1 - Commerce et durabilité des ressources halieutiques

Publié par

1 - Commerce et durabilité des ressources halieutiques

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 150
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins
Commerce et durbaliti éed seraheuliqutiesAutearcnruFsJ H.sioc-TrareerJa 1anerreB seuqeciv,yentne éxucp-érisedugène Latif d'2Eisértnedniopp,et3'I dC WM
0ctobre 2009
par IWMC World Conservation Trust 
Commerce et durabilité des resources halieutique par IWMC World Conservatio I. RESUME II. INTRODUCTION L lteea  ncdto omqcuumeme rercenest  seotp uloerrcst erese  snpsarotiuunrrcceielplsae lhse alméipeeuun D ittsi qatépubesfoliruerenrsmtis  ta. e in onIltPn Ess CurgH étEno éudrtoaeilts e lêse:tsr der aeinsnsst eocruepr rcédetosé c aucqmou comprend un examen des négociationvsi rvéacnetnetse es xapuloitées commercialement,qui c sein de l'Organisation des Nations Unin e sn tp oleusr  l'paol i s- sons, les coquillages et les c mentation et l'agriculture (FAO),de las aCnosn êvternet iloimnitées à ceux-ci. des Nations Unies sur la diversité biologique (CBD), de l'Organisation mondiale du commer L c 'i e n ( t O en M t C io ) n e  t du document est de montrer le de la Convention sur le commerce inte e r n t a r t e i  o l' n a b l s d e n s ce de commerce, le commerce espèces de faune et de flore sauvag e t s   la m  e g n es a t c i é o e n s des populations, et la non-con d'extinction (CITES) au cours desquell c e e s  d u ' n in e t  e d r iv p e r r é -tation des instruments juridiq gence de vues est apparue quant aux d r i ô s l p e o s s r e e n s t p l e c s -organisations internationales, tifs des différents organismes et aux d v r e o r it n s e e m t e o nt bl s i  g e a t -les groupes environnementa tions légaux des Etats eu égard aux divers accords internationaux spécifiques à la pêche. Le but du document est aussi de démontre manque de compréhension de la gestion de Le document s'exprime aussi en faveupr êdc'huen e  ta susni so-rdre du jour politique,s'ils se tance aux pays en développement et atiuexn np e tni t ,sconduiront les preneurs de décisi Etats insulaires sur la question de la cpornosmerovuavtoiiorn des politiques contreproductive des ressources marines,avant qu'ils acpapluisqeureo n t  d e s dommages environnementau politiques de commerce libre ou d'absseon c iea udxe majeurs. commerce. Cela couvrirait aussi les effets négatifs sur ces Etats du commerce libre (épuisDeamnse ncte rdteasins cas,comme l'OMC l'a illustré,l ressources) ou de l'absence de commedrec es.uIlb véevnatliuoens gouvernementales aux pêch comment pourrait être évités les effetpsr soloocinaguéx l as uprêche d'espèces ayant dépassé l les communautés de ces Etats qui, tra d iet i'lo'enxnteilnlcet-ion commerciale',et entraîné la ment,dépendent des ressources naturtieollne sv edress un épuisement biologique. régions qui les entourent. Le document montrera aussi - par le biais En ce qui concerne la CITES,le documed'net xceo m p-les explicites - comment les droits prend aussi certaines informations surg adteiso nqsu jeusr-idiques des Etats en matière de tions pratiques d'application et de lutt[re écgolentmr e  nltaée par divers accords internatio fraude qui découleraient de l'inscripticoinfi qà ul'eAs nàn leax epêche,outre la Convention des II d'espèces marines exploitées commeUrnciieasl esmure lnet .droit de la mer (UNCLOS),la CI plusieurs autres] sont sacrifiés au titre d'ar environnementaux et commerciaux insensé Le document montrera enfin - aussi par le d'exemples explicites - les difficultés pratiq plication et de mise en vigueur des réglem de la CITES pour contrôler le commerce des sources marines exploitées commercialeme 2
