Les Coulisses 12.qxd

De
Publié par

Les Coulisses 12.qxd

Publié le : lundi 11 juillet 2011
Lecture(s) : 68
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
’AGENDA PALOIS
Concerts, théâtre, festivals, salons, expositions, sports, discothèques… Page 7
LES Cou sses dePau Journal hebdomadaire N°12 - 10 avril 2008 -www.coulissespau.com SECTION PALOISE ESCRIME Talents de “tireurs”
Des champions et des espoirs, mais aussi des compétitions internationales...C’est à lire en page 5.
SAINT-MAUR Offrir u à tous !
Visite au cœur d’un établissement catholique d’enseignement privé.Découverte… c’est en page 8.
LE PATIO : OLÉ !
Le restaurant du rond-point des allées de Morlaàs propose une formule originale.
Page 7
CI
tte est chef an Othax ande.
Place aux associations
Nous poursuivons nos rubriques pour mettre en valeur les associations et leurs nombreuses activités. Elles parti-cipent très largement à l’animation de la ville et méritent d’être encouragées.
Pages 2 et 3
Le kart intérieur
Un karting couvert s’est lancé sur la zone industrielle de Lons. La convi-vialité et l’esprit de compétition sont de mise.
Page 4
r
t
l
1
1
r
r t
LES Coulissedes Pau Journal hebdomadaire gratuit. Editeur : Association pour le Développement des Médias de Proximité 54 Bd Alsace Lorraine - 64000 PAU Tél : 05 59 92 85 40 Courriel : rédaction@coulissespau.com Directeur de la publication et responsable de la rédaction : Pierre Esposito Déclaration journaux et écrits périodiques N° 80065 Imprimeur Zeroa Multimedia - Poligono Industrial Areta - Calle Altzutzate 8 Huarte (Navarra) – Espagne
A No Si
LES Coulisses dePau
12 avril CONCERT JAZZ,GOSPEL,SWING Avec le groupe Paprika dirigé par Fanny Moullet et le chœur d’hommes Modus Vivendi dirigé par Pierre Marti. Modus Vivendi est un groupe vocal de dix chanteurs, véritables amateurs fous de polyphonies vocales. Ils abordent avec gourmandise de nouveaux répertoires : un
Association pour le Développement des Médias de Proximité-54 Bd Alsace Lorraine - 64000 PAU Tél : 05 59 92 85 40 mail : rédaction@coulissespau.com
téléchargez tous les numéros sur www.coulissespau.com
la ville
r les territoi-sacré et du ilières de la out explore, monde de la armonies si ts, Modus rouve à l’af-mmés de la s d’Orthe, s Moments ès vite, s’ex-tières avec
– 21h demandée. 0
DAIRES re, en parte-des métiers réateurs du mieux faire rs de vête-es artisans  . Ils veulent montrer que leurs produits sont loin d'être inaccessibles. Par contre, ils sont uniques, mais peuvent être créés ou modifiés sui-vant les goûts et les personnalités… Le Bazar Solidaire présentera également ses projets de mise en place de réseaux de solidarité entre artisans du Béarn et arti-sans du monde, (Népal, Mexique, Burundi, Mali, Cambodge). Rendez-vous à 19h pour une exposition-
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
vente. A partir de 20h30, concert spectacle avec le groupe vocal « Pumpkins » : une quinzaine de jeunes femmes qui décline les thèmes du répertoire anglo saxon, accom-pagnées par Patrick Delory au piano et diri-gées par Elisabeth Soulas. Noémie Roig, talentueuse jeune chanteuse, présentera son répertoire solo, s'accompagnant elle-même à la guitare. L'entrée est gratuite, on pourra trouver sur place boissons et gourmandises. Université des Métiers Avenue Léon Blum à Pau. Renseignements au 06 18 99 00 96.
16 avril ACI EADARA Rendez-vous mensuel (19h à 21h) pour que les artistes locaux puissent avoir des conversations musicales sans contraintes. Rencontre avec Eugène Chadbourne, compositeur, improvisateur et guitariste américain qui collabore au magazine « Maximum Rock’n Roll » (MRR). Maison de l'étudiant de Pau
17 avril SUCCESSIONS ET LIBÉRALITÉS Réunion d’information, organisée par l’ANHR et le CNR, en partenariat avec le CIAPA, de 15h à 17h, Salles 1 et 2 du Centre Hospitalier. Cette réunion fait suite à celle consacrée au thème « Successions, donations, patrimoine » proposée le 30 octobre 2007.
19 et 20 avril MINÉRAUX ET FOSSILES Le club Minéraux et Fossiles des Pyrénées e organise son 21 Salon au Parc des Expositions de Pau, de 10h à 19h. Comme tous les ans, l’association a sélec-tionné une quarantaine d'exposants, qui apportent les merveilles de la nature, qu'ils sont allés chercher tout autour de la planète, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets : minéraux, fossiles, météori-tes, gemmes, bijoux… une promenade distrayante et une découverte pour certains.
l ne pense pas comme eux. tant symbolique de 1 euro.
