Un canyon sous-marin revisité : le trou sans fond de Côte d'Ivoire - article ; n°563 ; vol.101, pg 43-67

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1992 - Volume 101 - Numéro 563 - Pages 43-67
The Trou sans Fond canyon belongs to the specific category of gouf that represents the best expressed submarine canyons. The Trou sans Fond is particulary characterized by the following :
— A dual head system where abundant clastics are entrapped. These clastics are provided by a strong W-E trending longshore drift, supplemented since 1950 by the lagoonal Ebrié-Comoe river system input (Vridi channel). The western head, directly connected to the Vridi channel, appears mainly experimented to dominant erosional processes.
— The presence of two beds : — the greater one has a wide regular section bordered by lateral levees, and appears chiefly shaped by sedimentary overflow and aggradational processes. The minor bed expressed by a narrow, sinuous, « U » shaped valley, is deeply entrenched in the major bed by turbulent erosion. The creation of its pseudo-meanders is likely relaed to : (1) competency and load of gravitational flows scouring the bed ; and (2) mass movements (slidings) attacking the bluffs.
— The superposition of two distinct canyons. The present day canyon is excavated within Neogene sedimentary strata that have themselves infilled a previous Oligocene canyon bisecting the palaeotransform margin. The Trou sans Fond canyon seems thus to be the curtailed progressively westwards shifted system of an oligocene major ancestor.
Le Trou sans fond appartient à la catégorie des canyons sous-marins la mieux individualisée, celle des « goufs ». Les caractères suivants le distinguent :
— Le dédoublement de sa tête qui est un bassin de réception alimenté par un abondant matériel sédimentaire fourni par la puissante dérive littorale et, depuis 1950, par les décharges du Système Lagune Ebrié-Comoé. La tête occidentale en raison de sa position à la sortie du Canal de Vridi, est la plus soumise à l'érosion (ravinement, approfondissement, recul).
— L'étagement des lits. Le lit majeur est large, profilé en berceau entre des rives supérieures, réhaussé de levées, façonné par le débordement et l'accumulation sédimentaires des flux de gravité. Le lit mineur est étroit, profilé en auge, profondément encaissé entre les rives inférieures, sinueux et entretenu par l'érosion turbulente. La formation des «pseudo-méandres » du lit mineur est conditionnée par (1) la force vive et la charge des flux gravitaires qui le creusent ; et (2) les mouvements de masse (glissements) qui dégradent les rives élevées.
— L'emboîtement des cours. Le cours actuel est le résultat de la réexcavation persistante opérée dans les séries sédimentaires néogènes qui fossilisent un paléocours (oligocène) creusé transversalement à la zone de fractures mise en place lors de l'ouverture de l'Atlantique équatorial. Le Trou sans Fond est ainsi la version en réduction et décalée vers l'ouest de son devancier.
25 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1992
Lecture(s) : 192
Nombre de pages : 27
Voir plus Voir moins

Jean-René Vanney
Jean Mascle
Un canyon sous-marin revisité : le trou sans fond de Côte
d'Ivoire
In: Annales de Géographie. 1992, t. 101, n°563. pp. 43-67.
Citer ce document / Cite this document :
Vanney Jean-René, Mascle Jean. Un canyon sous-marin revisité : le trou sans fond de Côte d'Ivoire . In: Annales de
Géographie. 1992, t. 101, n°563. pp. 43-67.
doi : 10.3406/geo.1992.21065
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1992_num_101_563_21065Abstract
The " Trou sans Fond " canyon belongs to the specific category of " gouf " that represents the best
expressed submarine canyons. The " Trou sans Fond " is particulary characterized by the following :
— A dual head system where abundant clastics are entrapped. These clastics are provided by a strong
W-E trending longshore drift, supplemented since 1950 by the lagoonal Ebrié-Comoe river system input
(Vridi channel). The western head, directly connected to the Vridi channel, appears mainly
experimented to dominant erosional processes.
