L'Agefi Hebdo, numéro 341, du 4 au 10 octobre

Publié par

www.agef.fr t ous les mÉtier s de la fi N a N ce Cits publi C Changer d’appro C des collectivités l Pierre Moscovici lors de la présentation Un marché du projet de loi de Finances 2013. en friche s N° 341 // du 4 au 10 octobre 2012 // 6,50 e REA/Pascal Sittler ocales financement he défi Sommaire N°341 - 4 octobre 2012 sur www.agef.fr ��������������������������������������������������������������� 4 edito « A défcit structurel réformes structurelles », par Philippe Mudry �������������������������������������������������������������������� 5 Forum L’événement page 8 L’asset management n’est pas du « shadow banking » ������������� 6 L’événementDéfcits publics Défcits publics Changer d’approche ������������������������� 8 à 11 Changer d’approche économie & Finance L'idée est d'évacuer Les pays émergents sont sur le qui-vive ��������������������������12 à 14 les aléas conjoncturels. Les balances courantes se rééquilibrent en zone euro ����������� 15 L'analyse de... Philippe d'Arvisenet Reste à harmoniser La Fed et le chômage, vrais et faux coupables �������������������������������� 16à l’échelle européenne on en parlera demain ��������������������������������������������������� 17 la défnition de défcit structurel.
Publié le : vendredi 1 février 2013
Lecture(s) : 108
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins

www.agef.fr
t ous les mÉtier s de la fi N a N ce
Cits publi C
Changer
d’appro C

des collectivités l
Pierre Moscovici lors de la présentation Un marché du projet de loi de Finances 2013.
en friche
s
N° 341 // du 4 au 10 octobre 2012 // 6,50 e
REA/Pascal Sittler
ocales
financement
he
défiSommaire N°341 - 4 octobre 2012
sur www.agef.fr ��������������������������������������������������������������� 4
edito
« A défcit structurel réformes structurelles »,
par Philippe Mudry �������������������������������������������������������������������� 5
Forum L’événement page 8
L’asset management n’est pas du « shadow banking » ������������� 6
L’événementDéfcits publics
Défcits publics Changer d’approche ������������������������� 8 à 11
Changer d’approche
économie & Finance
L'idée est d'évacuer Les pays émergents sont sur le qui-vive ��������������������������12 à 14
les aléas conjoncturels. Les balances courantes se rééquilibrent en zone euro ����������� 15
L'analyse de... Philippe d'Arvisenet Reste à harmoniser
La Fed et le chômage, vrais et faux coupables �������������������������������� 16à l’échelle européenne
on en parlera demain ��������������������������������������������������� 17
la défnition de défcit
structurel.Exclure les émotions de nos décisions stratégies
BPCE à la charnière de deux plans stratégiques ��������������18 à 20
CPR AM veut exporter son expertise et séduire pour défi er les épreuves du temps entreprises et CGPI ����������������������������������������������������������������� 21
AlphaValue pourrait élargir son champ
de la recherche action au crédit ���������������������������������������������� 22
on en parlera demain ��������������������������������������������������� 23
Chez Robeco, nos stratégies quantitatives excluent les émotions des
Dossier / Financement
décisions d’investissement. Nous nous fi ons à la recherche, aux données et Des coLLectivités LocaLes
 Un marché en friche ������������������������������������������������������������ 24à l’expertise pour générer des rendements réguliers sur le long terme. Nos
rencontre avec... Henri Emmanuelli, président
de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts 26modèles quantitatifs de sélection des actions et des obligations sont construits
 L’agence des collectivités achoppe sur la garantie de l’Etat 27
sur de solides fondations : l’analyse et la recherche interne. Ils off rent une Le recours à l’obligataire se multiplie ��������������������������������� 28
rencontre avec... Jean-Jacques Treels, directeur général
exposition systématique aux diff érents marchés, classes d’actifs et moteurs adjoint ressources fnancières et logistiques, et Baptiste
Le Nocher, directeur de la gestion fnancière
de performances. à la région Nord-Pas-de-Calais 28
 La Cour des comptes veut ausculter
les fnances publiques locales ������������������������������������������������ 29
Les stratégies quantitatives de Robeco sont conçues pour résister aux Dossier pages 24 à 29 expertise
incertitudes et aux fl uctuations économiques. A l’image des habitations Financement des collectivités locales L'enquête
Plates-formes obligataires, décollage imminent ? �����������30 à 32
Un marché en frichehollandaises construites le long des canaux par les commerçants du 17e siècle, innovation fnancière
Un premier PPP en Côte-d’Ivoire ��������������������������������������������� 33L'offre à long terme de La Banque Postale et les alternatives nos stratégies ont été pensées pour résister aux épreuves du temps. systèmes d’information
aux prêteurs traditionnels peinent à émerger.
