LA MARQUISE DU CHÂTELET (1706-1749)

De
Publié par

LA MARQUISE DU CHÂTELET (1706-1749)

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 76
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
 
LA MARQUISE DU CHÂTELET (1706-1749)
Page 1
Par Naty GARCIA GUADILLA
 En 2006, la Bibliothèque Nationale de France, site Richelieu, à Paris, présente, du 7 mars au 3 juin, à l'occasion du bicentenaire de la naissance de la Marquise du Châtelet une exposition intitulée : « Madame du Châtelet. La femme des Lumières ». Son intelligence, son caractère passionné, son absence de préjugés, son intérêt pour les sciences et la philosophie, en font l'une des premières femmes savantes de son époque. Qui est Madame du Châtelet ?   Gabrielle Emilie Le Tonnelier de Breteuil, future Marquise du Châtelet, est née le 17 décembre 1706.  Son père, Louis Nicolas de Breteuil (1648-1728), appartient à une famille très riche. Les Breteuil ont été, depuis le 15e siècle, des gens de robe. C'est Charles IX qui remet en 1579 ses lettres de noblesse à Charles Le Tonnelier de Breteuil, originaire du Beauvaisis, en le faisant secrétaire de la Chambre du Cabinet du roi. Sa famille s'illustre ensuite dans les plus hautes charges de justice. Louis Nicolas de Breteuil est un grand séducteur. Les portraits du château de Breteuil nous montrent un bel homme, d'une stature imposante, le regard altier. Il aura plusieurs maîtresses et une épouse avant de se marier avec la mère d'Emilie. Il aura aussi une fille, Michèle, qu'il n'a jamais vue et qu'il ne reconnaît pas. Un notaire découvre son origine et la lui révèle. Et en 1736, cette fille, qui est devenue nonne, intente contre son père un retentissant procès en reconnaissance et en droits d'héritage. Elle est soutenue par sa demisoeur, Gabrielle Emilie, Marquise du Châtelet.
 Sa mère, Anne de Froulay, descend d'une famille de militaires. L'un de ses ancêtres, le maréchal de Tessé de l'Ordre de Malte sera connu par ses talents et fera briller le bailli de Froulay. On peut comprendre ainsi l'éducation et le caractère rigide et imposant de la mère d'Emilie, qui, plus proche de son père, aura avec cette femme austère des relations très conflictuelles.
Mariage des parents d'Emilie et vie de famille
C'est en 1697, à l'âge de 49 ans, que Louis Nicolas épouse Gabrielle Anne de Froulay. Il a 58 ans à la naissance d'Emilie, et, assagi, il se consacre maintenant entièrement à sa famille.
A partir de 1699, Louis Nicolas obtient une charge à Versailles en tant qu'introducteur des ambassadeurs auprès du roi, chef de protocole : il a ainsi l'honneur de travailler directement avec le roi.  Les Breteuil vont avoir six enfants, mais seuls trois survivront. C'est une époque où, dans les classes supérieures, la mère ne nourrit pas ses enfants nouveau-nés : ceux-ci sont envoyés en nourrice, avec un taux très fort de mortalité : « il fallait deux enfants pour faire un homme ».  
Page 2
Louis Nicolas de Breteuil, achète, le 25 octobre 1706, trois semaines avant la naissance d'Emilie, l'hôtel Dangeau, Place Royale, à Paris, où il s'installe avec sa femme et ses enfants. L'hôtel de Breteuil est une belle maison donnant sur le jardin des Tuileries et adossée à la rue Saint-Honoré, quartier privilégié, voisin du Louvre et du Palais Royal. La cousine d'Emilie, future marquise de Créqui, qui habitera près de trois mois dans cette maison, écrit qu'elle a quatre étages comprenant chacun huit ou neuf pièces « décorées et dorées avec un luxe miraculeux ». La bibliothèque à elle seule occupe trois pièces. C'est dans cette maison que les parents d'Emilie tiennent un salon où ils reçoivent régulièrement Voltaire, Fontenelle, le Duc de Saint-Simon et Rousseau.  Vers 1712, l'hôtel de Breteuil abrite toute la famille et de nombreux domestiques. Le père d'Emilie occupe avec sa femme tout le leL étage. Les 2e et 3e étage sont habités par d'autres membres de la famille Breteuil. Les enfants sont au 4e étage, avec leurs nourrices et gouvernantes. Ils descendent rarement dans l'appartement de leurs parents : ce sont les parents qui leur rendent visite. Emilie est heureuse dans cette belle maison entourée de parents attentifs au bien-être et à l'éducation de leurs enfants.
