Une parcelle associant agriculture de conservation et arbres

Publié par

Voilà 15 ans que Philippe Pastoureau a abandonné la charrue pour se mettre à l'agriculture de conservation. Ses 90 hectares de cultures sont conduits en technique culturale sans labour. « Je me suis lancé en même temps qu'un voisin. Au départ on a rencontré des difficultés car on gérait nos cultures comme en labour. En 1998, le taux de matière organique des parcelles de la CUMA était de 1,6 points et en 2002 de 1,4 montrant bien qu'il y avait un problème. On a vraiment découvert cette technique en 2002 en réalisant des formations. On a compris alors qu'il fallait remplacer le travail de la charrue par un travail biologique (nourrir les vers de terre). Aujourd'hui, notre taux de matière organique s'élève à 2,4 points, » explique Philippe Pastoureau. Depuis, ce dernier a beaucoup travaillé sur ses parcelles conduites en agriculture de conservation. Des arbres et des cultures sans labour Voilà deux ans que, Philippe Pastoureau travaille également sur une parcelle d'essai dont les itinéraires techniques reposent sur le concept d'intensification écologique des agrosystèmes.
Publié le : jeudi 5 janvier 2012
Lecture(s) : 58
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
VIE PRATIQUE
AgroforesteriePhilippe Pastoureau, éleveur de vaches laitières et de volailles de Loué, est chargé des travaux agricoles sur une parcelle agroforestière d’essai de Parcé sur Sarthe. Une parcelle associant agriculture de conservation et arbres
Voilà 15 ans qu ehPlipiepaPtsuoaure a andbanéonc alrrahp eu ruoettrse magreà luterciluocsnd  e-erldairempbo pn2ere8 p sPmusa lusvcrtélo oerriu ssrrcaeeustalpeutuo.rusaed»,rnpn .rt Léaàc  iclseaelr lgPee hduier-tio icerL narogpAus lts ueasrevu dor eitrroc: pisn-onrsiavre-vation. Ses 90 hectares de cul-s. La rotati tures sont conduits en techniqueDifférentes essences végertscouv et .xtéuapeciserut-luc sed no culturale sans labour.« Je me suisEn ce qui concerne les rangéesLa réduction progressive du lancé en même temps qu’un voi-d’arbres intercalées entre les cul-du sol et du trafic surtravail sin. Au départ on a rencontré destures, elles sont constituées soitles parcelles. La restitution difficultés car on gérait nos cul-uniquement avec des arbres plan-intégrale des résidus de ré-tures comme en labour. En 1998,tés tous les cinq mètres soit encolte à la surface du sol. le taux de matière organique desitee.vrtaoi ntea rgfoculture de conseriagt anuproeg,rehtraS rus écraPa à éolide Vite uds rè eseitforoleelgr aa Lrcpaintercalant des arbustes entre les parcelles de la CUMA était de 1,6ores rarbres implantés tous les dixL’agroforesterie est un sys-points et en 2002 de 1,4 montrantPhilippe Pastoureau gère la partie culture.mètres. Deux types de plantationstème de production qui as-bien qu’il y avait un problème. On :ont été testés des arbres poursocie sur une même parcelle a vraiment découvert cette tech-sition une parcelle de 4,5 hec- qui s’occupe de la partie Agroof, du bois d’œuvre (chêne, produiredes arbres à des cultures ou nique en 2002 en réalisant des for-tares où arbres et cultures se arbres. noyer et cormier) et un mélangeà des pâtures. mations. On a compris alors qu’ilcôtoient.« L’objectif de cette par- (noisetier,Les 4,5 hectares sont décou- prunus, érable, robi-Pour plus de renseigne-fallait remplacer le travail de la celle est de produire de la « bio- nier chêne) destiné à produire dupés en cinq bandes alternéesments : charrue par un travail biologique masse énergie » et de l’ensemble des cul-pour alimenter d’arbres« bois énergie »(bois de chauffe).vants:ites suic zevuopretlusnoffdies l stsenérous V (nourrir les vers de terre). Aujour- témoin forestier (600 arbres Un annuelles de la rotation (blé, turesla plateforme. Cette parcelle expé-ww.agriculture-d d’hui, notre taux de matière orga-rimentale permettra d’étudier la avoine d’hiver, maïs, féverole d’hi- plantés comme en milieu fores--w e-conser-nique s’élève à 2,4 points, »réaction des arbres associés à des et colza), afin de s’affranchir ver a également été inséré en tier)atvn.ionetfoo-mocwww explique Philippe Pastoureau. cultures en semis direct, de pro- des conditions climatiques d’une bout de parcelle pour comparerba.ass www-rga..resf. Depuis, ce dernier a beaucoup poser des associations cul- année sur l’autre et de pouvoir la pousse des arbres entre unroagt jero punz -o-a evovsuS i travaillé sur ses parcelles tures/arbres intéressantes pour adapter au besoin la rotation en milieu forestier et un milieu agro-conduites en agriculture de la production durable de bio- temps réel. La conduite de ces forestier.taoinfaz e ire unrmfoov es suh-uoetiauq uo reitserof conservation. masse énergie, d’étudier les cultures sans retournement de« Après deux ans d’implanta-sur l’agroforesterie, vous concurrences et synergies entre sol et avec un couvert végétal per-tion, les premières constations ont Des arbres et des cultures sans en fait leur particularité manentvégétaux annuels et pérennesété faites. Les mauvaises herbesàr sepov zevuoserda su labour