Les chemins de fer africains - article ; n°72 ; vol.13, pg 427-454

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1904 - Volume 13 - Numéro 72 - Pages 427-454
28 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1904
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 30
Voir plus Voir moins

G.
Les chemins de fer africains
In: Annales de Géographie. 1904, t. 13, n°72. pp. 427-454.
Citer ce document / Cite this document :
G. Les chemins de fer africains. In: Annales de Géographie. 1904, t. 13, n°72. pp. 427-454.
doi : 10.3406/geo.1904.6523
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1904_num_13_72_6523427
LES CHEMINS DE FER AFRICAINS
CARTE PL Y1
Dès les premiers jours de expansion européenne en Afrique les
pionniers des diverses nations se heurtèrent une difficulté il leur
fallut surmonter absence de moyens de communication Dans ce
bloc immense de Afrique aux formes rigides est peine si cinq
ou six grands fleuves ouvrent vers intérieur des voies de pénétra
tion dont la valeur pratique est encore pour la plupart bien réduite
par de multiples cataractes ou barrages et par un régime déplorable-
ment inégal Sur plus un point ces difficultés accès compliquèrent
et ralentirent la conquête et on fut parfois amené sur le Haut Nil
au Soudan fran ais au Congo belge dans la Rhodesia entreprendre
la construction un chemin de fer précisément pour faciliter la
inarche des troupes Mais ce fut surtout on aborda la question
de la mise en valeur que la nécessité de créer des voies de transport
peu coûteuses et suffisamment rapides apparut au premier plan2
Les premières voies ferrées construites furent des lignes de péné
tration intérêt purement local Chaque colonie effor ait de pousser
On indiqué sur la carte qui accompagne cet article les lignes de chemins
de fer en exploitation ou en construction en août 1904 Les en projet
figurent pas parce que leur tracé généralement provisoire reste sujet trop de
modifications ailleurs tous les projets aboutissent pas Afin de montrer com
ment les voies de fer se raccordent avec les voies eau on indiqué également
non pas les rivières dites navigables ce qui ne fournirait aucune notion précise
sur leur utilisation réelle par le commerce mais les lacs et cours eau sur les
quels circulent actuellement des vapeurs de commerce échelle de la carte
pas permis de distinguer les parties navigables aux hautes ou aux basses eaux
Toutes les indications se rapportent la navigation aux hautes eaux
Dans deux colonies fran aises au Soudan et Madagascar on essayé de
remédier la lenteur de la construction de la voie ferrée par établissement préa
lable une route praticable aux automobiles Le même procédé également été
préconisé pour exploitation du Sud-Ouest Africain Allemand idée ne paraît pas
heureuse au Soudan entreprise échoué piteusement Madagascar il ne semble
pas que le résultat ait été beaucoup plus brillant Outre que dans des pays tropi
caux où les pluies hivernage atteignent une violence extrême entretien une
route suivie par des camions automobiles exige une lourde dépense hommes et
argent la conception même du transport par automobile est-à-dire du morcel
lement presque de émiettement il agit de produits volumineux et de
faible valeur paraît tout fait contraire la loi évolution du système des trans
ports qui tend de plus en plus la concentration des marchandises dans des voi
tures de plus en plus vastes remorquées par des tracteurs de plus en plus puis
sants OGRAPHIE GIONALE 428
rapidement le rail travers arrière-pays pour en drainer les produits
vers ses ports souvent vers un port unique Puis la conquête achevée
le partage de Afrique dûment consacré par des traités internationaux
les colonies se trouvèrent dotées de territoires immenses étendant
au ur du continent en contact les uns avec les autres
Dès lors on vit surgir des projets de lignes transcontinentales Trans
saharien ligne Port Alexandre-Pretoria ligne du Cap au Caire