Education de Gabrielle Emilie   Les filles de bonne famille au XVIIIe siècle étaient souvent envoyées au couvent très jeunes jusqu'à leur mariage. Le père d'Emilie qui s'aperçoit très tôt de l'intelligence de sa fille, décide, lui, de l'élever à la maison et, sauf un court séjour dans un couvent en Lorraine, elle va recevoir la même éducation que ses frères.  Dans un siècle où l'éducation des filles de l'aristocratie se limite à l'écriture, la lecture, un peu de musique et l'art de briller dans les salons, le père d'Emilie veut qu'elle ait les précepteurs de ses frères, et qu'elle apprenne aussi le latin, les mathématiques, les langues étrangères, la gymnastique, l'équitation, le théâtre, la danse, le chant. A 12 ans, elle parle et lit couramment six langues dont l'allemand, l'anglais, le grec, le latin. Elle est autorisée à rester dans les salons au milieu des invités et elle a le droit d'intervenir dans les conversations. Voltaire, qui a connu Emilie enfant, dans le salon des Breteuil, rappelle, dans son Eloge historique de Madame la Marquise du Châtelet, l'intérêt d'Emilie pour les langues: « Dès sa plus tendre jeunesse, elle avait nourri son esprit de la lecture des bons auteurs en plus d'une langue. Elle avait commencé une traduction de l'Eneide, dont j'ai vu plusieurs morceaux remplis de son auteur ; elle apprit depuis l'italien et l'anglais. Le Tasse et Milton lui étaient familiers comme Virgile ».  A 17 ans, Emilie s'initie à la métaphysique cartésienne qui domine alors en France et grâce à Descartes elle comprend les relations entre science et métaphysique. Elle aime aussi les mathématiques et la physique, peut déjà lire Locke dans le texte et se passionne pour la philosophie anglaise.  A la fin de son adolescence, elle prend des leçons de mathématiques, d'astronomie, de géographie avec Maupertuis (1698-1759) qui va diriger l'expédition chargée de déterminer la forme de la terre. Trois ans plus tard Emilie connaît bien l'oeuvre de Locke, de Descartes et de Leibniz. Elle essaie de comprendre l'univers avec Fontenelle, qui lui explique certains points de son oeuvre Entretiens sur la pluralité des mondes et lui donne à lire des communications de l'Académie des Sciences, comme celles du célèbre Cassini (astronome qui découvrit deux satellites de Saturne).
Son physique
Page 3
Gabrielle Emilie n'était pas une beauté mais elle n'était pas laide. Elle avait un visage et un corps bien faits. Il existe plusieurs portraits d'elle. L'un, de Marianne Loir, une élève de Nattier vers 1745, nous la montre assise dans un fauteuil avec une robe de velours bleu, décolletée, et avec une fleur dans sa main gauche. L'expression de son visage qui esquisse un sourire, est réservée, presque timide. Un autre portrait de l'Ecole Française du 18e siècle nous la montre à la mode de l'époque, également avec la poitrine dénudée, les cheveux tirés en arrière, avec un noeud vert autour du cou et un autre de la même couleur sur la poitrine, un compas à la main droite, les deux bras appuyés sur une table de travail. Son regard est rêveur et le sourire est aussi réservé.  Les descriptions du physique de Madame du Châtelet sont très différentes selon qu'il s'agisse de ses ennemies, de ses connaissances, de ses amis ou de Voltaire.  Ainsi, Madame de Créqui, sa cousine, qui ne l'aime pas affirme :« c'était un colosse en toutes proportions [...]elle avait des pieds terribles et des mains formidables ; elle avait la peau comme une râpe à muscade ; enfin, la belle Emilie n était qu'un vilain cent suisse ». Et Madame de ' Deffand, une autre cousine, affirme :« Représentez-vous une femme grande et sèche, sans cul, sans hanches, la poitrine étroite, deux petits tétons arrivant de fort loin, de gros bras, de grosses jambes, des pieds énormes, une très petite tête, le visage aigu, le nez pointu, deux petits yeux vert-de-mer, le teint noir, rouge échauffé, la bouche plate, les dents clairsemées et extrêmement gâtées. Voilà la figure de la belle Emilie, figure dont elle est si contente qu'elle n'épargne rien pour la faire valoir : frisures, pompons, pierreries, verreries, tout est à profusion ». Cependant Madame Denis, nièce de Voltaire, affirme en 1738: « C'est une femme de beaucoup d'esprit et fort jolie qui emploie tout l'art imaginable pour le (Voltaire) séduire » et Madame de Graffigny affirme dans sa Correspondance (lettre du 4 Déc. 1738) : Madame du Châtelet « a une robe d'indienne et un grand tablier de taffetas noir : ses cheveux noirs sont très longs, ils sont relevés par derrière jusqu'au haut de sa tête et bouclés comme ceux des petits enfants ; cela lui sied fort bien » (1).  