse de ses investissements étranger
Selon les experts de Association allemande de la construction électrique les filiales étrangères
des entreprises allemandes devraient au moins produire autant que les sociétés-mères exportent
Actuellement pour industrie électrique et électronique le rapport établit environ
35/40 p.100 alors que des tats-Unis produit deux fois plus dans ses
filiales étranger elle exporte
ANN DE OG LXXXIIIe ANN 10 146 ANNALES DE OGRAPHIE
une production de remplacement dans une filiale étrangère grâce des heures
supplémentaires ou par prélèvements sur les stocks sont des moyens de
pression et par là même des motivations essaimage des unités de production
Ainsi les employés de usine Frigidaire de Dayton Ohio ont accepté en
1971 de renoncer toute augmentation de salaire pendant deux ans pour
éviter le transfert des ateliers dans autres villes ou même au Japon comme
la direction en avait manifesté intention
La firme multinationale apparaît donc comme une organisation nouvelle
dans évolution du système capitaliste Elle se montre capable utiliser
son profit tous les avantages quelles que soient leur nature et leur localisation
Si tous les secteurs activité se trouvent concernés les sociétés multina
tionales ont cependant un champ action et une origine géographique
privilégiés
Elles intéressent pour essentiel au vaste marché formé par Europe
occidentale et Amérique du Nord où abaissement des barrières douanières
permis la multiplication des échanges donc des spécialisations au sein de
entreprise
Beaucoup relèvent de sièges sociaux américains dont le développement
international procède historiquement de plusieurs circonstances avance
technique et industrielle acquise notamment pendant la seconde guerre
mondiale énormes besoins de Europe dans la phase de reconstruction
importance du financement public et des marchés militaires pour certaines
branches aéronautique électronique...) taille du marché intérieur et système
organisation de la production et du travail. La liste est loin être exhaus
tive mais on peut dire que la puissance et le savoir-faire acquis ont permis
soit de créer des sociétés holdings internationales pour contourner les
obstacles douaniers nationaux exemple General Motors et Ford Anvers
entre les deux guerres) soit de susciter ou utiliser existence de vastes
zones de libre circulation des marchandises1
II LES CARACT RISTIQUES
DES SOCI MULTINATIONALES
étude des sociétés multinationales montre elles entrent pas dans
les cadres classiques de analyse économique Les avoirs industriels et les
liquidités détenus par chacune elles leur donnent les moyens de mettre en
uvre une stratégie originale Chaque grande entreprise des caractéristiques
particulières organisation de la division internationale du travail au sein
de la firme les méthodes de gestion les techniques employées pour contrôler
le marché et les attitudes en matière financière résultent de choix qui lui
sont propres Néanmoins elles contribuent par interférence sur le plan géné
ral internationalisation de la production au développement des échanges
la stabilisation des marchés de consommation et la mobilité des capitaux
Les Européens ont-ils tiré les marrons du feu pour les Américains en construisant le
Marché commun et en élargissant DUVERGER Le Monde 19 décembre 1971 FIRMES MULTINATIONALES 147 LES
TABLEAU
Chiffres affaires réalisés étranger par quelques grandes entreprises
ENTREPRISES ANN ES VENTES ENTREPRISES ANN ES VENTES
1968 14 100
1968 30 100
Standard Oil ..... 1968 68 p.100 ........... 30 36 100 1969 46 100
1968 p.100 33 p.100
Sinfirer 50 Bosch .......... 1969 40 100
1968 90 100 G.E.C ......... 1970 40
Caterpillar Tractor 43 Hoffmann-Laroche 1971 80 100
tt àlp ffv- 1968 85 35 p.100
1968 33 100 1971 30 100 29 p.100 C.E.C.A exclue 1968 1971 60 100 25
Nestlé .......... 98 31 p.100
I.B.M .......... 1968 30 100 1971 76 100
I.T.T ........... 47 p.100 82 p.100
ol yate Palmolivp 1968 55 100 1971 80 47 100 I.C.I ........... 1972 55 100
1968 43 p.100
Grace ..... 1968 34 100 Eastman Kodak 30 p.100
International
rvester 1968 28 100
compris les exportations du pays où se situe le siège social
Sources ROLI Les sociétés internationales Rapport de base 22e congrès de la