. . . . .Prénom. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tél : Mail : ......................................................................................... ........................................................................................................................................................................................... Je souhaite apporter mon soutien avec un chèque symbolique de 1 euro(chèque bancaire à l’ordre de l’association)
Signature
ASSOCIATIONS
D’ABORD
PAGE3
téléchargez tous les numéros sur www.coulissespau.com
Associations culturelles, au choix (suite)
LE SEUIL DE L'ART Séances de peinture à l'atelier, toute la semaine : chacun à son rythme, avec sa technique, son style et son thème. Soutien de l'intervenant bénévole, deux après-midi par semaine. Deux expositions collectives par an : une au Pavillon des Arts, l'autre à l'atelier. Groupe très sympathique avec soutien mutuel pour progresser dans sa créativité et sa production. 3 rue Lavigne à Pau Tel : 05 59 32 22 95
LES EXPLORATEURS Création et diffusion de spectacles. Formation d'acteur pour amateurs de 7 à 77 ans et pour professionnels. 81 avenue du Loup à Pau Tel : 05 59 84 51 50
LO CEU DE PAU Développement et diffusion de la culture béarnaise à travers la danse, la musique et le chant traditionnel. 13 rue Paul Jean Toulet à Pau Tel : 05 59 62 76 03
LUSOFONIE Cours de langue et de civilisation portugai-ses. Espaces de la lusophonie, cinéma (avec le Méliès), théâtre. Echanges culturels. Vidéothèque et bibliothèque. MJC du Laü 81 avenue du Loup à Pau Tel : 05 59 40 23 09
MAISON POUR TOUS LEO LAGRANGE Pour l'éducation culturelle, artistique et sportive. Pour l'organisation de séjours et voyages. Pour l'animation des loisirs des enfants. 41 rue du Colonel Gloxin à Pau Tel : 05 59 06 67 00
MUSIQUE EN LUMIERE ATELIER MUSICAL DE PAU Enseignement de la musique : piano, violon, saxo, chant. Cours individuels et collectifs. 29 rue Emile Guichenné à Pau Tel : 05 59 27 63 38
OSTAU BIARNES Défense et promotion de la langue et de la culture du Béarn. Fédération de 39 associa-tions (chants, musique, théâtre, danses, éditions...). Socialisation de la langue. Organisation de causeries (souvent bilin-gues) autour de la langue ou d'éléments du patrimoine béarnais. Accueil d'expositions en rapport avec la culture locale. Organisation de concours littéraire en gas-con. Lieu de rencontre, création et promo-tion de la langue occitane et de la culture béarnaise. 46 Boulevard Alsace-Lorraine à Pau Tel : 05 59 30 60 34
PAU'S THEATRE Cours et stages de théâtre pour adultes et enfants, interventions en milieu scolaire et spécialisé (déficients mentaux, sourds, maison d'arrêt...). Création de spectacles professionnels et amateurs. Organisation de matchs d'improvisation théâtrale. Location de salle de répétitions. 8 rue Maréchal Foch à Pau Tel : 05 59 27 28 77
RYTHMAPAU Promouvoir l'expression musicale. Développer la formation musicale pratique. Partager le plaisir musical. Participer à l'animation culturelle de l'agglomération paloise et contribuer aux échanges extérieurs à la région en développant des partenariats. 24 rue Boileau à Pau Tel : 06 86 84 75 63
TAM TAM THEÂTRE Promouvoir le spectacle vivant et plus parti-culièrement l’expression théâtrale auprès d’un large public. La compagnie a trois activités principales : la création (specta-cles tout public, spectacles jeune public, événementiels…), la formation (ateliers hebdomadaires et stages pour adultes, adolescents et enfants), la gestion de la salle Tam Tam Théâtre créée en 1999. 8 place du Foirail à Pau Tel : 05 59 30 26 42
THEÂTRE DE L'ECHIQUIER Compagnie théâtrale donnant des specta-cles, des formations par l’intermédiaire de classes d’art dramatique. 40 avenue Louis Sallenave à Pau Tel : 06 73 38 73 21
THEÂTRE MONTE-CHARGE Création et diffusion de spectacles. Programmation, initiation, stages, forma-tion. Location de salle. 7 rue Rivarès à Pau Tel : 05 59 27 74 91
TROUPE LES PRINCES DES VILLES Gère les créations de la troupe « Les Princes des Villes » et propose des ateliers théâtre, des ateliers chant, dispensés par des ani-mateurs confirmés, pour tous publics. Elle organise les spectacles de la troupe mais aussi des ateliers. 2 place Gramont à Pau Tel : 05 59 98 02 61
UNIVERSITE DU TEMPS LIBRE Mise à disposition des adhérents des moyens humains et matériels permettant de favoriser l'accession de tous à la culture, l'épanouissement des personnes de tous âges ayant du temps libre, en leur propo-sant des activités culturelles, artistiques, et physiques d'un niveau de qualité universi-taire dans un esprit d'ouverture aux autres, de solidarité et d'amitié. Ouverte sur la cité,
l’association favorise le dialogue entre les générations et le réinvestissement culturel et social. Faculté de lettres Université de Pau Avenue Poplawski à Pau Tel : 05 59 30 45 07
VIDEO CLUB PYRENE Découvrir la vidéo amateur au sein d’une association d’adhérents partageant leurs expériences et connaissances, réaliser des films « club » avec toute la technicité et l’approche artistique voulues, présenter vos films et créer des liens amicaux. Centre Social la Pépinière 4- 8 avenue Robert Schumann à Pau Tel : 05 59 02 52 07 Site Internet: www.videoclubpyrene.free.fr
l’observateur
La route du Somport en accusation L’association Béarn Adour Pyrénées (BAP) a réagi vigoureusement après le dernier acci-dent de camion (il a atterri dans le gave) sur la route du Somport. “Qu’on le veuille ou non la RN 134 est un passage obligé et le tunnel du Somport n’est en rien responsable du trafic existant ou des accidents qui s’y produisent en amont. Sinon pourquoi ne pas accuser aussi les magnifiques routes espagnoles qui mènent au Somport ? Parler de non respect de la limitation de vitesse est certes un argument respectable, mais c’est aussi une façon de se défausser des questions qui fâchent. La véritable cause de ces accidents répétés réside dans les retards apportés à l’amélioration de l’état de la route sur l’en-semble de son tracé, à commencer par les points vraiment noirs, du virage du Marbre par exemple. Lorsqu’il y a des crédits on invoque d’autres prétextes et inversement. On n’en finit pas de tergiverser sur les tra-vaux à entreprendre de loin en loin. Ce qui manque en réalité c’est une véritable volonté politique et économique de tous les responsables du Béarn - parmi lesquels cer-tains sont cependant exaspérés, et on les comprend - pour qu’ils se fassent entendre d’une seule et même voix afin que la Route Nationale 134 soit entièrement réhabilitée. Aussi longtemps que cela ne sera pas le cas, les accidents perdureront et feront la « une » des journaux. Tout le reste n’est que atten-tisme, circonvolutions, voire bla-bla-bla !”