Pour Cideville, un très bon ami de Voltaire et d'Emilie, elle est à la fois un grand homme et la plus aimable des femmes et lorsqu'elle lui envoie un exemplaire de son livre les Institutions de la Physique, il affirme: «Quoi, l'auteur sublime de ce livre grave et dogmatique est la femme adorable que je vis dans son lit, il y a trois mois, avec de grands yeux si beaux et si doux ; cette philosophe noble, ingénieuse et piquante (...) nous donnait en vérité à tous à penser à autre chose que la philosophie » (2).  Madame du Châtelet aime les sciences, la philosophie, il est vrai, mais elle a aussi la passion des vêtements, des diamants, des pompons, des chaussures, du maquillage, passion qu'elle acquit lors de sa première visite à la cour de Versailles en 1722 (3).  Cependant à Cirey, lorsqu'elle étudie avec Voltaire, elle n'est pas coquette. Selon Madame de Graffigny elle se présente devant son amant sans être coiffée et fort mal habillée. Elle n'est, alors, que la camarade de travail de Voltaire, occupés tous deux de physique, de métaphysique, de mathématiques et les « fanfreluches » étaient plutôt des obstacles (4). Par contre en public, elle s'habille de tous ses pompons, noeuds, rubans, diamants et pierreries et cela amuse Voltaire qui
Page 4
l'appelle « la divine Emilie ». Il l'appelle aussi, gentiment, «Madame Pompon-Newton » : elle est femme par son amour des fanfreluches et homme par son goût de la physique et de la géométrie. Fort occupée par ses études et publications (et c'est cela qui compte le plus pour Emilie) elle n'aura jamais de problèmes avec sa beauté et négligera toujours les médisances à cet égard.   Le mariage  Gabrielle Emilie fait un mariage de convenance, un mariage arrangé caractéristique de son époque et de son milieu. Elle épouse, à 19 ans, le Marquis du Châtelet, lieutenant-général des armées du roi, de onze ans son aîné et qui appartient à l'une des plus anciennes maisons de Lorraine. Le couple s'installe à Semur où son mari est gouverneur. Ils auront trois enfants, dont deux survivront : une fille et un garçon. Mais Emilie a besoin de liberté, de vivre à Paris, loin de ce milieu trop sévère et peu intellectuel et son mari, qui par son travail est souvent absent, va lui permettre de s'installer à Paris, puis à Cirey avec Voltaire. Il la respectera toujours. Elle a dû éprouver pour lui de l'amour au début de leur mariage et elle va avoir toujours pour lui beaucoup d'estime et d'amitié Il restera son époux et son ami fidèle jusqu'à la mort d'Emilie en 1749.  Le Marquis du Châtelet poursuit sa carrière aux armées, et entre deux guerres, il visite sa femme et Voltaire à Cirey et vit avec eux à plusieurs reprises. Même au moment le plus fort de l'amour entre Voltaire et Emilie, Monsieur du Châtelet passera avec eux des journées en harmonie.  Ce comportement du marquis du Châtelet, cette absence de jalousie, cette acceptation des amants successifs de Madame du Châtelet, peuvent nous étonner. Au chevet du lit de mort de Madame du Châtelet on trouve, côte à côte, Monsieur du Châtelet et Voltaire qui souffrent tous les deux. Et Voltaire de dire à Madame Denis, sa nièce et maîtresse : « Je n'abandonne pas Monsieur du Châtelet dans la douleur où nous sommes l'un et l'autre... »  Les Frères Goncourt ont bien signalé cet extrême libéralité de moeurs au 18e siècle, d'après les mémoires et correspondances de l'époque: « Aux précieuses, encore soumises à l'autorité masculine, succèdent des femmes libres d'aimer comme elles l'entendaient (...) Non seulement l'époux, légalement tout puissant, ne proteste plus contre les incartades de sa femme, mais il en est, pour ainsi dire, l'initiateur. Il la veut libre de toute passion à son égard pour vivre lui-même au gré de ses envies. Pudeur et attachement s'évanouissent au point qu'on rougirait plutôt de ses sentiments comme d'un signe d'aliénation. (...) Il est certain que les aristocrates du 18e siècle ont joui de libertés auxquelles ni celles du 17e ni celles du 19e n'eurent accès. La société faisait plus que tolérer. Elle les encourageait.(...) La femme n'était plus une enfant à protéger ; elle n'était pas encore enfermée dans son rôle de mère, seul statut qui lui valait le respect du dix-neuvième siècle » (5).  Et Taine, dans son livre, Les origines de la France contemporaine, nous fait comprendre ces moeurs du 18e siècle entre mari et femme: « Dans un salon, la femme dont un homme s'occupe le moins, c'est la sienne, et à charge de retour ... Quand les époux sont haut placés, l'usage et les bienséances les séparent. Chacun a sa maison ou tout au moins son appartement, ses gens, son équipage, ses réceptions, sa société distincte ... Ils sont entre eux, par respect pour leur rang, sur le pied d'étrangers polis ; ils se font annoncer l'un chez l'autre.. . Un sentiment profond -de l'un pour d'autre- eût paru bizarre et même ridicule ».