Commerce et durabilité des resources halieutique par IWMC World Conservatio III. LA FAO, LA CITES ET LA CONVENTIO la N mer], la relation entre la CITES et la pêc SUR LE DROIT DE LA MER te, non déclarée et non réglementée (IND aspects juridiques des dispositions sur le E nd' ejxuipne r2ts0 0s'4e,stu ntee ncuoe nàs uRlotamtieo,ns oiunst el lrr re eée n ss p g a  is at ro i e r e or nlm na aa i lb a t n eli l ao ea s -nndtse e se gneettrs etsi uolran  l 'idCnIesTscE rpSi pêtecitho elnse .ss cLioan rdcgéoaenn, ge du Comité des pêches de la FAO, pour exa-miner les relations générales entre la d  'e C x IT p E er S t , s l s a 'accorde sur une liste de reco Convention sur le droit de la mer de 1982 ti  o et n  s d  ' a a p ut p r e e l s ant l'attention sur des mesures instruments juridiques internationaux c m o e n -c t e -r il, n c an o t n  d la uiraient à améliorer l'interpré pêche, et les implications juridiques plu d s i  q s u p e é  c d if e i  q la u  e C -ITES et son application aux ment liées à l'application de la CITES a a u q x u  a e t s i p q è u c e e s s  exploitées commercialemen aquatiques exploitées comm 4 ercialement r . ecommandations soulignent l'importanc consultation étroite entre la FAO et la CIT La consultation d'experts convint qu'il ét t a r i a t i  t n e é r ce d s e s s a  i-questions et des mesures p re de rechercher des synergies entre les d r é é b gi at m t e u s es lors de la consultation.” ayant des mandats complémentaires. Comme il appa-raît dans le rapport,les Etats membresL da ec loan sFuAlOtation reconnut que l'application rappelèrent que la CITES ne peut pas retéms pslau c ecre slasifs relatifs au même domaine du gestion traditionnelle des pêches et ilsi n toetrèrneantito l'niaml -général entraîne un conflit lor portance fondamentale en la matière dl'eos na tg e n tc e sd'analyser les implications légale nationales de pêche,des organisations CrIéTgEiSo npaalre sr adpeport à la Convention de 1982 gestion des pêches (ORGP) et de la FAOd.'autres instruments internationaux relatif tion des pêches. Plusieurs documents de travail, dont deux élaborés par E.Franckx,consultant juridique deE lna  gFéAnOé,ral,les traités sont interprétés et furent les principales sources de référœenucver ed du eg rmoaun-ière à ce qu'ils soient compat pe d'exper ts entre eux. Si des questions de compatibilité raissent, le droit international fournit un ce Tout en reconnaissant une divergence ndoem vbur e  s dseu r ègles pour essayer d'y répondr les rôles respectifs des divers organisqmuees ,lleas  cdoenrsniuel-rs traités ont préesv atalri-ence sur tation estima qu'il était aussi importatnét s daen ipteéou r srt e rt lesa ittrés les plusi qspuéecsi font un regard sur la relation entre la CITEpS,rléavalence sur les pla u sx P.guéinséqrue la CITES Convention de 1982 sur le droit de la (m1e9r7 e3t)  lperécède la plupart de ces accords,l' droit international dans le domaine detis opn êdc'huens traité ultérieur par rapport à un t avant d'examiner les implications plusp srpécéécidfiaqnut ersevêt une importance particulièr de l'application de la CITES aux espèceEst aatqs upaetiuqvueenst toujours convenir de déroger exploitées commercialement: règles en résolvant des questions d'applica traités successifs relatifs au même domain “Alors qu'ils traitent des questions juridiques décou-lant des critères et des propositions C L I a T  E co S n d s 'i u n lt s a c t r i i o p-n de la FAO nota aussi que l'u tion, les experts reconnaissent la sou d p e l  e cl s a s u e s p e o s t d e e n  -conflit (compatibilité) revêt u tielle de la CITES et examinent aussi d  l e e i s m re p l o a r t t i a o n n c s e lorsque l'on examine les rel entre la CITES et la Convention de 19 e 8 n 2 t  r [ e d  r d o e it s   d a e ccords ou des traités internatio 3
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.