B. Elsner, Porodicno pravo - note biblio ; n°3 ; vol.4, pg 624-624

De
Revue internationale de droit comparé - Année 1952 - Volume 4 - Numéro 3 - Pages 624-624
1 page
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1952
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

B. Elsner, Porodicno pravo
In: Revue internationale de droit comparé. Vol. 4 N°3, Juillet-septembre 1952. p. 624.
Citer ce document / Cite this document :
B. Elsner, Porodicno pravo. In: Revue internationale de droit comparé. Vol. 4 N°3, Juillet-septembre 1952. p. 624.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ridc_0035-3337_1952_num_4_3_8460G24 BIBLIOGRAPHIE
VV. Brorsen. — Die Verfassungen der Erde (Les constitutions du monde
entier), Tübingen, Verlag J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), 1950.
La Maison Mohr a entrepris "la publication de tous les textes constitu
tionnels actuellement en vigueur. La première livraison de cette collection
comprend les textes traduits en allemand par W. Brorsen des constitutions
de Belgique, France, Irlande, Italie, U.R. S. S., Tchécoslovaquie et Turquie.
L'ensemble comprendra environ soixante constitutions, seules étant omi
ses celles des Républiques fédérées. L'éditeur se propose de tenir cette
collection au courant de toutes les nouveautés, ce qui est rendu possible
par l'emploi de feuillets perforés où pourront s'insérer des feuillets rec
tificatifs.
Huit à dix livraisons sont prévues, chacune d'environ dix fascicules.
Ch. B.
Bertold Eisner. — Porodicno pravo (Droit de la famille), Zagreb, Nakladni
Zavod Hrvatske, 1950, 260 pages.
L'ouvrage de M. Eisner est à l'heure actuelle le meilleur commentaire
et le plus complet du nouveau Gode de la famille yougoslave (1). Dès avant
la guerre, l'auteur s'était fait, connaître par de nombreux travaux de droit
international privé et de droit civil yougoslave. Ce juriste réputé, de cul
ture occidentale, a subi, comme beaucoup d'autres, l'influence des con
ceptions juridiques et politiques du nouveau régime qu'il expose, d'ail
leurs, avec beaucoup d'autorité scientifique et beaucoup de clarté.
L'ouvrage du professeur Eisner n'est pas seulement un manuel destiné
aux étudiants. C'est un véritable traité indispensable à consulter pour
tous ceux qui veulent étudier le droit de la famille yougoslave. L'auteur,
en effet, ne se borne pas à un commentaire des lois de 1946 et 1947 fo
rmant le nouveau Code de la famille mais consacre des chapitres entiers à
un exposé du droit international privé yougoslave en cette matière. A la
différence d'autres pays à idéologie marxiste-communiste, la Yougoslavie,
bien que n'ayant jamais ratifié aucune des conventions de La Haye en
matière de droit international privé, s'est inspirée de plusieurs de ces
conventions.
Les textes législatifs ne faisant cependant l'objet que de quelques
dispositions, le professeur Eisner, par ses références aux droits étrangers
et ses explications, permet dans une grande mesure de concevoir les solu
tions qui pourront être données aux problèmes non prévus par les textes.
C'est la raison pour laquelle on ne peut que souhaiter la traduction sinon
de l'ouvrage in extenso, du moins des chapitres consacrés au droit inter
national privé yougoslave qui rendrait de service aux juristes compara-
listes et aux praticiens.
Remarquons enfin que l'auteur, se rapprochant en cette matière des
conceptions soviétiques, considère que le droit de la famille constitue une
matière spéciale (sui generis) qui ne doit plus faire partie du code civil.
S. T.
(1) Pour de plus amples détails sur ce Code, v. l'article de S. Tchirkovitch, Le
Code de la famille en Yougoslavie, cette Revue, 1951, p. 616.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.