— The presence of two beds : — the greater one has a wide regular section bordered by lateral levees,
and appears chiefly shaped by sedimentary overflow and aggradational processes. The minor bed
expressed by a narrow, sinuous, « U » shaped valley, is deeply entrenched in the major bed by
turbulent erosion. The creation of its " pseudo-meanders " is likely relaed to : (1) competency and load
of gravitational flows scouring the bed ; and (2) mass movements (slidings) attacking the bluffs.
— The superposition of two distinct canyons. The present day canyon is excavated within Neogene
sedimentary strata that have themselves infilled a previous Oligocene canyon bisecting the
palaeotransform margin. The " Trou sans Fond " canyon seems thus to be the curtailed progressively
westwards shifted system of an oligocene major ancestor.
Résumé
Le Trou sans fond appartient à la catégorie des canyons sous-marins la mieux individualisée, celle des
« goufs ». Les caractères suivants le distinguent :
— Le dédoublement de sa tête qui est un bassin de réception alimenté par un abondant matériel
sédimentaire fourni par la puissante dérive littorale et, depuis 1950, par les décharges du Système
Lagune Ebrié-Comoé. La tête occidentale en raison de sa position à la sortie du Canal de Vridi, est la
plus soumise à l'érosion (ravinement, approfondissement, recul).
— L'étagement des lits. Le lit majeur est large, profilé en berceau entre des rives supérieures, réhaussé
de levées, façonné par le débordement et l'accumulation sédimentaires des flux de gravité. Le lit mineur
est étroit, profilé en auge, profondément encaissé entre les rives inférieures, sinueux et entretenu par
l'érosion turbulente. La formation des «pseudo-méandres » du lit mineur est conditionnée par (1) la
force vive et la charge des flux gravitaires qui le creusent ; et (2) les mouvements de masse
(glissements) qui dégradent les rives élevées.
— L'emboîtement des cours. Le cours actuel est le résultat de la réexcavation persistante opérée dans
les séries sédimentaires néogènes qui fossilisent un paléocours (oligocène) creusé transversalement à
la zone de fractures mise en place lors de l'ouverture de l'Atlantique équatorial. Le Trou sans Fond est
ainsi la version en réduction et décalée vers l'ouest de son devancier.Gèo. no 563 1992 Ann
Un canyon sous-marin revisité
le trou sans fond
de Côte Ivoire
Groupe étude G.E.M de la marge Laboratoire continentale Université de Géodynamique et de Jean-René Pierre océan Jean et sous-marine G.E.M Marie VANNEY MASCLE Curie
Introduction
Dans la série multiforme des canyons sous-marins les goufs
individualisent par leur morphologie singulière Vanney Pinot 1969
Pinot 1970 Vanney 1973 Les traits remarquables de leurs signale
ment sont les suivants fig tête excavée au voisinage une côte
basse et concave traversée solitaire de la plate-forme continentale lit
sinueux bordé de levées tributaires rares Vanney Mougenot 1990
Liaisons directes entre les étages côtiers et abyssaux les goufs posent
avec le plus acuité le problème de origine et du modelé des canyons
Creusés devant une côte dunaire Cayar Sénégal) estuarienne
embouchure du fleuve Congo Zaïre ou lagunaire Trou sans Fond
Côte Ivoire) les trois grands goufs africains forment une variété
part Vanney Mougenot 1990 Parmi les canyons majeurs de la marge
atlantique de Afrique ils sont effectivement les seuls ne pas être
confinés la pente et au glacis continental En dépit de nombreux
travaux qui leur ont été consacrés ces morphologies exception ont
pas encore livré tous leurs enseignements Buchanan 1887 Heezen et
al 1964 Shepard Emery 1973 Dietz et al. 1968 Vanney Pinot
1969 Dietz Knebel 1971)
Vallée sous-marine qui rappelle le gouf de Cap-Breton
Reclus 1887) le Trou sans Fond jadis appelé Fosse du Petit Bas- ANNALES DE OGRAPHIE
Hg UN CANYON SOUS-MARIN REVISITE 45
