Les voies de communications dans l'Amérique centrale - article ; n°111 ; vol.20, pg 260-272

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1911 - Volume 20 - Numéro 111 - Pages 260-272
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1911
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

Maurice de Périgny
Les voies de communications dans l'Amérique centrale
In: Annales de Géographie. 1911, t. 20, n°111. pp. 260-272.
Citer ce document / Cite this document :
de Périgny Maurice. Les voies de communications dans l'Amérique centrale. In: Annales de Géographie. 1911, t. 20, n°111. pp.
260-272.
doi : 10.3406/geo.1911.7344
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1911_num_20_111_7344GÉOGRAPHIE RÉGIONALE. 260
LES VOIES DE COMMUNICATION DANS
L'AMÉRIQUE CENTRALE
Costa-Rica. — Depuis quelques mois, le dernier tronçon du
chemin de 1er Al Paci/ico, entre San José et Punta Arenas, est eniin
ouvert au trafic. La République de Costa-Rica se voit, après une
longue attente, dotée d'une ligne interocéanique.
Le premier contrat pour la construction d'un chemin de fer entre
le port de Limon et Alajuela fut passé le 18 août 1871. Mais le con
tractant ne put faire face à ses obligations, et le gouvernement dut
se charger des travaux; c'est ainsi que furent construites les deux
premières sections : d'une part, celle ď Alajuela à Cartago, longue
de 48 km.; de l'autre, celle de Limon à Siquirres, mesurant 61 km.
Il y eut ensuite un arrêt jusqu'en 188 -í, date à laquelle le président
de la grande compagnie fruitière américaine, la United Fruit Co.,
passa un contrat pour compléter cette ligne de chemin de fer entre
Limon et Alajuela; elle mesure ainsi 188 km. De nombreux em
branchements furent autorisés par le Gouvernement de Costa-Rica
pour les besoins des différentes « tineas » de bananes que l'on mettait
en exploitation dans toute la région de la Comarca de Limon, dans
les terrains humides le long de l'Atlantique. On évalue à 334 km. la
totalité du réseau ferré El Ferrocarril de Cosla-Ricn, qui n'aurait pas
coûté moins de 50 millions de fr. (21 millions de colons). L'industrie
des bananes se développant avec rapidité dans ces terrains propices
à leur culture, divers contrats ont été passés successivement pour la
construction d'une voie ferrée entre Limon et Boca del Rio Banano,
Limon et Zent, Matina et le Rio Banano. La Northern Railway Co.
acquit ces contrats et construisit, en outre, des embranchements
pour le service des haciendas, portant le total de ses lignes à 225 km.
La ligne de chemin de fer qui relie Limon à San José est longue
de 166 km., et le trajet se fait en six heures. C'est, un des plus beaux
parcours que l'on puisse faire; il est comparable à celui du chemin
de fer de Ceylan. On longe quelque temps la mer; puis on pénètre
dans la forêt, et c'est alors toute la splendeur de la végétation tropi
cale, le taillis épais et vivace des Palmiers de toutes sortes, des
plantes aux feuilles larges et variées, nuancées de rouge et de jaune.
On traverse ensuite la région des Bananiers, plantés régulièrement
par longues files parallèles. Près des stations, de petites maisons de
bois apparaissent, bâties sur pilotis, carrées, avec un toit couvert de VOIES DE COMMUNICATION DANS AM RIQUE CENTRALE 261
feuilles de tôle et une plate-forme sur laquelle se prélassent des
nègres riant de leur large rire stupide Toute cette région leur appar
tient on ne voit guère eux et on entend parler anglais et
quel anglais On passe Matina située sur la rivière Matina jadis
centre important pour la culture du cacao fondé en 1639 et de suite
relié Cartago par une route de 150 kra de longueur En 1737 on
comptait 273 000 arbres
La voie ensuite engage dans la vallée du Reventaz qui prend
naissance au Sud de Cartago longe le torrent bouillonnant aux bords
escarpés couverts arbres auxquels accrochent les guirlandes de
Lianes On quitte bientôt le niveau du fleuve et on élève rapide
ment le chemin de fer passe sur de minces viaducs au-dessus de
gorges profondes au fond desquelles on voit en se penchant les
restes des premiers ponts de fer arrachés par le torrent Ce sont des
courbes vertigineuses flanc de coteau au-dessus du fleuve qui
apparaît comme une ligne blanche dans le fond de la vallée sauvage