Banque Populaire implante un outil de reporting
en temps réel �������������������������������������������������������������������������� 34
performances
FINANCEMENTS DE PROJETS State Bank of India expertise un homme, Stratégies quantitatives, toujours loin devant ���������������������������������������������������������������� 36une équipe page 38
on en parlera demain ��������������������������������������������������� 37 L’enquête page 30
un homme, une équipe une effi cacité prouvée
Marc Romano rapproche les équipes multigestion
Plates-formes obligataires, de Rothschild et de HDF ���������������������������������������������������������� 38
décollage imminent ?
Plusieurs investisseurs comptent exécuter carrières & taLentsDécouvrez nos expertises quantitatives sur www.robeco.com/quant
à partir d’octobre des ordres sur ces structures Malgré la crise, les CGPI s’accrochent �����������������������������40 à 42
secondaires ou contactez les équipes de Robeco France au 01 55 35 47 00 on en parlera demain ��������������������������������������������������� 43
Marc Romano rapproche les équipes nées du Le carnet ���������������������������������������������������������������������44 à 46
multigestion de Rothschild et de HDFprogramme esLa soirée des 9 grands prix
Les offres de Rothschild & Cie Gestion Cassiopée. du gouvernement d'entreprise �������������������������������� 48
et de HDF Finance se concentrent Le Bloc-notes de la rédaction ���������������������������������� 50
pour déboucher sur des solutions
davantage tournées vers les besoins Banque 18, 24, 34 Corporate 33
Les stratégies quantitatives comportent des des investisseurs. Gestion 21, 38 Patrimoine 40
risques, il convient de se reporter aux prospectus BFI 30
afi n d’en prendre connaissance.
du 4 au 10 octobre 2012 / L’agefi hebdo 3

0052_Adv_Quant 2012_275x210mm_Frankrijk.indd 1 03-09-12 16:30
��������������������������������������������
�������������������������������� �������������������������������
��������������������������������� �������������������������
�����������������������������������������������������
������
����������L'événement
déficits pubLics
Changer d’approche
prochain. La veille, c’était au gou-L'idée est d'évacuer les aléas conjoncturels.
vernement espagnol de dévoiler son
Reste à harmoniser à l’échelle européenne budget avec 40 milliards d’euros de
hausses d’impôts et de coupes dans la défnition de défcit structurel.
les dépenses pour un objectif affché
de défcit de 4,5 % du PIB, le tout sur
budget pour l’année suivante aux fond de conjoncture économique déjà www.agefi.fr/ac ualit e-eclair ages
citoyens-contribuables et aux entre- bien délabrée. Que dire de la Grèce ?
erpar Guy Marchal prises. Vendredi 28 septembre, le Athènes présentait le 1 octobre son
gouvernement français présentait son projet de budget. Edifant ! Sixième
e rituel est bien rodé. Avec projet de loi de Finances 2013 avec année de récession (-3,8 % prévu en
l’arrivée de l’automne, plu- 30 milliards d’euros d’efforts à four- 2013), 25 % du PIB détruit et une
sieurs gouvernements euro- nir, dont les deux tiers sous forme de dette publique de 179 % du PIB. Lpéens se plient à l’exercice hausses d’impôts pour tenir l’objectif Tout cela pour parvenir à un défcit
de la présentation de leur projet de de défcit public de 3 % du PIB l’an public de 4,2 % du PIB.
du 4 au 10 octobre 20128 L’agefi hebdo /
t
Pascal Sittler/REALe ministre de l’Economie
Pierre Moscovici lors
de la présentation du projet de loi
de Finances, le 28 septembre 2012.
3 % comme
ligne d’horizon
« La condition
Jerôme Cahuzac, ministre première d’une
français du budget
évaluation par le
défcit structurel
« Personne ne doit oublier que si la France est d’avoir une
ne respecte pas sa parole, c’est-à dire n’atteint
pas cet objectif de 3 % de défcit public seule institution,
l’année prochaine, alors sa signature
sera dévalorisée, ce qui se traduirait par une seule une hausse de ses coûts d’emprunt »
(RTL, 2 octobre 2012)personne qui le
calcule de la même olivier bailly,
porte-parole pour les affaires façon pour tout
économiques et fnancières,
Commission européennele monde »

« La Commission ne voit pas de raison Frédérique Cerisier,
de changer l'approche actuelle vis-à-vis de économiste de BNP Paribas
la France. Nous avons eu des assurances
publiques des autorités françaises de respecter
Décrochage l'engagement de défcit à 3 % l'an prochain.