L’artisanat soigne son environnement Depuis quelques temps, c’est la mode. Le “développement durable” et l’“environne-ment” sont déclinés quotidiennement et sous tou-tes les formes dans les discours politiques comme dans les médias. Mais que se cache-t-il concrètement derrière les mots ? Grâce à la Chambre de Métiers des Pyrénées-Atlantiques, le développement durable prend tout son sens. Cette notion, parfois floue, est devenue une réalité pour les entreprises artisa-nales. En effet, la Chambre Consulaire a mis en place un dispositif tout à fait unique en Aquitaine pour expliquer cette notion aux arti-sans. Cette démarche a été illustrée par la remise d’un trophée à trois entrepreneurs pour récompenser leur implication en matière de développement durable. Ainsi Hélène Mendiboure de Pub Factory à Anglet (sérigraphie), Olivier Layus du Garage Layus à Pau et Jacques Salles des Goûters Basques à Lahonce (fabrication de confitures) se sont vu remettre ce trophée ainsi qu’un prix de 1 500 euros. Ces trois entreprises ont su mettre en place des gestes simples ou des process de fabrication plus complexes pour limiter leur impact sur l’environnement. Le Garage Layus utilise, par exemple, un procédé de peinture à l’eau pour limiter les émis-sions de solvant dans l’air. Chez Pub Factory, Hélène Mendiboure a développé un système de traitement de l’eau pour récupérer les solvants plus légers que l’eau en surface et les particules de polymères au fond de la cuve. Quant aux Goûters Basques, leurs efforts se sont portés sur la diminution des postes énergie, carburant, eau et papier. Qui a dit que les entreprises artisanales du département ne pouvaient pas réussir à concilier le développement économique et le développement durable ?
DERRIÈRE
L’ACTU
PAGE4
Métier : majordome
Tombé dans la marmite depuis tout petit, Roger Menin est un passionné de cuisine. Petit-fils et fils d’hôtelier, il a lui-même vécu bien des aventures culinaires.
L’art de chouchouter les clients
De la restauration à la vente de plats cuisinés, Roger Menin a finalement décidé en 2006 de monter sa propre entreprise de… “Majordome” ! Et non, ça n’est pas du flan ! Après avoir mené la barque pendant un an, il lui manquait juste le coup de pouce pour mener à bien son entreprise. Une aide, que seule lui a accordée l’ADIE. Bilan : aujourd’hui, l’entreprise bat son plein.
Que ce soit pour les mariages, les communions ou les dîners en amoureux, le majordome est là pour vous ! Repas, orga-nisation et décoration : le jeune cuisto se déplace et chouchoute ses clients, car pour lui le savoir-vivre c’est avant tout une affaire de goût ! Après avoir travaillé pendant plus de 15 ans pour les autres, Roger Menin décide de monter sa propre affaire pour plus de liberté et pour retrouver un vrai contact avec ses clients. Un prêt de 5 000 euros lui sera octroyé par l’ADIE pour pouvoir acheter le matériel manquant.
Depuis, il va de porte en porte pour offrir ses conseils aux bons comme aux mauvais de la cuisine. Un travail d’arrache pied qui pourtant lui tient vrai-ment à cœur. C’est cette pas-sion qu’il cherche à communi-quer grâce aux cours de cuisine
Le kart intérieur
Hubert Henry et Caroline Massal se sont battus pour faire aboutir un projet dans un créneau jusqu’alors inoccupé à Pau : un circuit de karting indoor (à l’intérieur), ouvert le 22 décembre dans la zone industrielle de Lons. Dans un bâtiment 2 industriel de 1700 m , entièrement réamé-nagé et répondant aux normes d’homolo-gation pour ce type de sport-loisir, s’en-roule la piste du circuit. Une piste à la fois technique et rapide avec des virages serrés et des lignes droites. D’une lon-gueur d’environ 180 mètres, elle a été dessinée pour donner d’excellentes sensations de glisse et de vitesse. Les cinq salariés d'Henry Kart sont là pour l’indispensable briefing de sécurité et fournissent le matériel : casque, char-lotte et combinaison. Assis au ras du sol, dans l’un des huit karts haute perfor-mance, châssis carbone, moteurs 4 temps 3 de 200 cm , les débutants comme les experts trouveront dans les différentes formules proposées, des occasions de
Téléphones utiles
POMPIERS: 18 ou 05 59 80 68 00 POLICE: 17 ou 05 59 98 22 22 GENDARMERIE: 05 59 82 40 00
SAMU- 15 CENTRE ANTI-POISON: 05 56 96 40 80 SOS MÉDECINS: 05 59 62 44 44 CENTRE HOSPITALIER: 05 59 92 48 48 CARDIOLOGIEARESSY: 08 26 30 25 25
qu’il met en place, où seule une chose est de rigueur : le sou-rire. Car selon lui, pour bien faire lever sa pâte, il faut le faire avec plaisir !
“Pour apprendre à cuisiner, il faut apprendre à reconnaître les odeurs : alors, il suffit de mettre une série d’épices sur une planche en bois, de les sentir tour à tour, pour mieux pouvoir reconnaître celles qui manquent, et celles qui se marient entre elles”souligne Roger Menin. C’est aussi un peu d’audace qu’il faut à l’heure de concocter ses plats, car avant tout pour lui, la cui-sine est un jeu. Après avoir été le champion du monde de la garbure à Oloron l’an dernier, le Majordome lance sa gamme de propres pâtés et de plats cuisinés. Président des commerçants des Halles de Nay, il met en avant la nécessité des rap-
faire monter l’adrénaline ! Seul ou entre amis, le karting se pratique par séries de 12 minutes. Le circuit est équipé d’un sys-tème chrono avec écran des temps en réel et à la fin de chaque séance, une fiche récapitulative des performances est remise aux participants. Des formules pour séminaire ou équipes, avec salle de
CLINIQUEMARZET: 05 59 92 56 96 CLINIQUE DENAVARRE: 05 59 14 54 54 CLINIQUEPRINCESS: 05 59 02 55 32 CENTRE DESPYRÉNÉES: 05 59 80 90 90
MAIRIE: 05 59 27 85 80 SERVICES TECHNIQUES: 05 59 80 74 80 RÉCLAMATIONSPAU: 0 800 164 000 DÉCHETSPAU: 0 820 064 064 CENTRECOM. ACTIONSOCIALE: 05 59 27 54 85
OFFICE DETOURISME: 05 59 27 27 08
ports humains, la confiance comme pas en avant pour reprendre goût à l’art de la cuisine. La recette de son suc-cès ? Un zeste de savoir-faire, une pincée de marketing, le tout saupoudré de bonne humeur !
Pour plus d’info : le.majordome@orange.fr Tel : 06 85 22 36 73
La semaine prochaine : Zoom sur l’Adie.
réunion, repas et compétition de karts existent également. À noter aussi une vue panoramique sur le circuit depuis le bar. A vous de gérer les dérapages !