sam représente une des particularités morphologiques parmi les plus
saisissantes du Golfe de Guinée fig Localisé depuis le XVIIIe siècle
J.N Bellin Carte générale de la Coste de Guinée 1750) authentifié
il plus un siècle Bouët-Villaumez 1845 Buchanan 1887)
sommairement reconnu sa tête au milieu du nôtre travaux de la
société nergie des mers Pélissier 1942 Mizery 1949 Variet
1958) finalement cartographie dans son ensemble Vanney Pinot
1969 Dietz Knebel 1971) le gouf de Côte Ivoire est présent bien
connu au moins dans sa partie supérieure Elle est creusée dans la
marge la fa on une reculée Presque aligné sur le méridien le
canyon atteint le 3e parallèle nord Droz et al. 1985 Au cours des
dernières années toute la région du Trou sans Fond bénéficié de la
relance des recherches bathymétrie sondages de précision par le
Service hydrographique et océanographique de la marine1 sondages
multifaisceaux au cours de la campagne Equamarge 1988) exploration
pétrolière Simon Amakou 1984) levés géophysiques et géologiques
campagnes du Comité Fran ais Etudes Marines Aren et al. 1971
Delteil et al. 1974 campagne Equamarge Blarez 1986) reconnais
sances sédimentologiques campagnes de ORSTOM Martin 1973
Campagne Transitoire Aka Tastet 1986)
Présentation
Ainsi que tous les autres goufs le Trou sans Fond pose le difficile
problème de son éventuelle origine fluviatile Hormis le cas unique au
monde du Canyon du Congo tous les goufs prennent naissance face
des côtes fermées et privées de grands fleuves Dans le cas du Trou
sans fond embouchure la plus proche 30 km est est celle de la
fleuve de second rang2 qui hors des périodes de très fortes
Levés au 1/10000 35 1569) au 1/25000 35 1570 et 1783 35 1772 1773 1774
et 1582 et au 1/100000 35 1775)
Les paramètres hydrologiques de la sont les suivants module 300 mVs hautes
eaux environ 000 /s crues 188 mVs maigres longues et prononcées 110 mVs Rougerie
1960 Girard et al. 1971 Tastet 1969)
Fig SCH MA PERSPECTIF MONTRANT LE DISPOSITIF OMORPHOLOGIQUE
UN GOUF COURS SUP RIEUR
Plate-forme continentale Tête au voisinage de la côte Littoral concave et bas cordons
dunaires ou littoraux Lit sinueux et encaissé du canyon Tributaires ravins Rebord
de la plate-forme Pente continentale supérieure Canyon élémentaire de fa
pente continentale tête au rebord Versants du canyon 10 Apports sédimen taires
Fig SIMPLIFIED III-D DIAGRAMME SHOWING GEOMORPHIC GOUF PATTERN
UPPER STREAM
Continental shelf Nearshore canyon head Concave low littoral dunar or coastal
ridges Sinuous entrenched channel Tributaries gullies Shefbreak
Upper continental slope Elementary slope canyon head at shelfbreak Canyon walls
10 Sedimentary supplies ANNALES DE OGRAPHIE 46
00
30
Fig CROQUIS BATHYM TRIQUE TE IVOIRE DE LA GION DU TROU SANS FOND
Isobathes en equidistantes de 100m après Vanney Pinot 1969 Dietz Knebel
1971 Martin 1974 Les limites des figures3 et sont indiquées
Fig BATHYMETRIC SKETCH 0F THE TROU SANS FOND REGION
IVORY COAST
Isobaths in Contour interval 100m From Vanney Pinot 1969 Dietz Knebel 1971 Martin
1974 The limits of the fig and are shown UN CANYON SOUS-MARIN REVISITE 47
crues déverse ses eaux dans la lagune du système Ebrié fig 3) fermée
de océan par une ceinture de cordons littoraux larges km et bas
6-13 Le Bourdiec 1958 Tastet 1979 Pomel 1979 Hinschberger
1980 1985)
Les particularités morphologiques du Trou sans fond sont les sui
vantes
il occupe une position axilaire inflexion de deux directions
majeures de la pente continentale N75 ouest 110 est et
dans une moindre mesure de la côte cintrée entre le cap des Palmes
ouest et le cap des Trois Pointes est
il découpe toute la plate-forme continentale par une gorge en
viron 20 km Seuls quelques tributaires mineurs viennent insérer sur
le collecteur en formant avec lui un angle le plus souvent aigu du côté
de amont Le passage de la plate-forme la pente apparaît pas