Dette publique en % du PIB On s'en tient là »95
90 (Le Point, 26 septembre 2012)France
85 Allemagne
80
75 bernard Cazeneuve,
70
ministre chargé 65
60 des affaires européennes cer la voie d’une
55
véritable sortie de 50
1995 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 2013 crise. La feuille
Sources : Cour des comptes, données Commission européenne de route délivrée « Tout, sur le défcit structurel et les
par le sommet investissements d'avenir, doit se faire dans le
concert des nations européennes. (…) Il n'y a pas Partout en Europe, la récession se européen du 29 juin dernier concer-
d'échappée belle possible sur un tel sujet » généralise, les entreprises reportent nant l’union bancaire ou le MES
ou arrêtent leurs investissements, le (Mécanisme européen de stabilité), si (Mediapart, 28 septembre 2012)
pouvoir d’achat diminue, et dans les elle est respectée, pourrait faire reve-
pays du sud, les salaires baissent, nir la confance des entreprises et des
le chômage retrouve des niveaux ménages, et donc la croissance éco- Europe, des engagements plus clairs
record, parfois impressionnants nomique. De même, l’annonce par la du gouvernement en faveur de la com-
comme en Espagne (25 % de la BCE du lancement d’un programme pétitivité et de l’emploi et une politique
population active). Même l’écono- illimité d’achats de titres publics sur le budgétaire plus lisible seraient suscep-
mie allemande jusqu’ici épargnée tibles de dissiper les incertitudes, de marché secondaire dans le cadre OMT
n’échappe plus tout à fait à cette (outright monetary transactions) a faire en sorte que les entreprises inves-
dégradation (L’Agefi Hebdo du atténué l’inquiétude sur les marchés tissent et que les ménages puisent dans
20 septembre). fnanciers. « La confance, c’est la leur épargne pour consommer. »
visibilité pour les entreprises comme En dépit de la générosité affchée
« Policy mix » éclaté de la politique monétaire (taux bas et pour les consommateurs, explique
Pour bon nombre d’économistes, Hélène Baudchon, économiste de politique non conventionnelle de la
l’unique lueur d’espoir réside dans BNP Paribas. Dans le contexte actuel, BCE), le policy mix européen est au
la capacité des dirigeants européens elle seule peut débloquer l’attentisme plus mal. La transmission de la poli-
(politiques, Commission européenne, qui prévaut en France. Des signes de tique monétaire est mauvaise et irrigue
Banque centrale européenne) à tra- mal les économies. La production de urésolution de la crise souveraine en
du 4 au 10 octobre 2012 / L’agefi hebdo 9
REA CE REAévénement
(FMI) servait de référence et la for- Cerisier, économiste de BNP Paribas. Les débats outre- mule communément admise était : à « La condition première d’une évalua-
une réduction du défcit budgétaire de tion par le défcit structurel est d’avoir Rhin portent sur
1 % du PIB est associée une contrac- une seule institution, une seule per-
tion du PIB de 0,5 point pendant deux sonne qui le calcule de la même façon des baisses d’impôt
ans. Mais depuis 2007-2008, tout a pour tout le monde. »
changé, indique une note de Standard En attendant une nouvelle norme,
crédit aux entreprises de la zone euro & Poor’s. Il est devenu évident que les pays du sud ont pris les devants en
est franchement négative (-0,8 % l’impact négatif sur la croissance s’est indiquant en juillet pour le Portugal
en août) malgré la bonne évolution accru. Entre 2009 et 2011, l’ajuste- et l’Espagne qu’ils ne respecteraient
du crédit en Allemagne. Au niveau ment budgétaire en Espagne aurait dû pas leurs objectifs de réduction des
budgétaire, les programmes dits entraîner une contraction du PIB de défcits en temps et en heure. Il y a
d’ajustement, de réduction impor- 1,7 %... En réalité, il a été de 7 %. quelques jours, c’était au tour de
tante des défcits publics, mis en place Un moyen de contourner la bruta- l’Italie d’indiquer que le défcit de
pour contrecarrer la crise des dettes lité des cures d’austérité budgétaire est la péninsule atteindrait cette année
souveraines et chapeautés par la de recourir à la vieille notion de défcit 2,6 % du PIB (1,7 % prévu au prin-
Commission européenne, produisent public structurel, « qui n’est pas direc- temps) et 1,8 % l’an prochain (0,5 %
des effets accélérateurs de récession, tement observable dans la réalité », précédemment). Responsable de cette
notamment dans les pays du sud de précise-t-on à la Commission euro- glissade, la récession (-2,4 % pour le
l’Europe. Pour les populations de péenne. Pour l’obtenir, il faut « éva- PIB cette année), ce qui permet au
ces pays, les politiques budgétaires luer la composante conjoncturelle du gouvernement italien de préciser que
prennent des allures de rites sacrif- défcit public et retrancher cette com- le solde structurel sera à l’équilibre
ciels avec comme mot d’ordre : tou- posante conjoncturelle du défcit ». en 2013. En revanche, vu la dégra-
jours moins. Toute la question est d’avoir une déf- dation du dénominateur, le ratio dette
nition comptable identique d’un pays publique/PIB va culminer à un taux
Quel défcit ? à l’autre tant les méthodes de calcul record de plus 126 %. A l’opposé,
Les « fautifs » désignés sont les effets abondent (lire l'entretien). « Avec l’an- les Allemands vivent dans un autre
multiplicateurs des politiques budgé- cien Pacte de stabilité et de croissance, monde. Ils se paient le luxe d’un débat
taires. Ils ont été beaucoup trop sous- chaque Etat calculait son défcit struc- de politique intérieure sur l’utilisation
estimés. Jusqu’ici, le « multiplicateur » turel. Ensuite, la Commission recal- d’une « cagnotte », les rentrées fs -
du Fonds monétaire international culait ses défcits, explique Frédérique cales étant supérieures aux prévisions
et le défcit budgétaire de l’ordre de
0,9 % du PIB cette année. D’un côté, La fnance passe à la caisse
la CDU propose des baisses d’impôts
Parmi les métiers de la fnance, « qu’il n’y a rien de comparable Sécurité sociale 2013 Rendement ou de nouvelles dépenses en faveur de
les plus malmenés par le Budget entre un salaire perçu en fn de attendu de la taxe pour les l’enfance et des retraités. De l’autre,
2013 sont les professionnels du mois et le risque que portent ces comptes de la Sécu : 110 millions les sociaux-démocrates veulent affec-
capital-investissement Ils le font professionnels » Lesdits carried d’euros ter les surplus au désendettement.
