Le lac d'Annecy, étude géographique - article ; n°272 ; vol.48, pg 120-137

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1939 - Volume 48 - Numéro 272 - Pages 120-137
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1939
Lecture(s) : 51
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

F. Milon
Le lac d'Annecy, étude géographique
In: Annales de Géographie. 1939, t. 48, n°272. pp. 120-137.
Citer ce document / Cite this document :
Milon F. Le lac d'Annecy, étude géographique . In: Annales de Géographie. 1939, t. 48, n°272. pp. 120-137.
doi : 10.3406/geo.1939.11521
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1939_num_48_272_11521120
LE LAC ANNECY
TUDE OGRAPHIQUE
ORIGINE ET FORME DU BASSIN LACUSTRE
Le lac Annecy occupe la partie inférieure de une des grandes
dépressions transversales qui coupent les Préalpes fran aises du
Sud-Est au Nord-Ouest et font communiquer le sillon subalpin
et avant-pays Son origine est complexe1 la structure fait
que préparer la zone déprimée qui donné naissance la vallée
Annecy en tra ant une sorte de gouttière qui barre oblique
ment la succession des plis préalpins et abaissé leur axe de
plus de 000 par endroits Tout autour de cet ensellement des
complications ont surgi failles décrochement resserrement des plis
qui font supposer que cette inflexion transversale est due une rup
ture équilibre entre le compartiment Nord-Est soumis une pous
sée plus forte des nappes alpines et le compartiment Sud-Ouest
mieux épargné
Dès le Pliocène une rivière parcourait probablement cette dé
pression longeant les synclinaux du Charbon et de Leschaux fran
chissant les anticlinaux la faveur de cet abaissement axe Les
glaciers quaternaires ont emprunté cette voie déjà tracée et ont
approfondie créant des inégalité? des contre-pentes encombrant
de dépôts morainiques est lorsque les glaciers se retirèrent défini
tivement que le lac se forma plus haut et plus étendu que le lac
actuel il atteignait Faverges au Sud et écoulait par la trouée de
La Balme au Nord au moment où il fut atteint par érosion
régressive un torrent suivant le cours inférieur du Fier actuel
Cette sorte de capture amena une baisse de niveau qui aurait été
bien plus forte si un affluent du lac qui forme actuellement la partie
supérieure du Fier avait commencé édifier son immense cône de
déjection isolant une partie du lac bientôt asséchée plaine des Fins)
mais en même temps relevant le niveau de la principale masse lacustre
qui trouvait un nouveau déversoir avec le Thiou Le lac Annecy
actuel occupe donc une cuvette dessinée par la structure et appro
fondie par érosion glaciaire est aussi en quelque sorte un lac de
barrage car sa séparation du Fier préservé du dernier encaissement
subi cette rivière et lui permis de se maintenir son niveau
actuel 446 5)
Voir CHOLLEY Les Préalpes de Savoie Paris 1925 et Les débouchés de la
vallée Annecy Annales de Géographie XXXII 1923 p.l 93-209) LUGEON Origine
des vallées des Alpes occidentales Annales de Géographie 1901 295-317 et 401-
428 KILI Histoire de la dépression Annecy au pleistocène somm Soc
Géol de France juin 1913 106 Géologie du massif des Bornes et
des Klippes préalpines des Annes et de Sulens Mémoire 22 de la Soc Géol de France LAC ANNECY 121 LE
Dans sa topographie la cuvette lacustre garde la marque de son
origine complexe Elle est constituée par deux bassins longitudinaux
le Grand Lac au Nord logé dans le large synclinal de Leschaux et
le Petit Lac au Sud dans le synclinal du Charbon La jonction se
fait travers les axes des anticlinaux intermédiaires par étrangle
ment Duingt Roc de Chère irrégularité de la cuvette est encore
accentuée par avancée des cônes de déjection de ses affluents celui
du Laudon sur la rive occidentale du Grand Lac et celui Angon
sur la rive orientale du Petit Lac
La courte période écoulée depuis que le lac est son niveau ac
tuel explique le très faible développement de la beine ou plate-
forme érosion entamée par les vagues1 elle atteint quelque
extension que là où elle identifie un replat érosion un épi-
cycle fluvial quaternaire rive Ouest du Grand Lac ou au bord