Renseignements : 05 59 72 94 75 ou contact@henrykart.fr
PRÉFECTURE: 05 59 98 24 24 CONSEIL GÉNÉRAL: 05 59 11 46 64
COMMUNAUTÉAGGLO: 05 59 11 50 50 ENVIRONNEMENT: 05 59 98 01 83 ECONOMIE: 05 59 11 50 57 CULTURE: 05 59 11 50 43 CANTINES-FOYER: 05 59 30 42 33 ARCHITECTURE: 05 59 98 78 12
CHAMBRE DECOMMERCE: 05 59 82 51 11 CHAMBRE D’AGRICULTURE: 05 59 80 70 00 CHAMBRE DEMÉTIERS: 05 59 83 83 62
UNIVERSITÉ DEPAU: 05 59 40 70 00 MISSION LOCALEJEUNES: 05 59 98 90 40 SÉCURITÉ SOCIALE: 0 820 904 216 CAF: 05 59 98 56 36 ANPE: 0 811 55 01 00 ASSEDIC: 0 811 01 01 64
AÉROPORT: 05 59 33 33 00 AIRFRANCE: 36 54 STAP: 05 59 14 15 16 TAXISPALOIS: 05 59 02 22 22 SNCF: 36 35 EDFGDF: 0 810 811 710
DERRIÈRE
L’ACTU
PAGE5
Le talent des “tireurs”
Alors que la Section Paloise Escrime peut s’enorgueillir de ses trois champions en graine, le Jaï Alaï accueillera les 10 et 11 mai prochains le Championnat de France de sabre juniors.
L’évènement va permettre de faire découvrir cette pratique sportive au grand public et rappellera aussi que la ville de Pau compte sur un des trois meilleurs clubs formateurs à sabre en France. Un championnat à ne pas manquer !
La Section au palmarès unique
Avec ses deux médailles aux Championnats du monde et ses 26 titres de champion de France, la répu-tation de la Section Paloise Escrime n’est décidément plus à refaire. La Fédération Française l’a d’ailleurs bien compris puisqu’elle réunira en mai pro-chain plus de 250 tireurs au complexe du Jaï Laï venus se disputer le titre de Champion de France devant un public de 1 500 personnes.
Pour la deuxième fois en cinq ans, Pau est donc au cœur de cette grande initia-tive sportive. Une avancée pour l’escrime qui souligne le travail fait par les maîtres Laurent Vicenty, Michel Salesse et Alain Coicaud. Quelque 200 adhérents ont en effet pris goût à une discipline riche : six pratiques sont enseignées, et les sec-tions Handisport et Artistique, créées en 2007, révèlent la constante recher-che d’ouverture du club. C’est la forma-tion qui est l’une des principales
Le chantier est lancé, livraison prévue au printemps
missions de la Section Paloise Escrime, dans le maniement de la lame et l’ap-prentissage des valeurs. « Source de bien-être,souligne Alain Coicaud,l’escrime est aussi enseignée pour se surpasser ».L’estoc final y est porté, mais toujours dans le respect et l’honneur.
Les fines lames attendues
Julien Médar, Timothé Lallement et Romain Miramon-Choy : trois noms qui font la fierté de la Section. Qu’elles soient d’argent ou de bronze, les médailles qu’ont gagnées ces jeunes tireurs palois reflètent de la présence paloise sur la scène sportive. Deux d’entre eux ont d’ailleurs été formés par Alain Coicaud depuis leur enfance : une histoire de passions qui ne fait que souligner le pari gagné, lancé il y a treize ans dans une ville où le basket et le rugby sont rois. En mai c’est donc le sabre qui est célébré : arme d’estoc tranchante, le sabre fait partie des trois types d’armes avec le fleuret et l’épée qui sont enseignées au club. Et comme avant goût, le Gymnase du Hédas accueillera le 1/4 de finale du championnat de France sabre seniors (Section Paloise contre Gisors), le samedi 19 avril à 19 heures. Les lames s’échauffent donc avant les Jeux Olympiques de 2012 à Londres, et c’est touché !
Renseignements : 05 59 27 60 87 www.escrimepaloise.com
En bref
La Section Paloise Escrime a un palmarès exceptionnel : 26 titres de champion de France et 36 podiums, 2 médailles aux cham-pionnats du Monde, 3 médailles aux championnats d’Europe.
La Section Paloise Escrime regroupe plus de 200 licenciés, de 6 à plus de 70 ans, ce qui en fait l’un des clubs les plus importants de la région, toutes disciplines confondues.
Le championnat de France de sabre juniors attirera à Pau plus de 250 tireurs et leurs accompagnateurs. De nombreuses personnalités du monde sportif devraient aussi faire le déplacement. On attend plus de 1500 personnes au Jaï Alaï les 10 et 11 mai.
LE CENTRENELSONPAILLOU
Créé en 2006, à l’initiative du Conseil général, le centre Nelson Paillou s’est installé dans les anciens locaux de l’OREP. Ce site original comprend deux espaces. Le premier héberge 72 jeunes sportifs, tous considérés comme des espoirs dans 10 disciplines différentes (sports collectifs et individuels). Ils sont ainsi accompagnés effi-cacement sur la voie de leurs performances futures. Ils ont aussi la possibilité de vivre au contact d’autres spor-tifs de haut niveau : un échange très productif. Dans l’autre aile se retrouvent 33 comités départementaux dans une formule qui permet de mutualiser les moyens, mais aussi de favoriser des échanges entre les acteurs du sport dans le département. Le centre veut aussi aider les bénévoles dans leurs démarches juridiques, de formation et même d’organisation d’événements. Renseignements : 05 59 14 18 50
BANQUE ALIMENTAIRE La Banque alimentaire s’étend en Béarn grâce au déve-loppement de sa collecte. L’année dernière, les bénévo-les ont recueilli 800 tonnes de denrées alimentaires (correspondant à une valeur de 3 millions d’euros). Les camions de l’association font chaque jour le tour des grandes surfaces pour récupérer les produits qui appro-chent de la date limite de vente pour les redistribuer dans la journée. Plus de 10.000 personnes bénéficient chaque année de cette action remarquable, pour la plupart des retraités ou des travailleurs en difficulté. Depuis quelques mois, la Banque alimentaire organise aussi des ateliers cuisine.
