Propositions méthodologiques pour la comparaison - article ; n°2 ; vol.53, pg 289-325

De
Revue internationale de droit comparé - Année 2001 - Volume 53 - Numéro 2 - Pages 289-325
L'expression « le droit comparé » ne désigne pas « du » droit, mais renvoie à une démarche intellectuelle consistant à comparer entre eux des systèmes juridiques ou des éléments de ces systèmes (objets de droit, relations entre de tels objets). Dès lors, les deux questions essentielles, qui sont indissociables, sont les suivantes : pourquoi comparer, et comment procéder à la comparaison ? Le but de cet article est de contribuer le plus simplement possible, à l'aide d'exemples généralisables à toute recherche comparative, à la résolution de la seconde de ces questions, en proposant d'abord une réflexion sur les aspects les plus élémentaires de l'opération de comparaison (reconnaître que des objets sont comparables, ou faire en sorte qu'ils le soient), puis en montrant les interactions entre comparaison et questionnement, pour finalement élargir le champ des objets de la comparaison (relations, systèmes), qui appartiennent à un « univers » dont il convient de prendre conscience des limites.
Expression law does not mean the comparative law, but indicates an intellectual method consisting in comparing among them legal Systems or elements of these Systems (objects oflaw, relations between such objects). Therefore, two essential questions, which are inextricable, are the following ones : why compare, and how to proceed to the comparison ? The purpose of this article is to contribute the most simply possible, by means of generalizable examples for any comparative search, for the resolution of the second of these questions, by suggesting atfirst a reflection on the most elementary aspects of the operation of comparison (recognizing lhat objects are comparable, or to see to it that they are comparable), then by showing interactions between comparison and questioning, finally to widen the domain of the objects ofthe comparison (relations, Systems), which belong to a universe of which it is necessary to become aware of its limits.
37 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 2001
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 38
Voir plus Voir moins