La distribution continentale des régimes pluviométriques des basses latitudes - article ; n°437 ; vol.80, pg 1-32

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1971 - Volume 80 - Numéro 437 - Pages 1-32
The continental distribution of pluviometric regimes in lower latitudes.
This analysis of pluviometric regimes is based on the employment of relative precipitation, figures which are defined in the first part. These parameters have enabled the author to establish strictly continental distributions in maps A, B, C, D, and that of the annual diagrams, seen as the continuous function of the weather. Table VI is the list of regimes which were employed in drawing up the maps. The study of African regimes offers the main justification for the laws of distribution, bearing particularly on the opposition of facades. An attempt to interpret these laws is based on the patterns of general circulation, then the main types of regime in lower latitudes is suggested. These outlines and this classification are rapidly applied to various mapped territories.
La présente analyse des régimes pluviométriques est fondée sur l'emploi des précipitations relatives, nombres purs définis dans la première partie. Ces paramètres ont permis l'établissement de distributions strictement continentales, dans les cartes A, B, C, D, et celui de diagrammes annuels, envisagés comme des fonctions continues du temps. On trouvera dans le tableau VI la liste des régimes ayant servi aux cartes. L'étude des régimes africains offre la justification principale de lois de distribution, portant en particulier sur des oppositions de façades. Un essai d'interprétation de ces lois s'appuie sur des schémas de circulation générale, puis sont proposés de grands types de régimes des basses latitudes. Ces schémas et cette classification sont appliqués rapidement aux divers territoires cartographiés.
32 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1971
Lecture(s) : 115
Nombre de pages : 33
Voir plus Voir moins

René Emsalem
La distribution continentale des régimes pluviométriques des
basses latitudes
In: Annales de Géographie. 1971, t. 80, n°437. pp. 1-32.
Abstract
The continental distribution of pluviometric regimes in lower latitudes.
This analysis of pluviometric regimes is based on the employment of relative precipitation, figures which are defined in the first
part. These parameters have enabled the author to establish strictly continental distributions in maps A, B, C, D, and that of the
annual diagrams, seen as the continuous function of the weather. Table VI is the list of regimes which were employed in drawing
up the maps. The study of African regimes offers the main justification for the laws of distribution, bearing particularly on the
opposition of facades. An attempt to interpret these laws is based on the patterns of general circulation, then the main types of
regime in lower latitudes is suggested. These outlines and this classification are rapidly applied to various mapped territories.
Résumé
La présente analyse des régimes pluviométriques est fondée sur l'emploi des précipitations relatives, nombres purs définis dans
la première partie. Ces paramètres ont permis l'établissement de distributions strictement continentales, dans les cartes A, B, C,
D, et celui de diagrammes annuels, envisagés comme des fonctions continues du temps. On trouvera dans le tableau VI la liste
des régimes ayant servi aux cartes. L'étude des régimes africains offre la justification principale de lois de distribution, portant en
particulier sur des oppositions de façades. Un essai d'interprétation de ces lois s'appuie sur des schémas de circulation générale,
puis sont proposés de grands types de régimes des basses latitudes. Ces schémas et cette classification sont appliqués
rapidement aux divers territoires cartographiés.
Citer ce document / Cite this document :
Emsalem René. La distribution continentale des régimes pluviométriques des basses latitudes. In: Annales de Géographie.
1971, t. 80, n°437. pp. 1-32.