STADE DEAUX VIVES Après les ultimes tests réalisés par le champion Tony Estanguet, la mise en eau définitive du stade d’eaux vives devrait intervenir dans quelques jours. Il sera alors ouvert aux sportifs français pour s’entraîner avant les JO de Pékin. Le club-house devrait être en service cet été, tandis que le site devrait être ouvert au public début 2009. Un plan d’eau ludique doit également être aménagé pour être accessible à tous. Enfin, la Coupe du monde de canoë-kayak reste programmée en juin 2009 avec la participation de 40 pays.
2NOUVEAUX CONSEILLERS Jeanine Alliez-Chiros et Jean Gougy ayant choisi de démissionner du Conseil municipal, c’est Chantal Manescau et Jean Pierre Casty qui ont pris le relais. Le principe est simple : tout conseiller qui disparaît ou qui démissionne est remplacé par la personne qui suit sur la liste correspondante lors des dernières élections munici-pales. Chantal Manescau est à la tête de la clinique Labat à Orthez. Jean Pierre Casty est économiste en bâtiment.
REFUSMODEMISTE
Lors du dernier Conseil municipal, les élus Modemistes ont choisi le refus systématique, contrairement à leurs belles déclarations pendant la campagne. Outre une opposition sur tous les votes, ils ont rejeté la proposition de Mme Lignières-Cassou d’avoir deux représentants à la Communauté d’agglomération. C’est la politique de la chaise vide.
MJCDUL
Stéphanie Maza, la présidente de cette institution paloise a mis son mandat à la disposition de l’association pour se consacrer à sa nouvelle fonction municipale (adjointe à la politique de la ville). Elle était à la tête de la MJC depuis 2002. Le directeur, Jean Louis Munoz, a profité de cette assemblée générale pour saluer la constitution d’une union des MJC du Béarn qui permettra de développer des synergies importantes.
Gens d’ici
HÉLÈNESÉGUINOTTE Béarnaise d’origine (elle est née à Pau), Hélène Séguinotte vit, depuis 2002, à Montréal où elle est directrice générale de Turboméca Canada. Là-bas, elle a trouvé non seulement une fonction passion-nante, mais aussi un mode de vie qui lui convient parfaitement bien.« Au niveau de mon travail, je peux vraiment exprimer ma façon de manager, basée sur l’humain. De plus les femmes ont plus d’opportu-nités pour progresser professionnellement. Et à titre privé, je suis maintenant bien ancrée à Montréal ! C’est une ville très cosmopolite qui me ressemble puisque je me considère certes béarnaise, mais aussi citoyenne du monde. »La directrice générale confie également y avoir rencontré son compagnon et avoue se sentir« sereine et plus en phase avec la façon de vivre au Québec ».Malgré tout, son “guide” est toujours présent dans son bureau.« C’est le Pic du Midi d’Ossau. Cela me rappelle mes souvenirs de montagne. »Comme quoi, les origines ne sont jamais bien loin !
JEANOTHAX Qui ne connaît pas les célèbres confitures ou les fameuses “Coucougnettes” qui font désormais par-tie du patrimoine gastronomique béarnais ?Le groupe Miothax, basé à Uzos, développe désormais sa présence à l'international en exportant les pro-duits de la Féerie Gourmande. Des ventes sont déjà réalisées au Japon et aux Etats-Unis ; Jean Othax attaque maintenant la Belgique, l’Allemagne, l’Autriche et Dubaï. En France, le groupe réfléchit à la mise en place d'un réseau de franchises pour compléter ses magasins dans le sud-ouest.Mais la Maison Miothax, c’est aussi des actions solidaires. Avec six autres chocolatiers de France, Jean Othax, le président directeur général, aide les producteurs de fèves de cacao de Sao Tomé.« Cette île produisait 40.000t de fèves en 1974 ; aujourd’hui ce chiffre a été divisé par 10. Nous aidons les planteurs en investis-sant dans des séchoirs et des bacs de décantation pour qu’ils puissent se retrouver sur le marché inter-national, »explique Jean Othax. D’ailleurs ces fèves sont utilisées pour fabriquer les chocolats de Pâques. En parlant de chocolat, la gourmande que je suis s’est demandée si le PDG se laissait tenter par tant de gourmandises.« Vous trouvez que j’ai pris du poids ? »interroge-t-il en riant, avant d’ajouter plus sérieusement.« J’avoue que, depuis que j’ai repris l’entreprise, je ne passe pas un petit-déjeuner sans confiture Francis Miot. Et il paraît aussi que le chocolat, c’est bon au goûter ! »Si c’est un profes-sionnel qui le dit…
EXPRESSIONS
LIBRES
À vos plumes, c’est à vous…
PAGE6
Cette rubrique est la vôtre. Une seule contrainte : exprimez-vous sur un ton positif, même si vous laissez parler votre humeur, même si vous souhaitez pousser un coup de gueule. Faites aussi des propositions constructives, plutôt que seulement des critiques… L’humour sera très apprécié.
Pour faciliter cette libre expression, nous avons choisi de ne publier que les initiales des lecteurs.
Courriers, mails, téléphones, discussions au coin d’une rue... des Palois s’expriment librement !