Page 5  Mais si les mères de l'aristocratie n'élèvent pas elles-mêmes leurs enfants, si les filles sont envoyées au couvent et les garçons en apprentissage ; plus tard, les mères, les familles, s'occupent beaucoup de leur installation dans la société. Et en cela Madame du Châtelet n'a pas oublié ses obligations. Elle a beaucoup travaillé auprès de ses relations pour obtenir un beau mariage, puis une bonne place, pour ses enfants.  Madame du Châtelet et l'amour   Emilie a hérité de son père un caractère passionné, ardent et, pour elle, l'amour est très important : l'amour physique, bien sûr, mais également l'amour né de l'admiration de l'autre, de la complicité et de la communion d'idées. Ainsi Emilie a aimé plusieurs hommes de qualité (elle a eu des relations amoureuses avec Maupertuis, Richelieu), mais l'homme de sa vie, celui qui a occupé une grande partie de sa vie amoureuse, a été Voltaire.  En avril 1733, lorsque Voltaire rencontre, à l'Opéra, Emilie du Châtelet, il a 38 ans et elle 26. Il est immédiatement séduit par le charme, la personnalité et l'intelligence de cette femme qu'il a connue petite fille. C'est lui qui a eu le « coup de foudre » : « Je l'adore comme les Dieux... » dit-il à son ami Cideville peu de temps après cette rencontre. Emilie est heureuse de connaître ce grand homme qui fréquentait les salons de son père. Elle est enchantée des sentiments qu'elle provoque chez Voltaire et elle devient sa maîtresse, mais elle ne tombe pas amoureuse immédiatement. Elle l'aime avec tendresse, mais Voltaire ne la satisfait pas totalement du point de vue sexuel :« J'ai bien peu de tempérament -dit-il à son ami Cideville en octobre 1733- mais ma maîtresse me pardonne et je l'aime plus tendrement» (6).  Il confesse, pourtant, dans ses Epîtres à Emilie, qu'elle a« éveillé ses sens ». Il lui pardonne ses passades avec Maupertuis, car Voltaire l'aime à la folie. Emilie est pour lui son amie, son amante, elle est tout pour lui :  
 
Je vous adore, ô ma chère Uranie ! Pourquoi si tard m'avez-vous enflammé ? Qu'ai-je donc fait des beaux jours de ma vie Ils sont perdus ; je n'avais point aimé. J'avais cherché dans l'erreur du bel âge Ce dieu d'amour, le dieu de mes désirs... Je n'embrassais que l'ombre des plaisirs. Non, les baisers des plus tendres maîtresses ; Non, ces moments comptés par cent caresses... Ne valent pas un regard de tes yeux. Je n'ai vécu que du jour où ton âme M'a pénétré dans sa divine flamme ; Que de ce jour où, livré tout à toi, Le monde entier a disparu pour moi. Ah ! Quel bonheur de te voir, de t'entendre !... Et quels plaisirs je goûte dans tes bras !... Vous, Uranie, idole de mon coeur, Vous que les dieux pour la gloire ont fait naître, Vous qui vivez pour faire mon bonheur ».