doi : 10.3406/geo.1971.15262
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1971_num_80_437_15262ANNALES DE
OGRAPHIE
LX-X-X- année Janvier- evrier 1971
La distribution continentale
des régimes pluviométriques
des basses latitudes
Chargé enseignement par Université René Emsalem de Limoges
analyse que nous nous proposons porte sur les régimes des surfaces
terrestres de latitude comprise entre 25 Sud et 25 Nord ces deux limites
ne devant être acceptées évidemment que comme approximatives Nous
excluons les surfaces marines encore très mal connues Cette étude concernera
donc avec les latitudes équatoriales une partie seulement des latitudes inter
tropicales ce qui permettra de mettre en évidence des lois de distribution
propres la zone envisagée et qui changent assez rapidement au-delà des
jaernes parallèles
Cette large analyse repose sur des données de précipitations annuelles
divisées en masses trimestrielles Les données tirées surtout une publication
récente fort bien classée du Meteorological Office les Tables of temperature
relative humidity and precipitation for the world1 ont été transformées en
Ces Tables ont paru en six parties Nous nous sommes servi des Paris II Central and South
America Londres 1958 éd 1963) IV Africa 1958 2< éd 1964) Asia 1958) et VI
Australasia and the South Pacific Ocean 1958 2e éd 1962 Nous avons dû ajouter ala distri
bution des stations figurant dans la publication no 117 TP 152 de Organisation Météorologique
Mondiale GLINO moyennes de 1931-1960) Genève 1962
ANN DE OG LXXXe ANN ANNALES DE OGRAPHIE
précipitations relatives Nous entendons par là par exemple pour un trimestre
la précipitation afférente cet intervalle divisée par la précipitation annuelle
La relative est un nombre pur que nous exprimerons en cen
tièmes Nous considérerons les trimestres météorologiques décembre-
janvier-février hiver boréal ou été austral mars-avril-mai printemps
boréal ou automne austral..
Un premier point est de interroger sur le caractère représentatif de
ces paramètres relatifs Nous montrons en exemple dans les tableaux et
comment peuvent varier les précipitations relatives trimestrielles dans une
station equatoriale du Pacifique occidental île Canton de archipel
Phénix et dans une station intertropicale île Yap environ 400 km
est des Philippines1 Nous indiquons abord la précipitation annuelle
Dans île Canton elle varie beaucoup au cours de la décennie 1947-1956
allant de 198 mm en 1954 843 mm en 1948 et 914 en 1953 la moyenne
étant 500 mm Les écarts sont moindres Yap station autre part extrê
mement arrosée important est que dans les deux cas on observe des
moyennes quinquennales très proches une de autre ainsi que de la moyenne
décennale Les précipitations relatives oscillent aussi très amplement
davantage dans la station la moins arrosée on pourra consulter Canton
notamment hiver et automne boréaux Cependant tant Canton
Yap les moyennes quinquennales des valeurs relatives restent voisines
entre elles et voisines de la moyenne décennale les écarts atteignant pas
centièmes
Nous retiendrons comme un fait observation enseigné par la considé
ration autres latitudes et autres territoires pour des stations non arides
que les moyennes des valeurs relatives trimestrielles dès lors on les calcule
sur des séries au moins quinquennales années consécutives offrent des fluc
tuations assez faibles Ces moyennes sont donc représentatives avec une
incertitude que nous admettrons être inférieure Mais dans les stations
faiblement arrosées la précipitation relative montre beaucoup irrégularité
On voit par le tableau III le cas Aden où la précipitation annuelle
moyenne calculée sur une longue période est que de 49 mm Au cours de
la période de nos calculs 1886-1905 cette donnée varie entre mm 1902
et 218 mm 1890 La précipitation relative est aussi très instable on remar
quera par exemple hiver de 1891 1895 le printemps de 1901 1905
été et automne de 1886 1890 Les moyennes quinquennales autre part
évoluent dans de larges limites regarder automne 1886-1890 et celui
de 1891-1895 Les moyennes décennales elles-mêmes 1886-1895 et 1896-
1905 sont loin être proches remarquer hiver et le printemps élément
le plus fixe réside dans les moyennes de été Hors de cette saison le seuil
de centièmes sur lequel nous avons insisté est largement débordé De fa on