Bravo, vous aviez raison ! B.L. (Pau Sud)
Je suis centriste depuis toujours et j’ai longtemps été un inconditionnel de François Bayrou. Au début, j’appréciais modérément les déclarations de Simone Veil, André Santini et autres contre lui. Aujourd’hui, je reconnais que vous aviez tout à fait raison de les reprendre pour éclairer les gens. Je ne sais pas qui inspire Bayrou (Marielle de Sarnez ?) mais il s’enfonce dans une dérive regret-table. C’est vraiment dommage, surtout pour lui. J’espère qu’il va ouvrir les yeux. J’ai lu hier, dans un journal national, les déclarations du sénateur centriste, Jean Arthuis, qui quitte lui aussi le Modem. Cela a fini de me convaincre. J’aime beaucoup Jean Arthuis, sa compétence, sa lucidité et sa sagesse. J’approuve totalement ce qu’il dit. D’abord, il dénonce la stratégie de Bayrou et les méthodes à caractère sec-taire. Je le cite :“J’ai ouvertement fait état de mon désaccord de fond avec cette gouvernance incompréhensible qui a conduit le MoDem à l’impasse stratégi-que dans laquelle il se trouve aujourd’hui. (...) On ne gouverne pas un parti comme une secte. Le MoDem ce n’est pas le Temple Solaire. Un parti doit avoir une ligne politique claire, assumée. Ne pas être balloté au gré des humeurs des uns ou des autres. Ou alors, c’est la tempête qui gouverne l’océan. Je ne reviendrai pas sur ma décision. Je quitte le MoDem. Je n’y ai plus ma place. Et la plupart des sénateurs du groupe (cen-triste) pensent comme moi.”Ensuite, comme vous l’aviez bien anticipé dans un précédent article, il annonce sa volonté de relancer l’UDF. C’est une excellente nouvelle ! Je cite encore Jean Arthuis :“L’UDF n’est pas morte, contrairement à ce que cer-tains tentent de faire croire. L’UDF a conservé son existence juridique et patrimoniale. Je demande que soit rapi-dement convoqué le comité directeur de l’UDF. (...) Je ne veux plus être pris en otage. Pour le moment la situation est bloquée, elle doit évoluer. Si nous ne pouvons retrouver notre liberté “à l’amiable”, nous étudierons les voies juridiques de le faire. Je veux faire revivre l’UDF, et je ne suis pas le seul. Nous avons les moyens de le faire.” Il est temps que les centristes retrouvent leur identité. Quant à François Bayrou, il ferait bien d’écouter d’autres “conseil-lers” s’il ne veut pas aller dans le mur. Sa défaite à Pau devrait lui ouvrir les yeux. A quoi bon accuser les autres. Il aurait dû gagner très largement, et pourtant il a
perdu. Plutôt que de se montrer mauvais perdant, il devrait réfléchir sur les vraies raisons de son échec. Un centriste ne peut pas gagner s’il ne rassemble pas. Un centriste ne peut pas gagner à coup d’arrogance et d’agressivité (comme l’a fait son entourage, notamment Mme Poueyto ou M. Brin qui ne sont d'ailleurs pas centristes). Enfin, brandir la vieille peur du socialo-communisme avec les mêmes slogans que dans la fin des années 1970, c’était ridicule. François, fais le ménage dans ta “cour”, à Paris et à Pau, et ressaisis-toi !
Embouteillages au nord G.P. (Serres-Castet)
On en parle depuis longtemps mais rien n’avance. Rentrer dans Pau le matin, c’est la galère totale. Pourtant, il me semble qu’il ne serait pas très compliqué d’apporter déjà quelques améliorations pour accélérer le trafic aux heures de pointe. Allez, un effort svp !
Essence, au secours ! U.P. (Pau nord)
Quand je pense qu’il y a quelques années, on disait qu’à 5 francs le litre d’essence les gens ne prendraient plus leur voiture. Aujourd’hui, on arrive au double et l’on peut craindre pire encore. La voiture devient un luxe dont, malheu-reusement, nous pouvons difficilement nous passer. Le covoiturage, sauf quel-ques exceptions, reste bien compliqué. Les transports en commun ont leurs limi-tes. Bref, notre porte-monnaie prend un sacré trou d’air. Je ne vois qu’une solu-tion : que tout le monde, particuliers et entreprises, se concentre au centre ville. Vive la marche à pied !
Des conseils T.N. (Pau ouest)
Je trouve votre journal très agréable à lire. On y apprend beaucoup de choses. Pour le compléter, je vous suggère de publier des petits conseils. Par exemple, au printemps, les astuces pour le jardin et les plantations…
Petite enfance : coup de chapeau ! A.R. (Pau)
Ce que font les organisateurs du Festival de la Petite enfance, depuis des années, est formidable. Je trouve que c’est un tour de force incroyable de mettre en place de manière bénévole une manifes-tation de cette importance. Un travail énorme sûrement. En plus, la qualité est au rendez-vous : qualité de l’organisa-tion, qualité des animations, qualité des thèmes abordés. Franchement, bravo à tous les responsables !
Pour nous écrire…
Vous pouvez envoyer vos courriers ou photos au siège du journal,
par courrier : Les Coulisses de Pau 54, Bd Alsace Lorraine 64000 PAU
ou par mail : rédaction@coulissespau.com
L’éditeur se réserve le droit de publier ou pas les courriers et documents reçus, ainsi que de n’en publier que des extraits.
COULISSES ET
SORTIES
PAGE7
Le Patio vous régale : olé !
Depuis 7 ans déjà, le Patio s’éver-tue à redonner le sourire aux Palois en leur offrant un petit bout du soleil espagnol. A la tête de cette entreprise, un patron plein d’humour qui a laissé derrière lui ses terres basques pour se consacrer avec toute la famille au restaurant.
Après un début difficile, le Patio est aujourd'hui fier de son succès. Les secrets de sa recette ? Bonne ambiance et convivialité ! Décor andalou, tapas, petite cour ombragée : il ne manque plus que les sévillanes et l’on se croirait en Andalousie ! S’il prend les odeurs et l’am-biance espagnoles, ce sont en réalité le rouge et blanc qui caractérisent le patron du Patio, fervent défenseur du club de rugby biarrot.
Le royaume des tapas
Drôle et atypique, il n’en reste pas moins un patron de restaurant à l’écoute perma-nente des désirs de ses clients. Pour preuve, ce sont eux qui lui ont soufflé la recette de son restaurant. Aux tapas ini-tiales, s’est ajoutée l’idée d’un buffet. Pour 30 euros, plus de 60 tapas différen-tes y sont servies à volonté ! Pulpo gal-lego, ensaladilla russa, patatas castella-nas… Pour ceux dont la gastronomie espagnole est encore un mystère : pas de panique, le français est aussi de mise et le patron saura vous conseiller ! Car si ce passionné d’Espagne est parti sur les routes pour apprivoiser l’art de las tapas, c’est un peu pour lui et surtout pour satis-faire l’appétit de ses clients… Et l’on en redemande !