Page 6  En mai 1734, Voltaire, menacé de prison par une lettre de cachet après la publication des Lettres Anglaises, préfère s'exiler. Emilie, désespérée, se rend compte qu'elle l'aime d'amour et passionnément. Elle est désespérée et elle écrit à Sade : « Mon ami Voltaire nous a quittés (...) Je l'ai perdu dans le temps où je sentais le plus le bonheur de le posséder ». Et quelques mois plus tard, elle écrit encore à Sade :« Je ne m'accoutume point à vivre sans lui et à l'idée de le perdre sans retour » (7). En janvier 1735, Voltaire est autorisé à revenir à Paris et demande à Emilie de vivre avec lui.  Emilie décide de quitter Paris et d'aller à Cirey (château délabré qui appartient à son mari), avec Voltaire et avec l'accord du marquis du Châtelet qui viendra les voir à plusieurs reprises lorsqu'il sera en permission.  C'est, d'ailleurs, Voltaire qui finance la restauration du château. Il fait construire une bibliothèque, un laboratoire de physique et, pendant 10 ans, malgré les critiques de leurs amis, qui s'inquiètent de les voir vivre si éloignés de la vie parisienne, ils vont être amants, amis et collègues. Ils vont travailler ensemble, mais aussi ils vont recevoir des amis avec lesquels ils joueront des pièces de théâtre et Madame du Châtelet chantera des opéras, car elle a« une voix divine » dit Madame de Graffigny, l'une des invitées.  En 1741, Voltaire avoue, dans une lettre à son ami Cideville, son incapacité à suivre Emilie dans la sexualité :  
« Si vous voulez que j'aime encore, rendez-moi l'âge des amours... On meurt deux fois, je le vois bien : Cesser d'aimer et d'être aimable C'est une mort insupportable Cesser de vivre ce n'est rien... Du ciel alors daignant descendre L'amitié vint à mon secours : Elle est plus égale, aussi tendre.. Je la suivis ; mais je pleurais De ne pouvoir plus suivre qu'elle » (8).  Et en 1740 Voltaire, pour s'éloigner de cet amour qu'il ne peut plus combler, répond aux demandes incessantes de Frédéric le Grand qui, depuis 1737, l'invite à se rendre auprès de lui, et il s'installe en Allemagne. Mais, devant les plaintes d'Emilie, Voltaire écrit au roi pourquoi il doit revenir auprès d'Emilie :  
« Je vous quitte, il est vrai ; mais mon coeur déchiré Vers vous revolera sans cesse ; Depuis quatre ans vous êtes ma maîtresse, Un amour de dix ans [celui d'Emilie] doit être préféré ; Je remplis un devoir sacré Adieu, je pars désespéré. Oui, je vais aux genoux d'un objet adoré, Mais j'abandonne ce que j'aime » (9).
Page 7
En 1743 Emilie va souffrir d'abord des absences de Voltaire, car elle considère le roi de Prusse comme un rival. Elle est malheureuse, elle fait des scènes . Elle sent qu'il la désire moins. Alors qu'elle est toujours éprise d'amour, il lui offre l'amitié éternelle... En plus, Voltaire devient amoureux de sa nièce, Madame Denis, à qui il avoue « un amour sensuel » même s'il éprouve aussi des difficultés sexuelles :« Il serait mieux de bander, lui écrit-il, mais que je bande ou non, je vous aimerai toujours » (10).  Emilie essaie de se consoler par le jeu, mais elle a besoin d'aimer quelqu'un d'amour physique. En 1748, elle rencontre, à Lunéville où elle se rend avec Voltaire, à l'invitation du roi Stanislas, Saint-Lambert, un jeune poète, et ils deviennent amants. Et si, au début, Madame du Châtelet se donne à Saint-Lambert, parce que n'ayant plus l'amour de Voltaire elle a besoin d'un amour physique, ce nouvel amour va vite devenir une passion pour elle. Elle l'aimera, nous révèlent ses lettres, passionnément. De Bar-le-Duc, elle écrit à SaintLambert: « Toutes mes défiances de votre caractère, toutes mes résolutions contre l'amour n'ont pu me garantir de celui que vous m'avez inspiré. Je ne cherche plus à le combattre (...) le temps que j'ai passé avec vous à Nancy l'a augmenté à un point dont je suis étonnée moimême ; mais loin de me le reprocher, je sens un plaisir extrême à vous aimer (... ) J'ai bien peur d'avoir tort de vous trop aimer (...) Cependant quand je songe à la conduite que vous avez eue avec moi à Nancy, à tout ce que vous m'avez sacrifié, à tout l'amour que vous m'avez marqué, je me trouve injuste de vous dire autre chose sinon que je vous aime...». Voltaire lui fait des scènes de jalousie, mais elle réussit à le convaincre : «je vous aime toujours, mais depuis longtemps vous vous plaignez que vous êtes malade, que les forces vous abandonnent, que vous n'en pouvez plus ». Et Voltaire de répondre: « Ah ! Madame, vous aurez toujours raison » (11).   