analogue la précipitation relative du semestre chaud boréal figurant dansla
Les Local Climalological Data publication du Weather Bureau qui nous ont permis
les calculs des tableaux et II fournissent en séries parfois très longues les données mensuelles
de base pour toutes les stations du premier ordre entretenues par les services américains PR CIPITATIONS DANS LES BASSES LATITUDES
TABLEAU
Variations de la précipitation relative dans le de Canton
îles Phénix Pacifique
2046 171 43 244
Précipitation
annuelle
centièmes centièmes centièmes centièmes mm
1947 215 55 275 315 355
1948 843 625 225 55
1949 294 59 185 195
155 1950 383 785
1951 771 215 36 375
Moyennes
1947-1951 501 13 435 36
1952 527 25 425 425 125
1953 914 65 505 345 85
1954 198 10 195 65
1955 235 65 440 39 31
495 245 1956 415 23
Moyennes
35 115 1952-1956 499 11 43
1947-1956 500 12 435 355 95
se rapporte au trimestre déc.-janv.-fév. hiver météorologique boréal
se au mars-avril-mai
se rapporte au trimestre juin-juillet-août
se au sept.-oct.-nov
Source des données brutes Local Climatological Data U.S.WeatherBureau septembre 1960
dernière colonne irrégulière bien entendu année en année voir notam
ment 1893 et 1894 1902 1903 et 1904) révèle dans les moyennes ou quin
quennales ou décennales de larges oscillations
Nous avons figuré la répartition des précipitations relatives trimestrielles
dans les cartes au moyen un semis par nécessité hétérogène mais
comprenant des valeurs toujours moyennes calculées sur des séries presque
sans exception supérieures années et parfois beaucoup plus longues
Les difficultés du tracé résidaient dans la dispersion inégale du réseau et
dans les lacunes de espace géographique des parties trop nombreuses du
territoire contenant un nombre exigu de stations Nous avons rempli les
vides marins que sur des espaces étroits tels que le canal de Mozambique
ou encore les mers qui mènent de Australie Insulinde De plus les régions
arides on vient de le voir ne pouvaient se prêter un tracé sûr Malgré
ces réserves les cartes figurent des répartitions significatives pour des sur
faces très étendues DE OGRAPHIE ANNALES
TABLEAU II
Variations de la précipitation relative dans le Tap
archipel des Carolines
138 08 1676
Précipitation
annuelle
centièmes centièmes centièmes centièmes mm
1949 562 16 24 41
1950 051 16 28 195 22 265 355
663 145 295 28 1951
1952 183 12 16 39 33
1953 564 185 16 40 255
Moyennes
1949-1953 004 185 17 325 32
21.5 17 1954 596 255 36
1955 732 275 155 30 27
1956 696 175 27 29 265
1957 215 779 185 33
1958 604 20 85 31 40
Moyennes
1954-1958 081 22 18 30 305
1949-1958 043 20 31 315 175
La légende est la même que celle du tableau
Source des données brutes Local Climatological Data U.S Weather Bureau octobre 1960
Ces distributions peuvent servir deux emplois Elles permettent appré
ciation en tout point de la zone de valeurs trimestrielles relatives fournis
sant au prix interpolations aisées il le régime lu vio metr iq uè de ce
point La somme des quatre valeurs saisonnières exprimées en centièmes
doit être de ordre de 100 Cette vérification est indispensable les cartes
ayant été tracées chacune indépendamment des autres et appréciation
une valeur trimestrielle comportant une incertitude étendue résultant de
opération même du tracé dans les régions où ce paramètre montre un
gradient élevé Aussi les résultats de la lecture doivent-ils être ajustés
Outre cet emploi les cartes apportent une interprétation de évo
lution annuelle du type de temps tant donné deux secteurs voisins auxquels
le tracé conduit attribuer les mêmes valeurs de la précipitation relative
les précipitations brutes étant différentes nous les regarderons comme
relevant au cours de intervalle considéré des mêmes actions générales
qui entraînent cependant pour un eux moins favorisé en apports humides
des précipitations inférieures inverse supposer que nous disposions
une distribution de précipitations effectives nous ne saurions admettre
que de deux régions voisines inégalement arrosées la plus arrosée participe
de perturbations plus intenses si en ces deux régions la précipitation
relative est la même Sous cette condition nous conclurons identité CIPITATIONS DANS LES BASSES LATITUDES PR
TABLEAU III
Variations de la précipitation relative Aden
12 46 45003ù 28.65
Précipit
annuelle SC cent. cent. cent. cent. cent.
