Techniques culturales

Publié par

PRODUCTIONS VÉGÉTALES. 20. 16 JUILLET 2010. Techniques culturales. Bernard ou le bonheurde trouver d'autres voies. Tcéiste ? Non Sdéiste,. Bernard. ...

Publié le : jeudi 5 janvier 2012
Lecture(s) : 124
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
PRODUCTIONS VÉGÉTALES
Techniques culturales
Bernard ou le bonheurde trouver d’autres Tcéiste ? Non Sdéiste,huile), elle a laissé durant sa Bernard. Un agriculteurotua-mlb nd épsem tlee giarthél dutionallainst àlri eseasn cé du sud Touraine combléne. En février-mars, second par le retour en force dea bête »e « de llbcogaA .g 8 seuqleuqunc ve a àiéll Ars d joue l’agronomie sur sa ferme.la moisson, elle n’attend que le Un regain d’intérêt pourmoment d’être libérée de son son métier qui n’est pasencombrant compagnon pour prêt de le lâcher.repartir de plus belle et offrir au moment de sa floraison un four -rage estival de qualité.« L’an n Moissonné un lundi, le dernier, 40 vaches ont mangé le champ d’orge a reçu les grainesfourrage de neuf hectares durant de son couvert suivant… le jeu - Les rairies ne di, trois jours plus tard. Ici sur2pl5ujsoruerst o»p .-timasyétsis  samnreéut  son cette parcelle argileuse difficile, quement sursemées mi-août en trois jours après avoir engrangé fétuques, trèfles blancs et dac -sa récolte de grain (68 q/ha), Bernard Destouches, polycul-tsyelse .c oSûotsu cdiee upxr oddeu c tiomni naivmeics elre  teur-éleveur de Chaumussay semis direct intensif, l’agricul -a semé directement dans le chaume. Entre deux, il a pres - teur cherche aussi à valoriser sé et retiré la paille et épandu lLese  tparuoxd udites  redne osuovnel ltermoeunpte aeus.t  un amendement de fumier de volaille. Désormais le mélange élevé, un tiers. Un quart des de moha et de trèfle d’Alexan - vaches sont inséminées. Les drie levé, pousse, dopé par laconvaincu, a transformé sa ferme en laboratoire d’agronomieA Chaumussay, Bernard Destouches «sdéiste»  -mâles sont vendus au prin chaleur et les pluies orageuses.à ciel ouvert.es ls,mpseisén getmères réformées sevdneu stel seba ,uttaà se Fin août, au cœur de l’été, l’agri - mise les désherbants. Le chemintant qu’elles sont autorisées. » et vesce semé le 10 aoûtS’il avoine culteur pourra y installer son nest pas sans embûches mais il y a infestation, chlortoluron et 2009 ; linterculture de blé sur pTaoru rlenso n,L escolnetr cc odmemLerocciahleiss éeest  troupeau pour pâturer au fil ce avance Bernard. Les roblèmes fourrage peu coûteux (50 euros sont légion et les solutipons offer-iFsooxp rportou reonn  sào lrtaiuet ohimvnere,  ejta DmFaiFs  bdléA, lexanadvroiien. e«+ pEhnatcoéluiren+estorlè,jee   lucer el cevA .eisboAmdmorb edc moemn -culteur, lagriepad-de semence par ha) ou bien tes par la nature aussi. en systématique ; l’interventionpréfère semer dans un sol réchauf -enrubanner la seconde quin - Les limaces dans les blés ? Si ou zaine doctobre 6 à 7 tonnes de lon est après colza, et bienilpesatr  tpoaujrcelrlse . raLiesso ncnhéae mppasr cseollnet  ressap ed tsec  tsl noe asitarileux,e mie. Lancéfa  lnémi qé,nduadtoen se rade uvdeessen ilmroiuespnd é sai,rr redcieètsr neé.cehs«te cpBsa .ise nMp rsaêûitsr     matière sèche d’énergie et de er les protéines. Détruit à la première rseupfotu sdsee sl eudre lacisoslezra  mtaanntg quil pneoauur ribs oavvienc  leet  fduem ifeur mdiue rtsr odue- »n.cuha cdee  àilut ounc vea pyér ou pne yl alsie sls iafo ar e rc gduo rdpeun tesé beénn -soli csnuatf sd-em alemetxnpérr iseenucs  gelée, il assurera portance et lé en herbe. En protection du sol le temps que ne gène pas le b volailles à raison de 4 tonnesmais encore assez humide pour que  la culture dautomne sinstalle. tmératoipèroed ed engeasts tproasn ounmigeo, uler mgaest,- rteosu s alceisd edse, ulx eantnrse t;i esnu r elne s bteorn- r e,s»eatlt  rec onnes enilel ec-ot-milb.l e pCaosnledsi tfieonn-Qetatsnoc li dnauté dlarirégu la d  eévse sel eesetl es lurtosonestnetboner