aplati du cône de déjection du Fier dans la plaine des Fins
Enfin le talus et le fond du lac gardent des témoins des périodes
glaciaires ce sont les moraines immergées au large de Sévrier crêts
de Châtillon et Anfon) la contre-pente du profil du fond du lac
dans étranglement Duingt Roc de Chère due au surcreusement
en amont et îlot du Roselet séparé du promontoire de Duingt par
une série encoches gorges de raccordement creusées dans le verrou
par les rivières des stades interglaciaires afin de régulariser leurs
profils équilibre
II LES VARIATIONS DE 1S-IVEAU
Le lac subit des variations de niveau il est intéressant de com
parer celles du climat2 Son bassin alimentation ayant une
étendue dix fois supérieure la sienne propre ses affluents obéissent
tous peu près aux mêmes conditions de climat et on peut suppo
ser que le rapport entre apport des affluents et la pluie est un rap
port simple première vue il semble il en soit pas de même
pour les pertes en eau car le débit du Thiou son émissaire est régu
larisé par un barrage depuis 1874 cependant le règlement est tel que
le barrage exagère les variations des niveaux moyens entre 25 et
Voir la carte du lac Annecy dressée par Mr DELEBECQUE Allas des lac
tran ais 1892
Les niveaux du lac sont relevés quotidiennement depuis 1892 par le Service des
Ponts et Chaussées de la Haute-Savoie ainsi que par une société industrielle Annecy
Société des Forces du Fier est après ces documents que les moyennes ont été cal
culées
Les observations météorologiques de la commission météorologique de ia Haute-
Savoie interrompues Annecy après la Guerre ont été reprises en 1933 Mais les
chutes de pluie sont enregistrées depuis 1921 par la Société des Forces du Fier qui en
mif les graphiques notre disposition 122 ANNALES DE OGRAPHIE
80 cm au-dessus de étiage et amortit les extrêmes maxima ou
minima1
On peut donc dire que la courbe des variations de niveau exprime
les influences des facteurs ordre géographique une fa on suffi
samment fidèle
Celle des moyennes mensuelles pour la période 1925-1935 fig
montre deux maxima et deux minima très nets Le maximum de
printemps emporte sur celui de décembre et le minimum de fin
MAM
FIG VARIATIONS DU NIVEAU DU LAC ANNECY échelle gâUChe ET PR CIPI
TATIONS échelle droite MOYENNES MENSUELLES POUR LA RIODE 1925-1935
été est plus accusé que celui de février ce sont les caractères des
rivières de type nivo-pluvial suivant Parde De même on note
dans les rivières de ce type de grandes dissimilitudes dans les varia
tions saisonnières une année autre de même il existe dans les
variations du niveau du lac de fortes irrégularités une année
autre Le maximum de printemps toujours perceptible se trouve
écoulement des eaux doit être constant -seconde) saufen période de crues
où il est laissé libre et en période de maigres où arrêt total de écoulement est prévu
pour un niveau donné Pendant les périodes de crues et étiage donc le barrage amor
tit les variations du niveau Pendant les périodes intermédiaires au contraire il les
accentue En effet si le barrage existait pas chaque montée du niveau du lac cor
respondrait un accroissement de la section mouillée de émissaire donc une augmen
tation de son débit de même chaque baisse du niveau correspondrait une dimi
nution de ce débit Les variations du niveau du lac seraient ainsi naturellement amor
ties Mais étant donné que le règlement exige un débit constant de émissaire celui-ci
ne remplit plus son rôle de modérateur ainsi quand le niveau du lac monte et que
son débit tend dépasser -sec. on relève les vannes pour le ramener ce chiffre
en même temps on accentue le relèvement du niveau du lac De même si le niveau du
lac baisse assez pour amener le débit une valeur inférieure -sec. on abaisse les
vannes et le lac baisse davantage Donc pour les hauteurs eau intermédiaires est-
à-dire comprises entre 25 cm et 80 cm au-dessus du zéro de échelle les variations
de ce niveau sont accentuées En pratique ailleurs les vannes ne sont pas man u-
vrées chaque changement de niveau il peut se passer un mois sans aucune ma