Et lorsqu'elle tombe enceinte de Saint-Lambert, à 42 ans, elle se confie d'abord à Voltaire, puis à la marquise de Boufflers :« Je suis grosse, et vous imaginez bien l'affliction où je suis, combien je crains pour ma santé, et même pour ma vie... » (12).   Madame du Châtelet s'installe à Lunéville pour la fin de sa grossesse et pour terminer son travail de traduction des Principes de Newton. Elle accouche d'une petite fille, elle termine son ouvrage de traduction de Newton et elle meurt, de la fièvre de lait, le 9 septembre 1749, six jours après l'accouchement. Voltaire, Monsieur de Châtelet et Saint-Lambert seront tous les trois à son chevet.  Les oeuvres de Mme du Châtelet   A Cirey, Emilie et Voltaire travaillent ensemble sur les mathématiques, la physique, la philosophie. Ils publient tous les deux des livres et, parfois sur le même thème, mais avec des idées différentes.   De la nature du feu et de sa propagation (1738)   C'est la première publication d'Emilie. Ils sont tous les deux à Cirey. Jusqu'alors elle n'a fait qu'étudier et prendre des notes. Lorsque Voltaire décide, en 1737, de présenter un mémoire sur le
Page 8
sujet proposé, par l'Académie des sciences « De la nature du feu et de sa propagation » Emilie observe Voltaire faire ses expériences sur le fer dans le laboratoire de physique à Cirey et ils en parlent ensemble. Elle se passionne pour le sujet et elle ne cache pas ses désaccords avec Voltaire sur différentes questions. Alors, elle décide de concourir aussi sans rien dire à Voltaire. Elle ne le dit qu'à son mari, le marquis du Châtelet.  Elle écrit à Maupertuis qu'elle n'a pas pu faire des expériences parce qu'elle n'aurait pas pu les cacher à Voltaire. Elle a travaillé la nuit et a rédigé son mémoire un mois avant la date de remise du manuscrit. Elle combat presque toutes les idées que Voltaire a développées dans son mémoire. Et elle ne l'informe de sa participation que lorsqu'elle apprend que ni l'un ni l'autre n'ont obtenu le grand prix. Mais tous les deux seront publiés par l'Académie en 1738. Maupertuis aurait confié à James Jurin, médecin et mathématicien à qui il avait donné l'ouvrage de Madame du Châtelet: « elle m'avait chargé de vous envoyer la pièce qu'elle avait faite pour le prix de l'Académie et vous vous étonnerez peut-être qu'elle ne l'ait pas remporté » (13).  L'énigme du feu, en effet, ne sera résolue qu'à la fin du siècle avec les expériences chimiques de Lavoisier.   Traduction de la « Fable des Abeilles » de Mandeville, 1735-36   Madame du Châtelet et Voltaire s'intéressent également aux problèmes de morale et lors de leur installation à Cirey, Emilie commence, en 1735, à traduire La Fable des Abeilles, d'abord pour pratiquer son anglais et ensuite parce que Mandeville qui peut être appelé « le Montaigne des Anglais » a écrit un livre qui est, selon Madame du Châtelet, « le meilleur livre de morale qui ait jamais été fait, c'est-à-dire celui qui ramène le plus d'hommes à la véritable source des sentiments auxquels ils s'abandonnent presque tous sans les examiner» (14).  Mandeville affirme :« Ce n'est pas le bon naturel, la pitié et les autres qualités aimables qui rendent les hommes sociables , mais les vices.. .Mon principal but a été de faire voir combien l'innocence et les vertus du prétendu âge d'or sont incompatibles avec les richesses et la puissance d'un grand Etat ». Et d'expliquer que si « l'amour est à l'origine des nations : la procréation a produit la famille ... c'est au moyen de l'orgueil que les premiers législateurs ont obtenu la discipline sociale. Les ressorts essentiels de leur système d'éducation ont été l'amour propre et la louange. La flatterie, les récompenses officielles, l'appétit de la gloire ont créé, par l'émulation, le sentiment de l'honneur et son revers, la honte. .. Les règles de la morale ont donc été inventées par les politiques : ils ont nommé vices les actes préjudiciables à la société »(15). Ce qui a intéressé Voltaire et Madame du Châtelet dans ce livre c'est la « liberté de jugement qui le rendait impubliable en France, la négation de l'influence des religions sur la morale et le curieux mélange d'éléments psychologiques et économiques considérés comme fondement des `sociétés florissantes'» (16).
Page 9
L'examen de la Bible   A Cirey, entre 1735 et 1736, Voltaire et Emilie se passionnent pour le problème de Dieu. Comme d'habitude, ils travaillent ensemble sur ce thème. Chaque matin, après le petit déjeuner, ils lisent un passage de la Bible et chacun fait, librement, toutes les réflexions qui lui viennent à l'esprit.