savoir dans un communiqué en Le PLFSS n’oublie pas les
réaction au projet de loi de Finances banques et leurs dirigeants dont Un cas particulier
La politique budgétaire française est en poussant « un cri d’alarme » « les avantages accessoires de
un cas à part. Pas question de recon-Leur association professionnelle rémunération » seront eux aussi
naître tout de suite que le solde bud-(Afc) dénonce la taxation à plus intégrés à l’assiette de la taxe sur
gétaire de -3 % (mais un défcit struc-de 60 % des plus-values réalisées les salaires De plus, une tranche
turel dans la défnition de Bercy de par « les chefs d’entreprise ou les supplémentaire de taxe sur les
- 1,6 %) ne sera pas respecté comme actionnaires les accompagnant salaires au taux marginal de
l’ont fait les pays du sud. « Il y a une qui auront réussi leur projet 20 % pour les salaires dépassant
singularité française, explique Bruno d’entreprise » L’Afc reprend à interests sont non seulement 150000 euros est créée et
Cavalier, chef économiste d’Oddo son compte le grief habituel de rattrapés par l’impôt mais aussi « permettra d’adapter la taxe au
Securities. Le pays ne peut pas se la double taxation des revenus, la par les taxes sociales Dorénavant, développement des très hautes
permettre aujourd’hui de reporter fscalité des plus-values ou des ils seront « traités comme des rémunérations » Rendement
son objectif de 3 % au-delà de 2013. dividendes venant s’ajouter à accessoires de rémunération, attendu : 470 millions d’euros Le
La France ne se trouve pas dans une
l’impôt sur les sociétés et seront donc soumis à la secteur bancaire est soumis à la
situation de grave récession, même si Se trouve également cloué au CSG-CRDS au taux de 8 % et au taxe sur les salaires en contrepartie
elle n’a évidemment pas l’aspect d’une
pilori l’alignement sur les salaires forfait social de 20 % à la charge de son exonération de la TVA Il fut
économie en croissance. Elle doit
et traitements de l’imposition de l’employeur », fait savoir le un temps où la profession militait
tenir son rang vis-à-vis de l’Allemagne
des carried interests au motif projet de loi de fnancement de la pour sa disparition
au moment où l’Europe engage
du 4 au 10 octobre 201210 L’agefi hebdo /
cy� �tur���str�o ���ber ticipan�e un défcit �uc�el zéren 2016.��
PHB
PHBéconomie & finance
Les pays émergents
sont sur le qui-vive
Leurs banques centrales sont prêtes à intervenir pour contrer
les politiques monétaires menées dans les économies développées.
www.agefi.fr/ac ualit e-eclair agesLa banque centrale du Brésil
se dit prête à intervenir
en faveur de la compétitivité du pays. par Edwige Murguet
i les investisseurs ont bien
accueilli la série d’annonces
d’assouplissements moné-s taires, venant tour à tour de la
Banque centrale européenne (BCE), de
la Réserve fédérale (Fed) une semaine
après, puis de la Banque du Japon
(BoJ), il n’en a pas été de même au sein
des gouvernements de certains pays
émergents.
La réaction des autorités brésiliennes
a été épidermique. Les Etats-Unis et le
Japon « vont attiser la guerre des devises
en poussant tous les pays à mener cette
guerre également », a déclaré Guido
Mantega. Pour le ministre des Finances
brésilien, le lancement de ces nouvelles
politiques de rachats massifs de titres, à
la fois en zone euro et aux Etats-Unis,
et qui, de surcroît, pourront s’effectuer
de façon illimitée, équivaut à une déva-
luation de la monnaie des pays concer-
nés. « Nous ne laisserons pas notre
économie devenir non-compétitive », a
averti Guido Mantega, indiquant que
la banque centrale du Brésil (Banco
Central do Brasil) n’hésiterait pas à
acheter davantage de réserves si l’offre
de dollars dans l’économie brésilienne
devenait trop importante.