Un concept original et… plein de surprises
Et pour mettre le fuego, un karaoké est de mise tous les vendredi et samedi. Sauf qu’il vous faudra chanter depuis vos tables, car ils sont réservés à la famille. Ben oui, sinon ça risque de casser les oreilles ! Bref, une mesure qui s’impose dans une volonté de faire du restaurant un moment agréable. N’empêche que la sangria est à volonté avec le buffet, alors gare à vous ! Mais si la bonne ambiance est au rendez-vous, il ne faut pas oublier que les tapas sont faites maison avec des produits
Culturamerica
10 avril (18h) Rencontre littéraire avec Santiago Rongagliolo, romancier péruvien -Présidence de l’Université.
10 avril (20h15) Conférence-débat Le terrorisme d’état en
Sortirà Pau
Cafés-concerts Le “ex-Champagne” Tél : 05 59 27 72 12 Sacha Bar - Tél : 05 59 82 90 78 Le Galway - Tél : 05 59 82 94 66
Café-littéraire L’Entropie - Tél : 05 59 82 95 44
Colombie, avec Hernando Calvo Ospina Présidence de l’Université.
11 avril (18h) Rencontre dessinée José Munoz Présidence de l’Université.
Cafés-quizz La Tireuse - Tél : 05 59 84 40 29
espagnols, et qu’un coin calme est là aussi pour les amoureux. Avec ses tapas à un euro et ses plateaux de dégustation à 8 euros, les prix se font tout petits. Une formule qui ne peut que séduire, bien menée par une famille qui a plus d’un tour dans sa poche : après avoir tenu pen-dant des années un restaurant en bord de mer à Saint-Jean-de-Luz, le changement de vie est bien là ! Toujours plein d’idées, Le Patio nous réserve donc encore bien des surprises…
Le Patio Rond-point des allées de Morlaàs. Tél : 05 59 84 74 71
11 avril (20h) Soirée cubaine avec concert de Raul Torres et le film PLAFF, sortilège à Cuba de Juan Carlos Tabio.
12 avril (20h30) Film Calle Santa Fe de Carmen Castillo,
Le Bouchon - Tél : 05 59 27 48 18 Grain de Raisin - Tél : 05 59 82 98 44
Cyber-cafés Bars d’ambiance Cyber Café - Tél : 05 59 82 89 40 Les Frangines - Tél : 05 59 27 81 39 Cyber Modercom - Tél : 05 59 83 75 79Irish Pub - Tél : 05 59 27 81 14 La Capoeira - Tél : 05 59 92 83 39 Pub BillardFiesta Latina - Tél : 05 59 83 70 08 Red Lion - Tél : 05 59 62 51 04 Le Winfield - Tél : 05 59 27 80 60 Le Grand Zinc - Tél : 05 59 27 00 25 Bars à vinsLe Bikini Le Bien PensantTél : 05 59 27 52 19 L’étranger
réalisatrice chilienne, suivi d’un débat avec un militant chilien, au cinéma Le Méliès.
13 avril (20h20) Film : L’année où mes parents, au cinéma Le Méliès.
Discothèques Le Durango - Tél : 05 59 27 60 51 Le Blue One - Tél : 05 59 32 15 46 Le PAF - Tél : 05 59 27 20 97 The House - Tél : 05 59 82 96 20
Karaokés Bowling - Tél : 05 59 32 15 46 Hoegarden - Tél : 05 59 02 80 37
SPORTS Section Paloise / la Rochelle - 12 avril Stade du Hameau à 18h30. Pau FC / Cherbourg - 18 avril Stade du Hameau à 19h30. Elan Béarnais / Cholet - 18 avril Palais des sports
THÉÂTRE- DANSE Fred Frith Quartet - 11 avril Opéra - Art Scène Théâtre Yvonne, princesse de Bourgogne - 11 et 15 avril Tam Tam Théâtre Des ténèbres à la lumière - 13 avril Opéra - Art Scène Théâtre Ubu Roi - 17 avril Théâtre du Monte-Charge Sombrero- 17 avril Danse - Art Scène Théâtre Le journal d’Anne Frank - 19 avril Cie du Phénix - Théâtre Saint Louis
Théâtre Saint Louis - Tél : 05 59 27 89 18 Théâtre du Monte charge - Tél : 05 59 27 74 91 Théâtre de Saragosse - Tél : 05 59 84 11 93 Tam Tam Théâtre - Tél : 05 59 30 26 42 L'Art Scène Théâtre - Tél : 05 59 13 86 99
MUSIQUE- CONCERTS
Renan Luce - 10 avril Zénith à 20h30 Isabelle Boulay - 11 avril Zénith à 20h30 Requiem de Faure et Motets Français - 11 avril Eglise Saint Jacques Cali - 12 avril Zénith à 20h30 Marvin et Randy Mandys - 17 avril Maison de l’Etudiant Struber Jazztett - 22 avril Jazz - Théâtre Saint Louis à 20h30
Orchestre de Pau - Tél : 05 59 80 21 30 Palais Beaumont - Tél : 05 59 11 20 00 Zénith - Tél : 05 59 80 77 66 Amis Chanson Populaire - Tél : 05 59 82 93 97
FESTIVALS- SALONS
Festival de la Petite Enfance - jusqu’au 13 avril Parc des Expositions Minéraux et fossiles - 19 et 20 avril Parc des Expositions Exposition canine - 20 avril Parc des Expositions Soirée Orientale - 25 avril Parc des Expositions
Parc des Expositions - Tél : 05 59 40 01 50
EXPOSITIONS- VISITES Les beaux dimanches du Château de Pau jusqu’au 27 avril Visites actives et ludiques pour les jeunes
Photos de David Ravanel - jusqu’au 12 avril Palais Beaumont
Mur du lapin agile - jusqu’au 18 avril Guillaume Pinard - Sagace
CINÉMA
Le Méliès -Tél : 08 92 68 68 87 Programmation et horaires : www.cenefil.com
Saint Louis et Mega CGR -Tél : 08 36 68 04 45
à savoir
Le recrutement des enseignants du privé Les enseignants des collèges privés sont recrutés de la même façon que dans les collèges publics : ils sont en effet diplômés de l’agrégation ou du CAFEP, qui est l’équivalent du CAPES externe de l’enseignement public. Le CAFEP n’oblige en rien l’enseignant d’être croyant ou baptisé : cependant, il oblige à respecter le projet éducatif propre à l’enseignement catholique. A partir de là, l’enseignant aura la possibilité d’accepter ou non d’ensei-gner la catéchèse. Non fonctionnaire, l’enseignant est un contractuel de droit public ayant le même salaire brut qu’au public: une fois devenu contrac-tuel définitif, la garantie de l’emploi sera assurée par les accords nationaux sur l’emploi.