emedé réales nus en c  Sur cette exploitation de 155 du genre conservateur il conti - père de famille reste la règle ; de la réussite, ne pas tasser le cette année, Bernard se dit qu’il ha, l’agriculteur ne laisse pas de nuera de boulotter son menu répit au sol, lui proposant enco - as de un marnage triennal, grâce à la sol, rouler en basse pression sur  re et encore de produire ce qui de crucifère. Sil ny a np as-Cuma dAbilly. Sur blé, ce pion-sol portant.est sur la bonne voie. se fait de mieux pour lui de la sgargaem idnAélelsi é à sudféttr uài rlee,  duégapger. nviaetir odne  alpapgrréicciuel tluers e qduea lcitoénss edre- le rôle mAjeur de.seéilpmis seuralcultues hniqt ced setpsea edntnees l desigéscT*tsié matière organique. Depuis dou - uand les vèlent ze ans, il a quasiment raccroché mQenaçante sr,e lpioduésasle sr éssei drée dans ldae  kmieasgénriétsei e peot urd e sesso ufarpep. orLtas  lLAa  lluuzzeerrnneeest au c œur de lameais teisdé SesL uop  rt anurlent iêtérc-ei rnes uoilngnt à se différen la charrue et il apprend. Ses échecs se font expériences ; il tuino ngnlyé pdheo ssautlef aàt e 1,d5a lmitrmeo naidudim- dkioérsiégriitnee  emsti nuinè ree ntgrrèasi sr incahteu reenl  arénunséseitse  ddeu  sryésctoèltme e. dAesp rgèrs atirn ois om latég trcor sut vét eruv uoslid vune lost sairecravans telmes d si apprend seul, la bêche à la main pour voir ce qui se passe « des - esetmdis h».uile,« 48 heures après leeve  tudarlb.e isénà mussa -imitila pongrrosiesd  euoeperc meèi lfat, lsaur amgaegefo udrehc ef ua erpdnuouvees sprèsnt aou vivant. sous », la structure, les vie semelles de labour qui bloqeost,  ldaegxripclouilttaeuntr  plante fourragère a été laissée **Variétés de blé retenues par les racines, les mauvais t joués par certains outils à d sa connotation en place l’an dernier. « Délica-Bernard Destouches en 2010 : passés au mauvais moment.nagtie olna  dreo ltaa tSioAnU.  tdeléamtsresuinitt ue ea pssa(orn omuunmv eédlelé es »h seumrlbafaios n ts nabonlnés   u  n 8te225R ,RPR, Ade Pnge mélaoimérP ,ogitlAheacAp, iarcGa, iglt Ao,chpa Ae,ozereL .mes  rio Il apprend aussi et surtout les autres, dans le cadre otrnet  60u nh a mdéel ablné- crémaqnence de type Aback à Victor Jury avec trois trémies se groupe de « Sdéistes *», l’a ciation Base. Il apprend e tournesol, 21 ha 25 g/ha, Primus à 0,05 l/ha +prête bien au semis des mélanges. en lisant, et en participaoorrtgee dihivees.r , E1n0  tous les stages l’intéressant gra n hiver pas moins de trois aveernotl ess aesnriccihéiersa  chambre d’agriculture d’I so et Loire. lentille alimen -« Le labour restructure en altures, après de rence, retourne la populis, l’agriculteur d’adventices mais ses incodonner l’avoine nients sont conséquents. Le veais « graissant le gourmand en carburant dilcuitnod  eesemcnrois ans de proderèiuop al r  ne,veoue llrrcat sèrpArgce ,ed aletopmoc etd eése,inelamnufee  d matière organique, brasse quantitéluzerne, du fourrage sous couvertdre, de vesce et deg e,essc e de graines facilitant leur levée. Enmouta fait, moi je cherche à remuer le solde blé.de pois alimentaire.« Mine de le moins possible. »Pour contenirrien, la richesse de la rotation, les maladies, les ravageurs etAllonger et enrichirla diversité des racines et de leur surtout la flore concurrente ce « paysan » -, comme il le revenles rotAtions es ls, serutluetnaviusfalprorel oç ndxetiese tusoe  rl,a ecc xus neafru dique, allonge ses rotations, S’il est féru d’agronomie, leéléments NPK stockés voire parfois associe les plantes entre-elles, sdéiste n’est pas bio pour autant.bloqués en profondeur. » installe systématiquement les« Il nous reste des molécules à dis -Cette année le tournesol a étéBernard a semé en direct un mélangeTrois jours après la moisson d’orge, couverts d’intercultures, opti -position, alors autant s’en servirsemé sur couvert de moutarde,moha-trèfle d’Alexandrie. 2016 JUILLET 2010
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.