mm
1886 1475 275 35 69 655
559 15 1887 895 985
1888 160 145 35 51 35
1889 922 75 905 635
2178 93 1890 215
7925 45 735 125 44 Moyennes 1886-1890
1891 9525 89 265
1892 99 435 155 36 205
1893 4265 165 81 945
8585 85 1894 51 385 25
1895 381 87 75 135
Moyennes 1891-1895 5435 165 505 305 275 1886-1895 668 95 64 85 175 375
282 46 1896 53 47
897 2795 118 145 565 11 71
1898 1395 675 20 125 325
3455 985 15 1899
381 1900 98
145 115 35 265 Moyennes 1896-1900 2845 705
1901 5565 31 75 615 675
1902 46 54 33
75 1903 1379 905
100 1904 127 100
1905 12725 36 395 13 12 245
Moyennes 1901-1905 673 56 205 155 75 25 1896-1905 480 605 185 145 25
La légende est la même que celle du tableau
SC donnée non traitée dans les tableaux précédents désigne la précipitation relative
du semestre chaud boréal avril septembre
Les données brutes ont été tirées des World Weather Records vol 79 de la Smithsonian
Miscellaneous Collection Washington 1927 reimp 1944
de la situation générale autrement dit influence de la même unité du
type de temps ayant un emplacement qui englobe les deux régions envisagées
Examinons par exemple Afrique occidentale en été carte On voit
au nord de Conakry dans ouest des précipitations relatives extrêmement
élevées supérieures 60 centièmes variant avec des gradients faibles et
pouvant atteindre 75 Toutefois la précipitation brute on le sait1 diminue
assez rapidement vers le nord en juillet elle passe de 500 mm du littoral
de la Guinée 80 mm vers Dakar et 50 mm Saint-Louis-du-Sénégal Or
la région est soumise en été un courant général du sud-ouest lié une
dépression du Sahara sud-occidental ainsi prolongée vers le sud-ouest Ce
On peut consulter par exemple la notice relative Afrique occidentale de VAtlas des
Colonies fran aises de GRANDIDIER Paris 1934) notice rédigée pour la partie physique
par Hubert et comprenant des cartes isohyètes pour janvier avril juillet octobre ANNALES DE OGRAPHIE
courant porteur de perturbations dirigées vers le désert véhicule des charges
humides qui décroissent vers le nord Au nord en effet on rencontre soit
des régions intérieures de plus en plus distantes des sources océaniques soit
des marines recevant les masses froides du courant des Canaries
particulièrement développé en été Ainsi un même équilibre atmosphérique
peut entraîner sur une région assez étendue une distribution contrastée
des précipitations effectives tout en caractérisant par des gradients
peu marqués de la précipitation relative Nous érigerons en principe que
dans une large région la répartition de la précipitation relative tend fournir
image du type de temps les contrastes importants de la distribution reflétant
des oppositions de la distribution barométrique ensemble les valeurs
faibles de la précipitation relative siègent là où sont des pressions élevées
et les valeurs fortes coïncident avec des surfaces dépressionnaires Notre
analyse des cartes sera largement une application de ce principe
exploitation cartographique de la précipitation relative nous adjoi
gnons titre exemple deux diagrammes évolution annuelle où sont
mises en uvre les mêmes précipitations trimestrielles relatives selon un
système chevauchant
Lamu 1) sur le littoral du Kenya où la précipitation annuelle
est de 925 mm moyennes de 40 ans) nous avons porté en abscisses les temps
par intervalles mensuels et en ordonnées les précipitations trimestrielles
rapportées au total annuel en centièmes abscisse de chaque trimestre
étant placée au milieu du mois central Nous disposons ainsi de 12 valeurs
trimestrielles consécutives dont la somme doit être égale 300 centièmes
Nous considérons les intervalles mensuels comme pratiquement égaux et
nous avons pas essayé étant donné la précision dont nous nous contentons
ajuster les valeurs trimestrielles brutes au quart de année moyenne
Au lieu un diagramme polygonal nous présentons un diagramme lissé
qui ngure la variation une fonction continue ayant une valeur en tout ins
tant du cycle annuel cet instant étant toujours le milieu un intervalle
trimestriel La forme exacte de cette courbe ne serait connue que si on dis
