La cigogne et l'autruche ou l'éducation linguistique dans la Cité des Chasseurs. - article ; n°1 ; vol.40, pg 27-37

De
Publié par

Enfance - Année 1987 - Volume 40 - Numéro 1 - Pages 27-37
Dans cet article, nous présentons la première étape d'une recherche concernant le bilinguisme chez les enfants et plus particulièrement les relations entre le contexte sociolinguistique où ce bilinguisme est acquis et ses manifestations linguistiques et affectives. Cette recherche contrastera l'acquisition bilingue d'une part dans des familles de niveau social relativement privilégié, venant de nombreux pays et habitant Strasbourg pour des raisons professionnelles, avec d'autre part des enfants strasbourgeois de souche exposés, comme le premier groupe, au français, mais aussi au dialecte alsacien parlé au moins par certains membres de leur famille.
La première étape consiste en des interviews dans les familles des enfants alsaciens habitant une banlieue strasbourgeoise de façon à déterminer quels sont les principes et les attitudes de la génération des adultes envers les deux langues en présence et envers le bilinguisme des enfants; en effet, nous faisons l'hypothèse que ces attitudes et ces principes, qui constituent en quelque sorte la carapace dans laquelle les langues sont présentées aux enfants, influent fortement sur leur apprentissage.
Il se dégage de ces interviews une très forte ambivalence de la part de ces adultes envers le dialecte, qui est à la fois un puissant symbole d'appartenance régionale et d'identité alsacienne et un objet de honte, parfois même de mépris. Le français est admiré et considéré comme la seule langue essentielle pour les enfants; mais les attitudes qui se font jour vis-à-vis des «Français de l'Intérieur» traduisent aussi une certaine méfiance ou distance envers le français. Le bilinguisme lui-même, quoique généralement considéré comme un avantage est parfois vu aussi comme une source de problèmes, notamment par les enseignants.
Dans ce contexte, où les attitudes des adultes sont si ambiguës et complexes, il est important de rechercher les retombées de cette complexité chez les enfants dans leurs relations aux deux langues; ces retombées peuvent aller jusqu'à un rejet total d'une des deux langues, comme le font apparaître trois des cas discutés durant les interviews.
This article describes the first step in a research programme, which will compare the linguistic development of bilingual children in different social circumstances in order to try and understand the impact of those circumstances on the children's bilingualism.
The first step consists in interviews with twenty families in a suburb of Strasbourg, all bilingual in French and the Alsatian dialect. The ambivalence of attitude of adults in these families towards each of the two languages — Alsatian being viewed with a mixture of pride, affection and shame, French with respect but some reservations — goes some 'way towards explaining the uneven bilingualism of the younger generation and underlies a total rejection of the dialect by some of the younger members of these families.
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1987
Lecture(s) : 142
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Pénélope Gardner-Chloros
La cigogne et l'autruche ou l'éducation linguistique dans la Cité
des Chasseurs.
In: Enfance. Tome 40 n°1-2, 1987. pp. 27-37.
Citer ce document / Cite this document :
Gardner-Chloros Pénélope. La cigogne et l'autruche ou l'éducation linguistique dans la Cité des Chasseurs. In: Enfance. Tome
40 n°1-2, 1987. pp. 27-37.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/enfan_0013-7545_1987_num_40_1_2941
Résumé
Dans cet article, nous présentons la première étape d'une recherche concernant le bilinguisme chez les
enfants et plus particulièrement les relations entre le contexte sociolinguistique où ce bilinguisme est
acquis et ses manifestations linguistiques et affectives. Cette recherche contrastera l'acquisition bilingue
d
'
u
n
e
p
a
r
t
d
a
n
s
d
e
s
f
a
m
i
l
l
e
s
d
e
n
i
v
e
a
u
s
o
c
i
a
l
r
e
l
a
t
i
v
e
m
e
n
t
p
r
i
v
i
l
é
g
i
é
,
v
e
n
a
n
t
d
e
n
o
m
b
r
e
u
x
p
a
y
s
e
t
habitant Strasbourg pour des raisons professionnelles, avec d'autre part des enfants strasbourgeois de
souche exposés, comme le premier groupe, au français, mais aussi au dialecte alsacien parlé au moins
par certains membres de leur famille.
La première étape consiste en des interviews dans les familles des enfants alsaciens habitant une
banlieue strasbourgeoise de façon à déterminer quels sont les principes et les attitudes de la génération
des adultes envers les deux langues en présence et envers le bilinguisme des enfants; en effet, nous
faisons l'hypothèse que ces attitudes et ces principes, qui constituent en quelque sorte la carapace
dans laquelle les langues sont présentées aux enfants, influent fortement sur leur apprentissage.
Il se dégage de ces interviews une très forte ambivalence de la part de ces adultes envers le dialecte,
qui est à la fois un puissant symbole d'appartenance régionale et d'identité alsacienne et un objet de
honte, parfois même de mépris. Le français est admiré et considéré comme la seule langue essentielle
pour les enfants; mais les attitudes qui se font jour vis-à-vis des «Français de l'Intérieur» traduisent
a
u
s
s
i
u
n
e
c
e
r
t
a
i
n
e
m
é
f
i
a
n
c
e
o
u
d
i
s
t
a
n
c
e
e
n
v
e
r
s
l
e
f
r
a
n
ç
a
i
s
.
L
e
b
i
l
i
n
g
u
i
s
m
e
l
u
i
-
m
ê
m
e
,
q
u
o
i
q
u
e
généralement considéré comme un avantage est parfois vu aussi comme une source de problèmes,
notamment par les enseignants.
D
a
n
s
c
e
c
o
n
t
e
x
t
e
,
o
ù
l
e
s
a
t
t
i
t
u
d
e
s
d
e
s
a
d
u
l
t
e
s
s
o
n
t
s
i
a
m
b
i
g
u
ë
s
e
t
c
o
m
p
l
e
x
e
s
,
i
l
e
s
t
i
m
p
o
r
t
a
n
t
d
e
rechercher les retombées de cette complexité chez les enfants dans leurs relations aux deux langues;
ces retombées peuvent aller jusqu'à un rejet total d'une des deux langues, comme le font apparaître
trois des cas discutés durant les interviews.
Abstract
T
h
i
s
a
r
t
i
c
l
e
d
e
s
c
r
i
b
e
s
t
h
e
f
i
r
s
t
s
t
e
p
i
n
a
r
e
s
e
a
r
c
h
p
r
o
g
r
a
m
m
e
,
w
h
i
c
h
w
i
l
l
c
o
m
p
a
r
e
t
h
e
l
i
n
g
u
i
s
t
i
c
development of bilingual children in different social circumstances in order to try and understand the
impact of those circumstances on the children's bilingualism.
The first step consists in interviews with twenty families in a suburb of Strasbourg, all bilingual in French
and the Alsatian dialect. The ambivalence of attitude of adults in these families towards each of the two
languages — Alsatian being viewed with a mixture of pride, affection and shame, French with respect
but some reservations — goes some 'way towards explaining the uneven bilingualism of the younger
g
e
n
e
r
a
t
i
o
n
a
n
d
u
n
d
e
r
l
i
e
s
a
t
o
t
a
l
r
e
j
e
c
t
i
o
n
o
f
t
h
e
d
i
a
l
e
c
t
b
y
s
o
m
e
o
f
t
h
e
y
o
u
n
g
e
r
m
e
m
b
e
r
s
o
f
t
h
e
s
e
f
a
m
i
l
i
e
s
.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.