Si nécessaire, en cas d’affux de capi-
taux étrangers spéculatifs en dollars,
« nous avons la possibilité de taxer les
capitaux à court terme », a prévenu
le ministre des Finances, faisant allu-
sion aux mesures prises il y a trois ans
afn de décourager les afcionados du
carry trade, ces arbitrages permettant
de bénéfcier des différentiels de taux
d’intérêt court terme. Un « Impôt sur les
du 4 au 10 octobre 201212 L’agefi hebdo /
t
Dado Galdieri/Bloombergopérations fnancières » (IOF) de 2 %
L’avis de... sur les investissements de portefeuille,
applicable une seule fois à l’entrée des Karine hirn, fondatrice associée d’East Capitalcapitaux dans le pays, avait été mis en
place en octobre 2009. Les investisse-
ments directs étrangers (IDE) en avaient
été exemptés. L’objectif était d’éviter les « Pour la Chine, le dynamisme de ses
risques de déstabilisation liés aux mou- partenaires commerciaux est crucial »
vements de capitaux volatils de grande
ampleur. Entre juin et août 2009, les
entrées d’investissements de portefeuille Le commerce extérieur chinois peut-il partenaires commerciaux, l’Europe et les
avaient atteint 5,1 milliards de dollars, être affecté par le nouvel assouplissement Etats-Unis, qui apparaît aujourd’hui comme
soit 189 % de plus qu’au cours de la quantitatif américain (Qe3) ? la seule façon de relancer leur croissance
Les autorités chinoises contrôlent toujours - et par conséquent de redynamiser leurs même période de 2008, tandis que les
l’appréciation du renminbi, indexé à un importations - est crucialeIDE avaient chuté de 59 %.
panier de monnaies et qui n’est pas encore
convertible L’annonce de la Fed de procéder, Le Qe3 peut-il compliquer le contrôle des lendemains qui déchantent
si nécessaire, à des injections de liquidités de l’infation ? Ce scénario peut-il se reproduire ?
massives et de façon illimitée ne peut donc Pour l’heure, l’infation reste largement sous Les avis des économistes sont mitigés.
pas produire les mêmes effets sur la devise contrôle, de 2 % seulement (à comparer « Lors des assouplissements quantita-
chinoise que sur celles des autres pays à 6,2 % en août 2011), pour un PIB qui tifs précédents, la situation des grandes
émergents, tels le real ou la roupie indienne devrait croître de 8 % cette année Avec un économies émergentes était robuste.
Elle peut certes relancer la spéculation sur niveau d’infation aussi bas, la Chine devrait Du coup, tout le monde voulait y aller.
la montée du renminbi vis-à-vis du dollar, pouvoir absorber d’éventuelles tensions Or aujourd’hui, ce n’est plus le cas »,
cependant, la pression à l’appréciation est supplémentaires Quoi qu’il en soit, le résume Philippe Waechter, directeur de
sans doute moindre aujourd’hui car le surplus lancement du QE3 devrait réduire l’aversion la recherche économique de Natixis
commercial est en nette baisse Par ailleurs, pour le risque et stimuler l’appétit pour les Asset Management.
la dépendance de l’Empire du Milieu aux actifs risqués, un élément positif pour les La popularité des marchés émer-
exportations, qui est en train de s’atténuer, doit marchés actions chinoisgents n’est plus ce qu’elle était il y a
être relativisée Les exportations représentaient encore un an et demi. Les investisseurs
près de 26 % du PIB chinois en 2011, à Le confit concernant les îles Senkaku peut-il rechignent à s’y positionner depuis l’été
comparer à près de 36 % en 2006 En réalité, pénaliser le commerce avec le Japon ?2011. « Alors que de plus en plus de
la croissance du PIB chinois est surtout Les manifestations anti-japonaises, très capitaux sont nécessaires pour com-
tirée par les investissements, puis par la encadrées, s’arrêteront lorsque les autorités
bler les ‘trous’ du système fnancier en
consommation Il n’en demeure pas moins que chinoises craindront qu’elles dégénèrent
Europe et aux Etats-Unis, les perspec-
les autorités chinoises, très soucieuses de la et créent un climat d’instabilité sociale En
tives de croissance du monde émergent
stabilité sociale, surveillent de près la santé des attendant, les ménages chinois pourraient
se sont nettement détériorées », rappelle
exportateurs qui sont d’importants employeurs boycotter les produits japonais vendus sur leur
Maarten-Jan Bakkum, stratégiste senior
A cet égard, la réussite de l’assouplissement territoire Pour rappel, le Japon est le premier
marchés émergents d’ING Investment des politiques monétaires de ses principaux partenaire commercial de la Chine en Asie
Management. Selon lui, quatre facteurs
en particulier expliquent le tarissement
des fux de capitaux vers les marchés climat d’investissement dans plusieurs économistes, elle souffre désormais