Le financement des collèges privés Le financement des collèges privés se fait en partie par l’intermédiaire du Conseil général qui accorde des aides en vertu de la loi Falloux après avis du Conseil académique de l’Education Nationale. Cet investissement sous forme de travaux, concerne 29 collèges privés dans le département. Un forfait de l’Etat participe aussi à cette contri-bution publique du fonctionnement des collèges privés. Une contribution des familles est aussi demandée : à Saint Maur elle correspond à un montant de 36 euros par mois, dont en sont exemptés les boursiers de niveau 3.
Le Département et les collèges publics Le Conseil général a la responsabilité de la construction, de l’extension, de la réhabilitation et du fonctionne-ment des collèges publics, avec comme priorités la sécurité des collégiens et leur qualité de vie, l’amélioration des conditions d’enseignement par des matériels et des locaux adaptés à la pédagogie actuelle, l’accessibilité aux enfants handicapés…
TIC et voyages Le Département développe les techno-logies de l'information et de la commu-nication au collège avec l’installation de matériel informatique, la fourniture de baladeurs MP 3 (apprentissage des langues) et de tableaux numériques…
Echanges avec l’Espagne Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques apporte une aide finan-cière aux collèges publics et privés pour le financement de voyages et le développement d’échanges avec la Péninsule ibérique. Il veut ainsi renfor-cer la coopération transfrontalière dans le domaine de l’éducation. Un dispositif qui est progressivement élargi aux autres pays membres de l’Union européenne.
COULISSES ET
ENSEIGNEMENT
PAGE8
Saint-Maur : une chance pour tous
On dénombre en France 5.800 organismes de gestion des établis-sements catholiques d’enseigne-ment (OGEC) pour 1.000 écoles, collèges et lycées. A Pau, l’un d’eux gère plusieurs établisse-ments dont Saint-Maur. Rencontre...
Régie par la loi de 1901, cette association assure une autorité juridique mais aussi de gestion sur les établissements : budget, tenu des comptes, prix de la cantine, entre-tien des locaux… L’OGEC est financé en partie par des collectivités publiques mais reçoit aussi des contributions de la part des familles ou encore des dons. A travers sa mission, s’esquisse la volonté d’établir un projet éducatif : l’identité catholique y est revendiquée dans un enseignement qui réclame son ouverture à toutes les confessions.
A Pau, le directeur de Saint-Maur nous ouvre les portes de son collège privé dont il révèle la première préoccupation, la prio-rité :« la réussite pour le plus grand nom-bre ». Pour ce faire, tolérance, respect et éducation sont les maîtres mots.
L’école pour toute la vie
« L’école, c’est d’abord la volonté de don-ner leur chance à tous les élèves ».Des mots forts que prononce le directeur de Saint-Maur, illustrant une organisation qui ne cesse de tendre vers cet objectif. Car dès la sixième, des groupes de niveaux et de compétences sont organisés dans différentes matières (mathématiques, anglais…) pour rattraper le retard de cer-tains et ne pas ralentir les autres. Pas d’éli-tisme, puisque dans le reste des autres matières les classes sont mélangées, mais une volonté de mettre les élèves à égalité lors du passage en cinquième.
Dans ce même souci d’harmonisation, une étude de 16 heures à 17 heures, encadrée par les professeurs, permet aux élèves d’organiser au mieux leur travail person-nel. Mais, pour leur donner de véritables repères, des projets pédagogiques se met-tent en place, comme celui de la “cantine bio”, celui de “l’eau et le développement durable” ou celui de “cap capitale”. Apprendre à respecter son environnement, à s’y sensibiliser et à développer l’esprit critique : que ce soit des gestes au quoti-dien ou de création des projets ponctuels, Saint-Maur se veut être aussi l’école de la vie.
Celle de la religion, oui, mais aussi celle de la tolérance
Ce qui différencie réellement Saint-Maur des collèges publics, c’est son fondement religieux dans l’apprentissage des diffé-rentes étapes de la foi et des valeurs que celle-ci implique pour l’enseignement.
D’identité chrétienne, le collège se reven-dique cependant « ouvert à tous ». Tous les quinze jours sont donc enseignés des cours de religions : on y découvre l’is-lam, le judaïsme, le bouddhisme et le christianisme. Des visites des lieux de cul-tes dans la ville sont aussi organisées. Tout ça dans le but de« combattre l’ignorance, à l’origine de la peur, selon le directeur du collège. Tout en révélant que la différence est source de richesses, nous montrons aux élèves qu’il existe des ponts entre les religions. »
Si certaines adaptations sont possibles comme les restrictions alimentaires, il semble parfois difficile de faire face aux exigences des différentes confessions. Pas d’absence pour les fêtes et pas de change-ment de programmes sur la question de la reproduction ou de la génétique ne sont à envisager. Pour la question des signes reli-gieux ostentatoires, la réponse reste encore en suspens :« ça ne m’est pas arrivé de me confronter à ce genre de situa-tion, qui me semble très délicate,affirme le directeur.Aujourd’hui j’ignore tout à fait comment je réagirais. Une chose est sûre : je refuse tout signe de quelconque communautarisme ».
La cantine se met au bio Désormais, les élèves vont raffoler de la cantine ! Le collège Saint-Maur fait, en effet, du bio à toutes les sauces. Tous les midis, un produit bio est servi à la cantine du collège et une fois par semaine, les élè-ves ont droit à un repas bio complet. Légumes et fruits sont fournis pour la plu-part par les agriculteurs et la viande chez Celpa à Arthez-de-Béarn. Une manière de faire découvrir d’autres saveurs, et de connaître un peu plus ce que l’on a dans son assiette ! Et puisque certaines auda-ces culinaires sont permises, les élèves ont même eu droit à du chinois bio. En plus des repas thématiques, ça ne coûte pas plus cher. Décidément, à la cantine, on va y prendre goût !
Les débuts du chinois Alors que Saint-Maur s’implique dans l’apprentissage des langues, deux clas-ses de chinois sont apparues.
Saragosse : précision L’Expo internationale ouvre ses portes au public le 14 juin. A partir du 11, tout devra être installé pour les premières visites officielles.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.