« Y a t il un Dieu ? » Tous deux répondent par l'affirmative mais quelle est la nature de ce Dieu ? Emilie du Châtelet est très critique. Elle connaît Newton et sait que la lune est un corps sans lumière qui ne fait que refléter la lumière du soleil. Alors, selon Emilie, le dieu de la Bible ignore donc l'astronomie, sa propre création, puisqu'il ne voit pas d'autre différence entre la lune et le soleil que celle selon laquelle la lune serait un luminare minus et le soleil luminare majus.  Un autre thème : l'histoire de Jésus se trouve dans l'Evangile, mais quel évangile ? Car Dom Calmet ne cite pas moins de 39 évangiles. Pourquoi l'Eglise n'en a-t-elle retenu que quatre et comment le choix s'est-il fait ?« La généalogie de Jésus fourmille de contradictions : ici on affirme que Marie se trouve grosse avant d'avoir habité avec Joseph ; là, il est parlé des frères de Jésus et Jésus est appelé le premier né de Marie : celle-ci n'aura donc pas été vierge postérieurement à l'incarnation ? Alors, pourquoi Dieu a-t-il choisi une femme mariée comme mère de son fils ?»
Sur ce thème, Madame du Châtelet rédige l'Examen de la Bible, qui ne sera jamais publié et Voltaire écrit un Traité de Métaphysique qu'il publiera plus tard. Les deux philosophes pensent que la seule religion qui devrait être révélée, c'est celle qui est aussi universelle que Dieu lui-même et qui toucherait la totalité des hommes.   Institutions de Physique (1740)  Gagné à la théorie de Leibniz, lisant les Principes de Newton dans le texte original, la marquise du Châtelet s'efforce de concilier les thèses de Leibniz et celles de Newton. Elle veut établir philosophiquement la science empirique. Des philosophes allemands s'intéresseront à ce problème au 19e siècle. « Les ennemis, les amis d'Emilie, Voltaire luimême ont-ils lu attentivement cette oeuvre ? Elle dépasse considérablement un simple démarquage de Leibniz, n'étant pas, d'ailleurs, absolument leibnizienne, et l'on ne voit guère de femmes à l'époque qui eussent pu réunir une telle somme de connaissances scientifiques, les ordonner logiquement et les présenter d'une forme aussi dense et claire... toutes ces richesses étant généralement assimilées, raisonnées, discutées». C'est dans cet ouvrage qu'il faut chercher la femme savante ; et l'on comprend l'étonnement de Voltaire, dès 1733, à l'entendre parler, et son admiration (17). En 1746, les savants allemands la comptèrent, dans La Decade d'Ausbourg, parmi les 10 savants les plus célèbres de l'époque.  Si, à Paris, certains refusent de prendre au sérieux ce travail d'Emilie, ses Institutions sont traduites en italien en 1743 et Madame du Châtelet sera nommée membre de l'Académie de Bologne en 1746.
Page 10
 Deux siècles et demi plus tard on considère que les « premiers chapitres des Institutions sont l'une des plus belles et des plus nettes expositions de la théorie de Leibniz en français » (18).   Principes mathématiques de la philosophie naturelle par M. Newton (1756-1759)   Emilie décide de traduire les Principia de Newton fin 1744 et elle y travaille pendant 4 ans. Elle y ajoute un Commentaire sur les propositions qui ont rapport au système du monde. A la veille de ses couches, en septembre 1749, prévoyant qu'elle pourrait en mourir, elle a la force de le terminer et de l'adresser au bibliothécaire du Cabinet de Manuscrits de la Bibliothèque Royale :« Je vous supplie de vouloir bien mettre un numéro à ces manuscrits et les faire enregistrer afin qu'ils ne soient pas perdus ». En effet, elle meurt le 10 septembre 1749 et cet ouvrage ne fut publié qu'en 1759 !  Voltaire écrit : dans son Eloge Historique de Madame du Châtelet: « Cette traduction que les plus savants hommes de France devaient faire et que les autres doivent étudier, une dame l'a entreprise et achevée, à l'étonnement et à la gloire de son pays. Gabrielle-Emilie du Châtelet (...) est l'auteur de cette traduction devenue nécessaire à tous ceux qui voudront acquérir ces profondes connaissances dont le monde est redevable au grand Newton » (19).  Les auteurs de l'article « Newtonianisme » dans l'Encyclopedie « placent Madame du Châtelet parmi les 7 mathématiciens et physiciens éminents qui ont rendu l'oeuvre de Newton accessible et plus facile à comprendre ».  Une lecture attentive du Commentaire que Mme du Châtelet ajoute comme Introduction à sa traduction, nous indique que la traductrice ést informée des progrès de l'analyse post-newtonienne et qu'elle va plus loin que Newton soulevant des objections à ses conclusions d'une grande précision numérique. Plus tard, Laplace lui donnera raison en indiquant que l'inclinaison de l'axe de la terre présente en effet une variation séculaire qui avait complètement échappé à Newton (20) et que, comme l'avait affirmé Madame du Châtelet, il fallait des « observations s'étendant sur une longue durée et que de telles observations demandaient des instruments d'une qualité qui n'existaient pas encore ».