congolais) dont une au moins celle du Cap au Caire est déjà sérieuse
ment amorcée
Montrer état actuel du réseau ferré ainsi que les développements
il est appelé recevoir dans un avenir plus ou moins proche tel
est le but de ce travail1 Nous passerons rapidement sur les lignes
anciennes déjà connues du lecteur lignes Algérie Egypte de
Afrique australe pour insister surtout sur les lignes récemment
ouvertes ou en construction
Algérie Tunisie La première ligne construite en Algérie celle
Alger Blida fut ouverte exploitation en 1862 En 1871 la ligne ran était achevée en 1884 Tunis était relié Constantine
et cette dernière ville Alger en 1886 En même temps sur cette voie
parallèle la côte embranchaient un certain nombre de voies de
pénétration de sorte que dès 1890 le réseau du Tell algérien et tuni
sien était peu près entièrement terminé Depuis cette époque en
dehors de quelques lignes intérêt local ou industriel nos efforts se
sont bornés relier Tunis avec quelques-uns des centres importants
Zaghouan Sousse Kairouan) et pousser vers le Sud le prolonge
ment de la ligne Arzeu Aïn Sefra
état actuel du réseau algérien-tunisien est indiqué dans le tableau
ci-contre
Total pour Algérie et la Tunisie 05o km de chemins de fer
dont 805 voie étroite Toutes ces lignes appartiennent des com
pagnies privées exception de celles Arzeu Aïn Sefra et de Mos-
taganem Ti ret rachetées en 1900 par tat la Compagnie franco-
algérienne et de la ligne Aïn Sefra Béni Ounif construite par
tat Elles ont été pour la plupart concédées dans des conditions
analogues celles qui régissent nos grands réseaux fran ais conces
sion pour une période de quatre-vingts cent ans avec garantie inté
rêt pendant tout ou partie de la durée de la concession2 et faculté de
rachat par tat partir une date déterminée
Pour les chemins de fer en Afrique voir les études signalées dans Annales
de Géographie Bibliographie de 1898 653 IXe Bibi 1899 no 663 et surtout
XII 1902 no 679
Il est remarquer pourtant que le nouveau réseau de la Compagnie Bône-
Guelma est-à-dire son réseau sud-tunisien voie étroite ne jouit pas une
garantie intérêt LES CHEMINS DE FER AFRICAINS 42
Algérie
Voie normale Voie étroite
Oran-Alger ..... 426 km Arzeu-Aïn Sefra-
Embranchement sur Aïn Beni Ounif 640 km voie de Im
Temouchent .... 10 Mostaganem- sur Sidi Tiaret 202
bel Abbés Tienicen et Oran-Arzeu 43
Ras el Ma ..... lo Blida-Berroua-
Alger-Constantine .. 452 ghia .. 83
Embranchement sur Tizi Ouled Rahmoun-
53 Ouzou ....... Ain Beïda 93 voiedeim sur Bou Souk Ahras-Te-
88 bessa.... 128 gie sur Batna TOTAL 189km et Biskra ..... 201
Embranchement sur Phi-
lippeville 87
Constantine Guelma- fron
tière tunisienne .. 253 sur Bone 55
Bône-Aïn Mokra ... 33
933 km TOTAL
Tunisie
Frontière algérienne-Tunis- Tunis-Zaghouan 86km.(Toie de Im
244 km Tunis-Sousse-Kai- La Goulette ..>
rouan... 208 Embranchement sur Bi-
zerte ........ Embranche ment 73
sur Menzel bou TOTAL 317 km Zelfa ... 31
Sousse-Moknine 48
Sfax-Gafsa-Met-
laoui 243
616km TOTAL
La plupart des lignes algériennes ne desservent que la région du
Tell on en devine aisément la raison les Hauts Plateaux et la région
des Ksours ont paru trop pauvres pour pouvoir rémunérer la construc
tion de chemins de fer Cependant deux lignes de pénétration avan
cent résolument vers le la ligne de Constantine Biskra cons
truite en vue de exploitation des palmeraies de Oued Rir et surtout
la ligne Arzeu-Aïn Sefra-Duveyrier-Beni Ounif tablie dans le but
de psrmettre de alfa sur les Hauts Plateaux du Sud-
Oranais et achevée en 1887 la ligne Arzeu Aïn Sefra était bien
délaissée lorsque notre prise de possession des oasis du Touat et du
Tidikelt 1900 lui donné un intérêt stratégique de premier ordre Du
moment où nous décidions occupation permanente des oasis il fal
lait assurer le ravitaillement la relève et le renforcement éventuel des