entre les arbres touffus de la forêt On devine toute la vie intense du
sous-bois la multitude Oiseaux une merveilleuse beauté dont on
connaîtrait paraît-il 725 espëc.es Les Palmiers ont complètement
disparu de temps autre prés des maisons isolées on aper oit les
taches vertes un groupe de Bananiers Irazu apparaît la tête
couronnée de nuages air devient frais et remarquablement pur
nous sommes sur le haut plateau Le décor changé ce sont main
tenant de verdoyants pâturages rappelant ceux du Jura Voici Cartago
ancienne capitale aux belles rues spacieuses où coule une jolie
eau limpide soit au milieu soit sur les deux côtés La ville dort
paisiblement au pied du volcan grandiose qui lui donna souvent de
terribles réveils On monte 600 m. El Alto pour des
cendre sur San José la capitale actuelle 1135 m. au delà de
laquelle surgissent majestueux couverts de verdure au som
met les puissants volcans du Poas et de Barba
Quant au chemin de fer Al Pacifico qui vient être terminé il fut
pendant longtemps la seule voie accès la capitale pour les mar
chandises amenées Europe par les grands voiliers doublant le cap
Horn Transportées Esparta elles étaient déchargées puis acheminées
dos de mules ou dans des chariots traînés par des ufs
Santo Domingo terminus de autre tron on partant de San José
est en effet le 25 mars 1879 un décret autorisait la cons
truction du chemin de fer Al Pacifico Le projet devait relier San José
avec le port de Punta Arenas en passant par Esparta En vertu de ce
décret le Gouvernement fit construire la section entre Punta Arenas
et Esparta sur une longueur de 21 km. pour 4500000 fr environ
Malheureusement des influences politiques firent abandonner ce
premier projet et au lieu de Punta Arenas on choisit comme point 262 OGRAPHIE GIONALE
terminus de la ligne le petit port de Tivives Le août 1897 un
contrat fut passé et est en vertu de ce contrat que furent construits
les 69 kilomètres qui séparent San José et Orotina autrefois Santo
Domingo de San Mateo et qui coûtèrent 16 millions defr Maisie pays
ce moment subit une crise etle Gouvernement dut résilier le contrat
Le 22 novembre 1905 le Congrès reprenait le projet abandonné et
accordait au pouvoir exécutif la faculté de continuer les travaux
entre Orotina et Esparta Le Gouvernement entreprit donc ces
et construisit en partant Orotina 15 km. au prix de 500 000 fr Le
mauvais temps la rareté de la main-d uvre les difficultés naturelles
vaincre vinrent une fois de plus arrêter les travaux en cours
et retarder exécution de ce chemin de fer un intérêt vital pour
le pays Il restait alors un espace environ 20 km. pour joindre les
deux tron ons En juillet 1907 Don Cleto Gonzalez Viquez obtenait du
Congrès la nomination une commission ingénieurs pour étudier
et déterminer la meilleure voie de jonction entre les deux portions
de ligne déjà construites La reconnaissance du terrain dura quatre
mois de décembre 1907 avril 1908 idée première de réunir
Cascajal près Orotina et Esparta fut abandonnée cause des
grandes difficultés topographiques que présentait ce parcours et il
fut décidé de relier cette station de Cascajal la station de Roble sur
la ligne de Punta Arenas Esparta peu de distance de Punta Arenas
Au lieu de 14.00 de tunnel on en avait plus que 500 Pour
Esparta ne perdît pas les bénéfices directs du chemin de fer on
devait reconstruire mais une fa on économique la ligne déjà
existante entre cette ville et Roble et dont le mauvais état les frais
de réfection avaient pu faire hésiter la maintenir
Ainsi tracée la ligne comprenait comme travaux art une coupe
importante un pont une arche de 45 m. sur la rivière Jésus
Maria le tunnel Cambalache environ 300 de long une corniche
taillée dans le roc près de lamer le tunnel Garballo environ 250
de long enfin le pont sur le Rio Barranca de trois arches de 45
chaque La configuration topographique du pays avec ses montagnes
élevées séparées par des gorges profondes rendait établissement
une voie ferrée très difficile Les pluies périodiques et torrentielles
causent de terribles ravages amènent des éboulements qui arrêtent
tout trafic direct pendant plusieurs jours
Le réseau total de Costa-Rica peut évaluer hui 695 km