.hambre de Commerce internationale Istanbul 19û9 Entreprise mars 1972 Expansion
automne 197l Bilans de sociétés
Il est difficile de mesurer le degré internationalisation une entreprise
Comme de nombreux auteurs on peut estimer la part des filiales étrangères
de exportation et de la production nationale dans le chiffre affaires
consolidé ou dans un quelconque des autres indicateurs économiques
Mais au niveau de la il importe plus de comprendre comment
une entreprise crée ou utilise les facteurs de production répartis dans espace
mondial En fonction de quelle stratégie et selon quels critères les dirigeants
des groupes internationaux ont-ils pesé les mérites et les inconvénients de
ou tel site éloigné en tant que point de production ou de distribution acheté
biens et services matériaux et matériels là où ils sont le meilleur marché
et les ont vendus avec un profit maximal sur une base mondiale contrôlé
la création et le fonctionnement entreprises lointaines ce qui permet par
exemple une firme utiliser le faible coût de la main-d uvre au Libéria
la haute qualification irlandaise et les facilités financières de la Suisse dans
des modèles industriels intégrés auxquels les frontières nationales opposent
plus que des obstacles modestes
GREGORY in Analyse et Prévision octobre 1969 no 148 ANNALES DE OGRAPHIE
La documentation qui permettrait de répondre ces questions est
difficile accès Les publications des organisations internationales constituent
un premier type de sources annuaires de O.N.U. de D.E. Office
statistique des Communautés européennes Fonds monétaire international
Banque mondiale Chambre de Commerce internationale... Malheureusement
toutes les données présentées ne prennent en compte que la seule dimension
de la nation Or le véritable commerce ne correspond pas des échanges
entre tats Les partenaires réels sont soit des entreprises soit de plus en plus
les établissements une même entreprise
Le deuxième type de sources provient des elles-mêmes par
intermédiaire de la presse professionnelle ou de revues et journaux spécialisés
dans information économique directement par la lecture des rapports
annuels aux actionnaires ou par les divers documents que la firme désireuse de
se forger une image de marque répand dans le public1 Mais on peut toujours
interroger sur exactitude des renseignements ainsi fournis et dans tous les
cas information demeure fragmentaire Les raisons en sont multiples secret
industriel et commercial législation anti-trust en particulier le Sherman Act
de 1890 et le Clayton Act de 1914 aux tats-Unis article 65 du traité de
la C.E.C.A ou les articles 85 et 86 du traité de Rome) fiscalité crainte des
organisations syndicales. notre connaissance on ne dispose pas une étude
complète de ensemble des opérations internationales intégrées par même
entreprise un moment donné Il là pourtant un facteur essentiel de
aménagement du territoire la grande entreprise étant certes utilisatrice
mais de plus en plus productrice espace
Il faut donc se contenter exemples toujours partiels qui ils apportent
pas explication globale en sont pas moins concrets et significatifs La
description de quelques circuits de production choisis dans divers secteurs
illustrera cette nouvelle forme organisation de espace
Le cas de industrie automobile est particulièrement révélateur Par
exemple Ford possède entre autres trois usines de montage de tracteurs
une Anvere une Basilden G.-B et une Highland Park près de
Détroit Les transmissions sont fabriquées Anvers les systèmes hydrau
liques et les moteurs Basilden les embrayages Park Chaque
établissement fournit aux deux autres les pièces ils ne fabriquent pas
En outre les batteries proviennent de Hong Kong
General Motors installée en 1924 Anvers monte des automobiles
destinées au marché nord-américain dont les constituants sont fabriqués
Bochum
Massey Ferguson produit aux tats-Unis et vend au Canada des tracteurs
qui comportent des moteurs de fabrication britannique des systèmes de
transmission fran ais des axes mexicains
On peut également saisir les formes internationales de organisation de la production
la faveur opérations de restructuration un groupe

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.