garnisons Aussi entreprit-on immédiatement le prolongement de la
ligne Aïn Sefra sur Djenien bou Rezg et Duveyrier et ces 118 km de
voie nouvelle étaient ouverts exploitation en août 1901 Une nou- OGRAPHIE GIONALE 430
velle étape nous amena en 902 une cinquantaine de kilomètres plus
loin aux portes de Figuig Béni Ounif On sait le rôle joué par cette
station et par le chemin de fer dans les récentes opérations contre
Figuig De là le projet primitif consistait pousser les rails dans la
direction Igli par la vallée de la Zousfana mais pour éviter les
dunes qui encombrent cette vallée et pour assurer la réduction une
des tribus les plus remuantes du Sud-Ouest celle des Doui Menia on
préféré prendre pour objectif Oued Guir La voie atteindra la fin
de 1904 Ben Zireg 60 km de Beni Ounif De là elle sera pro
longée vers Kénadsa
Dans la province dOran autorités civiles et militaires réclamaient
impatiemment la construction une ligne reliant le réseau algérien
la frontière du Maroc La loi du 29 décembre 1903 concède la Com
pagnie des chemins de fer de Ouest algérien en 1975 la con
struction une ligne de Tiemcen Lalla Maghnia qui aboutira la
frontière 14 km Oudja Longue de 70 km. elle coûtera 20 700 000 fr
comme frais de premier établissement Quelques-uns songent un
prolongement vers Fez et Rabat
Egypte Les premiers travaux de chemins de fer entrepris en
Egypte remontent 1852 commencée cette date la ligne Alexan
drie au Caire fut ouverte exploitation en 1856 Mais le véritable
promoteur du réseau égyptien fut Ismaïl Pacha 1863-1879 Sous son
gouvernement les lignes se multiplièrent dans le Delta des embran
chements furent poussés sur Suez et sur Medinet el Fayoum en même
temps que dans la haute Egypte le rail atteignait Siout et était
entrepris le chemin de fer de Ouadi Alfa Khartoum Le réseau cons
truit par Ismaïl Pacha aux frais de tat avait lourdement chargé les
finances égyptiennes lorsque en 1876 Europe assuma le contrôle
de la dette on décida de confier administration des chemins de fer
une Commission internationale et arrêter provisoirement toute
construction nouvelle Les travaux reprirent seulement quelques
années après occupation anglaise
Actuellement le réseau égyptien atteint un développement de
3400 km environ dont 2500 voie normale appartenant tat et
900 voie étroite appartenant des compagnies privées auxquelles
tat assure une garantie intérêt
Dans ce réseau voie étroite il convient de distinguer deux élé
ments différents une part dans le Delta et le Fayoum un ensemble
de lignes voie de qui sont pour la plupart des chemins de
fer sur route lorsque les lignes concédées seront toutes construites
le développement total en sera de 800 km autre part la ligne plus
importante de Keneh Assouan la voie de Im est amorce
Parmi les voies nouvelles signalons celle de Port Saïd Ismailia joignant
Port Saïd au Caire et longtemps ajournée par opposition Alexandrie CHEMINS DE FER AFRICAINS 431 LES
du futur chemin de fer du Cap au Caire De Siout son terminus en
1874 la ligne de la haute Egypte arrivait Girgeh en 1893 Keneh
en 1897 en même temps administration concédait une société
privée le prolongement de Keneh sur Assouan et les travaux en étaient
terminés en 1897 en sorte cette date la communication par rail
était entièrement établie entre Alexandrie et Assouan 092 km.) avec
transbordement Keneh pour passer de la voie normale la voie
étroite Antérieurement un petit chemin de fer permettant éviter la
première cataracte avait été construit entre Assouan et Chellal tête
de la navigation vers Ouadi Alfa
Soudan égyptien Dès 1855 les Khédives étaient préoccupés
assurer par établissement un chemin de fer une communication
rapide avec leurs possessions de Afrique tropicale dès cette époque
même les deux projets qui ont abouti ou vont aboutir savoir la
ligne de la vallée du Nil et celle de Khartoum Souakin avaient été
mis en avant
En 187o Ismaïl Pacha entreprendre le tron on Ouadi Alfa-