émergents qui s’observe depuis quatre grandes économies émergentes et le repli d’une perte de compétitivité tandis
de la croissance de l’Empire du Milieu.trimestres : une tendance négative de qu’elle est encore positionnée sur du
leurs Bourses, la nécessité accrue pour « La Chine ne devrait plus consti- bas de gamme ; d’une faible effcacité
les banques européennes d’assainir leur tuer l’important moteur de croissance du capital qui y est investi avec excès ;
position dégradée, la détérioration du qu’il a été pour le monde émergent d’une allocation ineffcace de l’épargne
entre 2000 et 2010 », estime Maarten- compliquant le financement de ses
Les fluctuations du real très surveillées Jan Bakkum. Depuis 2010, le taux de entreprises privées ; d’une insuffsance
Dollar contre real brésilien croissance du PIB chinois s’est replié de la protection sociale et d’un vieillis-
2,8
progressivement pour revenir à 7,5 %, sement démographique qui conduisent
2,6
et les anticipations en la matière pour les les ménages chinois à épargner de plus
2,4
années à venir ne sont pas à la hausse, en plus, ce qui mine la demande inté-
2,2
au contraire. Le ralentissement est en rieure ; de prix élevés dans le secteur
2,0
partie cyclique avec la stagnation du immobilier et de la fragilité fnancière
1,8
commerce mondial (lire l’entretien) des collectivités locales. « Corriger ces
1,6
mais a aussi « de nombreuses causes facteurs de croissance structurellement
1,4
structurelles », analyse Natixis, listant faible prendra évidemment beaucoup 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012*
Source : Bloomberg *au 27 sept toute une série de faiblesses. Selon les ude temps », conclut Natixis, qui s’attend
du 4 au 10 octobre 2012 / L’agefi hebdo 13
��������������
DRstratégies
2009-2010, BPCE à la charnière
les premiers pas
de deux plans 2009
16 février : François Pérol prend la
tête des organes centraux de Caisse
d’Epargne (CNCE) et de Banque stratégiques Populaire (BFBP)� Le projet de fusion
est lancé�
30 avril : François Pérol devient
de liquidité. Même si l’on n’appelait pas Le groupe achève sa président du conseil d’administration
encore cela le ‘deleveraging’, nous avons de Natixis, Laurent Mignon son
considérablement diminué notre profl construction. Il doit à directeur général�
de risque. » Bâle III lui a enfn imposé présent se prononcer sur ses 22 juin : le Journal Offciel publie un « plan d’adaptation » en novembre
2011 qui a fait émerger la « banque de la loi du 18 juin relative à la création perspectives 2014-2017 et
grande clientèle » (L’Agef Hebdo du de BPCE�
27 septembre).sur l’identité de son patron. 3 août : BPCE est opérationnel�
Afn de les rapprocher des réseaux,
les autres métiers de Natixis ont été 26 août : lancement du plan
réorganisés autour de deux pôles : stratégique « New Deal » de Natixis�
www.agefi.fr/ac ualit e-eclair ages l’épargne (gestion d’actifs, assurance,
2010banque privée) et les services fnanciers
par Sylvie Guyony spécialisés (SFS). Ces derniers sont le 25 février : lancement du plan
fruit de remembrements internes, avec
stratégique « Ensemble » de BPCE�
l’été 2009, il s’agissait d’un la fusion de GCE Paiements (Caisse
mariage de raison entre d’Epargne) et Natixis Paiement ou celle
Banque Populaire et Caisse des activités de crédit-bail du Crédit a d’Epargne. Il fallait sau- Foncier et de la banque de gros. Cette
ver leur rejeton né en 2006, Natixis. rationalisation que l’on retrouve dans
L’Etat en était le grand témoin, présent l’affacturage ou le crédit à la consom- banque des particuliers » et la « pre-
au capital de BPCE SA jusqu’en mars mation, dont Natixis est désormais mière des PME » en France, François
2011. Président du directoire, François pleinement propriétaire (L’Agef Hebdo Pérol voudrait maintenant que chacun

Pérol (lire l’entretien page 20) a donné du 22 mars 2012), a permis de déga- des métiers de BPCE tende vers sa part
corps au groupe BPCE et redressé sa ger 500 millions d’euros de synergies de marché « naturelle ».
banque de gros. « Notre ‘chance’ a été entre Natixis et les deux enseignes dis- Son mandat doit s’achever le
d’être plus touchés par la crise de 2008 tributrices. Pierre Chedeville, analyste 13 juillet, mais il chercherait à obtenir
que beaucoup d’autres banques, relève de CM-CIC Securities, souligne ainsi son renouvellement anticipé, selon Le
Figaro (28 septembre), ce que le groupe Laurent Mignon, directeur général de une « résilience du fonds de commerce
Natixis. Nous avons, dès 2009, réduit confrmée dans la crise ». ne souhaite ni commenter, ni démentir.