force l’arbre à mieux s’enraci- etainsi que le comportement desautour des arbres sont difficiles àl Agroof. Voilà deux ans que, Philippe sols (fertilité, structure...) en ner.gérer. Il faut trouver un compro-Pastoureau travaille également réponse à divers peuplements. mis« Entre chaque bande, une lar- tion pour ne pas trop salir les cul- pour être tranquille par la sur une parcelle d’essai dont les geur« En complément, un suivi du car- de 31 m a été établie (28 m de tures. Pour les arbustes entre les suite et d’investir un peu plus dans itinéraires techniques reposentbone sera effectué pour détermi- culture et 3 m de bande pour les arbres, il serait nécessaire d’ins- protections adéquates autour des sur le concept d’intensificationner le stockage réalisé par cette arbres pour leur assurer une des des protections pour les pro- taller excepté deux bandes pour arbres) écologique des agrosystèmes. Sur la distance entre deux tégerassociation, ainsi que des mesures lesquelles croissance » des lapins à environ 5 à bonne, conclut son site de compostage de Parcéde biodiversité, »explique Fabienlignes d’arbres est de 19 m pour cm de hauteur. Il est important 10Fabien Liagre. sur Sarthe, Véolia a mis à dispo- Liagre, du bureau d’étudesévaluer l’impact de l’ombrage des de passer du temps à l’implanta-CYRIELLE DELISLE
Chronique juridiqueVient de paraître Les délégués du personnelLes légumes en restauration Obligatoires dans lessur la fixation des congés payés. par l’intermédiaire notammentcollective, Pistes de relance entreprises de plus de 11Les délégués du personnel d’un salarié, qu’il existe dans l’en-salariés, les délégués du une atteinte injustifiéepeuvent également faire des trepriseUne première étude sur la personnel élus exercent droits des personnes, à leur auxsuggestions sur l’organisationrestauration hors les attributions que le physique ou mentale, ougénérale de l’entreprise. En l’ab- santédomicile parue en 2009 Code du travail leur confie.sence de comité d’entreprise, aux libertés individuelles, ils enconfirmait la faible Par ailleurs ils peuvent avisentl’employeur informe les délégués immédiatement l’em-utilisation des légumes parfois être amenés à ployeur. Celui-ci procède ou faitdu personnel, une fois par an, desfrais en restauration endosser une autre à une enquête. En caséléments qui l’ont conduit à faire procédercollective, alors que fonction. carence de l’employeur ou de deappel, au titre de l’année écoulée,l’intérêt de ce marché et qui pourraient le conduire à divergence sur la réalité de cettepour la filière est évident. Leérud à liavar personnel ontsed légééu sudnoitatnefsaéirre pe pradeepn  lioopsrsumli ea éenn v àeiirtetnàad, c sertno stat ed(ou le déléguésitn,el  easalir énéerve ai rtrpa el alas éircnocL’étude explore les différents un qui consiste à faire part auprès de déterminée, à des contrats de écrit ne s’y oppose pas) saisit le freins à l’usage des légumes l’employeur de toute réclamation mission conclus avec une entre- conseil de prud’hommes qui frais, principalement les diffi-individuelle ou collective en prise de travail temporaire ou à statue selon la procédure de cultés d’utilisation, le manquePrix : 23,00 € matière d’application de la régle- des contrats conclus avec une référé. Le juge peut ordonner de formations ou d’équipe- gier : la restau mentation du travail (Code du entreprise de portage salarial. sous astreinte toutes mesures de ments, la concurrence des la restauration au travail en travail, convention collective, Ils sont également les interlocu- nature à faire cesser cette produits surgelés ou apperti- priorité, également les maisons salaires,). Les salariés perma- teurs de l’inspecteur du travail atteinte. Pour exercer leurs sés, etc. Face à cette situation, de retraite, dont les résidents nents mais aussi extérieurs à qu’ils peuvent saisir de tout missions, la loi a reconnu aux cette nouvelle étude, rédigée sont amateurs de légumes l’entreprise ou intérimaires problème d’application du droit délégués du personnel différents par Catherine Baros du CTIFL, frais. peuvent saisir les délégués. Leur du travail et accompagner, s’ils le moyens comme des réunions propose quelques pistes de Pour en savoir plus : contacter Reine rôle de consultation, est surtout désirent, lors de ses visites dans avec l’employeur à une fréquence relance, notamment en matièreChéreau aux Editions Ctifl. mis en œuvre en cas de licencie- l’entreprise. Plus généralement, régulière (une fois par mois), un de communication santé ou Pour commander (chèque à l’ordre du dme ecnot mécitoén doemnitqrueep reits ee, ni llabsenceporno tpeecutti oantt raiubxu edré luégn uréôsl ed daens lalcorécadli,t  udnh epuarnense daeu  ddéaléffgiacthiaogne,. unpalcatiesuirr s.e t Edllee  fomremt aptairo naisl ldeeusrsCTIFL) : Ctifl Editions - 22 rue Bergère -s sont75009 Paris (tel : 01 47 70 16 93). consultés sur la durée de travail, mesure ou s’ils constatent,SOPHIE SAMSONl’accent sur les cibles à privilé-Prix : 23 euros + 4 euros de frais de port
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.