uvre et dans ce cas la sortie des eaux être considérée comme libre LE LAC ANNECY 123
parfois en avril ou en juin parfois le maximum hiver le dépasse
Le minimum automne se trouve quelquefois reculé en août ou en
octobre souvent dépassé par celui defin hiver Les moyennes mas
quent également les amplitudes absolues des variations de niveau
amplitude annuelle dépasse très rarement m. elle se tient en
général entre et 80 cm
La courbe des précipitations est assez complexe le minimum
de la période froide et le maximum août sont des caractères du
régime continental mais le secondaire de mai le mini
mum secondaire de juillet et la pluviosité assez soutenue octobre
sont des traits du régime méditerranéen
Le rapprochement des deux courbes montre que leurs rapports
sont différents suivant la saison de février juillet le rapport est
direct le niveau suit très exactement la pluviosité De juillet fé
vrier au contraire les courbes ne se correspondent plus le maximum
de pluie août est pas éloigné du niveau le plus bas de septembre
de fortes pluies correspond un bas En cette saison est
bien plutôt la haute température qui en activant évaporation.
semble déterminer les changements de niveau Dès novembre en
effet bien que les pluies diminuent le lac remonte de janvier
février inverse se produit les précipitations augmentent et le lac
baisse est alors uvre du refroidissement de la température qui
par la rétention nivale entrave tout écoulement Le régime du lac est
donc réglé la fois par la température et par les précipitations Quel
est de ces deux facteurs le plus influent Les courbes semblent mon
trer que la température domine du début de été la fin de hiver
et que pendant le reste de année le régime est lié aux seules précipi
tations Mais au printemps un autre facteur intervient la fonte des
neiges due aussi la température est cette fonte des neiges
il faut attribuer le maximum de mai autant aux pluies méditer
ranéennes de printemps Les plus fortes crues sont dues au jeu simul
tané de ces deux facteurs déjà en 1651 on avait remarqué que
cause que les nèges qui estoient abondantes ont été fondues par
un vent chaud avec de grandes pluies on avait cru devoir démolir
les moulins de Sainte-Catherine1
Ainsi le régime du lac lié très étroitement au climat est relati
vement plus sensible aux influences thermiques aux influences
pluviales Il est pas possible de chercher établir de fa on plus pré
cise les rapports entre le régime du lac et le climat Le manque de
relevés pluviométriques en altitude la nature calcaire du terrain qui
en augmentant infiltration doit soustraire une partie de eau de
Cité par CROLARD Annecy et les crues du lac Annecy 1910 et Bull de la
Comm météorol de la Haute-Savoie 1909 124 ANNALES DE OGRAPHIE
pluie évaporation et qui peut même par drainage souterrain dé
tourner eau re ue la surface du bassin vers des bassins voisins
enfin un écoulement souterrain possible du lac vers le Fier en aval
de Brogny travers les dépôts meubles de la plaine des Fins voilà
autant inconnues dans le problème de écoulement que nous ne
pouvons actuellement résoudre
III LES TEMP RATURES
Le lac Annecy fait partie de la série des lacs tempérés selon la
classification de Forel sa température de surface peut monter au-
dessus de 20 et descendre au-dessous de 4o où le lac tire-t-il la
chaleur il emmagasine ainsi
Les sources en sont la chaleur émise par le soleil la chaleur
rayonnée par atmosphère et la chaleur apportée par eau plus
tiède des affluents Les facteurs qui au contraire abaissent la tem
pérature des eaux lacustres sont le rayonnement nocturne dans
atmosphère le contact avec une atmosphère plus froide et apport
eaux froides par les affluents Forel note encore la chaleur dégagée
par la condensation de la vapeur eau la surface du lac la chaleur
due la transformation du travail mécanique du vent et la
chaleur centrale transmise par le plafond du lac1 Ces derniers
facteurs sont difficilement observables et certainement peu impor
tants les premiers autrement actifs agissent tous par intermédiaire
de la nappe superficielle du lac et ce sont eux qui donnent les deux