environ qui ont coûté entre 90 et 100 millions de fr Il est malheu
reusement insuffisant pour le pays car en dehors cette îigne
traversant le territoire un océan autre il aucune autre voie
de communication pour développer la riche vallée de San Carlos la
province de Guanacaste au Nord et toute la région El General au
Sud Les routes en effet sont insuffisantes pour assurer le trafic Fio Etat
actuel des voies
ferrée dans
Amérique cen
trale chelle
10000000 264 OGRAPHIE GIONALE
absolument impraticables pour une longue période pendant la saison
des ptules un chemin de fer serait précieux pour amener au marché
deT rea sur le haut plateau le bétail élevé dans les pâturages du
Guanacaste et on doit acheminer par la route dans des conditions
déplorables Mais le Gouvernement déjà fait un grand effort et il
ifaut attendre initiative de compagnies privées qui par obtention
de concessions libérales pourraient entreprendre là une uvre
profitable
11 Pour le moment les quatre cinquièmes du commerce de tout le
pays passent par le port de Limon aJicieiIPuerto de Cariari où le
1502 ancrèrent les premières barques espagnoles
Il est sîtùeau fond une petite baie protégé par île Uvita La
première maison fut construite en 1871 sur un sol élevé avec de
la terre rapportée de plus de Il compte hui un peu
plus de 5000 hab et possède deux quais parfaitement aménagés et
fort bien outillés Il se trouve placé 2025 milles de New York et
340 milles de la Nouvelle-Orléans Le gouvernement yâ créérécem-
ment un postede télégraphie sans fil La Compagnie Générale Tran-
satlantique la Royal Mail la Hamburg-Amerika Linie la ligne ita-
liennelLa Veloce envoient leurs bateaux une fois ou deux par mois
rrc compagnie anglaise Elders Fyffes Limited fait un service
bi-mensuel direct entre Bristol ou Manchester et Limoo Pour les
Etats-Unis la United Fruit Co deux services par semaine sans
compter es nombreux bateaux qui occupent uniquement du trans
port de t>ananes Car est surtout ce commerce des bananes que
doit son développement si rapide durant ces dix dernières
années Le premier chargement de bananes pour les tats-Unis eut
Tieu bord du Earnholm le février 1880 de Limona New
York Il était que de 360 régimes de4 mains une main conte
nant environ de 15 doigts En 1889 on exportait 962 000 régimes
en 1905 7283000 on peut calculer que hui Angleterre jj
en re oit plus un milHon et les tats-Unis plus de dix millions
ETcülture en grand des bananes est de date récente on ne les
aravant que pour donner de ombre aux caféiers naissants
etles proteger Maintenant on évalue environ 30000 ha la super-
des plantations Celles-ci demandent une mise de fonds
coîTSidérabie Tous les meilleurs terrains proximité de la ligne de
chemin de fer ont été accaparés par le grand trust américain la United JJ
Fruit Co. maîtresse également de ce chemin de fer En outre la
main-d uvre est fort coûteuse car les plantations sont situées
dans des terrains moitié marécageux peu salubres et où seuls
résistent les nègres importés de la Jamaïque Des vagons vont
chercher dans les plantations les régimes coupés au jour le jour
absolument verts et les amènent Limon jusque sur les quais Là VOIES DE COMML IGATION DANS AM RIQUE CENTRALE 265
une équipe ouvriers les prennent un par un les posent sur une
machine spéciale sorte de trottoir roulant qui les porte doucement
sur le bateau où ils sont descendus dans des cales spéciales amé-
nagées de cases claires-voies maintenues pendant toute la traversée
une température très basse au moyen un courant air froid
...-
Guatemala Le Guatemala vu sa ligne interocéanique inaugu
rée le 19 janvier 1908 Comme 1à à trafic est effectué tout
irucMeau Pacifique par la ligne du Ferrocarril Central entre
la capitale et le port de San José de Guatemala Ce fait s1 expliqué
plus grande de la mer de ce côté du Pacifique et
aussi du débouché nécessaire pour les grandes plantations de café
qui étendent sur toute cette côte entre la frontière du Mexique et
Escuintla
Trois ports pouvaient servir exode du café vers les tats-
Unis et Europe Ocos Champerico San José de Guatemala Par
des contrats successifs la Compagnie du Ferrocarril Central formée
de capitaux nord-américains et dirig (Tey Américains con
struisit tout abord la ligne de San José Guatemala 120 km.