Mettammeh le tracé adopté devait suivre la vallée du Nil El
Debbeh près de Dongola et de là se diriger travers le désert sur
Metammeh en face de Ghendi Poussés 200 km. complétés
même 120 km Ouadi Alfa les travaux durent bientôt être
interrompus faute argent et cause de état troublé du Soudan
En 1885 au moment de leur première expédition au les
Anglais commencèrent la construction de la ligne Souakin-Berber-
Khartoum leurs échecs et la chute de Khartoum firent au bout de
trois mois arrêter les travaux déjà achevés sur 32 km de longueur
Mais en 1896 lorsque fut décidée la réoccupation du Soudan le
Sirdar Kitchener exigea que la marche de ses troupes fût immédiate
ment suivie de la construction un chemin de fer est ainsi que fut
repris pour des raisons stratégiques et exécuté par autorité militaire
le projet Ismaïl Pacha une ligne Ouadi Alfa Khartoum Toutefois
le tracé fut modifié et dirigé de Ouadi Alfa sur Abou Hammed Berber
et Khartoum qui fut atteint au commencement de 1900 930 km
la voie de 1I067 construits en ans et demi On construisait simul
tanément le tron on Ouadi Alfa-Dongola poussant une pointe avancée
dans la direction du Darfour
La pacification du Soudan achevée le chemin de fer perd son impor
tance stratégique mais acquiert par contre une valeur économique
considérable il reste toutefois le relier la mer La lacune existant
entre Ouadi Alfa et Ghellal est heure actuelle comblée aide du
transport par eau toute une flottille circule sur ce bief de 300 km
environ aussi administration anglo-égyptienne ne semble-t-elle avoir
aucune hâte de construire la ligne qui le doublera En revanche elle
commencé la réalisation du projet de ligne Souakin-Khartoum cette 432 OGRAPHIE GIONALE
voie qui reliera le Soudan son port naturel la côte la plus proche
400 km environ contre 500 de Khartoum Alexandrie aura une
utilité considérable tant militaire économique Son exécution
rencontré en Egypte une vive opposition parce elle détournera
certainement de antique voie du Caire et Alexandrie le commerce
soudanais mais par contre elle sera avantageuse Angleterre en
restreignant la distance qui sépare le Soudan de ses possessions Asie
En 1899 Angleterre est fait céder par Egypte le port de Souakin
les études préliminaires du chemin de fer furent aussitôt entreprises
elles sont actuellement terminées et on espère ouvrir au trafic en 1907
Il paraît probable après les déclarations de lord Gromer que cette
ligne Berber-Souakin sera ultérieurement reliée Kassala
Par le traité du 15 mai 1902 qui porte les limites de Ethiopie
vers Ouest au Sobat les Anglais se sont fait concéder par
Ménélik le droit de construire travers le territoire abyssin un
chemin de fer reliant le Soudan Ouganda et donner bail une
station commerciale Itang sur le Mettront-ils bientôt
profit ces clauses spéciales Rien ne permet de se prononcer cet
égard tout en réservant leurs droits ils ne se sont imposé aucun
délai exécution Dans un des rapports annuels sur son administra
tion en Egypte lord Gromer insistait sur le caractère de simple pré
caution que présentaient ces clauses la nécessité et la praticabilité
disait-il en substance en ont pas encore été démontrées et peut-
être ne les démontrera-t-on jamais en tout cas ce ne pourrait être
que dans un avenir fort éloigné
Quoi il en soit plusieurs missions ont déjà été chargées de
reconnaître le parcours de la ligne éventuelle et de leurs rapports on
peut conclure que le jour où sa construction imposerait elle serait
vraisemblablement faite par la vallée du Nil Bleu la base occiden
tale des plateaux éthiopiens enclave Itang et le lac Rodolphe où
elle rejoindrait la ligne de Ouganda au point le plus proche La lon
gueur totale de cet itinéraire serait de 400 500 km
Erythrée Abyssinie Côte des Somalis La colonie italienne
de fait étudier la possibilité de prolonger sur Asmara le
petit chemin de fer de Massaoua Saati et Mai-Athal longueur 32 km.