grandes divisions de toute étude thermique un lac une part
la couche superficielle. soumise de fortes variations de température
journalières et autre part les couches profondes ne subissant que
de lentes variations saisonnières
Températures superficielles Par sa surface un lac est ja
mais en repos thermique Il se réchauffe au printemps et en été ce
sont les variations annuelles Il se réchauffe le jour et se refroidit
la nuit ce sont les variations journalières Là il est mieux exposé
au soleil ailleurs plus exposé au vent et ce sont les variations lo
cales
La température superficielle subit de fortes variations annuelles
Le nombre insuffisant des relevés2 ne permet pas en dresser les
moyennes les quelques années où les températures aient été notées
montrent néanmoins les faits suivants
Pendant hiver la température superficielle est assez constante
FOREL Le Léman Lausanne 1895 II Thermique 289
Les relevés de température superficielle ont été faits quotidiennement par le
Service des Ponts et Chaussées ils manquent pour la période comprise entre le oc
tobre 1926 et le 1er mai 934 et sont interrompus depuis le 18 octobre 1935 LE LAC ANNECY 125
elle oscille entre et Mais en cas de grands froids elle peut des
cendre Il est fréquent que le lac commence geler là
où la beine est le mieux développée mais la congélation totale du
lac est extrêmement rare et lieu que deux ou trois fois par siècle
au xixe siècle en 1830 1880 et 1890 Le réchauffement printanier
se fait par vagues successives et suit de très près le réchauffement
de air Il commence dès mars et est souvent interrompu par des
retours de froid la montée de la température peut être très ra-
JAS
FIG TEMP RATURES MOYENNES MENSUELLES DES EAUX DU LAC ANNECY ET
DE AIR POUR ANN 1935
pide de 13o5 elle est élevée 21o du 15 au 25 uin 1935 Dès uillet le
lac atteint sa température été qui varie de 18o 22o selon les condi
tions atmosphériques quelques jours de pluie ou de ciel couvert
la ramènent au-dessous de 20o Avec septembre commence le refroi
dissement automnal aussi irrégulier mais souvent plus lent que le
réchauffement
Bien que insolation joue un rôle important et que la surface du
lac puisse se réchauffer même si la température de air lui reste toute
une journée inférieure les exemples en sont nombreux hiver) est
tout de même en fonction de celle de air que la température du lac
varie dans ses lignes générales Les moyennes mensuelles dressées
pour année 1935 fig en montrent les rapports les variations
de la température du lac sont un peu amorties 15o3 au lieu de 20
elles sont surtout en retard sur celles de air le maximum est re
porté de juillet août le minimum de janvier février Il semble
même que ce retard soit la seule cause de infériorité thermique du
lac sur air au printemps sans lui on peut supposer que eau serait
toute année plus chaude que air
côté de ces lentes variations la température superficielle du lac 126 ANNALES DE OGRAPHIE
subit influence du réchauffement diurne et du refroidissement noc
turne Ces variations journalières ne dépassent jamais 2o5 elles sont
plus accentuées près des rives plus amorties au milieu du lac Elles
suivent le plus souvent les variations de la température de air mais
ne varient pas uniquement en fonction elles influence du rayon
nement solaire est nette même les jours de forte nébulosité où la
surface du lac se réchauffe bien que la température de air lui reste
inférieure Le vent peut les modifier brusquement un jour de grand
vent les eaux de surface chassées vers la rive au vent accumulent
et la température superficielle reste élevée toute la journée alors
que la rive opposée est refroidie par les eaux des couches inférieures
qui montent la surface
La température subit également des variations locales dues aux
différences exposition aux courants et aux vents ces variations
sont très faibles et dépassent rarement degrés La figure qui
est un schéma approximatif de état thermique de la surface
du lac en été en reproduit les principales1 On remarque abord
opposition entre les eaux littorales et les eaux pélagiques celles-ci