posait des précipitations quotidiennes moyennes Cette exigence étant pas
remplie on pense naturellement se donner une expression analytique de
la courbe con ue comme la représentation une fonction périodique puis
on affaire des données moyennes1 Mais on peut aussi si on ne veut
un petit nombre de diagrammes substituer ce calcul un tracé lissé
purement graphique par application de règles simples et ici suffisantes
intérêt des fonctions continues est indiquer les centres les plus pro
bables des valeurs trimestrielle maximales et minimales et intensité
probable de ces accidents Lamu on remarque un minimum de ordre de
centièmes pour un trimestre dont le centre se fixerait dans la première
moitié de février Ce minimum de hiver boréal est caractéristique nous le
Cette fonction est un polynôme trigonométrique dont on obtiendrait aisément les coeffi
cients par un calcul théorique simple Nous faisons un emploi étendu de régimes traités en fonc
tions continues dans un travail inédit sur Amérique du Nord PR CIPITATIONS DANS LES BASSES LATITUDES
verrons une fa ade orientale sous les latitudes équatoriales Le maximum
est très fort de ordre de 72 centièmes pour des trimestres dont les milieux
étalent sur le mois de mai valeurs printanières caractéristiques elles aussi
de cet emplacement
II
Nous ne développerons analyse de nos cartes que dans la zone africaine
Les lois que nous aurons formuler puis les schémas interprétatifs de la
troisième partie nous fourniront en effet plusieurs occasions évoquer les
autres parties de ces cartes Cependant nous dirons un mot pour terminer
de Indonésie qui soulève des problèmes particuliers
Dans la carte décembre janvier février) opposition la plus violente
est entre le nord et le sud un portant de très faibles valeurs relatives
généralement inférieures 25 et même fréquemment proches de au nord
de autre où ces valeurs progressent au-dessus de 65 en une
vaste surface couvrant notamment la Rhodesie du Nord Le contraste repose
évidemment sur action au nord de pressions hivernales élevées et au sud
de pressions basses estivales
Un deuxième trait réside dans une dissymétrie au niveau de Equateur
entre ouest et est ouest on aper oit des valeurs importantes pouvant
dépasser 30 100 du total annuel de la précipitation tandis est se
montrent des valeurs basses se prolongeant vers le nord sur la Somalie
méridionale et le Sud-Est de Ethiopie et paraissant étendre aux parages
marins du Kenya et de la Somalie equatoriale Cette dissymétrie foncière
entre ouest et est se complique ondulations intérieures dont la plus
marquée affecte par un maximum faible les plateaux de thiopie-Sud
Cet accident prolonge des maxima méridionaux beaucoup plus intenses
siégeant sur les hauteurs de Afrique orientale
Un troisième caractère présenté par Madagascar nous dépassons ici
la limite du 15e parallèle) est constitué par le contraste éclatant entre la
lisière orientale et ensemble de île Sur la masse terrestre les précipitations
estivales dépassent toujours 55 100 tandis est elles descendent
30 ou 35 100 Le canal de Mozambique entraîne une diminution de la
précipitation relative surtout marquée au nord et au sud vers des espaces
océaniques plus libres
Ces remarques que confirmera analyse du trimestre symétrique juin-
juillet-août carte C) suggèrent les lois suivantes
Dans la zone proprement equatoriale règne une dissymétrie de fa ade
par laquelle est participe de caractères boréaux et ouest de caractères
austraux Nous aurons plusieurs fois occasion de préciser cette opposition
Hors de cette zone les régimes intertropicaux se révèlent très contras
tés des latitudes encore proches de Equateur par la faiblesse de hiver
de hémisphère ANNALES DE OGRAPHIE
Carte Distribution sous les basses latitudes continentales
Les tracés de cette carte ainsi que des suivantes PR CIPITATIONS DANS LES BASSES LATITUDES
de la précipitation relative de hiver météorologique boréal D-Jv-F)
débordent parfois le cadre de étude ici présentée

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.