largeur m.) plus tard on cherchera sans doute atteindre le Tigré
et desservir le Nord de Abyssinie Les rapports des ingénieurs
montrent que ce sera un véritable chemin de fer de montagne
Asmara 47 km de Massaoua vol oiseau est 200 altitude
en sorte que la ligne devra avoir un développement total de 150 km
et que les frais sont estimés 217 000 fr le kilomètre
Presque inabordable par le Nord Abyssinie peut être plus aisé
ment pénétrée par le Sud bien que là encore les difficultés soient
considérables est ce qui tenté une société fran aise la Compagnie CHEMINS DE FER AFRICAINS 433 LES
impériale des chemins de fer éthiopiens Ayant obtenu des gouver
nements fran ais et abyssin la concession une ligne de Djibouti
Harar et Addis Ababa et du Négus le monopole des chemins de fer
dans le Sud de Abyssinie elle semit àl uvreen 1897 Après hiendes
difficultés dans la traversée un désert parcouru par les brigands
Somalis les 296 km qui séparent Addis Harar de Djibouti ont
pu être ouverts exploitation en février 1903 La ligne voie de
élève 1193 son terminus où une route cons
truite par le gouvernement éthiopien mène Harar 1856 m. Elle
sera prolongée Addis Ababa par la vallée de Aouach le
tracé des 200 premiers kilomètres est déjà arrêté
Cette première étape du chemin de fer de Djibouti au Ghoa pu
être franchie que grâce intervention du gouvernement fran ais1
Une loi votée en avril 1902 assura la Compagnie des chemins de fer
éthiopiens pour une période de cinquante ans une subvention
annuelle de 500 000 francs en revanche la Compagnie devait rester
exclusivement fran aise accepter le contrôle du Gouvernement en
gager soumettre son agrément la désignation de son directeur et
ne rien modifier ses statuts ni au tracé de ses lignes sans son
assentiment Grâce ce secours la Compagnie put faire un emprunt
de 12 millions se dégager des obligations contractées vis-à-vis des
sociétés anglaises et achever la voie Addis Harar
La prospérité de Djibouti devait entraîner la ruine de Zeila les
Anglais en ont pris leur parti mais ils songent atteindre Abyssinie
partant de Berbera
Un syndicat est constitué préconisant établissement une ligne
voie étroite Berbera-Harar 350 km.) et proposant la constitution
une société au capital de 18750000 fr avec garantie intérêts
par tat Le gouvernement anglais encore pris aucune décision
cet égard
Protectorat de Est Africain Anglais en 1895 le terri
toire de Impérial British East Africa Company ainsi que Ou
ganda et Ounyoro eurent été incorporés Empire britannique le
gouvernement décida la construction immédiate un chemin de fer
reliant la côte de Océan Indien au lac Victoria Le pays avait déjà
été exploré ce point de vue par le commandant Macdonald en 1891-
1892 on se mit sans retard uvre au commencement de 1896
état politique très troublé de Ounyoro et de Ouganda les progrès
du Mahdisme sur le haut Nil nécessitaient la prompte arrivée du rail
au lac Victoria Aussi les ingénieurs décidèrent-ils établir abord
une voie provisoire qui serait ultérieurement corrigée et transformée
Voir ANDR BRISSE Djibouti et le chemin de fer du Harar Annales de Géo
graphie 1901 370-373)
ANN BE GEOG XIIIe ANN 28 434 OGRAPHIE GIONALE
en ligne permanente la voie adoptée était celle des chemins de fer
voie étroite indiens est-à-dire celle de et non la voie du Cap
de abord très aisé dans une steppe uniformere tracé devint
très difficile dans la traversée des monts Kikuyu entre le Kenia et le
Kilimandjaro parvenue altitude de 660 la ligne redescend
de 450 dans le fossé du lac Naïvacha puis remonte 520 sur
autre revers monts Mau pour redescendre encore rapidement au
niveau du lac Victoria 1200 m. Port Florence Pour franchir le
fossé entre les monts Kikuyu et Mau on dû aménager quelques
tron ons de lignes en funiculaires La construction fut en outre
considérablement compliquée par absence de main-d uvre il fallut
amener de Inde plus de 20000 coolies que les maladies décimèrent
atrocement autre part les animaux utilisés pour les transports de
matériel moururent par centaines des piqûres de la mouche tsetse
par le caractère désertique du pays traversé encore accru en 1899
par une famine exceptionnelle Malgré tous ces obstacles la ligne pro
visoire atteignait Port Florence la fin de 1901 on avait ainsi con
struit 935 km en ans On commen immédiatement les travaux de