sont plus froides que celles-là puisque en été est-à-dire en période
de réchauffement influence continentale des rives est plus forte
le jour que la nuit La rive orientale la mieux exposée est bordée
une ligne continue eaux chaudes interrompue seulement em
bouchure des principaux torrents ceux-ci sont en été légèrement
plus froids que le lac 15 16o La rive occidentale est moins régu
lièrement chaude et ne est que là où la beine est le mieux déve
loppée Au Nord dans le bassin Annecy se trouve la zone la moins
chaude de tout le lac ceci paraît dû la fréquence de la bise ou
vent du Nord Ce grand courant air qui souffle avec violence par
les belles journées été en enfilant toute la vallée Annecy est
autre que la brise de vallée En chassant les eaux superficielles vers
le Sud elle donne naissance des courants de compensation qui
amènent la surface les eaux froides des couches profondes
Les eaux pélagiques dans le Grand-Lac ont pas partout la même
température est ici la partie occidentale la plus avantagée les
eaux froides sont rejetées vers Est Il faut voir là probablement
influence un courant très régulier bien que très lent qui longe
la rive occidentale du Sud au Nord un deuxième courant longe la
rive orientale en sens inverse formant ainsi avec le premier un cir
cuit fermé dans le Grand Lac les eaux chaudes venues du Sud éten
dent vers Ouest alors que les eaux moins chaudes du Nord se rap
prochent de la rive Est Le mouvement de décharge dû émissaire
Cette carte été dressée après les relevés faits au moyen un thermomètre
pinceau au cours de campagnes en bateau pendant les étés 1935 12 août au 13 sep
tembre et 1936 26 juillet au 23 septembre) LE LAC ANNECY 127
ne suffit pas expliquer la formation de ce système tourbillonnaire
il faut voir aussi la fréquence en été des vents du et du N-0
donnant naissance des courants impulsion de direction méridionale
longeant la rive orientale et amor ant le système
FIG CARTE THERMIQUE DU LAC ANNECY EN
étranglement Duingt Roc de Chère est le lieu échanges
entre le Grand Lac et le Petit Lac influence réchauffante des
rives ne joue que dans les coins abrités comme la baie de Talloires
ailleurs deux courants se rencontrent un venu du Sud plus chaud
étend vers Ouest autre venu du Nord longe la rive orientale
au cône de déjection Angon puis se perd Au Sud Angon
le Petit Lac est nettement plus chaud que le Grand Lac sa supé
riorité est due ce fait que la rive orientale la mieux exposée est
aussi celle où la beine est le plus développée et que le réchauffement
est autant plus rapide mais il faut ajouter que le Petit Lac est 128 ANNALES DE OGRAPHIE
abrité des vents du Nord par le Roc de Chère et que son encaisse
ment favorise certainement la concentration de la chaleur solaire
Rappelons enfin influence dominante des vents du Nord et du
Nord-Ouest qui chassent les eaux superficielles vers le Sud
Températures en proîondeur Le fait principal qui
conditionne le régime thermique un lac est la résistance que
surface 20 sol 60
FIG CHAUFFEMENT pRiNTANiER EN PROFONDEUR février début de mai
fin mai juillet septembre
eau oppose la pénétration des variations thermiques après
Forel la chaleur ne peut se propager par conductibilité plus de
30 cm en 24 heures et plus de par an ce est que grâce
agitation des vagues et des courants elle peut pénétrer plus pro
fondément1 Le lac Annecy par sa forme allongée et divisée en
bassins ne favorise pas la création de courants aussi les variations
journalières de la température de surface ne pénétrent-elles pas
plus de 15 Au-dessous les couches profondes ne subissent que
de faibles variations saisonnières2
La figure reproduit la marche du réchauffement printanier en
profondeur La courbe février en est le point de départ la masse
FOREL Le Léman II chap Thermique
Les courbes de la température profonde en été sont dressées après les obser
vations faites en août et septembre 1936 au moyen de la sonde thermo-électrique Gor-
ceix Les chiffres de printemps et hiver sont extraits de DELEBECQUE Les lacs
fran ais 1898 141

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.