distinctement sur le profil en long fig 4)
De cette partie supérieure du Trou sans fond les levés précités
donnent une imagerie nouvelle pour trois éléments majeurs têtes lits
cours Leur analyse confrontée avec les nouvelles interprétations struc
turales fait objet de article
Les têtes du gouf
La majeure partie du Trou sans fond est formée par le canal
évacuateur des sédiments collectés dans un bassin de réception multi-
lobé interrompt un bas de plage remarquablement accore Noël
1919 qui résume les rapports antérieurs Variet 1958 En amont de
isobathe 400 la tête du gouf présente arrangement démonstratif
une morphologie adaptée la fonction de capteur littoral Les figures
et montrent son tracé en espalier composé de biefs orthogonaux
articulés sur trois points de confluence Vers le premier 1230N
vers 400m et le deuxième 13 vers 300m convergent des
tributaires courts de km) profilés en fond de bateau suspendus
de plus de 150m au-dessus du lit du gouf Un talus bien marqué
surtout vers est forme leurs rives septentrionales La confluence
supérieure 250 correspond la bifurcation des deux
branches de tête fortement dissemblables une de autre et séparées
par une crête saillante au sommet arrondi fig La branche orientale
la plus évasée largeur 15 km) des flancs doux et convexes 100
120 m/km) peine entaillés sauf par de rares ravins La branche
occidentale la plus étroite et la plus longue et ceinturée de ravines
ramifiées surtout côté terre) présente tous les signes une incision
active et généralisée au bas de plage vers 8m Les crêtes
inter-ravines sont de plus en plus aiguës mesure que on va vers
ouest Canal de Vridi)
Un tel dispositif suggère que les confluences marquent les positions 48 ANNALES DE OGRAPHIE
Fig.3 CARTE BATHYM TRIQUE DU TROU SANS FOND COURS SUP RIEUR)
Sources profils multifaisceaux équidistance 20m) levés bathymétriques de précision 1/10 000
1/25000 1/100000 voir texte du Service hydrographique et océanographique de la marine
France Bathymétrie de la lagune Ebne après Tastet 1974 Pour les têtes de canyon voir
ig
Fig.3 BATHYMETRIC MAP OF THE TROU SANS FOND CANYON UPPER STREAM)
From Multichannel profiles interval 20m) precision surveys 1/10000 1/25000 1/100000
of Service hydrographique et océanographique de la marine Bathymetry of Lagune ié from
Tastet 1974 Canyon heads fig
successives de têtes du gouf graduellement décalées vers le NW et
abandonnées au cours des étapes de la remontée marine holocène La
morphologie actuelle et fossile des chenaux entaillant la lagune et leur -Cûo3-u0fû ro -563
UN CANYON SOUS-MARIN REVISITE 49
convergence apparente vers la tête du gouf Tastet 1979 démontrent
que au terme de la dernière transgression holocène la mer ennoyait
en ria actuel rivage interne de la lagune Ebrié est la stabilisation
du niveau marin et sa conséquence majeure le volumineux transfert
de sable en direction de la côte que sont dus épaississement remar
quable des cordons littoraux datés de Holocène Tastet 1979 et
obturation finale de exutoire de la ria Ainsi disparut un gouf fluviatile
qui était très comparable actuel canyon du Congo
Trop de sable pour trop peu eau écrivait Rougerie en substance
1960 Le caractère afluviatile du gouf actuel résulterait une rupture
équilibre qui donné avantage au premier sur la seconde Privées
de leurs sources terrestres les têtes du Trou sans fond furent double
ment isolées terre par le puissant barrage sableux en mer par un
bas de plage une pente exceptionnellement rapide vers le canyon
Ordinairement maintenu 100 ou 150p 000 le gradient de plage
peut même atteindre 300 Rougerie 1960 est plus il en faut
pour déclencher des cascades de sable Telle semble avoir été la situation
de la tête du gouf durant les quelques millénaires qui ont précédé sa
découverte Reclus 1887)
Un entonnoir formé par les eaux au coude de deux alignements