la ligne permanente achevés au début de 1903 et on aménageait les
deux ports terminus Port Florence et Mombasa Mombaz) ou plus
exactement Kilindini côté de Mombasa dont le port est trop étroit
Sur le lac Victoria deux vapeurs assurent un service régulier entre
Port Florence et Entebbe chef lieu de Ouganda
La ligne de Ouganda coûté des sommes considérables les
75 millions votés au début durent être suivis une nouvelle subven
tion de 50 millions en 1900 puis de 15 millions en 1902 Les frais de
premier établissement ne sont pas encore complètement connus ils
ont été évalués dans le dernier projet de budget 135 û00 fr le kilo
mètre et cette estimation déjà énorme pour un chemin de fer voie
de m. paraît encore en dessous de la réalité La ligne été entre
prise dans un but politique elle assure Angleterre la domination
de la vallée du haut Nil indispensable la sécurité de Egypte elle
permet le cas échéant une rapide concentration de troupes venues
de Inde contre Abyssinie elle constituerait avec le chemin de fer
projeté de Khartoum la région des lacs une communication entre la
Méditerranée et Océan Indien indépendante du canal de Suez est
donc dans la toile patiemment tissée par impérialisme britannique
un fil une importance capitale Mais rémunérera-t-elle ici long
temps les sommes énormes elle coûtées il est permis en dou
ter Si Ouganda et Ounyoro possèdent une population relativement
dense et un sol fertile leurs productions agricoles coton café tabac
huile de palme etc. en paraissent pas moins trop pauvres pour
Les Allemands possèdent également un vapeur sur le lac Victoria LES CHEMINS DE FER AFRICAINS 435
supporter un transport de 000 km. forcément très onéreux même
avec les tarifs les plus réduits Et quant aux territoires en bordure de
la voie ils donnent même aux optimistes peu espoir une pros
périté prochaine la région comprise entre le lac Victoria et Nairobi
est sans doute assez arrosée et grâce son altitude jouit un climat
tempéré mais les 500 km de Nairobi Mombasa sont tracés tra
vers une steppe absolument déserte
Afrique Orientale Allemande Cette colonie ne possède encore
un tron on de chemin de fer celui de TangaàKorogoué laligne de
Ousambara 87 km. Ce est pas que les projets aient fait défaut
depuis 1890 le monde colonial allemand réclame cor et cris la
liaison de la côte de Océan Indien et de la région des grands lacs
seulement comme trois grands lacs le Victoria le Tanganika et le
Nyassa peuvent être objectif du futur chemin de fer trois projets
sont en présence sans que accord se soit encore fait En outre le
Reichstag peu confiant dans avenir de la colonie refuse accorder
une garantie intérêts sans laquelle les capitaux allemands ne enga
geront pas dans une entreprise par trop aléatoire
La ligne de Tanga Korogoué destinée desservir la région de
Ousambara que on considérait comme particulièrement propice
la colonisation européenne été commencée en 1892 par une com
pagnie privée qui ne jouissait aucune garantie intérêts mais
laquelle tat faisait importantes concessions de terres cette com
pagnie ayant pu trouver les capitaux nécessaires tat dut racheter
la ligne et achever la construction Korogoué ouverture
en 1902 Laligne est voie de elle est encore loin de rému
nérer le capital engagé puisque le projet de budget de 1903 évaluait
les recettes moins de la moitié des frais exploitation Cependant
on en décidé le prolongement Mombo 132 km de Tanga
et le Reichstag accordé en mars 1903 une première annuité de
million cet effet
Un autre projet de voie ferrée était en suspens depuis deux ans
savoir le projet une ligne de Dar es Salam Mrogoro 230 km.)
voie de m. évaluée 21 millions de marks fournir par une
compagnie privée jouissant une garantie intérêt de tat Malgré
les efforts du Chancelier de Empire le Reichstag était séparé en
1903 sans avoir voulu accorder la garantie demandée et pourtant
dans les milieux coloniaux allemands on avait fait en faveur de ce
projet une ardente propagande car on considère généralement
cette ligne comme une simple amorce comme la première étape du
futur chemin de fer central allemand destiné atteindre par Tabora
le Tanganika 400 km. avec un embranchement sur le lac Victoria
Enfin le 16 juin 1904 le Reichstag accordé la garantie de tat la
compagnie du chemin de fer de Dar es Salam Mrogoro

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.