drastiquement notre consommation de Si les fédérations, actionnaires de la SA,
ressources rares, c’est-à-dire de capital et des failles dans la cohésion semblent le laisser incarner BPCE, les
François Pérol a de fait recentré le groupe syndicats sont plus virulents. Saisie par
Un environnement défavorable aux métiers sur ses métiers cœur, un des objectifs de Sud et la CGT pour « prise illégale d’in-
son plan « Ensemble » à horizon 2013. térêts », la Cour de cassation a ouvert Métiers "cœur"T2 2012 en mns € (/T2 2011) groupe bPCe En même temps, il en a renforcé la sol- cet été une enquête concernant sa nomi-du groupe
vabilité. Il a aussi pu annoncer avoir nation, alors qu’il était secrétaire général Produit net bancaire 5�671 (-5,0 %) 5�170 (-5,2 %)
rempli fn juin 76 % de son objectif de adjoint de Nicolas Sarkozy à l’Elysée.
Résultat brut d'exploitation 1�772 (-11,8 %) 1�716 (-14,2 %)
réduction du besoin de refnancement Et le 4 septembre dernier, le Tribunal
Coeffcient d'exploitation 68,8 % (+2,4 pts) 66,8 % (+3,5 pts)
de marché, chaque entité y participant, de grande instance (TGI) de Lyon a
Coût du risque 648 (+21,3 %) 580 (+68,1 %) notamment les réseaux et Crédit Foncier. donné raison à Sud BPCE concernant
Résultat net part du groupe 668 (-27,6 %) 699 (-33,5 %) Fort de 1.564 clients actifs de plus qu’en le système de gestion des performances
RoE (return on equity) 5,6 % 8 % 2009 dans les deux enseignes du groupe du personnel fondé sur le benchmark.
qui se présente comme la « deuxième Adoptée par la Caisse d'Epargne Rhône-Source : société
du 4 au 10 octobre 201218 L’agefi hebdo /
onds proneoprà fn juin 2012.esc. tR38,8 milliards de f atio de 10 %
ore tier Alpes (qui fait appel) et d’autres Caisses, ses effectifs et plus largement ses coûts, a été renouvelé récemment, tandis que
cette organisation « compromet grave- dont « 30 à 40 millions (venant) de la Banque Populaire travaille avec Covéa.
ment la santé des salariés » et « entraîne mutualisation de notre système informa- D’un autre côté, la gestion d’actifs de
des pratiques abusives, faisant passer la Natixis est l’une des rares du secteur tique avec celui des Caisses d’Epargne »,
performance avant la satisfaction de la précise son directeur général, Bruno dont le produit net bancaire croît au
clientèle », juge le TGI. Deletré (L’Agef Hebdo du 31 mai). premier semestre, mais elle doit gagner
S’il obtient un nouveau mandat dès BPCE doit enfn se trouver des relais en volumes. Le prochain plan straté-
cet automne, François Pérol aura les de croissance. Pour l’heure, la perfor- gique devra défnir comment. Ce serait
coudées franches pour présenter un mance des métiers « cœur » n’est d’ailleurs le plus sûr moyen
nouveau plan stratégique au printemps. pas brillante (voir le tableau). Si d’offrir au groupe une dimen-
Il pourra aussi reconstituer son équipe les SFS affchent au deuxième sion internationale, car il n’est Ecrire
de direction alors qu’Olivier Klein, à trimestre une hausse de leurs pas encore dit que les réseaux
l’épisode
l’origine du système benchmark en tant revenus, ce n’est pas le cas de à l’étranger y aient leur place.
post-sauvetageque directeur général en charge de la l’épargne. D’un côté, François En outre des scories d’activités
banque commerciale et de l’assurance, Pérol n’a pas pu rationaliser les « non-cœur » subsistent avec
vient de prendre la tête de la Bred (lire métiers de l’assurance. Il faut les « participations fnancières »
page 44), une Banque Populaire arc- dire qu’il est lié à CNP Assurances, Nexity et Coface. Or aucune piste ne se
boutée sur son autonomie. fournisseur de l’assurance-vie de Caisse dégage concernant le promoteur immo-
Pour la prochaine période, 2014- d’Epargne, par un pacte d’actionnaires bilier (L’Agef Hebdo du 26 janvier) et
2017, BPCE doit encore travailler sur et des accords commerciaux courant les conditions de marché ne permettent
ses coûts. Pour cela, il faudra faire ren- jusqu’en 2015. Or il y a encore Natixis ni de céder ni de coter l’assureur-crédit.
trer tout le monde dans le rang. Crédit Assurances qui fournit l’assurance-vie Reste à savoir si François Pérol pilo-
Foncier par exemple devra être davan- de Banque Populaire. Et, en dommages, tera encore ces cinq prochaines années
tage intégré, tout en réduisant son bilan, l’accord de l’Ecureuil avec Macif-Maif le paquebot qu’il a mis à fot. n u
du 4 au 10 octobre 2012 / L’agefi hebdo 19
Eric Senmartin/BPCEstratégies
RencontRe avec...