de la côte écrivait déjà en 1845 Bouët-Villaumez cité par Rougerie
1950 Les premières reconnaissances eurent tôt fait de discerner ori
ginalité du régime exclusivement marin qui régnait alors sur les têtes
du gouf Les études échelonnées sur plus une cinquantaine année
ont sommairement décrit un système morphosédimentaire fonctionnant
en confluence Ce système comportait les éléments suivants
au rivage une ceinture de haute énergie Variet 1958 Tastet
1979 Elle est entretenue en permanence par la turbulence dangereuse
de la barre dont les rouleaux lèvent et brisent avec violence sur un
estran très déclive La ceinture côtière est aussi balayée une
vingtaine de mètres de profondeur par un courant général dit de
Guinée) composante orientale dont la vitesse moyenne oscille autour
de 7km/h Noël 1919)
en rade prédomine un régime inconstant dû au fléchissement
du courant vitesses inférieures au kilomètre-heure Variet 1958) et
la modération de influx ondulatoire divergence des orthogonales de
houles diffractées sur les flancs du canyon voir les plans de houles
dressés par Pomel 1979
plus au large enfin cette zone hydrodynamisme faible semble
fermée après des mesures rapportées par Variet 1958 par une veine
accélération qui joint en ligne droite les caps les plus proches du gouf
vitesses km/h deux milles de terre mais plus de au large)
Le matériel sableux dragué sur la plate-forme continentale par les
longues houles et par la dérive littorale sur les fonds rocheux de ouest
est maintenu en saltation par agitation côtière puis entraîné vers les 50 ANNALES DE OGRAPHIE
Fig PROFILS LONGITUDINAUX
Lit actuel et discordance oligocène L2 N-Q Néogène-Quaternaire
têtes du gouf Une telle confluence est surtout explicable par la faiblesse
de angle incidence des houles dominantes de SW fig par
rapport aux rivages adjacents au canyon ouest le transfert sedi
mentaire est fort houles de SSW très fort houles de SW Selon les
estimations les volumes sableux transportés varient de OO 000
an Pelnard-Considère rapporté par Blosset 1935 800000 Variet
1958 Sur la rive orientale du gouf atteinte par moins de 400 000 rn
annuels mômes references) les charriages de fond sont plus faibles et
surtout inconstants Ils se combinent avec des retours vers le large ils
produisirent naguère engloutissement des anciens embarcadères Var
iet 1958 fig et même vers le gouf 11 agit donc bien un régime
fortement oscillant qui en année moyenne tend faire affluer vers les
deux têtes plus de la moitié du flux sedimentaire côtier en transit vers
est
Les sables piégés par la tête du gouf sont répartis sur les tremplins
qui encadrent les têtes sur le pédoncule intercalaire selon Variet 1958
et aussi selon toutes vraisemblances sur les sommets de crêtes inter
ravines Nizery 1949 Les excédents sédimentaires cèdent périodique
ment la gravité au collecteur le plus proche cette affluence
sedimentaire les eaux subsuperficielles profondeurs supérieures
20 apportent aussi leur concours Les océanographes de ORSTOM
ont en effet identifié un sous-courant modéré 25 km/h) compo
sante occidentale qui balaie la presque totalité de la plate-forme conti
nentale un mouvement de rappel ramenant les fractions sableuses
vers le Trou sans fond cité par Tastet 1979)
Depuis été 1950 ouverture du Canal de Vridi dans la masse des
cordons littoraux Rougerie 1950 Caifas 1951 Variet 1958 est
venue modifier le modèle morphosédimentaire Le succès de exutoire
qui mettait un terme une longue série essais infructueux car mal
restaurait la fonction fluvio-marine aux têtes du gouf Celles-
Les espoirs En dc 1904 voir 1907 les sables 1912 obstrueteurs 1919 1933 expulser 1940 Noel vers 1919 le Trou ele sans Rouville fond 1942 lurent Variet régulièrement 19.58
dé us adoption un trace de canai oblique aux apports dominants

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.