Cinq interprétations professionnelles d'une même partition familiale. - article ; n°1 ; vol.40, pg 89-94

De
Publié par

Enfance - Année 1987 - Volume 40 - Numéro 1 - Pages 89-94
Cet article aborde l'élaboration de l'identité de l'enfant dans ses points de rencontre, d'ancrage éventuel, avec « l'identité familiale » (parentale dans le cas analysé).
Les cinq membres d'une fratrie ont réinterprété jusque dans le choix de leurs professions l'absence d'identité linguistique et nationale de leurs parents, langues et frontières constituant la trame commune de ces sept cheminements. Après avoir analysé la façon dont cette fratrie se retrouve dans une identité familiale tout en se diversifiant dans une identité socio-professionnelle propre à chacun, nous évoquons rapidement deux autres enfants dont l'identité a été piégée là où l'identité des parents faisait faillite.
Le premier enfant s'était réfugié dans le mutisme, le second ne s'autorisait pas à savoir lire et écrire. Il leur a fallu une psychothérapie pour pouvoir se dégager de l'identité parentale et ne pas se perdre là où elle vacillait; à l'inverse la fratrie dont nous décrivons la « quête identifîcatoire » n'a pas eu recours à la psychanalyse, utilisant l'espace social pour y faire évoluer sans heurt le symptôme familial.
Cet article a pour thème l'identité que se forge l'enfant à partir notamment de l'identité de ses parents et dans la nécessité pour tous de prendre place dans langues et nationalités. A la fin nous revenons à la fratrie dont nous étudions l'histoire pour conclure sur la question du sujet de la parole au-delà des différentes langues.
The development of a child's identity is analyzed where it meets up with, and eventually cristallizes around, the « family identity », parental in this case.
The parents' lack of linguistic and national identity is revealed by the five children, who have reinterpreted this family symptom even in their choices of occupation. After studying how the siblings are united in the family identity but also branch off, each into his • own professional activity, we sketch the cases of two other children whose identity was caught in the wen of their parents' shortcomings.
The first child took refuge by becoming mute, the second refused to learn to read and write. Psychotherapy finally allowed them to free themselves whereas up the sibling set did not seek psychoanalytical help but instead used the social space in which they evolved to air the family symptom.
Thus we study how a child builds up his identity on his parents' and the need for all members of a family to find their place in language and nationality. A cursory history of the sibling set allows us to end with the question of who is speaking behind and beyond the varioux languages.
6 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1987
Lecture(s) : 164
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Marinette Motti
Cinq interprétations professionnelles d'une même partition
familiale.
In: Enfance. Tome 40 n°1-2, 1987. pp. 89-94.
Citer ce document / Cite this document :
Motti Marinette. Cinq interprétations professionnelles d'une même partition familiale. In: Enfance. Tome 40 n°1-2, 1987. pp. 89-
94.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/enfan_0013-7545_1987_num_40_1_2947
Résumé
Cet article aborde l'élaboration de l'identité de l'enfant dans ses points de rencontre, d'ancrage éventuel,
avec « l'identité familiale » (parentale dans le cas analysé).
Les cinq membres d'une fratrie ont réinterprété jusque dans le choix de leurs professions l'absence
d'identité linguistique et nationale de leurs parents, langues et frontières constituant la trame commune
de ces sept cheminements. Après avoir analysé la façon dont cette fratrie se retrouve dans une identité
familiale tout en se diversifiant dans une identité socio-professionnelle propre à chacun, nous évoquons
rapidement deux autres enfants dont l'identité a été piégée là où l'identité des parents faisait faillite.
Le premier enfant s'était réfugié dans le mutisme, le second ne s'autorisait pas à savoir lire et écrire. Il
leur a fallu une psychothérapie pour pouvoir se dégager de l'identité parentale et ne pas se perdre là où
elle vacillait; à l'inverse la fratrie dont nous décrivons la « quête identifîcatoire » n'a pas eu recours à la
psychanalyse, utilisant l'espace social pour y faire évoluer sans heurt le symptôme familial.
Cet article a pour thème l'identité que se forge l'enfant à partir notamment de l'identité de ses parents et
dans la nécessité pour tous de prendre place dans langues et nationalités. A la fin nous revenons à la
fratrie dont nous étudions l'histoire pour conclure sur la question du sujet de la parole au-delà des
différentes langues.
Abstract
The development of a child's identity is analyzed where it meets up with, and eventually cristallizes
around, the « family identity », parental in this case.
T
h
e
p
a
r
e
n
t
s
'
l
a
c
k
o
f
l
i
n
g
u
i
s
t
i
c
a
n
d
n
a
t
i
o
n
a
l
i
d
e
n
t
i
t
y
i
s
r
e
v
e
a
l
e
d
b
y
t
h
e
f
i
v
e
c
h
i
l
d
r
e
n
,
w
h
o
h
a
v
e
reinterpreted this family symptom even in their choices of occupation. After studying how the siblings
are united in the family identity but also branch off, each into his • own professional activity, we sketch
the cases of two other children whose identity was caught in the wen of their parents' shortcomings.
T
h
e
f
i
r
s
t
c
h
i
l
d
t
o
o
k
r
e
f
u
g
e
b
y
b
e
c
o
m
i
n
g
m
u
t
e
,
t
h
e
s
e
c
o
n
d
r
e
f
u
s
e
d
t
o
l
e
a
r
n
t
o
r
e
a
d
a
n
d
w
r
i
t
e
.
P
s
y
c
h
o
t
h
e
r
a
p
y
f
i
n
a
l
l
y
a
l
l
o
w
e
d
t
h
e
m
t
o
f
r
e
e
t
h
e
m
s
e
l
v
e
s
w
h
e
r
e
a
s
u
p
t
h
e
s
i
b
l
i
n
g
s
e
t
d
i
d
n
o
t
s
e
e
k
psychoanalytical help but instead used the social space in which they evolved to air the family symptom.
Thus we study how a child builds up his identity on his parents' and the need for all members of a family
to find their place in language and nationality. A cursory history of the sibling set allows us to end with
the question of who is speaking behind and beyond the varioux languages.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.