puis de Santa Maria un embranchement sur Champerico par Maza-
tenaiigo et Retaihuleu 130 km. Cette ligne est très pittoresque elle
traverse le joli lac Amatitlan et contourne imposant volcan de
Agua au pied duquel est construite Antigua Guatemala ancienne
capitale de la Capitainerie générale de Elle passe
Escuintia jadis fameuse pendant époque coloniale comme ville
eaux et hui une certaine activité comme centre appro
visionnement pour les nombreuses haciendas de café et de caout
chouc établies dans les environs Ocos est desservi par une ligne de
chemin de fer locale qui pénètre dans intérieur Ayutia
où viendra se joindre le chemin de fer panaméricain sa sortie
du Mexique Le Président de ce chemin de fer obtenu récemment
du et du Guatemala autorisation de construire un pont sur
le Rio Suchiate qui sert de frontière entre ces deux pays Un autre
embranchement va San Felipe où est projetée la jonction
avec Quezaltenango centre très important et seconde ville de la
République de Guatemala
Malgré la grande distance qui séparait la ville de Guatemala du
Golfe et de Atlantique et les difficultés sans nombre vaincre il
un intérêt trop vital pour le pays de ouvrir un débouché
rapide sur cet océan pour que idée ne germât pas dans la tête du
grand réformateur le président Justo Rufino Barrios Un décret du
Gouvernement décida la construction du Ferrocarril del Norte par
souscription nationale obligatoire pendant dix années partir du
1er janvier 1884 raison de quatre piastres par an pour tout Guate- 266 OGRAPHIE GIONALE
malien qui recevait huit piastres au moins par mois Trois cent mille
actions au porteur de quarante piastres furent émises pour repré
senter le capital nominal de douze millions de piastres que on cal
culait nécessaire pour exécution des travaux Tous répondirent
cet appel avec enthousiasme niais la mort du président Barrios
frappé lelTavril 188 la bataille de Chalchuapa au Salvador
tandis il luttait héroïquement pour le triomphe de sa grande et
noble idée union centre-américaine arrêta les travaux commencés
Plusieurs contrats furent ensuite signés avec des étrangers mais
tous devinrent caducs Enfin arrivée la présidence de actif et
intelligent général Reyna Barrios remit en question la construction
de ce chemin de fer Sur son initiative Assemblée décréta le
21 avril 1893 la continuation des travaux par la nation émettant
sept millions obligations au porteur avec la garantie de tat
Mais une crise du café ne permit pas de pousser les travaux plus
loin que le Rancho de San Augustin la moitié du trajet en terrain
plat laissant inachevée autre partie qui nécessitait la construc
tion de ponts et de tunnels fort coûteux pour arriver au haut
plateau sur lequel élève la capitale prés de oOO altitude
est donc au président actuel Don Manuel Estrada Cobrera que
devait revenir la gloire de terminer le chemin de fer du Nord qui
se joignant Guatemala avec le chemin de fer central doterait ainsi
le pays une ligne ferrée interocéanique Le 20 janvrer 1904 il
passa
>i sont United viennent proxmïî chaque commerce Puerto une somme la struction efâss cédait semble telles 15 Pacific 600 capitale Le ans excessivement conce lrer îé un trafic libéralités Fruit Barrios en Railway pas côté le de commerce hebdomadairement du contrat outre ssion uri dés cTimportati Gouvernement mille 22500000 avoir accordait Co chemin de est taux payait ta Le très la 30 été transporter pourtant et de avec s-unîs élevés de Gouvernement voie par Sir appliquée plage de fr. libérale la fret les Américain 100 William océan fer se concession total Les frais et considérable garantissait assez sur fait pieds aes de contractants compris auquel par expropriation La demi-tarif une très Atlantique Van réduit la facilités de durée aul cette Nouvelle-Orléans Minor largeur strictement de Home terrain on le intérêt pour naturellement car voies ligne était évaluait wharf offre les deyaient Cette la de Ie favoriser Keith sur du troupes ferrées plus createur de dans 91 car No dernière le tout Puerto aux 99 grande le president coût les en et 100 ans leur le périmètre bateaux du prix échange 32 cause de développe- 100 Barrios munitions parcours clause Canadian partie yards) et accorder Limon km la de sur de pour con fret qui du ne de de.. la Il VOIES DE COMMUNICATION DANS AM RIQUE CENTRALE 267
le port de Puerto Barrios bien situé au fond de la baie de Saint-
Tomas Ceux-ci peuvent en effet accoster le long du quai en
proTongement de ligne du chemin de fer prendre directement les
chargements de bananes apportées des nombreuses haciendas que
la uniteï Fruit Co créées là aussi tout le long de la voie dans la
partie basse et humide près de océan dans la vallée du Motagua.