En outre Les Principes mathématiques de la philosophie naturelle sont « une transition méthodologique dans l'exposition des résultats. Passant de la géométrie à l'analyse, cette transition témoigne aussi d'une révolution dans la conduite de la recherche scientifique elle-même (...). Cette transition se manifeste clairement au long de ces commentaires alors qu'elle montre une indépendance croissante à l'égard d'un modèle newtonien devenu archaïque ».  « Ce que Mme. du Châtelet a accompli et que D'Alembert reconnaît dans la suite des noms célèbres dans les annales des mathématiques n'a en fait jamais été remplacé : nous lui devons, aujourd'hui encore, la seule traduction française complète des Principia de Newton, et cette traduction est toujours valable en regard des progrès accomplis depuis par l'historiographie scientifique » (21). Elle fut rééditée en 1966 en fac-similé.
Page 11
Discours sur le Bonheur (publié en 1779)   Madame du Châtelet écrit ce Discours entre 1744 et 1747. Il sera publié, pour la 1 ' fois, en 1779, c'est-à-dire 30 ans après sa mort.  Le Discours sur le bonheur est une méditation, voire une confession, où elle se dévoile avec beaucoup de sincérité, et, alors que la plupart des traités sur le bonheur de cette époque ne sont que « sécheresse, hypocrisie, donc artificiels, celui d'Emilie, nous dit R. Mauzi, reste émouvant par ce qu'il contient de révélations de soi, par ce qu'il laisse deviner des ses contradictions et de ses souffrances. Elle a besoin de sensations fortes pour exister ». SainteBeuve écrit que Madame du Châtelet avait parlé avec « vérité et justesse de l'amour » (22). Après avoir écrit que le premier bien est de « se bien porter », car cela est indispensable «...pour avoir des passions, pour pouvoir les satisfaire », Madame du Châtelet traite dans son Discours sur le bonheur de plusieurs sujets :  1°) La passion du jeu.  Elle aime passionnément les jeux de cartes et, comme tous les grands joueurs, elle perd beaucoup d'argent, jusqu'à s'endetter. C'est Voltaire qui, souvent, éponge ses dettes pour sauver son honneur. Elle n'a pas honte, au contraire. Pour elle, le jeu est une passion qui même si elle est, aux yeux de philosophes, très « déraisonnable », peut rendre heureux :« Le plaisir que m'a fait le jeu a servi souvent à me consoler de n'être pas riche. Je me crois l'esprit assez bien fait pour qu'une fortune, médiocre pour un autre, suffise à me rendre heureuse ; et dans ce cas le jeu me deviendrait insipide, du moins je le craignais, et cette idée me persuadait que je devais le plaisir du jeu à mon peu de fortune, et servait à m'en consoler».  2°) Avoir des illusions  « Il faut, pour être heureux, s'être défait des préjugés, être vertueux, se bien porter, avoir des goûts et des passions, être susceptible d'illusions, car nous devons la plupart de nos plaisirs à l'illusion et malheureux est celui qui la perd ». « Il faut commencer par bien se dire à soi-même et par se bien convaincre que nous n'avons rien à faire dans ce monde qu'à nous y procurer des sensations et des sentiments agréables. Les moralistes qui disent aux hommes : réprimez vos passions, et maîtrisez vos désirs, si vous voulez être heureux, ne connaissent pas le chemin du bonheur. On n'est heureux que par des goûts et des passions satisfaites (...) Les malheureux sont connus par ce qu'ils ont besoin des autres, qu'ils aiment à conter leurs malheurs (...) les gens heureux (...) ne vont point avertir les autres de leur bonheur (...) pour être heureux il faut être susceptible d'illusion (...) l'illusion ne nous fait pas voir, à la vérité les objets entièrement tels qu'ils doivent être pour nous donner des sentiments agréables, elle les accommode à notre nature (...) ».  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.