f rançois Pérol,
président du directoire de BPCE
« Dégager sur la durée une rentabilité supérieure
au coût du capital »
Quelle a été la teneur de votre réunion facteurs de réussite qui ne sont pas remis en participative qui devrait aboutir à la
de rentrée avec les dirigeants du groupe, cause pour l’avenir : une gouvernance apaisée, présentation l’an prochain d’un plan à
qui s’est inscrite cette année dans le contexte des choix stratégiques simples et clairs, avec horizon 2017 Le secteur bancaire vit une
de l’achèvement de votre plan stratégique une exécution fable Nos principales priorités phase de transition Nous en connaissons
2010-2013 ? sont aujourd’hui de trois ordres : développer les grandes lignes Nous connaîtrons les
Nous avons parlé du bilan du groupe trois ans notre activité auprès de nos clients - c’est notre détails de la réglementation future début
après sa création, des raisons pour lesquelles priorité majeure ; remodeler notre équation 2013 Notre réfexion s’oriente à ce stade sur
nous avions progressé ainsi que de nos grands économique pour dégager sur la durée une la manière de développer nos revenus, de
défs à venir Notre stratégie depuis 2009 a rentabilité supérieure au coût du capital ; rentabiliser une base de fonds propres plus
consisté à jeter les fondamentaux d’un grand développer la formation et la mobilité des importante (depuis 2009, elle a augmenté
groupe coopératif bancaire et d’assurance dédié personnels, ainsi que le dialogue social Le de 60 %), et de modifer notre structure de
à 100 % à ses clients, en cohérence avec les fonctionnement de BPCE est celui d’un groupe fnancement Espérons que les évolutions
valeurs et les principes des Banques Populaires coopératif et décentralisé La subsidiarité réglementaires et françaises ne conduisent
et des Caisses d’Epargne qui sont à l’origine s’impose : ce qui peut l’être doit être réalisé en pas à un assèchement du crédit
du groupe Nous avons atteint cet objectif Le région, mais le principe de suppléance aussi
groupe existe dans le paysage bancaire français - lorsque l’on peut mieux faire ensemble, on doit en 2010, vous visiez le « retour à une
et gagne chaque jour en cohésion Par exemple, le faire à l’échelle nationale rentabilité normale ». Qu’est-ce que
la mobilité des dirigeants s’y développe : sept cela signife désormais ?
patrons de Banques Populaires et de Caisses Comment cette maxime politique et sociale Sur le plan qui s’achève, nous sommes
d’Epargne sont déjà passés d’un réseau à se traduira-t-elle dans votre prochain plan en ligne avec nos objectifs, mais dans un
l’autre La nomination d’Olivier Klein à la Bred stratégique ? contexte plus diffcile que celui envisagé
est aussi un symbole fort Nous disposons de Nous sommes dans une démarche Les banques de demain, du moins celles qui
reçoivent des dépôts dont la collecte est de
plus en plus onéreuse, auront à l’avenir la
Organigramme du groupe
rentabilité des utilities Nous pouvons estimer
qu’un RoE (retour sur capital investi, NDLR) Groupe BPCE
entre 10 % et 12 % à terme est quelque chose
de raisonnable pour une banque Tout dépend 8,1 millions de sociétaires
du coût du capital Mais nous aurons aussi un
(1)80 % 80 % profl de risque et une volatilité moins élevés
Nos actifs pondérés par le risque ont diminué 19 Banques Populaires 17 Caisses d'Epargne
50 % 50 % de 414 milliards en 2009 à 390 milliards
aujourd’hui, tout en continuant de voir croître
nos encours de créditBanques commerciales BPCE20 % Participations financières 20 %
et assurance : filiales Organe central(2) (2)CCI CCI
Votre mandat s’achève en juillet 2013. • Crédit Foncier de France (100 %) (5)72,4 % • Nexity (41,8 %)
(3)• Banque Palatine (100 %) Pourrez-vous mener à bien le prochain plan ?
• BPCE International et avec quel comité de direction ?Natixis et Outre-mer (100 %) • Coface (100 %) Je suis attaché à notre groupe et fer de le (4)• BPCE Assurances (46,4 %)
BPCE SA servir BPCE est un groupe à directoire et
conseil de surveillance La constitution de ce
27,6 %
(1) dernier refète la parité de détention du capital Via les sociétés locales d'épargne (SLE). Banque commerciale et Assurance
(2) Flottant CCI : certificats coopératifs d'investissement. entre Caisse d’Epargne et Banque Populaire Banque de grande clientèle, épargne
(3) Avec la participation du Crédit Foncier de France et services financiers spécialisés qui ont sept sièges chacune, auxquels
dans la Banque Palatine, le groupe détient 100 % de la société.
(4) s’ajoutent quatre membres indépendants Avtion des Caisses d'Epargne dans BPCE Assurances, le groupe détient 60 % de la société.
(5) Via CE Holding Promotion C’est au Conseil de décider en la matière Source : BPCE
du 4 au 10 octobre 201220 L’agefi hebdo /
��������������������������
DR

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.