Durant la saison de grands vapeurs viennent Allemagne pour
charger le café des haciendas allemandes de Alta Vera Paz aux en
virons de oban Il est acheminé directement de oban en chariots
ufs Pancajché où part une ligne de chemin de fer jus
Panzos et ensuite par bateaux sur le Rio Polochic le lac Yzabal
et le Dulce au port de Livingstone quelque distance de
Puerto Barrios Malheureusement on ne voit jamais notre pavillon HJ
dans aucun de ces deux ports La presque totalité du café de Guate-
mala est exportée Hambourg car en plus de ces bateaux sp.éciaux
la Hamburg-Amerika Linie est empressée de créer un service régu
lier bimensuel entre Puerto Barrios et Hambourg avec escale au Havre
En dehors dé ces voies ferrées il pour ainsi dire aucune autre
grande voie de communication Il quelques routes carreteras comme
celle de Quezaltenango et celle de Guatemala Antigua où peuvent
passer les diligences mais elles sont tellement défoncées que ce mode
de locomotion est très pénible et que on préfère aller cheval ou
mule est le moyen le plus en usage dans toute la République eten
bien des points le seul praticable comme par exemple entre la
capitale et oban où le passage de la Sierra est particulièrement ardu
Tout le commerce local de ville ville est ailleurs fait par des
muladas ou le plus souvent par des cardadores Indiens portant jus
50 kgr sur leur dos pendant sept et huit lieues par jour Il est
question de faire partir de Zacapa un embranchement sur Santa Ana
au Salvador pour drainer une partie du commerce de ce pays vers
Puerto Barrios Mais trop de difficultés naturelles élèvent contre la
réalisation immédiate de cette voie dont la concession déjà été
accordée au même Minor Keith sans compter les difficultés poli-
tiques car il ne semble pas que les gouvernements des deux repu-
bliques voient un il très favorable cette ligne de pénétration
Salvador Pour quelques annéesencore san ïoj lfiLSaixadiic
devra se Oei débouchés de ses ports sur le Pacifique à-
ut aT LiTèï Trmrnfo La ünî Le premier seul est réuni
par chemin de fer la capitale San Salvador est une compagnie
anglaise qui construit cette voie ferrée Thé Salvador Railway Co.
et qui exploite fort bien
Il est vrai que la nature pas élevé là obstacles pareils ceux
que on avait vaincre Costa-Rica et au Guatemala San Salvador 268 OGRAPHIE GIONALE
est 730 altitude et la distance entre Acajutia et la capitale que de 107 km Un embranchement part de la station de Sitio del
Ni vers Santa Ana 48 km.) la deuxième ville du pays etle centre
une riche région caféière En outre de la ligne qui rejoindra Santa
Ana Zacapa on escompte la construction du tron on du chemin de
fer panaméricain entre Escuintia et Santa Ana Le chemin de fer fut
rais en exploitation par tron ons de 1882 1900
Ee TTTevr rer t-8 -était owwte au public une autre ligne de che
min de Fer de 12 km de longueur entre San Salvador et Santa Tecla
Cette dernière ville est reliée au port de Libertad par une superbe
route carrossable qui permet amener facilement ce port tous les
produits surtout le café etle sucre delà fertile région elle traverse
Car est une particularité notable du Salvador que excellence de
ses routes Le Gouvernement surtout sous la présidence du général
FTgüeroä apporté un soin tout spécial ses voies de communica
tion 11 compris combien elles étaient essentielles pour ce petit
pays riche doté une population fort dense où la propriété est très
divisée et où les habitants sobres et laborieux font produire la
moindre parcelle de leur territoire est ainsi une autre grande
route construite avec soin relie maintenant dansla partie orien-
taie la capitale San Vicente San Miguel et au port de la union
le port le mieux protégé du pays dans la baie de Fonseca
Un Fran ais Mr René Keilhauer agissant pour le compte de laGua-
temala Railway Co. est-à-dire pour Mr Minor Keith obtenu une
concession pour la construction et exploitation une ligne ferrée
qui partant de la Union se joindrait la ligne de la Guatemala
Railway Co en un point sur la frontière du Salvador et du
Ce chemin de fer serait considéré comme une partie de la section du de fer panaméricain correspondant au Salvador après la
convention signée Washington le 20 décembre 1907 par la confé
rence de paix centre-américaine Les travaux ont commencé le
15 avril 1910 La Compagnie doit en outre construire un wharf
celuT cTTaciliiera embarquement et le débarquement des marchan
dises qui actuellement marée basse sont difficiles et très longs
Ces améliorations rendront un immense service toute cette partie
oriëntale du Salvador qui exporte plus de million de sacs de café par
Kö OO sacs de sucre Tous ces ports présent étaient tri-
bu aîîes de la compagnie américaine la Pacific Mail Steam Ship Co.
don tes mauvais bateaux assurent un service plus ou moins régulier
entre San Francisco et Panama La ligne allemande Kosmos passe
aussi mais des dates tellement espacées et si peu certaines que les
exportateurs renoncent parfois attendre ses bateaux bien ils
so us grands et bien meilleurs Les Chargeurs Réunis tou
chaient jadis la Union et Acajutia mais ils ont vite abandonné ce

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.